Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Un Centropolis autour du nouveau Ikea

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 octobre 2017 25 commentaires

Source : Pierre Couture, Le Journal de Québec, le 4 octobre 2017

Le promoteur immobilier Cominar entend développer le nouveau pôle commercial du secteur Duplessis en exportant son concept Centropolis à Québec.
Concept très populaire à Laval, en banlieue de Montréal, le quartier commercial Centropolis mise beaucoup sur la nourriture, le divertissement et le magasinage (Eat, Shop and Play) pour attirer les consommateurs.
« C’est très populaire auprès des milléniaux et des foodies qui aiment les découvertes », indique la porte-parole de Cominar, Caroline Lacroix.

la suite

IKEA de retour à Québec.

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Commercial.


25 commentaires

  1. Jp-Duval

    4 octobre 2017 à 10 h 37

    Voilà ce qui nous manquait à Québec.

    Un nouveau développement commercial qui favorisera grandement l’étalement urbain!!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. pedro

    4 octobre 2017 à 12 h 05

    À regarder une photo aérienne de Centropolis Laval, on risque d’avoir 4 millions de pieds carrées de stationnement pour 1 millions de pieds carrés de commerces… Un autre power center sans plus.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Paco

    4 octobre 2017 à 12 h 15

    « services de proximité (poissonnerie, boucherie, fruiterie) »

    Mais… à proximité de quoi??

    « C’est très populaire auprès des milléniaux et des foodies qui aiment les découvertes »

    En tant que millénial qui aime les bons restos… ark! Ce genre de développement attire habituellement des grosses chaines de restaurants de type familial ou resto-bar-sportif. C’est bien correct et il y a une clientèle pour ça… mais ce n’est certainement pas celle des foodies qui aiment les découvertes!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Francis L

      5 octobre 2017 à 10 h 45

      Tout à fait d’accord!

      Je pense que s’il y a un concept qui n’attire pas les millenials, c’est bien le power center!

      Je trouve bizarre de construire ce genre de surface alors qu’on est dans un marché en pleine consolidation et surtout numérisation.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  4. marc guy

    4 octobre 2017 à 16 h 04

    Développer le nouveau pôle commercial = développer le trafic rendre l’auto indispensable

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Simon Bastien Utilisateur de Québec Urbain

    4 octobre 2017 à 16 h 36

    Un beau pôle artificiel créé de toutes pièces pour les automobilistes qui vont débarquer là, et qui va en même temps nuire aux artères commerciales de quartier qui existent tout autour (rue Notre-Dame à l’Ancienne-Lorette, chemin Sainte-Foy, rue Jean-Gauvin, Campanile). Je trouve que ce secteur est déjà saturé à l’extrême de zones commerciales.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Jean François Côté

    4 octobre 2017 à 20 h 18

    C’est vrai que ça va être le bordel mais c’est encore mieux que des champ en friche et il y aura un Ikéa !

    Et au sud entre le Versant Nord et le l’ave.Chaudière un quartier tout neuf sera construit et qui rejoindra Cap Rouge.

    Et ça c’est une bonne nouvelle .

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • denisb

      4 octobre 2017 à 21 h 16

      M. Côté
      Connaissiez-vous bien le secteur ?

      La majorité de cet endroit, mis à part quelques bâtiments, était un boisé. Pour moi, je trouve plutôt dommage qu’on coupe un boisé comme ça pour encore de nouveaux commerces et de nouveaux restaurants. Il me semble qu’on en avait déjà assez.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  7. Louis M.

    4 octobre 2017 à 21 h 31

    Si ce concept fonctionne à Laval, c’est aussi parce qu’il n’y a rien d’autre là-bas!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. paradiso Utilisateur de Québec Urbain

    4 octobre 2017 à 22 h 22

    Je ne suis pas enthousiasmé par cette vision urbaine digne des années 1990… Les power centers ont-ils un avenir alors que les grandes surfaces font faillite les unes après les autres, tuées par le commerce électronique et l’endettement des ménages? Et qui travaillera dans tous ces nouveaux restos, sachant que ceux qui existent déjà sont en pénurie aiguë de main d’œuvre? Je crois qu’il y a une demande réelle pour un IKEA, mais pour le reste j’en doute.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • J.

      5 octobre 2017 à 02 h 00

      Et ces travailleurs à bas salaire, comment se rendront-ils et reviendront-ils de leur lieu de travail ? Quel circuit du RTC les y amènera et à quelle fréquence ? et pour ceux qui travailleront en dehors du 9 à 5 ? Leur revenu ne leur permettra pas de s’y délacer en auto. Si ces travailleurs sont des étudiants, quelle perte de temps ils auront pour se rendre en autobus à ce lieu de travail. C’est pas gagné !

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • nietnietniet

        5 octobre 2017 à 06 h 29

        @J

        Les jeunes qui travaillent au Cineplex Odeon et dans les boutiques autour réussissent à se rendre à leur travail, non ? En quoi est-ce différent pour ce nouveau développement ?

        Je trouve quand même que c’est une mauvaise idée cet espèce de Centropolis. Je ne pense pas y passer beaucoup de temps, contrairement au Marché public qui me semble beaucoup plus intéressant même s’il sera plus loin de chez moi.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Omer

        5 octobre 2017 à 13 h 04

        À ce que je sache, il y a plusieurs quartiers à distance de marche et de vélo de ce futur pôle commercial ? Je fais référence au secteur de Cap-Rouge et du bas de Sainte-Foy. Bref, pour des ados qui se cherchent une « jobine », ce sera très intéressant.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  9. Attila

    4 octobre 2017 à 23 h 43

    Paradiso a raison.
    Et c’est quoi cette expression bâtarde « foodie » ? franchement! N’importe quoi. À croire que les gastronomes ont été remplacés par des tatas à la recherche de la dernière mode alimentaire…
    Québec n’est pas une ville de « foodie ». Québec n’est pas New-Jersey. Québec c’est une ville de gastronomes. Et ils ne seront pas intéressés par un boston pizza dans un power center. Ils seront intéressés par l’Entrecôte Saint-Jean, La Girolle, un restaurant ethnique d’une certaine cote sur Saint Vallier Ouest, ou encore, les Sales Gosses sur Saint Joseph.
    Si on peut installer une offre gastronomique de cet ordre là, peut-être que ça peut trouver un public qui se renouvelle.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  10. J.

    5 octobre 2017 à 01 h 55

    « Quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse… », ce sont les clients qui décident du succès d’un projet. Y aura-t-il suffisamment de déplacement de clientèles pour assurer le succès de ce concept ? Et si oui, que en pâtira ? Ce sera la même chose pour le nouveau Marché de fruits et légumes alors qu’autour, des grandes surfaces offriront de meilleurs prix. Voyez l’expérience Target, voyez aller Sears et La baie. Il ne suffit pas que le client s’y rende une fois au début et quelques fois par la suite, il faut qu’il devienne un client régulier. Et ce n’est jamais assuré.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  11. Carl

    5 octobre 2017 à 08 h 34

    Ah, mais que vous êtes donc tous négatifs! C’est un tout nouveau concept! « Eat, Shop and Play »! C’est tellement innovateur qu’on ne parvient même pas à le décrire en français! Parce que « mangez, magasinez et jouez » ça serait tellement… comme qui dirait… ringard.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Attila

      5 octobre 2017 à 23 h 35

      Merci Carl, tu me fais bien rire!
      Pour ma part, en tant que roi des Huns, je voudrais que tout soit en Hunnique, mais semblerait-il que ça soit trop barbare pour certains. Mais quand même, ça serait mieux que eat shop and play, issu des langues de vos propres envahisseurs, n’est-ce pas?
      Je vous conseille de vous redresser sur votre selle et perfectionner votre maîtrise de l’arc, de la langue, et de chevaucher longtemps pour attendrir le steak.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  12. real Utilisateur de Québec Urbain

    5 octobre 2017 à 12 h 17

    En anglais ou en français, ce concept est d’une nullité telle qu’elle semble viser ceux qui n’ont pas de vie :-)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  13. Patrice

    5 octobre 2017 à 14 h 21

    On peut bien rigoler de l’approche marketing utilisée (« foodie », etc.) mais contrairement à ce qui semble se dégager parmi les commentaires, j’ai comme l’impression que ça pourrait avoir un certain succès.
    Premièrement, la clientèle visée sera celle qui viendra majoritairement au Ikea. Et souvent de loin. Rien qu’à penser aux nombreux résidents de Québec qui vont à Boucherville pour le dit magasin. Ces acheteurs en profiteront pour manger un morceau, magasiner, etc. Ce n’est pas uniquement pour les gens de Cap-Rouge!
    Et encore là, contrairement à ce que l’on peut penser, Cap-Rouge n’est pas si bien desservit par les commerces et services. Pas de fruiterie ou poissonnerie par exemple. Essayez d’aller faire votre marché au IGA Des Sources ou passer par la SAQ un samedi. C’est plein! D’autant plus vrai depuis la fermeture du Provigo. D’ailleurs, le Mail Cap Rouge sera revampé de fond en comble et avec l’ajout du nouveau quartier Domaine Legendre, ça va faire des ménages de plus en masse.
    Ste-Foy, Cap-Rouge et St-Aug regorgent de jeunes qui pourront aller y travailler. Et ce, sans faire plus de quelques kilomètres à vélo. Sinon, le nouveau Par-o-bus au coin Legendre pourront les desservir.
    Et ceux qui s’ennuient des champs contaminés recouvrant l’ancien dépotoir sur le bord de l’autoroute, il existe de bien plus beaux coins dans ce secteur comme les sentiers de la rivière ou encore le fleuve pas si loin.
    À voir! Anyway, ça ne peut pas être pire qu’un échangeur d’autoroute.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Jean François Côté

      5 octobre 2017 à 18 h 02

      Très intéressant votre pont de vu ! C’est vrai que l’ouest de la ville n’est pas très bien desservie en ce qui concerne fruiterie,chocolaterie et super marché.

      Perso je préfère voir un Ikéa et toute sa « suite » qu’un terrain en friche parsemé de déprimants commerces établis sur l’ex dépotoir municipal de Ste Foy . Et qui à l’époque était bien sûr surpeuplé de rats.

      Un investissement de $300,000,000 en infrastructure et en surface commercial pour une ville et tout l’est du Québec c’est super intéressant !

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  14. Attila

    5 octobre 2017 à 23 h 49

    Je suis d’accord, ça peut marcher, mais s’il vous plaît utilisez le terme gourmet, et gastronomique. Ce terme peut, tel une invasion barbare, même conquérir et être utilisé chez les américains, qui connaissent déjà bien le terme gourmet, ayant une valeur qualitative supérieure à ce terme proposé pour l’instant.
    Mais n’oubliez pas que les anciens vikings aiment bien offrir les boulettes suédoises et le gravlax dans leurs échoppes, ce qui risque d’entrer en compétition avec toute offre gastronomique de ce centre de divertissement et d’achats. Par contre, l’idée d’une fruiterie et d’autres commerces spécialisés cadre très bien dans ce secteur de Québec.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  15. alexandre

    6 octobre 2017 à 04 h 03

    Arrêtez de voir ce projet comme une nuisance. Ce nouveau pôle commercial ne desservira pas seulement que cap-rouge, sainte-foy et Saint-augustin. Il sera utile pour le monde de la beauce, de Trois-rivières et même du Saguenay de de la côte-nord qui descende 1x par année pour aller au IKEA de Boucherville. Nous retenons donc des « tourismes » pendant une ou deux nuitées dans notre belle ville. Pour ce qui est de la main d’oeuvre je ne suis pas inquiété, puisque l’ouest de la ville de Québec à quelques nouveaux projets immobiliers qui amèneront de jeunes familles et adolescents dans le secteur. Par contre, je vous accorde que ce nouveau secteur doit être bien accessible par le transport en commun (ce qui risque d’être le cas avec le nouveau parking incitatif).

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  16. Sebastien

    9 octobre 2017 à 12 h 55

    Et une demande d’élargissement de la 40 au frais des contribuables dans 3, 2, 1….

    On aurait pu y aller intelligemment, en y planifiant deux stations du fameux TC lourd qui ne semble pas vouloir voir le jour. Soit une station entourer d’un aménagement de type TOD et une station aux abords de la bretelle avec un grand stationnement incitatif étagé afin de capter les automobilistes de l’Ouest! On complète le tout avec quelques commerces de grandes et moyennes le long de l’autoroute (car je n’est pas encore comprit le style St-Constant avec des immeubles a condos en bordure d’autoroute..). Mais bon… pourquoi se mouiller et travailler quand qu’on peut aller vers la facilité….

    Sommes-nous encore de même à Québec?? Ce réjouire devant le premier investissement et ne rien exiger car, « c’est mieux que rien »???
    Pas grave, la ville pourra toujours demander de belles subventions provinciale (nous) afin de soutenir un modèle de développement incohérant!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *