Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


La Ville de Québec propose d’inverser des voies sur le pont Laporte

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 septembre 2017 16 commentaires

Annie Morin
Le Soleil

(Québec) La Ville de Québec calcule que la construction d’un troisième lien routier entre Québec et Lévis dans la partie est du territoire augmenterait la congestion sur la rive nord. Elle suggère au bureau de projet sur le troisième lien d’évaluer la possibilité d’ajuster le nombre de voies de circulation sur le pont Pierre-Laporte en fonction du trafic matin et soir.

Le Service du transport et de la mobilité intelligente de la Ville de Québec a dévoilé vendredi après-midi les résultats de plusieurs mois de calculs et de projections sur la circulation entre les deux rives avec ou sans troisième lien.

Les fonctionnaires sont partis des données existantes sur les débits de circulation et les temps de parcours, puis ils ont estimé les changements qu’un troisième lien induirait dans les déplacements, les nouveaux temps de parcours et la longueur des files d’attente.

Ils ont ainsi calculé que 7145 véhicules sur les 23 817 faisant actuellement la traversée du sud vers le nord à l’heure de pointe du matin, soit presque 30 %, seraient susceptibles d’emprunter le troisième lien en raison de sa proximité géographique. Du nombre, environ 3000 seraient avantagés dans leurs déplacements.

La majorité de ceux habitant dans l’arrondissement Desjardins, dans l’est de Lévis, verraient leur temps de parcours diminuer de 1 à 24 minutes, selon qu’ils se rendent travailler dans l’ouest ou dans l’est. Dans Chaudière-Est, l’effet est toutefois minime. Dans Chaudière-Ouest, il est inexistant.

Sur la rive nord, les files d’attente constatées sur les autoroutes Félix-Leclerc et Dufferin-Montmorency, où se grefferait un éventuel tunnel, seraient allongées. Selon le directeur du Service du transport, Marc Des Rivières, il serait même «possible» qu’ils soient ralentis dès la sortie ou même sous terre en cas d’incident.

Pour arriver à des résultats plus probants, plus rapidement, la Ville de Québec suggère au bureau de projet sur le troisième lien récemment créé par le ministère des Transports «d’évaluer la faisabilité de mettre en place un système de gestion de voies directionnelles variables selon les périodes de pointe sur le pont Pierre-Laporte et ses approches».

À la pointe du matin, il y aurait quatre voies accessibles en direction nord. En fin de journée, quatre voies en direction sud. Cela grâce à un terre-plein mobile, en béton de type «New Jersey», déplacé au gré du trafic.

M. Des Rivières a donné l’exemple des ponts Golden Gate à San Francisco et Louis-Bisson à Laval qui sont organisés de cette façon.

L’article

Voir aussi : Transport en commun.


16 commentaires

  1. Francis L

    15 septembre 2017 à 16 h 54

     » La Ville de Québec calcule que la construction d’un troisième lien routier entre Québec et Lévis dans la partie est du territoire augmenterait la congestion sur la rive nord.  »

    Il est temps que les gens de Québec se réveillent et comprennent qu’ils n’ont absolument rien à gagner à ce que Lévis soit mieux connecté.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • laer

      15 septembre 2017 à 18 h 12

      Et commemt donc!

      Je ne peux même pas croire qu’un seul citoyen de Quebec soit en faveur de ce ridicule projet pour une minorité de la rive sud. Et pourtant c’est rempli de gens qui trouvent que c’est une bonne idée, mais n’ont aucunement les fonctions cognitives leur permettant une simple reflexion!

      La rive-nord c’est la magie. Tout le monde sait qu’il n’y a personne sur Felix-Leclerc le matin. Et bien entendu, il n’y en a pas d’attente avant Honoré Mercier sur Dufferin Momontrency.

      Pauvre gens.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • laer

        15 septembre 2017 à 23 h 47

        L’usurpateur de Quebec21 parle du développement qu’engendrerait un 3ieme lien!

        Oui monsieur l’opportuniste ne comprend pas encore, en 2017, que développement n’est pas une obligation d’étalement.

        Ce que nous avons besoin pour l’avenir de Québec, c’est d’attirer des gens, beaucoup de gens! Car nous allons vivre une décroissance qui fera mal (pour ceux qui se demande encore pourquoi, allez voir l’image de la pyramide des âges du Québec).

        Croyez vous que c’est avec un tunnel que nous croîtrons et assurerons la pérennité de notre micro société?

        Oui? Vous êtes sérieux? Alors re diriger votre carrière comme humoriste!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. Jp-Duval

    16 septembre 2017 à 06 h 25

    Ce fameux troisième lien…..Beaucoup d’émotion dans ce débat.

    Plusieurs questions se posent.

    1- Le cout.

    2- Est-ce que sa présence sera réellement utile. Oui il sera plus rapide de traverser le fleuve mais par la suite que se passera-t-il? Allons nous voir l’ensemble du réseau routier se bouchonné par cette arrivée massive de véhicules

    3- Est-ce un agent de développement économique? Est-il possible d’étudier sérieusement cette avenue….Et non pas d’affirmer sans preuve comme le fait le « cheuf » de Québec 21! Le présent débat se situe au niveau de l’émotion et non de la raison.

    4- On oublie la question démographique…..Le pourcentage de retraités est présentement de 15%. Il grimpera à 25 % d’ici 2020. Est-ce que ce phénomène aura une quelconque influence sur la congestion routière?

    5- Collectivement peut-on s’interroger sérieusement sur la pertinence de ce projet. Ce n’est pas parce que tout le monde en parle qu’il faut en déduire que celui-ci a raison d’exister.
    N’y a-t-il pas le danger de refaire le coup de l’amphithéatre! Un bel édifice dont l’utilité reste à etre démontrer!!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Che

    16 septembre 2017 à 09 h 01

    L’équipe de Québec21 fait une bonne campagne… ils devraient se présenter pour la mairie de Lévis.

    On parle que ça va aider le développement économique sur la rive-sud ? En quoi ça aide Québec ? Plus de traffic dans la ville ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Jeff M

    16 septembre 2017 à 09 h 52

    Le 3e lien, c’est comme des narcotiques. Plus on en a, plus on va en vouloir. Ça va coûter une fortune, ça va développer notre dépendance, on sera sur le high un moment et puis on retournera à la réalité.
    Ce débat s’apparente à celui des changements climatiques 2 ou 3 décennies plus tôt, du moins à Québec même, car le débat sur la circulation ici est 30 ans en retard sur ce qui se dit ailleurs. On est présentement dans une phase de déni. Les observations scientifiques et les avis d’experts se heurtent à un style de vie établit et à des intuitions personnelles trompeuses. Ça prend du temps pour ne serait ce que commencer à changer les mentalités.
    Non, un tel nouveau lien ne réglera rien, comme n’importe quelle autoroute en milieu urbain. Sauf que là en plus, on veut faire ça à un endroit où ça revient 10 fois plus cher le km en traversant le fleuve. C’est de la folie pure.
    Voilà ce que c’est de se laisser gouverner par la crap du radiostyle de Québec.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. marc guy

    17 septembre 2017 à 12 h 42

    Tout ces siège d’auto vide qui circule voila le probleme .
    La technologie existe pour du covoiturage payant a tres bas prix comparativement au transport en commun . Mais le model Quebecois de protection des lobys du transport en commun et du taxi ajouté a la culture de l’auto individuel c’est sans espoir pour plus de trafic dans le future.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Jp

      17 septembre 2017 à 23 h 41

      Ce n’est pas tout le monde qui embarquerait avec un inconnu sans connaître ses capacités de conduite. Il y a des chauffeurs de taxi et de uber qui ont prit leur permis dans une boîte de céréales, j’embarquerais encore moins avec un inconnu!

      Je pense que le covoiturage en entreprise et comme mode alternatif a du potentiel, mais comme solution globale qui remplacerait le transport en commun, j’y crois moins.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        18 septembre 2017 à 09 h 25

        @Jp

        Jarrett Walker dans sa présentation au Sommet international sur la mobilité a mentionné que certains étaient victimes de confusion pour ce qui est des solutions. Je n’ai pu m’abstenir d’avoir une petite pensée pour certains intervenants de QU. ;-)

        De mettre sur un pied d’égalité le lobby du taxi avec celui du TEC alors que ça ne prend pas un DES pour comprendre qu’un autobus n’aura pas le même impact qu’une douzaine de voitures de taxi ( ou Uber).

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  6. Che

    19 septembre 2017 à 22 h 51

    Ceci dit, je trouve ça étrange que cette idée ne semble avoir aucun support, même de la part des partisans du 3e lien (maire de Lévis).

    « Il a d’ailleurs révélé que le ministère des Transports avait déjà étudié la question des voies réversibles et avait conclu que cela ne ferait que déplacer l’entonnoir à la sortie du pont et augmenter le trafic autour. »

    Je trouve ça drôle… on n’est pas en train de conclure que le 3e lien ne sert à rien ? En d’autres termes, rajouter des voies qui traversent le fleuve (sur Laporte ou sur un 3e lien) va juste déplacer le problème de traffic ailleurs ? Tiens tiens…

    Article (en bas) : http://www.journaldequebec.com/2017/09/18/amazon-exige-un-reseau-structurant

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *