Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Projet d’épicerie dans le Vieux-Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 octobre 2017 2 commentaires

Source : Normand Provencher, Le Soleil (6 octobre 2017)

S’il n’en tient qu’au promoteur Jean Campeau, les citoyens du Vieux-Québec seront desservis sous peu par une épicerie de quartier, dans l’édifice Chauveau, au pied de la Côte de la Fabrique. Convaincre des gens d’affaires de se lancer dans l’aventure reste toutefois le plus grand défi.

Actuellement en rénovation, l’édifice Chauveau est l’endroit ciblé pour accueillir ce nouveau commerce. Le rez-de-chaussée devrait accueillir une bijouterie et un magasin de vêtements de sport. Une entrée pourrait être aménagée afin de donner accès à une épicerie installée en demi-sous-sol.

Le prix de location du local serait ajusté afin de donner un peu d’oxygène à l’éventuel commerçant, question «de lui permettre de tenir» le coup. «On installera peut-être un ascenseur. On veut une épicerie de quartier bien organisée.»

La recherche d’un partenaire épicerier en est seulement à sa phase exploratoire, précise M. Campeau. «On aimerait que ça marche, mais le commerce au détail subit tellement de bouleversements. Plus rien ne ressemble à ce qui se faisait avant. Il y a de gros changements.»

La dernière épicerie dans le Vieux-Québec, le Marché Richelieu, rue Saint-Jean, a fermé ses portes il y a 12 ans. Le local est aujourd’hui occupé par le café boulangerie Paillard.

Lire l’article complet

Voir aussi : Arrondissement La Cité - Vieux-Québec.


2 commentaires

  1. etienne

    9 octobre 2017 à 18 h 29

    je ne comprend pas trop les soubresauts sur l’épicerie intra mural… il y a un Intermarché sur saint jean depuis 20 ans qui semble rouler correctement. Plus haut il y a Moisan et la Carotte Joyeuse. Serait-il vraiment viable d’ouvrir une épicerie dans ce coin ? Une petite épicerie fine avec du pied carré SAQ peut-être mais au delà … ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • urbanoïd

      9 octobre 2017 à 23 h 53

      C’est 1000 mètres de marche, 11 intersections pour acheter des tomates, faire du slalom entre les touristes qui prennent des photos et des selfies.

      Le modèle de taxation du maire Labeaume assasine les commerces de proximité et de petites tailles. Il n’y a aucune volonté, ni incitatif pour renverser la situation. Pas étonnant que le quartier se vide avec aussi peu de services et tous les inconvénients.

      La Haute-Ville s’effondre depuis 10ans. Hélas, aucune candidature aux élections municipales laissent entrevoir une lueur d’espoir.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *