Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Le gestionnaire artériel : innover pour lutter contre la congestion

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 octobre 2014 8 commentaires

Le maire de Québec, M. Régis Labeaume, et le membre du comité exécutif responsable du transport et du Plan de mobilité durable, président de l’Arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge et président du Réseau de transport de la Capitale, M. Rémy Normand, ont procédé au lancement d’une composante majeure du système de transport intelligent, communément appelé le gestionnaire artériel.

« Avec le gestionnaire artériel, nous nous dotons d’un système de transport intelligent des plus novateurs qui fera l’envie de bien des villes afin de réduire la congestion sur son territoire, a déclaré le maire Labeaume. Le développement technologique de pointe réalisé par la Ville pour mettre en place ce système augmentera de façon notable la fluidité de la circulation sur le réseau routier. »

La ville de Québec compte 2 365 km de rues, dont 10 415 intersections. Pour assurer la sécurité de tous, la majorité des intersections sont contrôlées par des arrêts obligatoires, alors que plus de 800 d’entre elles le sont par des feux de circulation. La plupart de ces feux, soit près de 625, sont intégrés à des réseaux de synchronisation. (…) e coût du projet s’élève à près de 9 M$, dont 3,5 M$ sont affectés au développement et 5,4 M$ pour le déploiement du système. Ces sommes sont réparties entre la Ville de Québec et le Réseau de transport de la Capitale, qui ont investi respectivement 3 M$ et 6 M$ pour réaliser, d’ici 2017, la mise en place complète du gestionnaire artériel. Précisons que le RTC contribue principalement au développement et au déploiement du système de préemption pour les autobus.

La suite

Voir aussi : Transport.


8 commentaires

  1. denisb

    24 octobre 2014 à 15 h 44

    Ça va peut-être aider certaines artères comme Charest à la sortie du centre-ville le soir. C’est toujours l’enfer, ça l’avance au compte-gouttes car à certaines intersections les lumières ne sont vraiment pas assez longues et mal synchronisées.

    Mes plaintes répétées à ce sujet à la ville ne semble donner absolument rien.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Fernand Trudel

    24 octobre 2014 à 17 h 16

    Comme toujours on prend des mesures trop peu efficaces.

    On devrait commencer par parler d’un troisième lien afin d’améliorer le trafic entre les deux rives et surtout ne pas envisager des voies réservées, où l’on diminue l’accès aux automobiles dont le nombre grandit drastiquement sans qu’on ajoute des voies dans le système artériel.

    Ce réseau artériel date de plus de trente ans et mis à part d’avoir fait une voie réservées à grand frais sur Du Vallon (Robert-Bourassa), on cherche encore aux améliorations aux artères de plus en plus surchargées matin et soir.

    Des bébelles pour ausculter ça ne change rien sauf de mesurer l’ampleur des mauvaises décisions prises…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Yvan Dutil

      26 octobre 2014 à 10 h 54

      Le problème Fernand est que vos propositions ne règlerons en rien les problèmes. Mes cette améliorations va^ter absorbée par l’augmentation du trafic routier en quelques années. à un moment donnée, le transport en commun est la seule solution. C’est une question de géométrie toute bête. Mais, comme ce n’est pas immédiatement évident, ce n’est pas populaire et on continue de repousser les échéances.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Jeff M

      26 octobre 2014 à 10 h 57

      Si cela peut avoir un impact significatif, ce pourrait être quelques millions bien investi. Votre jugement sur le niveau d’efficacité de cette mesure me semble prématuré.

      Le troisième lien, oubliez ça. Ça ne commencera pas avant 50 ans. On va d’abord optimiser la circulation sur les ponts existants (lire ici avoir plus de gens dans chaque véhicule.)

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. Franks Utilisateur de Québec Urbain

    24 octobre 2014 à 21 h 37

    Fernand, je comprend vos inquiétudes, et je compatis pour un 3e lien. Mais voyez-vous, c’est qu’on est vraiment cassé au Québec. Les petits rafistolages à gauche et à droite sans vraiment améliorer quoi que ce soit en sont la preuve.
    La vérité c’est qu’on a plus les moyens d’entretenir le réseau autoroutier et routier qu’on s’est payé il a 40 ans. Ajoutez à ça des techniques douteuses de conception et d’entretiens et voilà le résultat.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. J.

    25 octobre 2014 à 04 h 23

    « Pour répondre aux objectifs du Plan de mobilité durable de la Ville de Québec, il est nécessaire de déployer un système optimisé qui favorise une meilleure gestion opérationnelle et qui offre également un service amélioré pour le transport en commun. » » Juste avec cette phrase, je sais que le système envisagé ne fonctionnera pas. Mais que des fonctionnaires vont quand même obtenir une promotion et même un bonus.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler