Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Négociations entre le RTC et le syndicat représentant ses chauffeurs : la grève est annulée

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 mars 2017 26 commentaires

Québec, le vendredi 10 mars 2017 – Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) est heureux d’annoncer à ses clients que la grève qui était prévue pour lundi est annulée.
Une entente de principe est survenue entre le RTC et le syndicat représentant ses chauffeurs au cours des dernières heures dans le cadre de la négociation du renouvellement de leur convention collective.
Le RTC offrira donc ses services réguliers, sur tous les parcours et tout le réseau, ce lundi. De plus, toutes les fonctionnalités de Nomade temps réel redeviendront opérationnelles dès demain matin.
« Les deux parties ont travaillé d’arrache-pied afin d’en arriver à une entente de principe et éviter le déclenchement d’une grève qui aurait causé des désagréments à nos clients. Ceux-ci bénéficieront du service régulier du RTC, sur tous les parcours et sur tout le réseau, et toutes les fonctionnalités de Nomade temps réel seront de nouveau offertes dès demain matin, se réjouit le président du RTC, Rémy Normand. Nous attendons avec impatience le résultat du vote des membres du syndicat. »

Voir aussi : Message d'intérêt public, Transport en commun.


26 commentaires

  1. Insider

    11 mars 2017 à 08 h 05

    Merveilleux!

    Espérons que cette nouvelle n’attristera pas trop de personnes. ;-)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Matrix

      11 mars 2017 à 08 h 47

      La mauvaise nouvelle va arriver quand le RTC va devoir monter le prix des laisser-passer pour payer les augmentations aux chauffeurs.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        11 mars 2017 à 09 h 41

        Dans les dernières années (2014, 2015 et 2016) est-ce qu’il y a eu des augmentations?

        Pendant la même période vos factures d’Hydro-Québec, de la SAAQ, de l’épicerie etc. ont-elles augmentées ou diminuées? Doit-on seulement accuser la hausse des salaires?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. Marc Guy

    11 mars 2017 à 09 h 19

    Une menace de greve d’autobus en pleine semaine du Salon de l’auto on ne peut espéré mieux comme promotion pour promouvoir plus de traffic a quebec.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      11 mars 2017 à 09 h 37

      « Une menace de greve d’autobus en pleine semaine du Salon de l’auto on ne peut espéré mieux comme promotion pour promouvoir plus de traffic a quebec. » (sic)

      On sait que tous que ce que vous écrivez sur le RTC ou le TEC est toujours fondé et vérifiable. Si seulement vous répondiez aux questions, ça viendrait contrebalancer un peu pour la piètre qualité de votre français.

      Vous êtes tellement prévisible. J’ai tendu la ligne et à peine plus qu’une heure vous avez mordu à l’hameçon. lol

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. Jeff M

    11 mars 2017 à 13 h 01

    Pas de grève, tant mieux. Mais à une époque où l’on fait des efforts pour développer l’offre de transport en commun, ça mine la confiance et risque de mobiliser l’opinion publique. Je n’en veux pas au syndicat. La loi 24 sur le régime de négociation semble vraiment mal faite.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      11 mars 2017 à 13 h 23

      « La loi 24 sur le régime de négociation semble vraiment mal faite. »

      Ce n’est qu’un début de ses effets. Il va falloir s’armer de patience. Et soit dit en passant avec les politiciens que nous avons à Québec, je dirais que c’est l’une des pires villes pour développer l’offre de TEC. Les politiciens auraient souhaiter mettre des bâtons dans les roues pour les 20 dernières années et ils n’auraient pas fait mieux. Si l’offre s’est bonifiée c’est contre vents et marées.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Jeff M

        11 mars 2017 à 14 h 04

        Labeaume pourrait faire plus pour convaincre l’opinion publique des biens fait du SRB. Mais le problème est pas tant les politiciens que l’environnement déjà très favorable à l’auto. Blâmer les politiciens sur ce coup me semble un peu facile. Y’a seulement la CAQ qui a résolument une vision de banlieue sur la question.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jeff M

        11 mars 2017 à 14 h 11

        Et la loi 24, eh ben je sais pas à quoi ils pensaient, mais cela a été échafaudé en dehors des enjeux urbanistiques.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        11 mars 2017 à 14 h 18

        « Mais le problème est pas tant les politiciens que l’environnement déjà très favorable à l’auto. » (sic)

        Cet environnement favorable n’est pas le fruit des décisions de ces politiciens? C’est le hasard qui l’a créé?

        Je ne comprends pas pourquoi je ne peux les blâmer à tout le moins en grande partie.

        Regardez les villes où les politiciens ont eu le courage de supprimer cet environnement favorable. Vous constaterez qu’avec ce genre de politiciens les citoyens n’ont eu d’autre choix que de prendre le bon virage même si ce n’est pas ce qu’ils souhaitaient.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jeff M

        11 mars 2017 à 19 h 56

        On parle de choix qui ont été fait dans les années 60 là.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        12 mars 2017 à 07 h 51

        Des choix que l’on a cessé de faire? On a cessé de faire des choix qui favorisent l’auto solo?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        12 mars 2017 à 08 h 18

        Quand Labeaume dit ceci:

        «Je m’excuse pour l’incompétence des gens qui ont travaillé là-dessus, pour les fonctionnaires incompétents qui n’ont aucune conscience de ce que c’est vivre en société, qui sont dans leur bulle. Je ne sais pas s’ils voient des humains dans une semaine. En tout cas, ceux qui ont travaillé là-dessus n’en ont pas vu depuis une secousse», s’est emporté le maire en entrevue mercredi soir.

        Et d’ajouter: «J’espère que ces gens ne travailleront plus longtemps pour nous autres.»

        Ou ceci:

        « Elle ne sera pas réservée, a dit le maire. À moins que le gouvernement le décide, mais le ministre m’a dit : « On ne le fera pas » », a déclaré le maire de Québec lors d’un point de presse, mercredi en fin d’après-midi.

        Ou quand Denis Gravel se réjouit d’avoir imposé le débat sur un troisième lien aux politiciens. Après avoir fait imprimer 20,000 autocollants, lancer une pétition, harceler le maire sur les réseaux sociaux, c’est le genre de choses qui peuvent avoir du poids sur les politiciens.

        Et quand les ministres au MTQ se montrent plus flexibles après avoir tenu une position ferme.

        Ça ne rend pas l’environnement encore plus favorable à l’auto-solo?

        Aux dernières nouvelles le ratio voiture versus personnes en âge d’avoir un permis de conduire continue d’augmenter. Fin de la discussion pour moi. Si vous voulez la poursuivre, je vous suggère de contacter Normand Mousseau qui a coprésidé la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jeff M

        12 mars 2017 à 09 h 10

        Vous pouvez bien prendre une voie d’autoroute de trois kilomètres comme exemple, sur laquelle la mairie et la province se sont mal entendu sur la vision de ce projet – Qui avait commencé avec une voie réservée, puis Labeaume en voulait une seulement au sud de la 40.
        Moi je vous parle de tout un plan d’ensemble d’autoroutes qui a été mis en oeuvre il y a un demi siècle. Je vous parle d’une mauvaise protection des terres agricoles qui prévalait à l’époque. Bien des choses ont été faites à l’époque qui on donné lui à l’environnement que nous connaissons aujourd’hui. Et c’est à partir de ça que nous travaillons aujourd’hui. Et franchement, je ne vois pas un politicien réussir à aller complètement en porte à faux de tous ça. Parce que les gens votent. Ce sont les citoyens qui font véritablement le choix et pour qui ce n’est pas un problème. On peut ne pas être d’accord. Mais ne me dites pas qu’il y a des coupables faciles.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jeff M

        12 mars 2017 à 09 h 22

        Je nous considère chanceux que le projet du SRB soit bien appuyé au niveau politique. Depuis qu’il est mis en opposition avec le 3e lien par certains médias, beaucoup de gens deviennent plus dédaigneux envers ce projet. J’accepte mal qu’on blâme les décideurs sur ces question présentement, car ça serait tellement facile pour eux de changer leurs fusil d’épaule sur ces questions. On pourrait être dans un scénario bien pire. La direction qui est prise en ce moment, elle est beaucoup plus à protéger qu’à vilipender.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        12 mars 2017 à 09 h 54

        « Vous pouvez bien prendre une voie d’autoroute de trois kilomètres comme exemple, sur laquelle la mairie et la province se sont mal entendu sur la vision de ce projet – Qui avait commencé avec une voie réservée, puis Labeaume en voulait une seulement au sud de la 40. »

        C’est ironique, pour l’extrait où il évoque une fois de plus l’incompétence des autres, il ne s’agit pas de cet autoroute. Je tiens à préciser ceci. Désolé, je ne partage pas votre angélisme.

        Lisez le dernier livre de M. Mousseau « Gagner la guerre du climat » et vous aurez une bonne idée de ce qu’il pense de notre maire et du gouvernment Couillard. Dans ce livre il « déboulonne systématiquement chacun de ces mythes et démontre de manière irréfutable la vérité suivante : la solution au problème des changements climatiques n’est pas de nature technologique ou scientifique, mais bel et bien politique ».

        Soit dit en passant il n’est pas plus tendre pour le maire de Montréal et le gouvernement de notre « Selfie Boy ».

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        12 mars 2017 à 10 h 04

        « J’accepte mal qu’on blâme les décideurs sur ces question présentement, car ça serait tellement facile pour eux de changer leurs fusil d’épaule sur ces questions. » (sic)

        Vous me faites un procès d’intentions. Je ne le blâme pas d’appuyer le SRB. Bon sang! M’avez-vous seulement lu lorsque j’écris sur le transport en commun et les modes de transports actifs?

        Le blâme il va pour les décisions qui vont à l’encontre du TEC. Il ne suffit pas d’implanter un SRB, il faut aussi cesser d’améliorer l’environnement qui favorise l’auto-solo. Par exemple, prendre des décisions qui encouragent à relocaliser des services vers une marée de stationnements à ciel ouvert. Mais bon je vous laisse avec votre bel angélisme et votre cécité sélective. Je considère que j’ai assez perdu de temps sur ce sujet…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jeff M

        12 mars 2017 à 12 h 17

        Désolé de vous avoir énervé. Vous comprenez ce que vous voulez comprendre.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        12 mars 2017 à 14 h 26

        « Désolé de vous avoir énervé. Vous comprenez ce que vous voulez comprendre. »

        Je pourrais vous retourner le commentaire, mais ce ne serait pas constructif.

        Encore une fois, vous me prêtez des intentions que je n’ai pas. C’est bien plus les politiciens que vous qui m’énervent. Apparemment, le message ne passe vraiment pas. C’est triste. :-(

        Essayez de lire ou d’écouter d’autres personnes comme Normand Mousseau, le message passera peut-être mieux?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jeff M

        13 mars 2017 à 14 h 16

        Le point que vous n’avez pas compris chez moi est que les politiciens – je vais préciser, les libéraux- ont affaire à une population votante pas expressément sensibilisée aux enjeux environnementaux et urbanistiques. Car après tout, en politique on offre ce que notre public cible veut. La clientèle électorale des libéraux n’est pas réputée être motivée par ces enjeux. De là mon affirmation à l’effet que, globalement, on s’en tire à bon compte. Et oui, je le maintiens, critiquer les politiciens c’est facile. C’est la chose la plus facile à faire.

        Convaincre un grand public, pas du particulièrement sensibilisé, c’est une toute autre tâche.

        Vous me citez en prenant des bouts de phrases sortis de leur contexte et vous leur donnez le sens que vous voulez.

        « Gagnez la guerre du climat ». Je ne l’ai pas lu. J’ai lu sur des gens qui l’on lu. Pas super, mais j’ai pas que ça à faire. Et je ne suis pas impressionné par ce que j’ai vu.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        13 mars 2017 à 20 h 13

        « « Gagnez la guerre du climat » Je ne l’ai pas lu. J’ai lu sur des gens qui l’on lu. Pas super, mais j’ai pas que ça à faire. Et je ne suis pas impressionné par ce que j’ai lu. »

        Permettez moi de ne pas être impressionné en lisant ceci. Quand juste après vous écrivez ceci:

        « Vous me citez en prenant des bouts de phrases sortis de leur contexte et vous leur donnez le sens que vous voulez. »

        Vous pouvez vous laisser impressionner par ce que vous en avez lu. Pouvez-vouz citer ce que je devrais lire?

        Je présume que ceux qui en disent du mal feront de bons experts à recruter pour une commission de notre bon gouvernement Couillard.

        Pour le reste, on va devoir s’entendre pour ne pas être d’accord.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        13 mars 2017 à 20 h 15

        Merci pour l’hyperlien de l’entrevue à Radio-Canada!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        13 mars 2017 à 21 h 23

        Les échanges dans la section commentaires de cet article du journal Le Devoir sont beaucoup plus constructifs et intéressants que ce que mes échanges ont donnés ici. Pour ceux intéressé à amputer un peu de leur temps consacré à des dossiers inmportants comme Face-de-Bouc je vous suggère d’allr lire l’aticle et les commentaires.

        Le Québec court à l’échec climatique

        http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/492801/climat-le-quebec-court-a-l-echec

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  4. Pierre Tremblay

    11 mars 2017 à 14 h 46

    Je suis très curieux de connaître les détails de l’entente. Tous le monde subit les augmentations de tarifs divers mais les chauffeurs du RTC sont mieux armés que bien des gens pour y faire face. Quand on commence à $39,000 par année avec un Secondaire 5 comme prérequis on devrait être satisfait d’autant plus que les chauffeurs atteignent $50,000 très rapidement. Je suis très heureux qu’il y ait eu entente on pourra maintenant se concentrer sur le développement et l’amélioration du réseau.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

      11 mars 2017 à 15 h 06

      L’aller-simple en argent comptant est actuellement à 3.50$. L’entente entre le syndicat et le RTC serait pour 5 ans. A combien sera cet aller-simple dans 5 ans si les subventions gouvernementales ne sont pas à la hausse ? 5$ ? En souhaitant que l’assemblée générale des syndiqué(e)s accepte l’entente négociée, et en étant satisfait de la négociation positive qui a amené ce résultat, il faut souhaiter à mon avis que l’escalade des coûts du transport en commun cesse.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        11 mars 2017 à 15 h 21

        « A combien sera cet aller-simple dans 5 ans si les subventions gouvernementales ne sont pas à la hausse ? »

        Et tout ça pendant qu’on ne cessera de subventionner l’auto-solo via les investissements dans les infrastructures et la subvention de places de stationnement qui encouragent les automobilistes à polluer davantage.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *