Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Mobilité à Québec : l’exemple de Metz, en France

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 26 janvier 2018 26 commentaires

Charles D’Amboise
Radio-Canada (Québec)

Il y a cinq ans, la Ville de Metz a lancé le Mettis, un réseau de « bus à haut niveau de service ». En regardant dans le rétroviseur, les autorités de la ville de l’Est de la France estiment que le succès du Mettis repose en grande partie sur une communication efficace entre les autorités, les citoyens et les commerçants. Retour en trois temps sur des mesures qui pourraient inspirer la Ville de Québec dans l’implantation de son nouveau réseau de transport collectif.

Consultation en amont

Avant de débuter les travaux qui se sont échelonnés sur trois ans, la mairie de Metz a tenu quelque 70 réunions publiques.

« Le maire était présent lors de chaque réunion en compagnie de techniciens en aménagement urbain, indique Stéphane Rossano, porte-parole de METZ métropole, qui regroupe 44 villes dans l’est de la France. Ils ont expliqué les bénéfices de ces nouveaux systèmes et comment allaient se dérouler les travaux. »

« On n’a pas inventé l’eau chaude. Les gens comprennent quand on leur explique en langage simple, avec des schémas », note M. Rossano.

Le Mettis en chiffres

Deux lignes qui s’étirent sur près de 17,8 km;
39 stations et 3 parcs de relais;
des autobus d’une longueur de 24 m dotés de moteurs de type hybride diesel-électrique;
coût du projet : 230 millions d’Euros (350 millions $).

Les autorités municipales se sont toutefois butées aux nombreuses inquiétudes de la part des commerçants, qui craignaient de lourdes pertes financières lors des travaux. On appréhendait également une réduction des espaces de stationnement en raison des voies et des espaces réservés au Mettis.

Pour calmer leurs inquiétudes, la Ville de Metz a envoyé une délégation de commerçants à Strasbourg, où la ville possède un système de transport semblable.

« Les commerçants ont réalisé qu’au final, la qualité de vie s’en ressent parce qu’on a réaménagé les rues avec des pistes cyclables et des espaces végétalisés, souligne M. Rossano. À Strasbourg, plus personne ne veut revenir à la situation d’il y a 10 ans [lorsqu’il n’y avait pas de système de transport]. »

Pendant les travaux

Conscient des pertes financières encourues par les commerçants lors des travaux, la Ville de Metz a mis sur pied un comité chargé d’indemniser les commerces touchés. « Les commerçants ont eu des remboursements selon leur chiffre d’affaires », souligne M. Rossan.

Une importante campagne de marketing a également été mise en branle. Partout dans les espaces en construction, on pouvait voir des affiches mettant en vedette Clara, une adolescente portant un appareil dentaire.

« Clara est perturbée par son appareil ; ce n’est pas évident, ce n’est pas beau. Mais dans quelque temps, elle retrouvera son sourire. C’est une période obligatoire, mais au final, c’est un mal pour un bien », illustre M. Rossano.

Après le lancement

Cinq ans après le lancement, le projet de transport s’avère une réussite, aux yeux des autorités. Grâce à plusieurs mesures incitatives – dont une période de gratuité lors du lancement – l’objectif de fréquentation fixé pour 2020 a déjà été dépassé. En tout, 40 000 passagers utilisent quotidiennement le Mettis.

Le portrait des usagers des transports collectifs a aussi évolué. « À l’époque, les gens qui utilisaient les bus, c’était les gens moins nantis, rappelle M. Rossano. Aujourd’hui, la clientèle a changé. Plusieurs cadres supérieurs utilisent le Mettis. Il y a eu des changements de clientèle, mais également une bascule des consciences. »

Par-dessus tout, le projet de transport a permis de réduire la congestion routière au centre-ville. « Les gens ont remarqué que les Mettis circulent beaucoup plus rapidement que les voitures […] Les gens ont naturellement fait le choix des transports en commun. »

La plateforme Mettis en images

Voir aussi : S'inspirer d'ailleurs, Transport.


26 commentaires

  1. martin

    26 janvier 2018 à 19 h 57

    je vais seulement mentionner ceci:
    Wikipedia:

    Québec
    Population
    531 902 hab.2 (2016)

    Densité
    1 171 hab./km2

    Population de l’aire urbaine
    807 200 hab. (20163)

    Metz:
    Population municipale
    117 492 hab. (2015 )

    Densité
    2 801 hab./km2

    Population aire urbaine
    389 851 hab. (20101)

    C’est presque pareil la densité entre les 2 villes!!!
    Je n’ose même pas parler de la superficie des 2 villes!!! Ha pis voila

    Metz: Superficie 41,94 km2 – Québec: Superficie 454,28 km2

    C’est comme ca qu’on aime ça.. se comparer a petit!!! Et surtout comme on le voit à la même réalité…

    Bon commentaires

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Joe B.

      27 janvier 2018 à 00 h 32

      Et voilà!!!! Je suis d’accord avec vous. La réponse est dans votre commentaire. De un, un SRB, des bus avec des cap de roues, ça ne donne rien de plus que des autobus.. De 2, un tramway, une belle solution mais nous n’avons pas la densité de population à part dans 3-4 quartiers.

      Le RTC a déjà un budget annuel de 220 millions par année. Incroyable. Plus que ridicule même. Attachez vos tuques d’autobus lover avec un nouveau systeme de transport léger ou lourd. Augmentation des taxes municipales de minimum 50% pour financer un transport plus qu’inefficace.

      Le futur = transport intelligent = abonnement à l’automobile / navette intelligente qui va coordonner son trajet avec la circulation et le climat. Pas besoin de beaucoup plus qu’ameliorer le comportement humain/distractions pour éliminer le trafic actuel sur nos routes.

      Comme vous dites Martin, bons commentaires pour les détracteurs.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        27 janvier 2018 à 07 h 23

        « Le futur = transport intelligent = abonnement à l’automobile / navette intelligente qui va coordonner son trajet avec la circulation et le climat »

        Ce que je retiens du colloque qui s’est tenu à Québec c’est qu’il n’y a pas qu’une solution miraculeuse et simple qui puisse être la Solution (avec un S majuscule). Peut-être auriez-vous pu faire une présentation lors de ce colloque et nous convaincre du contraire? Pourriez-vous élaborez un peu plus que de seulement clamer haut et pourquoi la très grande majorité des spécialistes dans le monde sont dans l’erreur? Par exemple, vous pourriez élaborer sur la capacité de vos options du futur du point de vue de la capacité, des coûts d’exploitation, et de l’impact concret et réel sur les voies de circulation. Ce serait déjà une très bonne base de discussion.

        « Le RTC a déjà un budget annuel de 220 millions par année. Incroyable. Plus que ridicule même. Attachez vos tuques d’autobus lover avec un nouveau systeme de transport léger ou lourd. Augmentation des taxes municipales de minimum 50% pour financer un transport plus qu’inefficace. » (sic)

        Je perds pas mal de mon enthousiasme pour poursuivre la discussion avec vous après cette affirmation.

        Augmentation de 50 % ! Ça, ce n’est pas ridicule, n’est-ce pas?

        Vous devriez vous présenter comme maire dans certaines villes de l’agglomération. Les citoyens de certaines villes ont fait le choix d’élire quelqu’un de différent qui faisait la promesse d’avoir la solution simple pour ne plus avoir d’augmentation de taxes. On a vu ce que ça donne dans certaines villes. Soit qu’on applique l’austérité pour atteindre l’objectif de taxes sous le niveau de l’augmentation de l’IPC jusqu’à ce que l’état des infrastructures vienne hanter les contribuables, sinon on fait un mea culpa en avouant avoir sous-estimé certains facteurs et finalement les taxes augmentent sensiblement comme avant.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. marc guy

    27 janvier 2018 à 09 h 05

    Toujours ce comparé a la France, densité et bon transport ferrovière entre les villes . On est en Amérique du nord culture du tout a l’auto individuel tout la ville ce développe en fonction de l’auto comme exemple le nouveau secteur IKEA on est a construire les routes en fonction d’un trafic auto dense. Loin de moi d’etre contre le transport en commun mais il y a plus, il faut déveloper la ville autrement d’abord et le transport en commun va etre le choix privilegier par le citoyen.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      27 janvier 2018 à 09 h 30

      « On est en Amérique du nord culture du tout a l’auto individuel… »

      Il ne faut tout de même pas rejeter le projet de Metz du revers de la main simplement parce que c’est en Europe.

      Lorsque je lis ce passage: « En regardant dans le rétroviseur, les autorités de la ville de l’Est de la France estiment que le succès du Mettis repose en grande partie sur une communication efficace entre les autorités, les citoyens et les commerçants. » J’en viens à la conclusion que nous aurions beaucoup à apprendre.

      Il y a des villes aux USA en plein cœur du royaume de l’auto-solo qui ont vu les citoyens se rallier au TEC structurant malgré une grande opposition au départ du projet.

      Vous pouvez visionner la vidéo ( disponible sur la chaîne YouTube du RTC ) de la présentation qui a été faite au colloque de Québec par l’un des acteurs du projet Mettis.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. Rene

    27 janvier 2018 à 11 h 07

    « Il ne faut tout de même pas rejeter le projet de Metz du revers de la main simplement parce que c’est en Europe. »

    HAHAHAHA!

    Québec
    Population
    531 902 hab.2 (2016)

    Metz:
    Population municipale
    117 492 hab. (2015 )

    je pense que 414 410 personnes de différence est une différence assé importante pour ne pas se comparé avec un gros village d’europe!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Rene

      27 janvier 2018 à 11 h 15

      Avec ses 409ans Québec est une ville majeurs et vacciné! lol pas besoin de constament se comparer, c’est devenue sérieusement une vrai « joke » ici! Même notre maire n’est pas capable de reconnaitre que sa ville est unique en son genre…. il passe sont temps en voyages pour se comparer! syndrome de Napoléon? manquons nous d’idées a Québec?

      j’ai regardez pleins de video sur Youtube concernant les fameux Tramway d’europe et je vous dirais qu’après cette exercices, je ne voulais plus de Tram a Québec, 147 accidents a Amsterdam juste en 2017! pour moi, cette notion est assé pour changer de « mode de transport »

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        27 janvier 2018 à 11 h 31

        « j’ai regardez pleins de video sur Youtube concernant les fameux Tramway d’europe et je vous dirais qu’après cette exercices, je ne voulais plus de Tram a Québec, 147 accidents a Amsterdam juste en 2017! pour moi, cette notion est assé pour changer de « mode de transport » « (sic)

        C’est qu’a utilisé Gosselin en visionnant les caméras du MTQ pour faire la leçon aux spécialistes du CRAD et autres organismes du genre. J’suis vraiment impressionné! Vous devriez faire votre post doctorat sur le sujet, vous n’aurez aucun problème lors de la soutenance de votre mémoire.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Insider

      27 janvier 2018 à 11 h 24

      Vous m’avez lu, vous avez-lu l’article et avez visionné la présentation qui inspirée cet article?

      Le conférencier a insisté beaucoup sur l’aspect communication, positionnement du politique et la façon de réussir à mobiliser la population malgré les inconvénients pour réaliser le projet. S’il a insisté sur ces aspects, c’est peut-être parce qu’il jugeait que c’est ce qui serait le plus utile malgré la différence entre les deux villes.

      Mais bon les « commentateux » trop paresseux pour faire l’effort de lire et visionner du contenu sur le sujet, pense que le conférencier du projet Mettis est un idiot.

      Pouvez-vous être assez ouvert d’esprit pour essayer de trouver ce qui pourrait être applicable à notre projet au lieu d’avoir une vision binaire?

      Se pourrait-il que nous tournions en rond dans ce dossier par manque de leadership du côté communication avec la population?

      Pendant que les idiots utiles voteront, d’autres villes canadiennes vont se bidonner en refilant une partie de leur facture aux contribuables de Québec qui auront raté l’occasion d’obtenir leur part de subventions par ce qu’ils se déchirent inutilement.

      Misère. On se croirait dans les années 70…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Rene

        27 janvier 2018 à 11 h 36

        Pourquoi que chaque fois que nous avons une opinions différentes nous sommes automatiquements des idiots sans cervelles! Oui j’ai lu l’article, je suis contre le SRB comme a Metz car je suis assé intélligents pour comprendre que c’est juste une bus plus long! a Québec nous avons des températures de -40c, le SRB ne fournira pas de stations « intérieur » comme la population de Québec le désir! c’est quand même pas dur a comprendre! attendre 10 ou 20 minutes a -40c peut-importe le moyens de transport, ca fais froid et nous sommes tous tanné de ce problemme la! de plus, en quoi le SRB comme a metz va enlever le problemme que ca prend 1h et plus partir de Beauport et se rendre a St-Foy avec le transport en commun! l’enjeu il est la! RAPIDITÉ! ET EFFICACITÉ! Le tramway a le même problemme, il suit le traffic! donc plus confortable mais en riens plus rapide! un metro ou un Skytrain serais d’après moi la solution pour Québec! 2 millirads de dollards pour un SRB ou un tram! non merci!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        27 janvier 2018 à 12 h 17

        Pour les idiots utiles, je visais la majorité silencieuse et mal informée qui ne fait qu’élire les politiciens en se basant sur la personnalité. Sui vous vous sentez visé tant pis pour vous. Allez lire ce qu’est la définition d’un idiot utile.

        Est-ce que vous me lisez?

        À nouveau, celui qui a fait la présentation au colloque qui a inspiré l’article du journaliste a jugé préférable d’insister sur la démarche qu’ils ont utilisée au lieu d’insister sur les détails techniques. Pour avoir échangé avec lui sur le sujet, je peux affirmer que selon lui il est important d’avoir une bonne approche afin de mobiliser la population malgré les inconvénients qu’ils vivront.

        Le journalisme débute son article avec ceci :

        « Il y a cinq ans, la Ville de Metz a lancé le Mettis, un réseau de « bus à haut niveau de service ». En regardant dans le rétroviseur, les autorités de la ville de l’Est de la France estiment que **** le succès du Mettis repose en grande partie sur une communication efficace entre les autorités, les citoyens et les commerçants ***. Retour en trois temps sur des **** mesures qui pourraient inspirer la Ville de Québec dans l’implantation **** de son nouveau réseau de transport collectif. »

        Je lance la serviette si ceci n’est pas assez clair!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        27 janvier 2018 à 12 h 22

        En toute justice si je veux bien le citer il préférable d’écrire

        « je peux affirmer que selon lui, *** peu importe le type de projet ***, il est important d’avoir une bonne approche afin de mobiliser la population malgré les inconvénients qu’ils vivront. »

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  4. Denise

    27 janvier 2018 à 11 h 29

    On n’en veut pas des maudits SRB. C’est de la pacotille!
    On veut soit un métro, ou soit un vrai tramway, sur rail avec stations.
    Le vrai système de transport structurant pour la capitale.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Rene

    27 janvier 2018 à 11 h 42

    « C’est qu’a utilisé Gosselin en visionnant les caméras du MTQ pour faire la leçon aux spécialistes du CRAD et autres organismes du genre. J’suis vraiment impressionné! Vous devriez faire votre post doctorat sur le sujet, vous n’aurez aucun problème lors de la soutenance de votre mémoire. »

    avec Insider, qui se cache derière un faux nom, nous avons pas le droits d’avoir notre avis, même si nous avons fais plusieur recherche! ca sent la dictature ici ce matin!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Insider

    27 janvier 2018 à 12 h 19

    En passant je ne suis pas le fan numéro un du SRB, et ce malgré toute l’admiration que j’ai pour Jarret Walker.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. "Le" lecteur assidu

    27 janvier 2018 à 12 h 29

    La question qui tue :

    –  » Y neige tu là-bas autant qu’icitte  » ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. Insider

    27 janvier 2018 à 12 h 29

    « qui se cache derière un faux nom » (sic)

    Ok, ok, je bais faire un « coming out ». Sur mon certificat il est écrit Joseph du côté du prénom. Ce aussi peu un faux nom que Rene! ;-)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  9. Insider

    27 janvier 2018 à 12 h 33

    La question qui tue.

    Est-ce que l’article insiste sur

    le type de projet,

    ou la façon de faire (qui s’appliquerait à d’autres types) pour obtenir un succès?

    Doit-on voir le contenant ou le contenu?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Rene

      27 janvier 2018 à 14 h 17

      Je pense que peu importe le type de projet et/ou la façon de le faire, le plus important est pour combien de temps il sera utile et pour combien d’argents! Perso je m’en fou du comment ils vont faire, je veux des résultats basé sur des études réaliste et comparable a ce qui se fait en Amérique du nord, dans les conditions climatique de l’Amérique du nord, sérieux je ne dit pas que ce qui se fais en Europe est mal ou biens, ce ne sont pas des dieux et ils ont peut-être a long termes fais le mauvais choix avec leurs SRB et Tramway qui pollue leurs rue, avec des rails et des fils électrique partout!! Si un métro coute 5 milliards vs un tramway a 3milliards, je vais opter pour le métro! Pourquoi? aucune pollutions visuel, sur le long terme c’est un meilleurs investissement et il n’est pas contraint a la façon dont la ville a été pensé! c’est oui plus cher a la construction, mais combien plus rentable par la suite!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Rene

        27 janvier 2018 à 14 h 19

        Montréal vie un « boom » immobillier depuis l’arrivé de son métro en 1967!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        27 janvier 2018 à 14 h 27

        Par contre vous ne pouvez vous foutre de ce que le journaliste a écrit, et ce que le conférencier a dit.

        C’est la section commentaires de **** cet article **** et non pas la section commentaires de ce que vous et moi souhaitons.

        Il y a un autre billet très populaire où il serait plus à propos de débattre de ce que vous, moi, les autres souhaitons.

        Peut-on au moins s’entendre sur ce point? Comme j’ai écrit je ne suis pas le fan numéro un du SRB à Québec. Ça ne me permet pas de déformer les propos du journaliste à mon avantage pour autant. Question d’être honnête envers l’article, un point c’est tout.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Rene

        27 janvier 2018 à 14 h 54

        pour moi l’article n’est riens d’autre qu’un texte de désinformation total, le SRB a déja été refusé par les citoyens de Québec, même Lévis n’en veux pas, donc publier un article pour vanter les mérite d’un projet de SRB quand nous avons déja dit non!?! c’est relativement claire qu’il y a ici un volonté de mélanger la populasse encore plus sur le sujet! pour moi quand ont dit non a quelque chose, c’est comme Régis a fait, tu change ton fusils d’épaule et tu propose quelque chose d’autre! tu reviens pas sur des, oui mais a Metz c’est cool et ca marche! ET… je ne dit pas que le travail du journaliste est mal fait!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Rene

        27 janvier 2018 à 15 h 01

        et si tu ne voie plus mon commentaire sur la page de Radio-Canada, c’est surement parce qu’ils l’ont effacé ;)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        27 janvier 2018 à 16 h 21

        « c’est surement parce qu’ils l’ont effacé »

        Le service de modération sur le site de Radio-Canada a été donné à une firme externe. Je vais m’abstenir de commenter sur la qualité du travail du sous-contractant sauf pour dire que ça doit satisfaire la permanence de la permanence de quelques partis politiques. Pour ma part c’est pas guère mieux que Facebook et le canal de communication préféré de Trump. ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Rene

        27 janvier 2018 à 21 h 58

        Exactement :)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  10. Gengis

    28 janvier 2018 à 11 h 55

    Le SRB c’est une insulte à notre intelligence d’essayer de promouvoir ça encore à travers radio canada. C’est un bus déguisé et c’est une dépense inutile. C’est maintenant qu’on doit commencer à annoncer la première pelletée de terre pour le métro ou le tramway de Québec.

    L’heure tourne et on est déjà trop en retard. Ce n’est plus le temps de tergiverser, c’est le temps de débuter en posant la première pierre de cette très attendue infrastructure cruciale pour la ville.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler