Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


L’histoire du tunnel de chemin de fer sous Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 5 mai 2010 30 commentaires

Entrée sud du tunnel du CP (crédit photo Meddy Garnet)

Saviez-vous qu’un tunnel de chemin de fer de 1,6 kilomètre passe sous la Ville de Québec? Il fut construit en 1930 et il est toujours en exploitation. Il est à une profondeur de 100 mètres sous la haute-ville et les Plaines d’Abraham.

Son extrémité nord est située dans le quartier St-Malo tout près du boulevard Charest Ouest entre les rues Vincent Massey et de Verdun. L’extrémité sud est située à l’Anse-au-Foulon près du Fleuve St-Laurent sous un viaduc du boulevard Champlain. Sa trajectoire suit l’avenue Belvédère et passe sous les Jardins de Mérici. Il a une pente ascendante vers le nord.

Construction du tunnel

Les travaux ont débuté en 1930 et le premier train y a circulé le 26 mai 1931. Le chantier a employé 600 hommes qui travaillaient 12 heures par jour et qui habitaient le chantier dans des voitures-voyageur ferroviaires à proximité. Le projet avançait de 16 pieds par jour. La construction aurait duré 11 mois avec des équipes qui ont creusé chaque extrémité pour se rejoindre au milieu. La boue du côté sud a servi à remblayer le long du fleuve. Trois niches ont été créées dans le tunnel pour éviter le passage des trains.

Relayer le nouveau Port Champlain au chemin de fer Québec-Montréal

Vue de l'intérieur du tunnel (crédit photo Meddy Garnet)

Le tunnel avait été construit pour relayer le nouveau secteur Anse-au-Foulon du Port de Québec à la ligne principale Québec-Montréal. La mise en service du navire transatlantique Empress of Britain du Canadien Pacifique était la principale justification de la construction de ce tunnel. Le port servait uniquement l’été puisque le chenal du St-Laurent était glacé tout au long de l’hiver à cette époque. Les navires Empress ne pouvaient se rendre directement à Montréal puisque la hauteur de leurs mats ne permettait pas de passer sous le pont Jacques-Cartier. On avait décidé de faire escale à Québec pour transférer les passagers sur les trains jusqu’à la métropole. L’utilisation du tunnel a grandement diminué à partir de 1964, puisqu’on a commencé à briser la glace entre Québec et Montréal et le service de navires de passagers transatlantique avaient disparu au profit de l’avion.

Autres faits intéressants

La courbe avant l’entrée sud du tunnel ralentissait les locomotives à vapeur. La pente ascendante pour circuler vers le nord faisait glisser les roues sur les rails humides. Les employés devaient se mettre des morceaux de linge mouillés devant leur visage pour éviter de trop respirer de fumée. La fumée était si importante, qu’ils étaient incapables de voir autour d’eux. Ils devaient toucher la paroi du tunnel pour savoir s’ils avançaient. Aussitôt que les locomotives au diesel ont été disponibles, le Canadian Pacifique en a dépêché une sur place pour pousser les trains à vapeur pour éviter d’incommoder les passagers.

Le tunnel avait auparavant de grandes portes à chaque extrémité pour éviter que la neige s’infiltre lors de tempêtes et se transforme en glace. Mais, en 1960 un train circulait vers le sud et un employé avait oublié d’ouvrir les portes. Elles ont été fracassées par la locomotive. Elles n’ont pas été remplacées et celles à l’entrée nord ont été retirées.

Aujourd’hui

Le réseau de la Rive-Nord incluant le tunnel ont été vendus en 1997 par le CP à la compagnie Chemins de fer Québec-Gatineau qui appartient à Genesee & Wyoming Inc. Un train l’emprunterait à chaque jour.

Liens intéressants

Photos additionnelles

Voir aussi : Arrondissement La Cité - Champlain / Vieux-port, Arrondissement La Cité - St-Sauveur, Histoire, Industriel, Lieux magiques, Patrimoine et lieux historiques, Transport, Voyage dans le temps.


30 commentaires

  1. Raymonde Giguère

    5 mai 2010 à 15 h 16

    En 86 nous avons emménagé sur Belvédère et la première nuit la vibration du sol et un sifflement de train nous a réveillés. Nous ne pensions pas au tunnel même si nous connaissions son existence. Le lendemain j’ai vérifié sur une carte de la ville, et c’était bien lui.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Erick Utilisateur de Québec Urbain

      5 mai 2010 à 16 h 56

      Les gens qui vont s’installer à la haute-ville peuvent s’attendent à bien des inconvénients mais s’attendent rarement à être dérangés par des … trains!

      Je suis surpris d’apprendre que les trains y circulaient de nuit. De nos jours, ils y circulent généralement de jour, en fin d’après-midi certains jours ouvrables pour être plus précis.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  2. Philippe Thériault

    5 mai 2010 à 15 h 35

    Je l’ai même traversé en mobylette dans mon jeune temps… du sud au nord.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Nicolas Roberge Utilisateur de Québec Urbain

    5 mai 2010 à 16 h 01

    Raymonde, vous deviez vivre assez proche de la falaise du boulevard Charest?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Jean-Philippe Dumont

    5 mai 2010 à 16 h 21

    Très intéressant cet article sur le tunnel ferroviaire. Il est bien détaillé et rempli de détails informatifs. Agréable à lire.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Erick Utilisateur de Québec Urbain

    5 mai 2010 à 16 h 52

    La clientèle de ce bateau devait être foutrement lucrative pour justifier la construction d’un tunnel.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Nicolas Roberge Utilisateur de Québec Urbain

      5 mai 2010 à 17 h 02

      Comme je dis, les navires Empress servaient à transporter les passagers de l’Angleterre vers le Canada. Ils devaient prendre le train à partir de Québec car ces gros navires ne se rendaient pas à Montréal à cause de la hauteur de leurs mats. Ce tunnel a surement aider à peupler le Canada! :-)

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Jean

      7 mai 2010 à 01 h 03

      C’est plutôt le coût de la main d’oeuvre qui était dérisoire. Tous les chefs d’oeuvre du temps passé ont été construits sur la misère des travailleurs.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  6. Pier Luc

    5 mai 2010 à 17 h 20

    En tout cas les premières classes ne devaient pas être de gros amateurs de cette navette là…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Erick Utilisateur de Québec Urbain

      6 mai 2010 à 03 h 32

      Quelqu’un qui ferait ca de nos jours ferait faillite à coup sur, mais à l’époque c’était considéré comme « normal ». Ils avaient le choix entre ca et… la route. Malgré le désagréable transfert du bateau au train, ils devaient arriver plus rapidement à Mtl que si le bateau s’y serait rendu par lui-même.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  7. heron23

    5 mai 2010 à 17 h 22

    Voilà un billet fort intéressant. Merci Nicolas !!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. Simon Perreault

    5 mai 2010 à 17 h 52

    C’est le meilleur billet depuis un bon bout de temps! Merci!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Pouët

      6 mai 2010 à 16 h 35

      On reconnait bien les couleurs de Québec-Gatineau qui sont aussi propriétaires de l’emprise qui traverse la route de l’aéroport près de Hamel.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  9. Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

    5 mai 2010 à 21 h 33

    Merci M. Roberge. Un fort beau billet. On en veut d’autres ! :)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  10. Nicolas Roberge Utilisateur de Québec Urbain

    5 mai 2010 à 22 h 52

    Gérald, Simon et heron23.

    Merci beaucoup. Je suis passionné par ces endroits obscurs de notre ville. Elle a beaucoup d’histoire, mais son ère industrielle est peu racontée. C’est bien Samuel-De Champlain, mais les dernières 100 années ont été très chargées.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  11. Erick Utilisateur de Québec Urbain

    6 mai 2010 à 03 h 21

    Il y a (ou a eu) de tels tunnels sous plusieurs villes dont Montreal (tunnel Mont-Royal de l’AMT), Ottawa (O-train sous le lac Dow), Brockville (abandonné, attraction touristique), Vancouver (originalement très semblable à celui de Québec, maintenant utilisé par le skytrain en faisant passer 2 rames l’une par-desssus l’autre), Windsor & Sarnia (tunnels sous-fluviaux internationaux), Trois-Rivieres (tunnel artificiel sous le vieux-port) et Shawinigan (tunnel CN en banlieue de la ville). Celui de Québec, contrairement à la croyance populaire, est toujours en service et appartient au secteur privé, ce qui me fait rire à chaque fois que je vois des urluberlus vouloir en faire autre chose…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  12. ELalonde

    6 mai 2010 à 14 h 36

    Je ne conaissais pas ce tunnel. Merci de l’info :-)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  13. Philippe Thériault

    6 mai 2010 à 15 h 01

    Ce tunnel a servi aussi bcq lorsqu’il y avait un terminal de container du CP à l’Anse au Foulon dans les années 70. Tous les containers étaient sortis par ce tunnel, ce qui faisait que je voyais du haut de la rue Joffre, des trains de 100 wagons arrivant du tunnel. Ce tunnel a aussi été très actif pendant le 2e guerre. En effet, à Saint-Malo (actuellement l’usine de CGE) on faisiait les douilles de balles 303 (et d’obus aussi) et ensuite le tout était envoyé à Valcartier pour l a finition de la balle (la poudre et le plomb). Ensuite on réexpédiait les milliers de caisses de balles à l’Anse au Foulon par train par le tunnel pour expédier le tout en Europe..

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  14. André Rozon

    6 mai 2010 à 16 h 06

    Cette affaire me fascine! Est-ce que quelqu’un pourrait m’aider à trouver l’horaire de passage des trains? Visiter le tunnel sans se faire écrapoutir serait pas mal chouette….

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Pouët

      6 mai 2010 à 16 h 45

      Pour ce qui est des horaires je ne pense pas qu’il y en ait. Le transport de fret n’est pas vraiment régit par des horaires fixes.

      Si le train doit s’arrêter parce que tu est sur les rail, l’amende peut s’élever jusqu’à $3000.00 avec ou sans emprisonnement.

      Si tu tient toujours à circuler dans ce trou, le dimanche est un bon choix, il y a des niches aux premier tiers, au centre et au troisième tiers du tunnel. Touche pas aux murs, c’est sale en titi.

      Soit visible, éclaire-toi avec des fusées d’urgence rouge, c’est le mieux pour voir et être vu. L’air y est tellement humide que parfois on ne voit pas l’autre bout tellement qu’il y a de brouillard, donc prudence.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  15. Patrice Utilisateur de Québec Urbain

    6 mai 2010 à 16 h 26

    Adolescent, je l’ai traversé à pieds. Ça nous avait paru d’une longueur interminable… malgré le 1.6 km.

    À l’époque, je ne savais pas qu’il y avait encore des trains qui y passaient. Je l’ai su des années plus tard. Insouciante jeunesse!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  16. Carol

    8 mai 2010 à 12 h 56

    c’est pas dans ce tunnel qu’il y a un ancien passage sous-terrain de cet endroit vers la citadelle ???

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  17. IpNextGen

    10 mai 2010 à 09 h 25

    Ça fait de belle photos Massacrantes et Dark!

    exemple : http://www.flickr.com/photos/ipnextgen/3587386694/

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  18. steve

    17 mai 2010 à 23 h 42

    Merci d’avoir prit le temps d’améliorer notre culture. J’adore!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  19. Kapouiiiit

    5 juillet 2010 à 10 h 09

    Je parcours ce site depuis quelques temps déjà, quelle ne fut pas ma surprise de voir une de mes photos citée dans un article, tout un honneur ^_^

    Article très intéressant d’ailleurs, sur un lieu méconnu de la ville !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler