Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


La grande région de Québec a passé le cap des 800 000 personnes

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 février 2017 17 commentaires

Pierre-Olivier Fortin
Journal de Québec

La grande région de Québec a passé le cap des 800 000 âmes, selon des données du recensement 2016 publiées mercredi, et à ce rythme, la capitale atteindra un million d’habitants en 2046. 800 296. Il s’agit de la population de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, un territoire qui couvre les deux rives, de Valcartier à Saint-Lambert et de Neuville à Beaumont. Seule, la Ville de Québec compte 532 000 habitants. Lévis dénombre 143 000 personnes. Depuis le recensement précédent en 2011, Québec a attiré en moyenne 6600 personnes chaque année. À ce rythme, la RMR de Québec atteindra un million d’habitants d’ici une trentaine d’années. (…)

Les villes de Québec et de Lévis ont grandi beaucoup moins vite que la périphérie, ce qui signifie que l’étalement urbain se poursuit dans la région. Par exemple, la croissance dans la couronne nord est tout à fait spectaculaire, comme le démontre le tableau plus bas.

Plus forte croissance

Sainte-Brigitte-de-Laval : 29 %
Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier : 21,9 %
Beaumont : 21,6 %
Fossambault-sur-le-lac : 21,5 %
Shannon : 18,6 %

La suite

Voir aussi : Étalement urbain, Québec La cité.


17 commentaires

  1. urbanoid

    8 février 2017 à 17 h 44

    Les chiffres confirment le désastre de l’étalement.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. franks Utilisateur de Québec Urbain

    8 février 2017 à 18 h 54

    C’est un désastre dans votre tête à vous, mais cela signifie la possibilité pour plusieurs jeunes familles de pouvoir s’acheter une maison et d’élever leurs enfants. C’est leur choix.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Frédéric

      9 février 2017 à 05 h 15

      Le désastre n’est pas individuel, mais collectif…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • urbanoïd

      12 février 2017 à 21 h 13

      Cher Franks, ce désastre est dans mon porte-monnaie. Comme tous les résidents du centre-ville, je finance l’étalement. Mes taxes annuelles sont de 70$ par mètre carré pour ramasser quelques kilos d’ordure et déneiger quelques mètres de rue. Je n’ai pas de terrain, pas de piscine, pas d’arbres, pas de jardin. La SPAQ me facture mensuellement 120$ pour la voiture. Je n’ai pas de commerces de proximité (sauf Simons, merci). Le déneigement du toit coute 600$ par mois pour protéger les piétons. Pour comparer, à Beauport, les taxes sont de 3,68$ par mètre carré (rue bachelet). 2,25$ par mètre carré à Charlebourg (rue Gauvreau). 5,68 $ par mètre carré à Ste-Foy (rue Lavigerie) Croyez-vous vraiment que la banlieue paie sa juste part ? Il y a un déséquilibre qui assassine le centre.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. Marc Guy

    8 février 2017 à 19 h 06

    Désastre de l’étalement ou succès de l’automobile
    Pourquoi vivre au centre ville quand les commerces et les jobs ce déplace en banlieue pour etre pret des autoroutes.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Francis Vachon Utilisateur de Québec Urbain

    8 février 2017 à 19 h 36

    @Marc: Et comment en serait-il autrement lorsque tout projet de plus de 3 étages se fait bloquer par un conseil de quartier?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Nathan Utilisateur de Québec Urbain

      9 février 2017 à 06 h 29

      Tout à fait d’accord! Le maire là comprit et c’est pour ça (Le phare) Il faut en faire un pour que le monde s’habitue,

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Insider

      9 février 2017 à 10 h 30

      @ Francis Vachon

      Vous avez les moyens de vous payer un condo (locatif ou pas) dans une tour du Centre-Ville ou des quartiers centraux? Moi, avec un seul revenu c’est pas évident.

      Et pourtant preuve est faite que dans certains secteurs (à 15 minutes ou moins de marche du cœur de la brasse-ville [copyright Alaclair Ensemble] (Charest/Dorchester) les projets de 3 étages ou plus passent facilement sans se faire rejeter par un référendum.

      Dans mon cas le problème est plus du côté de mon budget que de celui du nombre d’étages.

      C’est devenu lassant à la longue les 2 clans (pro-voiture-solo vs anti-voiture-solo, pro-tour-phantasme vs developpement-à-échelle-humaine) sur QU.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Likeaboss

        9 février 2017 à 15 h 59

        @Insider

        Tu as raison, le système pour l’instant est un no-brainer. Pour une jeune famille, la banlieue est bien plus avantageuse. Toutefois, la banlieue possède son prix également, mais c’est collectivement qu’on le paie, avec de plus en plus d’infrastructure à entretenir.

        Le problème est que les taxes foncières sont basé sur la valeur immobilière. Pourtant, si une maison en banlieue coute moins cher qu’un condo au centre-ville, le coût pour la ville pour soutenir la maison en banlieue est beaucoup plus important. De là cette idée que l’étalement urbain est subventionné.

        Voici un très intéressant mémoire si le sujet vous intéresse :
        https://vivreenville.org/media/371498/vivre-en-ville_2014_unenouvelleapprochefiscale_commissionfiscalite_memoire_rev.pdf

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        10 février 2017 à 08 h 10

        @ Likeaboss

        Je ne suis pas en banlieue. Par contre pour les célibataires comme moi, ou pour les couples qui ont des revenus faibles les fantasmes en hauteur de trop de monde ici sur QU demeurent inaccessibles. Dans cette situation on doit se contenter du vieux, du rénové cheap ou du neuf bas de gamme ou opter pour le mode de vie de la majorité c.-à-d. l’auto-solo…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Pierre

      10 février 2017 à 10 h 39

      Il y a eu combien de référendums à Québec depuis 10 ans? Et combien de projets d’immeubles de plus de 3 étages au centre-ville?

      Même le projet Tandem a fini pour voir le jour malgré l’opposition du début… je comprends que certains veulent faire image dans leurs propos, mais un peu de rigueur ne ferait pas de tort, surtout venant de vous M. Vachon.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        13 février 2017 à 08 h 06

        « Même le projet Tandem a fini pour voir le jour malgré l’opposition du début… je comprends que certains veulent faire image dans leurs propos, mais un peu de rigueur ne ferait pas de tort, surtout venant de vous M. Vachon. »

        Insinuez-vous que l’équipe de rédaction de QU a un biais? lol ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  5. Jean Cazes

    9 février 2017 à 08 h 16

    Bon matin,

    Je suis peut-être un peu « déconnecté », dans mon logement du Vieux-Limoilou, mais de ce que je lis, entend et observe, nous sommes clairement dans une ère d’hyperconsommation, et ça se reflète tout à fait dans cet étalement urbain !

    Je serais curieux de savoir qu’elle est la superficie moyenne des maisons de ces nouveaux développements. Corrigez-moi si j’ai tort, mais pour les familles qui y vivent, la norme est maintenant de deux voitures, la télévision est devenue le « cinéma maison », et en général, leurs enfants n’ont jamais été aussi gâtés de « bébelles »… Bref, on n’est pas sorti de l’auberge ! En témoignent tous ces mégaentrepôts qui poussent comme des champignons, et la demande accrue pour des autoroutes, au détriment du transport en commun et qui coûtent une fortune pour la collectivité !

    Dans les quartiers centraux – où la qualité de vie est excellente pour y élever des enfants, en passant -, c’est vrai qu’il y a un manque de « logements pour familles », mais ce n’est pas en construisant des tours qu’on va régler le problème.

    J’ai foi au message porté par des experts comme Pierre Thibault qui prônent un urbanisme à l’européenne, à des firmes comme TERGOS qui planifient des projets dans cet esprit, et il me fait chaud au cœur de constater qu’un développement comme celui de l’Îlot des Cupucins, qui reprend « l’esprit » du Vieux-Limoilou, semble jouir d’un succès au-delà des espérances de son promoteur: http://blogue.monlimoilou.com/2017/chantier-ilot-capucins-1-phasei

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Jeff M

    9 février 2017 à 10 h 58

    Ça fait des années que je dis que la densification à Québec est trop timide par rapport à sa croissance démographique. Il faudra cesser de faire les surpris quand le développement se fait à l’horizontal.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. Marc Guy

    9 février 2017 à 13 h 10

    Avec un centre ville ou ce concentre les bon emplois est une bonne motivation a resté pret de la ville centre et utilisé un transport en commun efficace. Parcontre si on décentralise les emplois vers les banlieue relier par des autoroutes ou il est facile de se rendre au travaille en auto plus rapidement que le bus il devien tout a fait normale de vivre a une demi heure de route du travaille.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *