Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


En parlant de milliards pour le transport ….

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 février 2018 6 commentaires

Plus de 2 milliards $ pour le tramway? (Radio-Canada)

L’implantation d’un tramway à Québec pourrait coûter deux fois plus cher, sinon plus, que le montant prévu pour le défunt projet de service rapide par bus (SRB).

Une source bien au fait du dossier a confié à Radio-Canada que le projet structurant de transport en commun du maire Régis Labeaume « dépasserait largement les 2 milliards de dollars ». En comparaison, les coûts de construction du SRB étaient évalués à 1,1 milliard.

Le projet de tramway de la Ville de Québec bénéficie du soutien du gouvernement provincial. Le premier ministre Philippe Couillard a d’ailleurs fait irruption dans une mêlée de presse de Régis Labeaume, vendredi, afin de réitérer son appui.

« Je fais juste dire bonjour à Régis puis lui dire en passant que je vais appuyer son projet structurant », a lancé M. Couillard.

Régis Labeaume s’est entretenu avec le ministre des Finances, Carlos Leitao, au cours des derniers jours, dans le cadre de ses consultations prébudgétaires.

Le maire de Québec n’a pas voulu dire s’il s’attendait à ce que le projet de tramway figure au budget. Il a toutefois affirmé que la rencontre s’était bien déroulée.

« On verra, on travaille très fort. On travaille très, très fort », a martelé le maire.

Un 3e lien pourrait coûter jusqu’à 10 milliards, avance Labeaume (Journal de Québec)

Un 3e lien sera «beaucoup plus long» et «beaucoup plus cher» à réaliser que le laisse entendre la CAQ, selon le maire Labeaume. La facture pourrait même grimper à 10 milliards de dollars, a-t-il avancé.
«J’ai encore parlé à des spécialistes dernièrement et les gens me disaient, c’est 13 à 15 ans et soyons chanceux si c’est en bas de 10 milliards. C’est ce que les spécialistes me disent» a lâché le maire de Québec lorsqu’invité à commenter la position de la Coalition Avenir Québec.
Il y a deux semaines, le chef François Legault a mentionné sur Twitter que sa formation politique était la seule « à s’engager sur le début de la construction d’un 3e lien à Québec dans le prochain mandat de 4 ans ».

Régis Labeaume a expliqué s’être entretenu avec le chef caquiste dans les jours suivant cette déclaration. « Il m’a invité à luncher et j’ai transmis le fait que, seulement les études environnementales fédérales, ça va être des années », a-t-il dit en marge d’une activité de presse au Collège François-de-Laval, dans le Vieux-Québec.

«Il faut être réaliste»

«Peut-être qu’il [François Legault] a raison. Moi je ne pense pas, je pense que c’est beaucoup plus long, je pense que c’est beaucoup plus cher [que ça]. Il faut juste regarder les choses en face alors je l’ai dit à M. Legault, il a été très correct», a relaté M. Labeaume tout en refusant de qualifier d’électoraliste l’engagement caquiste.

«C’est juste qu’il ne faut pas décevoir les gens, éventuellement. Moi, je connais ça décevoir les gens, avec le transport collectif, j’ai vécu ça deux fois. Ça fait huit ans et regardez où on en est rendu, alors il faut être réaliste», a enchaîné Labeaume, à la recherche d’un mode de transport en commun structurant pour Québec depuis 2010.

L’étude la plus récente concernant le troisième lien, un scénario de tunnel de 7,8 kilomètres examiné en 2016 par le professeur Bruno Massicotte de l’École Polytechnique à Montréal, indiquait qu’il en coûterait 4 milliards et que le projet se réaliserait dans un horizon de 13 ans.
Depuis, un bureau de projet mis en place par le gouvernement Couillard a lancé un appel d’offres afin de réaliser une étude préliminaire sur cette infrastructure d’ici 2020.

Plus près de Lisée

Sans jeter la pierre à François Legault, le maire de Québec a admis que la position du chef péquiste avait plus de sens à ses yeux. Jeudi, Jean-François Lisée a dit vouloir attendre les conclusions du bureau de projet avant de se prononcer définitivement dans ce dossier. «Il a dit ce que pensent probablement tous les experts», a estimé Labeaume.

«Parce que la vérité, c’est ça, a-t-il poursuivi. (…) Quand le bureau de projet va nous sortir une cédule réaliste, on va s’apercevoir qu’on ne fera pas de miracle à Québec», a lancé le maire en soulignant une autre fois que le processus d’évaluation environnementale prendrait du temps.

Voir aussi : Tramway à Québec?, Transport, Transport en commun.


6 commentaires

  1. Nathan

    10 février 2018 à 06 h 16

     ou annuler
  2. Luc

    10 février 2018 à 07 h 39

    Moi je pense qu’il commence à y avoir de l’enflure verbale. Tout le monde dit n’importe quoi même Labeaume. Ca dépend si à la base tu es pour ou contre le projet et ca teinte grandement la prise de position. La preuve entre 4 et 10 milliards, on s’entend tu qu’il y a une marge? On essaie de teinter l’opinion publique.

    C’est vrai dans l’autre sens aussi. Laisser croire qu’on peut commencer les travaux dans un premier mandat et que ca pourrait se faire en bas d’un milliard, c’est prendre les gens pour des cons.

    Les coûts vont dépendre grandement de la localisation du pont. Si tu le fais complèetement à l’est, c’est déjèa annoncé que ce sera plus ou moins 4 milliards. Si tu le fais dans l’axe Taniata-Robert Bourassa, c’est plaire qu’on est en bas de ce montant.

    Tout est une question de perception et surtout si tu y crois ou non

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      10 février 2018 à 08 h 23

      À tout moins pour l’échéancier Legault devrait être prudent car si on a une entreprise dans le consortium comme Tecade qui est impliquée pour le nouveau pont Champlain, ça risque de ne pas respecter le calendrier du projet.

      Dans ce contexte je me garderais aussi une réserve aussi pour le 4 milliards car avec l’exemple à Montréal nous aurons peut-être fait le constat que le plus bas soumissionnaire comporte des risques qu’il ne faudrait pas négliger.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. Jeff M

    10 février 2018 à 12 h 23

    4 ou 10 milliards, ça n’a pas d’importance. Le 3e lien ne fera qu’enfler le trafic par le phénomène qu’on appelle de trafic induit et réglera rien à long terme. Le 3e lien est avant tout un choix idéologie au nom du maintien d’un style de vie. C’est un débat que les radios d’opinion ont rendu totalement émotif. Les chiffres et les études ne comptent plus. Tout ce qui contredit les partisans du 3e lien sera systématiquement remis en doute.

    Je ne sais pas à qui Labeaume a pu parler, mais jusqu’à date je ne peux pas dire qu’ils s’est souvent mal entouré.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Insider

    11 février 2018 à 07 h 47

    « Le maire de Québec n’a pas voulu dire s’il s’attendait à ce que le projet de tramway figure au budget. Il a toutefois affirmé que la rencontre s’était bien déroulée. »

    On a obtenu la réponse pour le prochain budget.

    « Lors de son passage au Carnaval de Québec, samedi, Philippe Couillard a évoqué une aide financière de plusieurs centaines de millions de dollars de la part du gouvernement provincial.

    Il a cependant ajouté qu’il serait surprenant que ces sommes se retrouvent dans le prochain budget. » -Radio-Canada le samedi 10 février 2018 à 19 h 10

    Signaler ce commentaire

     ou annuler