Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Une nouvelle vocation à trouver aux bâtiments de l’Hôtel-Dieu

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 9 mars 2017 7 commentaires

Source : Baptiste Ricard-Châtelain, Le Soleil, le 9 mars 2017

(Québec) À «quelques semaines» du début de la construction du mégahôpital qui poussera sur l’Enfant-Jésus, le ministre de la Santé lance un autre chantier : trouver une nouvelle vocation à L’Hôtel-Dieu, qui perdra toutes ses spécialités médicales.
À l’entrée des journalistes dans la salle où nous avions été convoqués, mercredi midi, Gaétan Barrette se berçait avec des soeurs des Augustines de Québec… C’était la mise en scène médiatique pour marquer le début des consultations sur l’avenir du vénérable centre hospitalier du Vieux-
Québec fondé par les religieuses.
«On est à quelques semaines de la première pelletée de terre du nouveau centre hospitalier», annonce M. Barrette. «On arrive au moment où il faut préparer la transition. […] On doit, d’ici les quatre prochaines années, préparer une piste d’atterrissage qui sera ce que sera L’Hôtel-Dieu à la fin de la construction du nouveau centre hospitalier.»

la suite

Hôtel-Dieu: le démembrement du plus vieil hôpital en Amérique du Nord ?

Voir aussi : Arrondissement La Cité - Vieux-Québec, Institutionnel, Patrimoine et lieux historiques.


7 commentaires

  1. jeanduez

    9 mars 2017 à 10 h 43

    On va probablement le laisser à l’abandon pendant une cinquantaine d’années. Pour être en harmonie avec les Nouvelles Casernes qui se trouvent en face.

    Ce secteur du Vieux-Québec agonise et ressemble de plus en plus à la banlieue de Detroit.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. paradiso Utilisateur de Québec Urbain

    9 mars 2017 à 11 h 13

    L’improvisation gouvernementale à son meilleur. Rien n’a changé et ne changera jamais. La réaffectation des lieux aurait dû faire partie du projet de déménagement dès le début.

    À Montréal, le Royal Vic sera graduellement occupé par l’Université McGill, mais les contraintes techniques font que le projet est encore loin de se concrétiser. Pour plus d’infos: http://royalvictoria.mcgill.ca/?lang=fr

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      11 mars 2017 à 13 h 31

      « L’improvisation gouvernementale à son meilleur. »

      À l’image de notre maire et de nos médias. On obtient ce que l’on mérite. Pourquoi le PLQ nous ferait-il une faveur? Il n’a pas besoin de nos votes pour régner ad vitam æternam en sortant l’épouvantail du référendum à chaque campagne électorale.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. Michel Haineault

    9 mars 2017 à 14 h 40

    S’il n’en tenait qu’à moi, je conserverais bien sûr le bâtiment historique, mais détruirais ASAP l’horreur qu’on lui a annexé …
    Pour ce qui est de sa future vocation, institutionnelle et non commerciale, svp !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • paradiso Utilisateur de Québec Urbain

      10 mars 2017 à 10 h 40

      Vocation institutionnelle : d’accord en principe, mais il faut accepter ce que cela sous-entend. La tour d’environ 15 étages est un peu trop grosse pour aménager uniquement un centre communautaire ou les bureaux d’organismes. Et comme sa démolition me semble improbable, on aurait vraisemblablement le CHSLD ou le HLM avec la plus belle vue en Amérique.

      Perso je trouve qu’un HLM aurait l’avantage de ramener des résidents actifs dans le secteur. En Europe, les meilleurs architectes sont impliqués dans ce genre de transition… À Québec, UNESCO oblige, il y aurait également des contraintes. Scénario le plus probable: les gouvernements provincial et municipal vont trouver que ça coûte trop cher et opter pour la coquille vide chauffée pendant 30 ans.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Marc Guy

        11 mars 2017 à 08 h 31

        Pour revitalisé le secteur c’est pas un HLM mais des emplois qui paye un salaire superieur a la moyenne comme dans Lebourneuf qui se dévelope a grande vitesse. les citoyens vont venir y habité pour profité de moin de transport.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Michel Haineault

        11 mars 2017 à 09 h 48

        J’opterais plutôt pour un CHSLD, vu l’historique des lieux. Par contre, si on est pour payer pendant 30 ans pour maintenir une coquille vide, aussi bien le démolir tout de suite. On pourrait toujours reconstruire quelque chose qui s’harmoniserait mieux avec le bâtiment historique juste à côté et qui serait plus joli à regarder. J’y verrais alors une résidence pour personnes en perte d’autonomie.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *