Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


LED : Québec devrait-elle emboîter le pas ?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 5 mars 2009 20 commentaires

Source : Jean Étienne, Futura Sciences, le 5 mars 2009

Après s’être discrètement introduites dans la signalisation et les feux de nos véhicules, les LED se préparent à s’imposer en ville et dans nos foyers. Et elles ont tout pour plaire…

Les signes ne trompent pas. En Allemagne, la ville de Darmstadt a déjà remplacé de nombreux lampadaires d’un quartier résidentiel par des luminaires équipés chacun de 86 LED (Light Emitting Diode) à haute puissance, avec lentilles et réflecteurs. A Los Angeles, le maire Antonio Villaraigosa a annoncé le remplacement de 140.000 ampoules de la mégalopole de 4 millions d’habitants par des diodes électroluminescentes. « Ce programme de rénovation est le plus ambitieux au monde jamais entrepris par une municipalité. Il devrait réduire nos émissions de gaz carbonique d’environ 40.500 tonnes par an, ce qui équivaut à retirer 6.000 voitures de la circulation », a déclaré le maire lors d’une conférence de presse donnée le 16 février en présence de l’ancien président Bill Clinton, aujourd’hui à la tête de la Clinton Climate Initiative, une branche de sa fondation créée en 2006.

Et la France ? Elle se tâte… La communauté d’agglomération du Val de Fensch (Moselle) a décidé, fin de l’année dernière, d’installer trois lampadaires LED dans son parc d’activités de Sainte-Agathe. Les économies d’énergie semblent plus courtisées dans le privé, puisque l’assureur Generali éclaire désormais exclusivement en LED les 18.000 m² de ses bureaux sur les Champs-Elysées.

la suite

à consulter aussi cet article sur la pollution lumineuse

Voir aussi : Environnement, Message d'intérêt public, Qualité et milieu de vie, S'inspirer d'ailleurs, Transport.


20 commentaires

  1. Jeff

    5 mars 2009 à 12 h 17

    J’ai lu dans un autre billet que le cirque du soleil n’iras pas au geleries de la capitales cette été!!! Voici le texte qui à retenu mon attention : (Notre site habituel aux Galeries de la Capitale ne sera pas disponible en juillet. Les Galeries ont décidé d’amorcer des travaux de construction qui empiètent sur le stationnement. La surface restante n’est pas assez grande pour accueillir le chapiteau.» (…))

    Cela veux tu dire que les travaux d’agrandissement débuteront cette été???????? On vas voir pas mal de grue dans ste coin la ça veux dire héhé.J’espère que la construction du stationnement souterrain ne seras pas aussi longue que celle de la Place St-Foy!!!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Carol

    5 mars 2009 à 14 h 06

    @ Jeff

    Ou bien donc consolidation des fondations du centre commercial, car ils ont des problèmes de fondations qui bouge et fissure, du entre autre à la pyrite…

    En tous cas c’Est l’écho de certain commerçant avec qui j’ai eu l’info !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. JP

    5 mars 2009 à 14 h 59

    Pour revenir au sujet du billet, les DEL…

    Il est tout à fait normal que les autres pays nous devancent en ce domaine puisque l’électricité est plus chère là-bas qu’ici. Ce qui est rentable en Europe ou aux États-Unis ne l’est pas nécessairement ici.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Etienne

    5 mars 2009 à 16 h 00

    J’ai vu ce qui me semble être un lampadaire à DEL au pied de l’escalier de la Pente-Douce (près du coin des rues Kirouac et De Verdun en basse-ville). Celui-ci a une multitude de petites ampoules donnant une lumière blanc-bleu, du même teint qu’une lampe de poche à DEL.
    La ville de Québec a peut-être décidé d’emboîter le pas sans tambours ni trompettes, du moins pour quelques installations de nouveaux lampadaires ou pour le remplacement d’équipements défectueux… ce qui fait bien du sens à mon avis plutôt que tout vouloir remplacer d’un coup.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. arr4ws

    5 mars 2009 à 19 h 16

    carol : il n’y a pas de pyrite dans la pierre de calcaire de la région de québec. Ce doit être plutot le fait que les galeries de la capitale sont construit sur un ancien marais.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Jean Cazes Utilisateur de Québec Urbain

    5 mars 2009 à 22 h 28

    « carol : il n’y a pas de pyrite dans la pierre de calcaire de la région de québec. Ce doit être plutot le fait que les galeries de la capitale sont construit sur un ancien marais. »

    Je ne veux pas te contredire, mais sous toute réserve, ce secteur de la ville repose aussi sur la formation des Appalaches, ce qui veut dire essentiellement des schistes argileux riches en nodules de pyrites dont certaines sont magnifiques. Je le sais, j’en ai collectionnées en fouillant dans les monticules de roches sur le chantier des immeubles Rive Gauche, près de Place Fleur-de-Lys!

    On peut le vérifier sur des cartes géologiques régionales.

    Jean Cazes
    Bacc. géographie

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. Manu

    6 mars 2009 à 00 h 01

    Euh.. on parle bien des LED ici? Pour le Cirque du Soleil, on repassera…

    Ce qui peut motiver moins la Ville de Québec que les autres villes mentionnées dans l’article, n’est pas simpement le faible coût de l’énergie, mais aussi que c’est de l’énergie « propre ». Les autres villes se vantent de réduire leur production de GES. Ici, on passerait plutôt de « zéro émission » à « zéro émission ». En ce sens, on fait déjà beaucoup mieux que les villes en question!

    Évidemment, ce n’est pas une raison pour consommer plus d’énergie que nécessaire, et on pourrait effectivement nous aussi mettre des LED. D’ailleurs, depuis des années, tous les feux de circulations qu’on ajoute ou remplace sont fait de LED. On a donc déjà beaucoup de ces « ampoules » (une matrice de LED finalement).

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. Martin Otis

    6 mars 2009 à 00 h 01

    @ Etienne : je tenterais de photographier si l’occasion se présente, merci pour l’info

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  9. Goldoche

    6 mars 2009 à 07 h 39

    Je croyais que les Appalaches étaient au sud du Saint-Laurent… Ne parle-t-on pas plutôt des Laurentides?

    Pour les LED, ok pour remplacer les feux sur leur fin de vie par des feux à LED, mais il n’y a pas de presse selon moi.

    Il ne faut pas oublier que pour produire des LED, on génère beaucoup de schnoutte.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  10. arr4ws

    6 mars 2009 à 07 h 39

    Jean Cazes: possible pour le terrain naturel qu’il y aille de la pyrite… même plus que possible. Mais le problème de la pyrite provient du fait que la pierre sous la dalle de béton se contracte et enfle tout dépendant de la température. C’est surtout la pierre ajouté et non pas le terrain naturel. Il n’y a aucune pyrite dans les carrières dans le coin de charlesbourg et ça je le sais!

    Arr4ws , plus gros fournisseur en agrégat de la région de Québec.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  11. Carol

    6 mars 2009 à 08 h 55

    @arr4ws

    C’est ce que les inspecteurs ingénieurs ont dit a certain commerçant, que c’était une des causes.

    http://www.quebecurbain.qc.ca/2006/05/04/dans-les-delais-et-pour-moins-cher-que-prevu/

    Pour en revenir au sujet :

    http://www.quebecurbain.qc.ca/2006/06/02/troquer-les-ampoules-pour-les-diodes/

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  12. Jean Cazes Utilisateur de Québec Urbain

    6 mars 2009 à 09 h 32

    Pour revenir sur le sujet de la géologie à Québec, cette carte synthèse:

    http://www.cgq-qgc.ca/tous/geotour/ROCHES.htm

    On parle, pour le secteur concerné, de la limite nord de la province géologique des Appalaches, dont fait partie toute la haute-ville de Québec.

    Du côté de Charlesbourg/Beauport, on se retrouve à la fois dans les zones des basses-terres du Saint-Laurent (calcaire) et du bouclier canadien (granite). La faille qui dessine les chutes Kabir-Kouba, plus à l’ouest, marque le contact de ces deux « provinces ».

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  13. Pierre-E. Paradis

    6 mars 2009 à 10 h 01

    Québec est la capitale absolue de la pollution lumineuse. Il n’y a pas de doute qu’on devrait passer en mode économie d’énergie, ne serait-ce que pour exporter nos surplus aux USA et faire baisser *leurs* émissions de carbone, sans devoir harnacher les dernières rivières sauvages qu’il nous reste.

    Mais bon, le choix collectif des Québécois semble le contraire, puisque le BAPE vient tout juste de donner son aval à la construction de barrages sur la Romaine. La rue Soumande en a encore pour de belles années à se faire éclairer comme un plateau de cinéma, avec l’argent des générations futures.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  14. Martin Otis

    6 mars 2009 à 10 h 16

    je serais curieux de voir une étude comparative de Québec 100% vs Québec à l’heure actuelle, les économies monétaires et énergétiques qui en résulteraient, évidemment il ne faut pas oublier le cout de remplacement des équipements, mais j’aimerais bien savoir si une telle étude existe

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  15. Paco

    6 mars 2009 à 11 h 32

    Si tous les concessionnaires automobiles de la rue Marais se convertissaient au LED, ils pourraient probablement renflouer GM avec les économies engendrées! Malheureusement pour nos yeux ca éclairerait quand même autant…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  16. Manu

    6 mars 2009 à 12 h 13

    Effectivement, ça éclairerait autant. C’est justement l’idée : éclairer autant avec moins d’énergie. Alors ça ne change rien à la pollution lumineuse.

    La seule différence, c’est qu’on ne perdra presque plus d’énergie en chaleur (laquelle avati au moins le mérite de faire fondre la neige devant et partout autour des « ampoules », notamment sur les luminaires horizontaux comme les feux de ciruclation). J’imagine moi aussi que l’économie réalisée n’est pas assez importante pour commander un changement immédiat des ampoules, mais plutôt seulement lors du remplacement normal de celles-ci.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  17. Pierre-E. Paradis

    6 mars 2009 à 14 h 38

    Il y a tout à fait moyen de réduire à la fois la consommation d’énergie ET la pollution lumineuse. En fait les deux idées sont indissociables.

    En fait, pour en revenir aux charmantes rues Marais et Soumande, le remplacement de l’éclairage devrait aussi se faire de manière à diriger l’éclairage là où on en a vraiment besoin, c’est-à-dire près du sol, sur les voitures.

    +++

    Dans un ordre d’idées semblable, je pense à ce village d’Italie, logé au fond d’une vallée, qui a installé des miroirs géants contrôles par ordinateur pour allonger sa période d’ensoleillement:

    http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/6189371.stm

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  18. Jeff

    6 mars 2009 à 18 h 04

    La crise économique touche durement les états-unis et le chômage augmente à 8% ca fais assez dure.J’espère que ça nous toucheras pas trop ici!!!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  19. Yvan Dutil

    6 mars 2009 à 21 h 19

    Techniquement, les DEL ne sont pas beaucoup plus performantes que les meilleures lampe au sodium. Par contre, elles sont pour le moment énormément plus chère. Comme il n’y a pas beaucoup d’économie pour les villes ici, le gain est au niveau de la durée de vie. Changer une ampoule de lamapdaire cà coûte dans les 200$ et c’est périlleux à bien dans endroits.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  20. arr4ws

    7 mars 2009 à 22 h 54

    Jean Cazes: je confirme que tu as raison pour la pyrite. Le sol sous les galeries en sont plein!

    Ils ont possiblement pas assez creuser pour que ca fasse ca!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler