Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Bientôt un bureau de projet pour le troisième lien

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 juillet 2017 20 commentaires

Source : Simon Boivi, Le Soleil, le 19 juillet 2017

(Québec) Le bureau de projet qui étudiera la meilleure option pour un troisième lien routier entre Québec et Lévis sera ouvert aux suggestions des citoyens, selon ce qu’a appris Le Soleil. 
Le gouvernement du Québec devrait annoncer cette semaine le nom du directeur du bureau de projet, qui a été doté de 20,5 millions $ lors du budget Leitao déposé en mars dernier. 
D’après nos informations, le bureau sera localisé à l’édifice de l’Atrium, à Charlesbourg, qui abrite aussi les locaux du ministère de l’Énergie et des Ressources Naturelles. Le directeur devra pourvoir huit autres postes pour compléter son équipe. Chacun des membres proviendra de la fonction publique. L’équipe doit être en place cet automne.
Le bureau de projet aura le mandat d’étudier toutes les options envisageables en vue de la construction d’un troisième lien, et d’identifier la meilleure solution en fonction de son coût. 

Une page web sera associée au bureau sur laquelle les citoyens devraient pouvoir suivre l’évolution de ses travaux. Cet outil permettra aussi à chacun d’émettre des commentaires et d’y aller de suggestions. Un comité sera chargé d’examiner les différentes propositions reçues. 

la suite

L’arnaque du troisième lien.

Voir aussi : Transport, Troisième lien.


20 commentaires

  1. antoine

    20 juillet 2017 à 09 h 28

    D’accord pour le troisième lien, mais qu’il soit un pont payant. Je demeure en ville, je paie des taxes elevées pour justement éviter la congestion automobile et de perdre mon temps en auto, alors pourquoi devrais-je payer pour un pont qui ne fera que favoriser encore l’étalement urbain, l’installation de la population sur la rive sud ( donc qui ne paient pas de taxes à Québec ) et ce sans avoir étudié des solutions alternatives.

    – véritable train de banlieue lévis – centre ville avec arret à Ste-Foy sud et Ste Foy nord, Québec
    – navette ferrroviaire utilisant le tunnel sous les plaines reliant Ste-Foy et la gare centrale
    – révision des circuits d’autobus pour croiser les trains et desservir les banlieues
    – mise en place d’un systeme simple à utiliser, voir gratuit pour tous pour ainsi favoriser l’utilisation du transport en commun et réduire l’utilisation de l,auto

    bon à Québec c’est une utopie… pourtant ailleurs c’est ce que les grandes villes font actuellement… mais on est tellement meilleurs que les autres… think big Regis !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Jp-Duval

      20 juillet 2017 à 12 h 19

      Vous énoncez de bien jolis projets…Mais croyez-vous que nous avons la population pour justifier économiquement de tels investissements?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • antoine

        20 juillet 2017 à 14 h 16

        avons nous la population pour justifier l’investissement majeur requis pour un troisième lien ? 4-5 milliards ???
        voies ferrées existantes ( ajout de deux ou trois gares )
        routes existantes ( créer des stationnements incitatifs )
        autobus existants ( il suffit de revoir les parcours )
        gratuité : pourquoi pas… sinon on demeure avec tarif tout comme le péage aux ponts

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • laéR

        20 juillet 2017 à 21 h 20

        Votre question est sérieuse où c’est simplement que la capacite de réflexion n’est pas une chose que vous ayez eu l’occasion de développer?

        À moins que votre propos touche également le troisième lien? Si tel est le cas, alors veuillez m’excuser.

        Autrement, passez Go et aller réfléchir.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Dave Johnston

        24 juillet 2017 à 12 h 28

        M. Duval, je me permets de répondre à votre question par un exemple. Je viens tout juste de séjourner dans une ville beaucoup plus petite que Québec possédant un système de transport en commun efficace. La ville de Palma, en Espagne, a inauguré son métro en 2007 avec une population d’un peu plus de 400 000 habitants. L’Espagne est beaucoup plus pauvre que le Canada et la ville de Palma vie uniquement du tourisme. Je crois donc que vous avez une réponse à votre question.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Marc Guy

      22 juillet 2017 à 18 h 29

      Le train la vrai solution qui ne sera maleureusement pas retenue pas assé de contrat a donner ,une juridiction ( via rail ) qui est pas sous controle du ti-maire.
      On doit prendre en compte que les gens qui possede un auto les coup fixe élevé et le coup du Km tres bas en comparaison de prendre le transport en commun est trop cher

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  2. julien@hotmail.com

    20 juillet 2017 à 15 h 17

    Je doute que ce lien ne puisse jamais s’autofinancer.

    Si le chiffre de 4 milliards de dollars est bon et qu’on estime une moyenne de 40 000 passages par jour (actuellement, il y en a environ 32 000 par jour sur le pont de Québec et 120 000 sur le Pont Pierre La porte), cela devrait coûter 15$ par passage juste pour payer l’investissement.

    Pour autofinancer uniquement les coûts de construction de ce pont avec un tarif moyen de 3$ (semblable à la région de Montréal), il faudrait avoir environ 200 000 passages par jour. Soit plus que les deux ponts actuels.

    Donc, si jamais le bureau de projets recommande d’aller de l’avant, on peut d’ores et déjà annoncer qu’il sera au moins partiellement financé par le public.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. PPD

    20 juillet 2017 à 21 h 06

    Ce bureau de projet, c’est pour les intérêts électauraux des partis et politiciens impliqués. Ça calme le jeu en atténuant le débat.

    On est en train de mettre à niveau un réseau autoroutier construit dans les années 60 et 70, et ce plutôt que de construire d’autres voies rapides. N’en déplaise à certains, je suis d’avis que c’est un mal nécessaire.

    Peu de gens « pro 3e pont » s’en rendent compte, mais le travail est déjà en cours pour améliorer la « fluidititté » du transport inter-rives (comme disait Sam). Ils en prendront conscience tôt ou tard, du moins je l’espère.

    Les actions actuelles sur le réseau me semble appropriées. Le bureau de projet pour le 3e lien, c’est de la protection politique. Il n’y a pas de quoi s’énerver à mon humble avis. Au mieux, ils proposeront de remplacer le vieux pont fini pour un meilleur, ce qui me semble inévitable à moyen terme.

    En bref, le temps fera son oeuvre, se disent les politiciens et optimistes comme moi. Le transport collectif a mauvaise presse présentement, mais les perceptions vont changer. C’est une question de maturité je crois.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Carl

    21 juillet 2017 à 08 h 29

    Est-ce que les gens qui commentent ici et qui suggèrent à qui mieux mieux d’utiliser les infrastructures ferroviaires actuelles pour y faire passer des trains de banlieue ont déjà jeté un coup d’œil à une carte de la région de Québec sur laquelle ont peut voir les voies ferrées? Cliquez ici pour référence.

    Et comparé cette carte à une carte des flux de déplacements aux heures de pointes?

    Et constaté que ces fameux « trains de banlieue » ne desserviraient pour ainsi dire personne?

    Le seul corridor qui aurait pu (et pourrait théoriquement encore) être converti en une infrastructure de transport en commun sur rail serait le Corridor des Cheminots, mais je n’ose imaginer les pleurs et les grincements de dents qui accompagneraient la réimplantation de voies ferrées dans ce qui est devenu un corridor cyclable. De plus, la connection nord-ouest / centre-ville sera loin d’être la plus importante lorsque viendra le temps, vers le 24ème ou 25ème siècle, de penser à faire passer les TeC dans la région de Québec à un niveau de service supérieur.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Carl

    21 juillet 2017 à 11 h 43

    J’avais mis en ligne un commentaire ce matin, qui devait être approuvé, et il a disparu… que s’est-il passé?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Lisanne

    21 juillet 2017 à 13 h 59

    Le Tramway de Québec avant le tunnel sous le fleuve!!
    Sans parler du Pont de Québec qui a besoin de peinture et ça presse!!!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. Marc Guy

    22 juillet 2017 à 18 h 49

    Des millier de siège d’auto vide traverse le fleuve tout les jour trop simple de permetre le transport de persone rénuméré style Uber l’argent a fait ces preuve comme source de motivation au covoiturage.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • julien

      22 juillet 2017 à 22 h 24

      même pas besoin de rémunérer. Mettez des voies réservées qui permettent de sauver du temps et faites des aménagements pour faire du covoiturage spontané. Vous prenez deux inconnus, vous pouvez prendre la voie réservée et vous sauvez 15 minutes.

      Cela se fait dans plusieurs grandes villes. Simple et peu coûteux.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Francis L

        24 juillet 2017 à 11 h 40

        Si on retranche une voie de circulation du pont Pierre Laporte pour la transformer en voie de covoiturage/autobus, alors je suis tout à fait d’accord.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  8. Che

    24 juillet 2017 à 13 h 14

    Je suis d’accord avec le projet si :

    – Il y a du péage sur les 3 liens pour le financer.
    – Le lien prévoit des voies réservées pour les transport en commun.

    Ceci dit, dans un monde où Montréal a eu du financement de peine et de misère pour reconstruire le pont Champlain, et dans lequel on a de la misère à financer l’entretien du pont de Québec, je ne vois pas quand les deux paliers de gouvernement vont allonger 3-4 milliards pour réaliser un nouveau lien à Québec. On va probablement en parler longtemps. Et le bureau de projet est un excellent pas en ce sens (en parler).

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Luc

      27 juillet 2017 à 19 h 15

      Évidement le chiffre de 3 à 4 milliards c’est l’option présentée par le gouvernement libéral afin de tuer le projet dans l’œuf. Or on sait maintenant qu’il y a des alternatives moins coûteuses et le bureau de projet aura donc comme mandat d’analyser tous les scénarios. je crois que juste pour ça, ça vaut la peine de le mettre sur pied et en plus, on arrêtera de dire à chaque fois que ça coûte 4 milliards.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *