Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


PPU de la colline Parlementaire: consultation du 14 mars 2017

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 14 mars 2017 9 commentaires

Ce soir avait lieu, malgré la tempête de neige, la consultation relative aux modifications proposées par la Ville de Québec au Programme particulier d’urbanisme de la colline parlementaire.

L’auditorium Daniel Johnson de l’édifice Marie-Guyart était presque plein (plus de 300 personnes) malgré la température qui a pourtant fait annuler plusieurs évènements prévus en cette soirée du 14 mars 2017.

Après un long exposé (50 minutes) par les gens de la Ville de Québec sur les sujets faisant l’objet de cette consultation, il fut demandé aux représentants des Conseils de quartier de présenter leurs positions sur les modifications demandées au PPU.

De façon générale, il y eut approbation par ces dernier sauf quelques exceptions. Si le Conseil de quartier St-Jean-Baptiste est d’accord pour le désir de la Ville d’avoir le pouvoir d’exproprier ou acheter de gré à gré les Îlots Lépine et Saint-Vincent-de-Paul, on veut toutefois que la hauteur des édifices qui pourraient s’y construire soit limitée à 4 étages, soit 16 mètres.

De son côté, le Conseil de quartier du Vieux-Québec-Cap-Blanc-Colline Parlementaire s’est confusément prononcé contre les projets de la Fondation Jules Dallaire quant à la Maison Mère Mallet. Cette fondation demande des modifications au PPU afin de maintenir la vocation sociale de cet immeuble, sans aucune intention commerciale. L’assemblée n’a pas semblé comprendre le sens de leur intervention. Toujours quant au même Conseil, il a présenté une résolution quant aux Îlots Lépine et Saint-Vincent-de-Paul qu’ils voudraient voir inscrit dans une politique d’aménagement dont on doit deviner le sens mais qui doit apparaître dans le texte de leur résolution. Espérons qu’il sera publié …

Le Conseil de quartier Montcalm a été plutôt discret, n’ayant délégué aucune personne pour le représenter mais manifestant par écrit son accord aux sujets proposés dans cette consultation.

Lors des interventions du public, celui qui fut candidat à la chefferie de Démocratie Québec (François Marchand) fut le premier à intervenir pour déclarer qu’à son avis, la Ville de Québec n’avait pas besoin du tout de réclamer des pouvoirs afin d’acheter ou exproprier un édifice qu’on laisse tomber en ruines (Église Saint-Coeur-de-Marie, Maison Paquet, etc). Un jour nous saurons peut-être si cet avocat a juridiquement raison.

L’intervenant suivant fut le promoteur Louis Lessard quant au projet de condos relié à l’église Saint-Coeur-de-Marie. Rappelons que la Ville veut modifier le PPU afin de pouvoir acquérir de gré à gré ou exproprier un tel immeuble afin d’en faire un autre projet si besoin est. Monsieur Lessard a rappelé qu’en 7 ans, il a proposé 9 projets à la Ville de Québec avec le concours d’au moins 5 architectes et que cet endroit est fermé depuis 23 ans. Il a affirmé que le Ministère de la Culture ne voudrait plus de façadisme, qu’il a reçu 160 demandes très intéressées pour son projet de condos sur ce site, et que les commerçants de la Grande Allée appuient son projet, pétition à l’appui.

De façon générale, les citoyens et les citoyennes qui ont pris la parole se sont montrés en accord avec le projet du promoteur quant à l’église Saint-Coeur-de-Marie. A une question franche et directe d’un citoyen aux gens de la Ville, cette dernière a été incapable de manifester ses intentions quant à l’achat ou l’expropriation éventuelle de cette église. Car le problème est assez simple. Avec les pouvoirs qu’a maintenant la Ville de Québec, et la modification demandée au PPU, cette dernière pourra, à son gré, acquérir l’église ou exproprier son propriétaire. Or il semble qu’une somme de 10 millions soit nécessaire pour mettre en ordre le bâtiment. Qui le fera ?

En somme, une bonne assemblée démocratique qui devrait déterminer de façon définitive l’avenir de l’église Saint-Coeur-de-Marie lors de la décision finale du conseil de ville en avril prochain.

Commission Urbanisme. Église Saint-Coeur-de-Marie * La décision de la Commission en janvier 2016. A lire.

Toutes les informations disponibles sur le site de la Ville de Québec

Voir aussi : Architecture urbaine, Arrondissement La Cité-Limoilou, Conférences / évènements.


9 commentaires

  1. Marie Josee Utilisateur de Québec Urbain

    15 mars 2017 à 11 h 04

    Bonjour,
    La semaine dernière, je suis allée constater les lieux avoisinants au futur projet du Cinq30 sur 18 étages situé en parti dans l’aire de protection de la Chapelle du Bon Pasteur, à ma grande surprise en voyant l’arrière de cette église, des bâtiments d’architecture non homogènes soient deux maisons miniatures et un bloc d’appartements qui semblent avoir été oublier … À mon avis il serait intéressant de pouvoir consulter le visuel latéral et arrière du bâtiment et non seulement la façade afin de savoir s’il y a un projet d’ensemble, car il serait nécessaire afin de revitaliser cette rue principale qui mène vers la Grande-Allée, soit la rue de l’Amérique-Française que l’on perçoit visiblement à partir de la Grande Allée.
    Marie

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Simon Bastien

    15 mars 2017 à 16 h 09

    Différentes versions du projet de l’église Saint-Coeur-de-Marie sont présentées ici : http://www.journaldequebec.com/2017/03/15/eglise-saint-cur-de-marie–un-projet-neuf-versions

    La version réalisée par l’architecte Dan Hanganu est intéressante. D’autres sont peu harmonieuses. Va falloir que la ville se branche une fois pour toutes et qu’elle soit claire avec ses intentions sur le site pour qu’il s’y passe quelque chose un jour. Avant celles de Louis Lessard, d’autres propositions pour le site avaient elles aussi été rejetées par la ville (salle de spectacle, hôtel-boutique, etc.).

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. AndreGil

    15 mars 2017 à 20 h 55

    Le conseil de quartier St-Jean-Baptiste veut que la hauteur des édifices des Îlots Lépine et Saint-Vincent-de-Paul soit limitée à 4 étages. Pourtant nous ne sommes pas dans l’arrondissement historique du Vieux Québec. Coudons sommes-nous bien au centre-ville pour avoir un hôtel limité à 4 étages ou bien sur le boul. Ste-Anne ? le conseil de quartier exagère.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Jean François Côté

    16 mars 2017 à 07 h 47

    AndreGil

    Ils doivent espérer une co op ceinturée d’un parc. Idem pour la maison Marie Mallet : toucher à rien il faut que ça demeure comme c’est là. Après ils vont venir se plaindre qu’il n’y a pas d’épicerie et de services dans le vieux…

    Idem aussi pour la maison Bethune : Des nouveaux voisins ils n’en veulent pas même les touristes semblent les déranger.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

    16 mars 2017 à 09 h 16

    Un PPU protègera-t-il vraiment l’église St-Coeur de Marie?

    Nicole Moreau

    POINT DE VUE
    Le Soleil

    On se souvient tous que pendant que la Ville consultait les citoyens de la Pointe-de-Ste-Foy sur le programme particulier d’urbanisme (PPU) dans ce secteur et arrivait à une entente signée sur la hauteur maximale des bâtiments susceptibles d’être érigés sur le boulevard Laurier, que celle-ci ne dépasserait pas 30 étages.

    Cependant, pendant ce temps, la Ville travaillait avec Cominar, important promoteur immobilier, pour le développement d’un projet appelé «Le Phare», un édifice de 65 étages. Ça signifiait que la Ville ouvrirait le PPU afin d’adopter une règlementation autorisant la réalisation du Phare, mais après une consultation des citoyens. Toutefois, on sait que les citoyens ne disposent pas, dans les territoires couverts par des PPU du droit au référendum. Malgré l’opposition des citoyens, malgré la position de nombre de spécialistes d’architecture et d’urbanisme, la Ville a les coudées franches pour autoriser ce projet.

    Quand la Ville avance dans les modifications du PPU de la Colline parlementaire, qu’elle protégera l’église St-Coeur de Marie, qu’est-ce que ça veut dire au juste? J’ai vu, sur le site de Québec Urbain, au début du mois, qu’un promoteur veut démolir cette église pour y établir une tour de 18 étages et que la Commission d’urbanisme de la Ville de Québec avait donné son accord. La Ville parle-t-elle dans ce dossier des deux côtés de la bouche en même temps, considérant l’approche des élections de novembre prochain? Cette protection subsistera-t-elle après les élections? Permettez-moi d’en douter, si je compare avec le cas du Phare.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Michel Haineault

    16 mars 2017 à 11 h 20

    Le maire de Québec devrait mettre les choses au clair AVANT la prochaine élection. Qu’il nous délimite très clairement les secteurs de la ville où il est possible de construire des tours modernes de plusieurs étages, et les secteurs où cela n’est pas ou plus autorisé.
    Personnellement, je suis d’accord pour qu’on construise de telles tours dans tous les secteurs de la ville, si ce n’est des quartiers à la fois historiques et très touristiques. J’inclus là-dedans la Grande-Allée.
    Donc, OUI à des tours en hauteur dans Saint-Roch (comme la tour Fresk) et Sainte-Foy (comme le Phare), ainsi que dans des quartiers comme Lebourgneuf, Vanier et Limoilou ; et NON à des tours en hauteur à l’intérieur ou à distance de marche des fortifications.
    Je m’oppose à la démolition de l’église sur Grande-Allée : un bien patrimonial unique à Québec et un important repère visuel, comme l’a si bien indiqué la ville récemment. Je m’oppose aussi à la construction d’une tour de plusieurs étages sur Côte d’Abraham. À cet endroit, et comme la ville l’a déjà signalé par le passé, j’aménagerais un petit espace vert. Le quartier en manque cruellement ! J’y ferais aussi installer un lien mécanique (une autre très bonne idée de la ville) ; et j’autoriserais un ou deux immeubles d’habitation d’au plus 6 étages avec services de proximité au rez-de-chaussée. J’y ferais même reconstruire le piteux escalier Lépine pour lui donner plus de caractère. En réaménageant quelque peu la base de celui-ci (le carré Lépine), on aurait un ouvrage signature à cet endroit stratégique de la ville dont on pourrait être fier.
    J’ai toujours fais confiance à l’équipe Labeaume, entre autres et surtout à madame Julie Lemieux qui ne m’a jamais déçu par le passé. Je vais à nouveau voter pour cette équipe lors de la prochaine élection. J’espère ne pas avoir à le faire à reculons cette fois-ci…
    Monsieur Labeaume, embellissez notre ville. Vous vous y êtes engagé pour votre prochain mandat. Canopé, transports alternatifs, accès à l’eau. Merci.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Francis L

      17 mars 2017 à 06 h 40

      Je suis génralement d’accord, à l’exception des tours en haute-ville. Ce projet, en espérant qu’il conservera une partie de l’église, est situé entre le concorde (25 étages) et le complexe G (31 étages, plus haute tour à Québec). Je crois sincèrement que ce projet est suffisamment loin du Vieux-Québec pour y construire une nouvelle tour qui fera peut-être oublier un peu l’architecture moyenne des autres déjà présentes.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Michel Haineault

        17 mars 2017 à 12 h 21

        L’église se situe à six pâtés de maison des fortifications (Google Maps).
        Suffisamment loin ? Tout est une question de perspective ; d’où l’intérêt qu’aurait le maire à délimiter très clairement les secteurs de la ville où la construction d’une telle tour pourrait être autorisée.
        Une tour vitrée de plusieurs étages à cet endroit précis aurait selon moi pour effet d’écraser par sa présence les maisons victoriennes et très coquettes de la Grande-Allée, dont certaines se trouvent de l’autre côté de la rue…
        Ceci dit, je partage votre opinion pour ce qui est du Concorde et surtout du Complexe G. À leur défense, je dirais toutefois que ces deux tours ont au moins le mérite de ne pas être recouvertes de verre réfléchissant. Et le complexe G a aussi le mérite de ne pas être situé sur la Grande-Allée. Le contraste entre le verre réfléchissant de la future tour et la vieille pierre des maisons victoriennes serait pour certains choquant et trop « violent ».

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  7. Insider

    18 mars 2017 à 09 h 00

    « Ceci dit, je partage votre opinion pour ce qui est du Concorde et surtout du Complexe G. »

    J’ajouterais ceci à ce que vous avez écrit. Nous sommes en 2017. Nous connaissons mieux. Dans ce contexte, peut-on vraiment invoquer les erreurs du passé pour justifier nos décisions ou l’omission d’en prendre maintenant?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *