Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Un long tunnel au cœur de Québec pour le tramway

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 mars 2018 50 commentaires

Taïeb Moalla
Journal de Québec

Le futur tramway de Québec ressemblera à un métro sur une bonne partie du tracé, puisqu’il circulera dans un long tunnel souterrain reliant la basse-ville et la haute-ville, a appris Le Journal.

Ce tunnel serait creusé au niveau de la Côte d’Abraham et ressortirait en haute-ville. « On pensait qu’il sortirait à peu près au Grand Théâtre, mais ce sera plus à l’ouest que ça. On va s’éloigner le plus possible de la congestion de la Colline parlementaire », nous a confié une source bien informée. La décision finale n’est pas prise, mais il n’est pas exclu que le tramway ressorte en surface aux environs de l’avenue des Érables. Des stations souterraines permettraient aux usagers de débarquer sur la Colline parlementaire et sur l’avenue Cartier, par exemple.

Une fois revenu à la surface, le tramway emprunterait le boulevard René-Lévesque pour se rendre au moins jusqu’à l’Université Laval, à l’ouest. À l’autre bout du tracé, il est possible que le terminus soit situé aux frontières des quartiers Saint-Roch et Limoilou, vraisemblablement sur les vastes terrains de la Croix-Rouge acquis récemment par le Réseau de transport de la Capitale (RTC), nous dit-on.

Plus que 3 G$ ?

En mars 2015, l’étude de faisabilité Tramway-Service rapide par bus (SRB) évaluait le tramway à un peu plus de 2 milliards $. C’est ce montant-là qui a conduit les Villes de Québec et de Lévis à opter pour le SRB et à abandonner le tramway. « Ça ne m’étonnerait pas que le nouveau projet coûte plus de 3 milliards $. Ce n’est pas juste un tramway qui sera proposé, mais un vaste réseau. La Ville de Québec veut aussi jouer la transparence totale en incluant les divers aménagements nécessaires dans les coûts », a indiqué un contact.

Fort discret sur le sujet, le maire Labeaume évoque justement un « réseau de transport » et non pas un « tramway » depuis plusieurs jours. Qu’est-ce que ça veut dire au juste ? « Il va y avoir quatre niveaux différents. Le premier est le tramway et le dernier sera le Métrobus. Entre les deux, il y aura deux autres modes », a ajouté un de nos informateurs, en cultivant un certain mystère. Chose certaine, ces « quatre modes » toucheront au moins cinq des six arrondissements de la Ville, insiste-t-on.

Détails d’ici l’été

Officiellement, la Ville de Québec doit dévoiler les détails de ce mégaprojet d’ici l’été. On nous dit cependant que la municipalité fait tout pour le rendre public avant le dépôt du budget du Québec (probablement autour du 27 mars). « S’il y a de l’argent pour les plans et devis dans le budget, ça permettrait de rattraper une partie du retard causé par l’abandon du projet de SRB », nous a-t-on affirmé. La mise en service du SRB devait se faire sur deux phases, une en 2022 et l’autre en 2025. « On aura peut-être juste un an de retard par rapport à ces échéanciers », avance prudemment notre contact.
Trois scénarios d’interconnexion avec Lévis seraient sur la table, mais rien ne serait tranché pour le moment, nous a-t-on également glissé.

La suite

Pas de tramway sans tunnel * François Bourque (Le Soleil)

Le retour du tramway dans les rues de Québec: inconcevable * Jean Guilbault, Ex-conseiller municipal, district Laurentien (Point de vue, Le Soleil) Un extrait: « La ville de Québec se développe rapidement et sera un jour une grande ville populeuse qui nécessitera un métro de toute façon. Entreprendre maintenant ce projet, 50 ans après Montréal, apparaît donc raisonnable, puisqu’on doit la densifier correctement et que bien d’autres villes de taille comparable ont déjà un métro ou en projettent un. Faut-il rappeler que la population de la Communauté Métropolitaine de Québec se situe maintenant autour d’un million de personnes? Cessons d’être timide et de voir petit. Nos élus devraient se souvenir de la débandade spectaculaire du parti Démocratie Québec, l’automne dernier, dont la principale promesse électorale était justement de construire un tramway. »

Voir aussi : Tramway à Québec?, Transport en commun.


50 commentaires

  1. Jeff M

    4 mars 2018 à 09 h 54

    J’espère surtout qu’il y aura un plan de communication assez intense. Il y en a dans cette ville qui vont tout faire pour dérailler n’importe quel projet.
    J’attend plus de détails avant de me prononcer.
    En attendant, sur un autre sujet, je vous invite à aimer cette page facebook contre le 3e lien:
    https://www.facebook.com/Non3elien/

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      4 mars 2018 à 12 h 17

      « Il y en a dans cette ville qui vont tout faire pour dérailler n’importe quel projet. »

      Je viens d’entendre dans un commerce sur LCN ceci:

      Une « bonne partie » du tramway se fera dans un tunnel. Une bonne partie? Qu’est-ce qu’une bonne partie? Un kilomètre, voire même deux sur tout le trajet, est-ce simplement une partie? On sent déjà un biais dans l’utilisation d’un qualificatif. Misère.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Jeff M

        4 mars 2018 à 13 h 08

        À l’occasion je surveille ce qu’il se dit dans les radios d’opinion. Je dois dire que Labeaume est trop gentil quand il parle de prisme déformant. Ce sont de vraies sectes organisées.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        4 mars 2018 à 13 h 28

        « ce qu’il se dit dans les radios d’opinion »

        Quand on regarde ce qui se brasse au département des ventes de la radio en question et que l’on cesse de croire que ses vedettes ont à faire les même paiement mensuel pour ce qu’ils ont acheté chez le comme le fait le commun des mortels, on comprend pourquoi c’est une secte. Comme l’a dit Henry E. Peterson en 1974, « follow the money ».

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        4 mars 2018 à 13 h 40

        Oups.

        … ont à faire les mêmes paiements mensuels pour ce qu’ils ont acheté chez le concessionnaire comme le fait le commun des mortels…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • jeand Utilisateur de Québec Urbain

      4 mars 2018 à 14 h 16

      Pourquoi opposer les 2 projets? Vous êtes pas mieux que les radios que vous dites poubelles!!!

      Et le prisme de la désinformation de Labeaume avec son 10 milliards et trente ans… Pure désinformation

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        4 mars 2018 à 15 h 01

        « Pourquoi opposer les 2 projets? Vous êtes pas mieux que les radios que vous dites poubelles!!! »

        Mais encore?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jeff M

        4 mars 2018 à 16 h 57

        Le 3e lien est une pure stupidité. On se retrouvera avec une structure urbaine séparée par un fleuve qui coûte des milliards à traverser. On est pourtant pas du tout obligé d’aller vers là. 3e lien ou pas, il y aura du développement, mais il se fera autrement.
        La réponse du transport en commun est beaucoup plus sensée d’un point de vue ratio coût/bénéfice. Quelle forme ça dois prendre, on peut en débattre. La radio trash a déjà réussi à scraper le SRB, qui était pourtant très approprié à notre situation, en mon sens. Qu’il y ait une surenchère à la hausse dans le transport en commun ne me gène pas du tout. Il y a déjà assez de gens qui se croient ben bon juste parce qu’ils ont un micro dans la bouche qui vont travailler fort pour faire diminuer la mise de ce côté. On verra bien où ça va s’équilibrer, si on peu appeler ça un équilibre. Le monde qui ont étudié, les experts, les gens qui ont travaillé la majeur partie de leur vie sur un problème particulier, certains ne veulent pas les écouter de nos jours. J’ai longtemps pensé que ça se faisait surtout dans les pays du tiers monde, mais je dois me rendre à l’évidence: l’éducation régresse. Vive la radio de Québec!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. marc guy

    4 mars 2018 à 12 h 41

    on vien d’abandonner le dévelopement structurant de Charest

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Francis L

      7 mars 2018 à 12 h 09

      Et c’est surement une bonne chose : un tramway doit d’abord servir à transporter des gens, pas à financer des promoteurs. Le tracé par Charest représente un détour qui aurait peu de bénéfices pour ceux qui n’ont pas besoin de passer par la Haute-ville, mais qui représente un énorme problème pour ceux qui ont besoin d’y aller.

      De plus, Charest aurait prit des années pour se densifier, et ceci même si ça c’était produit.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPD

        7 mars 2018 à 14 h 51

        Si le nouveau système consiste pour vous à changer un moyen de transport pour un autre, je ne vois pas l’intérêt.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        8 mars 2018 à 10 h 12

        « Si le nouveau système consiste pour vous à changer un moyen de transport pour un autre, je ne vois pas l’intérêt. »

        À l’époque certains y voyaient un intérêt. ;-)

        Extrait du u rapport «Le TRAMWAY de Québec – Pour une nouvelle vision de la mobilité urbaine »

        « Ainsi, la clientèle quotidienne dans les axes du Métrobus actuel passera de 50 000 à plus de
        80 000 passagers par jour. De ces 30 000 nouveaux passagers par jour, 10 000 seront des usagers actuels du transport en commun qui changeront de parcours pour profiter des attraits du TRAMWAY, à savoir :

        -confort amélioré autant dans le TRAMWAY qu’aux stations
        -grande fiabilité et régularité
        -vitesse de déplacement accrue de 20 % sur le TRAMWAY
        -rabattement facilité par l’amélioration des fréquences
        -départs et arrêts silencieux, en souplesse
        -meilleur confort en raison de l’absence de surcharges
        -plus grand nombre de places assises

        Les autres 20 000 passagers seront des nouveaux utilisateurs du transport en commun qui seront attirés par ce nouveau mode de transport. L’un des effets les plus intéressants du TRAMWAY est certes cette nouvelle clientèle qui amène :

        -une croissance de 40 % de l’achalandage dans les axes du TRAMWAY
        -une augmentation de 16% de l’achalandage total du RTC

        Si actuellement 38 % de la clientèle du RTC utilise le Métrobus, ce pourcentage passera à plus de 50 % avec l’arrivée du TRAMWAY. Ceci vient renforcer son effet structurant sur le développement urbain. »

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  3. Monsieur J

    4 mars 2018 à 12 h 42

    Après l’amphithéâtre vide et le tramway que personne va prendre, j’ai déjà hâte de savoir quel trou à argent va suivre après! Soooo exciting!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Luc

      4 mars 2018 à 15 h 46

      Je pense qu’on n’est pas dans les mêmes eaux que l’amphithéâtre ici. N’oublier pas qu’un projet comme le phare dépend largement de cette infrastructure. si tout est annoncé cet été, le phare démarrera tel que prévu cet automne. Ce sera une manne de projets pour Québec. Et maintenant on aura tout en main pour créer l’attractivité de notre région

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  4. Insider

    4 mars 2018 à 12 h 58

    Nonobstant que nous ne savons plus à quel « J » nous nous adressons, pourriez-vous élaborer sur l’affirmation que personne ne « prendra » (sic) le tramway?

    Y-a-t-il une baisse de l’achalandage sur les parcours à haute fréquence qui empruntent un trajet qu’emprunterait le tramway? Je suis curieux d’en savoir plus sur l’analyse qui vous permet de faire un constat aussi fort.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Alain Manseau Utilisateur de Québec Urbain

    4 mars 2018 à 13 h 32

    Tant qu’à y être, faites un métro! De Lévis (Siège social Desjardins) à Ste-Foy (Place Laurier/Phare), en passant par le Vieux-Québec, la Colline parlementaire, Cartier, Belvedère, Holland et Université. Avec éventuellement un prolongement vers St-Nicolas à partir du Phare. Et une autre ligne qui part de la colline parlementaire et qui se rend à Lebourgneuf, en passant par St-Roch, Limoilou et Expocité.

    D’après-moi, ça peut se faire pour 4 milliards (ou moins) puisque la ligne rose de Montréal est évaluée à 4 milliards.

    Entre un tramway à 3 milliards (plus étendu) et un métro à 4 milliards (plus concentré), qu’est-ce qui est préférable ? D’après moi, poser la question, c’est y répondre.

    Si on installe d’énormes stationnements incitatifs près des stations de métros excentrées (Lebourgneuf, Lévis, St-Nicolas), les gens des banlieues vont l’utiliser parce qu’ils sauveront énormément de temps. On ne peut en dire autant pour le tramway.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • jeand Utilisateur de Québec Urbain

      4 mars 2018 à 14 h 13

      Et voilà!

      Durée de vie d’un métro 100 ans minimum,souterrain donc pas affecté par notre climat. Quand on regarde l’état de nos routes, on se demande comment vont survivre les rails d’un tramway…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Francis L

      7 mars 2018 à 12 h 12

      En tout cas, s’il fallait absolument construire un 3e lien, je serais d’accord que ça devrait être un métro au niveau de la traverse Québec-Lévis.

      Je ne suis pas convaincue de l’utilité, mais tant qu’à gaspiller pour une autoroute double de 5 kms, le métro aurait le mérite d’être plus utile et moins cher.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  6. Jp-Duval

    4 mars 2018 à 21 h 43

    Que dire….

    L’idée du tramway me fait penser à cet épisode des Simpsons intitulé « Monorail »

    https://www.youtube.com/watch?v=ZDOI0cq6GZM

    L’ironie qui y est exprimé peut facilement s’appliquer à la présente situation.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. PAM

    5 mars 2018 à 10 h 11

    Québec mérite plus qu’un tramway.

    Je suis pour la conception d’un métro-train.

    Celui-ci serait sous terre entre le quartier Saint-Roch et le futur Phare. Puis, plus à l’ouest il serait hors terre et prendrait deux directions: terminus Tête des pont (power center de Saint-Romuald) et de l’autre côté vers l’aéroport en passant par le futur Ikéa. Vers l’est celui-ci irait direction d’Estimauville et au nord vers le quartier Le Bourneuf.

    Québec mérite plus qu’une demi mesure…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. Dominique

    5 mars 2018 à 10 h 39

    Moi ce que j’aimerais comprendre, c’est que pendant des années on nous à dit que de compléter les tunnels sous la côté Honoré-Mercier était impossible à cause du type de roche (si ma mémoire est bonne). Maintenant, pour le tramway, il ne semble pas y avoir de problèmes…

    Quelqu’un à de l’information à ce sujet?

    Merci

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      5 mars 2018 à 15 h 15

      Un billet à ce sujet a été publié par Nicolas Roberge ici sur QuebecUrbain.

      Le tunnel Dufferin : une caverne mystérieuse sous nos pieds

      Par Nicolas Roberge le 9 décembre 2011

      En voici un extrait:

      « Pour produire le rapport, on avait fait des forages de sol pour déterminer les techniques d’excavation requises pour réaliser le tunnel. On indique que 2/3 du tunnel à partir du boulevard Champlain jusqu’au stationnement d’Youville sera réalisé facilement dans un sol argileux. Toutefois, la section sous l’avenue Dufferin est composée d’un sol pour rocailleux qui nécessitera plus d’efforts et de dynamitage. On explique alors en détail comment les travaux devront être réalisés en milieu urbain du côté nord pour éviter d’endommager les fondations des édifices environnantes, de prévenir l’affaissement et de conserver la côte d’Abraham ouverte pendant les travaux. La partie nord peut être réalisée immédiatement selon le rapport et la tête au sud exigera une préparation supplémentaire pour solidifier le talus avant de forer. »

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  9. PAM

    7 mars 2018 à 09 h 53

    Je crois qu’un tunnel devrait relier le Phare à la gare du palais afin de véritablement désengorger la circulation. Une sortie sur des Érables ne ferait qu’empirer la congestion actuel.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  10. Jp-Duval

    7 mars 2018 à 12 h 47

    C’est bien beau rêver…..Mais croyez-vous sincèrement que le fédéral et le provincial vont nous donner quelques milliards pour un tel projet?

    Quand on sort un peu de notre ville on peut découvrir que bien des gens ont encore de la difficulté à accepter notre petit cadeau de 200 millions pour la construction de notre éléphant blanc ( nom de bapteme: Centre Vidéotron!!)

    Donner une telle somme s’apparente davantage à un suicide politique qu’a un investissement publique socialement acceptable.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Jeff M

      7 mars 2018 à 14 h 10

      Le dernier suicide politique s’appelait Denis Coderre. Il a « essayer » de ridiculiser la ligne rose. Croyez moi, ailleurs dans d’autres organisations, beaucoup on pris des notes. Personne ne veut faire campagne seulement sur son bilan. On verra où ça s’en va, mais la classe politique y pense à deux fois ces temps ci avant de se positionner contre un projet de transport en commun.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • PPD

      7 mars 2018 à 14 h 31

      Je vous rappelle le REM à Montréal est déjà budgété, tant du côté provincial que fédéral. Au mois d’octobre dernier, les sources connues de financement s’élevaient à 6 435 000 000 $. Contrairement à ici, ça chiale assez peu là-bas. C’est ça une grande ville qui sait ce qu’elle est.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Jp-Duval

        7 mars 2018 à 17 h 39

        On ne peut comparer notre projet discuté ici avec celui du REM de Montréal et cela pour les raisons suivantes.

        – Les parametres démographiques ne sont pas les mêmes. La région de Montréal n’est pas comparable à Québec en ce qui attrait à sa densité.

        – Le projet est financé à 49% par le fédéral et le provincial. 51% du financement viendra de la Caisse de dépôt qui entend gérer le réseau selon un modèle d’affaire qui implique une rentabilité.

        – Le Rem n’est pas un concept de transport collectif qui a pour but de favoriser les déplacements sur de petites distances ( le REM n’a seulement que 26 stations) C’est plutôt un service de transport régional qui s’intègre avec les autres moyens de transports extra-régional ( aéroport + trains + autobus). Rien de comparable à notre tramway.

        – La question du cout du billet ne sera pas celle d’un « ticket d’autobus ». Cela explique le pourquoi du désir de la Caisse de dépôt d’investir dans le projet. N’oublions pas que cet organisme gère les rentes des caisses de retraites de l’ensemble des fonctionnaires, ainsi que les sommes que chaque citoyens verse à chaque semaine à la régie des rentes. Cela signifie que la Caisse de dépôt doit faire fructifier ces sommes afin de pouvoir payer les prestations de retraites. Elle ne peut se permettre d,investir dans un projet qui est à perte.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPD

        7 mars 2018 à 19 h 14

        Bien sûr qu’on peut comparer. Partout au Canada, on à des projets en cours tous aussi différents les uns des autres et les gouvernements ont toujours embarqué. Non pas parce que c’est toujours rentables économiquement, mais bien par ce qu’en c’est nécessaire pour les collectivités, peu importe leur taille. C’est le bottom line selon moi.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  11. Jp-Duval

    7 mars 2018 à 19 h 31

    Le REM est un projet économiquement rentable et 51% de la facture est assumée par une compagnie de placement qui y voit un potentiel de rendement intéressant. Sans cette compagnie ( Caisse de dépôt) il n’est pas clair que les deux paliers gouvernementaux auraient déboursé le cout total en raison du cout élevé du projet.

    Le projet du tramway en est un de transport collectif ( relisez mon précédent commentaire sur la définition du REM) qui doit etre financé par les gouvernements et qui sera géré par la ville. On ne parle pas de la même chose.

    On ne parle pas de la même chose….

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Louis M.

      7 mars 2018 à 20 h 10

      On peut trouver des différences à tous les projets. Rien n’empêche que Québec est la seule ville de cette taille au pays à ne pas avoir de transport collectif structurant et elle devrait selon vous refuser du financement pour réaliser enfin un projet!?

      En passant, pour un projet « rentable » comme vous dites, le REM est largement financé par le public, des infrastructures stratégiques existantes sont cédées, des investissements récemment réalisés deviendront caduc, les spécialistes en transports ont été muselés pour ne pas que le projet soit critiqué et la loi a dû être modifiée pour assurer à la Caisse un rendement… à ce compte, n’importe quel projet peut être rentable… Le REM, c’est en grosse partie un projet dessiné sur le coin d’une table par des banquiers!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Jp-Duval

        7 mars 2018 à 20 h 34

        Je n’ai rien contre le simple fait que nous recevions de l’argent pour bonifier notre réseau de transport collectif….Après tout qui serait contre la vertu!

        Ce qui me turlupine dans le présent projet est que l’on est en train de rêver à un projet fort couteux. C’est facile de dépenser des sommes colossales quand on demande aux autres de payer la facture.

        Quel en sera son cout?

        Quelle est la part que la municipalité devra débourser?

        Que sera le cout de fonctionnement du réseau ( frais d,opération + entretient) Et qui en payera la facture?

        On nous parle d,un réseau structurant ( expression bien à la mode par les temps qui court) mais j’aimerais bien que l’on m’explique en quoi un tel projet puisse etre un agent de développement économique?

        N’y a-t-il pas un danger que ce moyen de transport contribue à l’étalement urbain? Si aller du point A au point B se fera en peu de temps, pourquoi entre les deux points on verrait apparaitre un développement économique. On risque plutôt de voir apparaitre un « boum » économique au point B. Étant donner que ce secteur se retrouverait en périphérie, ne risque-ton pas de voir une accélération de l’étalement urbain??

        Je reste échaudé par le Centre Vidéotron…..À l’époque une grande partie de la population considérait la construction de cet édifice comme étant un investissement structurant dans ce secteur de la ville. On en attend encore la venue!!!!! ( comme celle d’une équipe professionnelle!!!)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPD

        8 mars 2018 à 09 h 12

        Je vous propose t’attendre les réponses à vos nombreuses questions quant aux coûts avant jeter le bébé avec l’eau du bain. Par contre, celles au sujet du développement économique me semblent pertinentes.

        Il est vrai qu’un réseau de transport n’est pas structurant en soi, mais il le devient lorsque certaines caractéristiques témoignent de son rôle clé dans une agglomération :
        http://collectivitesviables.org/articles/reseau-structurant-de-transport-en-commun.aspx

        Pour le Centre Vidéotron, cette fois-ci j’estime que vous faites preuve d’aveuglement volontaire puisque plusieurs projets ont récemment été annoncés. D’autres sont même en cours de réalisation. Est-ce juste à cause de la présence de l’amphithéâtre? Non. Mais disons qu’il joue un rôle important dans le plan de match.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        8 mars 2018 à 17 h 01

        « On nous parle d,un réseau structurant ( expression bien à la mode par les temps qui court) mais j’aimerais bien que l’on m’explique en quoi un tel projet puisse etre un agent de développement économique? »

        Prenez le temps de lire l’article mentionné par PPD. Vous devriez trouver quelques réponses.

        Une piste de réflexion suite à la lecture. Selon-vous si on favorise la densification résidentielle et commerciale, les commerces seront-ils plus viables ou moins viables?

        Votre lecture devait inspirer plusieurs autres pistes de réflexion.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        8 mars 2018 à 17 h 09

        « Pour le Centre Vidéotron, cette fois-ci j’estime que vous faites preuve d’aveuglement volontaire puisque plusieurs projets ont récemment été annoncés. »

        Je suis probablement pas très loin du point de vue de Jp-Duval concernant le biais qu’apporte le Centre Vidéotron dans la vision de la Ville. J’ai sur le cœur que l’on fasse le développement de ce secteur en partie au dépend de ceux qui vivent plus près du Vieux-Québec.

        Toutefois, après avoir lu les arguments d’autres intervenants j’en suis venu à lâcher prise en donnant la chance aux coureurs. J’aurais souhaité que l’on développe ce quartier sans le faire aux dépens des autres quartier à proximité. Je suis pour que l’on développe Saint-Sauveur et le sud de Vanier sans le faire aux dépens des autres.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  12. Jp-Duval

    8 mars 2018 à 09 h 54

    « Pour le Centre Vidéotron, cette fois-ci j’estime que vous faites preuve d’aveuglement volontaire puisque plusieurs projets ont récemment été annoncés »

    Lesquels……?

    Les projets de GM développements sur le terrain de Giguère automobiles.

    Le marché publique ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPD

      8 mars 2018 à 10 h 47

      Vous avez évoqué deux projets importants qui oui, semblent liés à la présence de l’éléphant.

      J’en ajouterais un troisième, petit projet de condos abordables, mené par Habitations canadiennes, va combler une friche sur l’avenue du Colisée. Les unités sont en vente.

      Plus intéressant, un projet immobilier/commercial de 5M récemment annoncé et mené par Construction St-Pierre Roseberry et Développement Émeraude.

      Je cite un article du JDQ à ce sujet (2017-12-11) :

      « Hockey professionnel ou pas, le jeu en vaut la chandelle, assure le promoteur Sébastien Roseberry qui ne se formalise pas de la lenteur des développements autour de l’amphithéâtre, deux ans après son inauguration. »

      « C’est un secteur en revitalisation avec le marché public [qui doit ouvrir en 2018, NDLR], la place Jean-Béliveau, la patinoire », avance-t-il. « Il faut être en avant de la parade. Dans dix ans, il sera trop tard », dit l’entrepreneur qui a acquis le terrain l’an dernier pour 350 000 $.

      Je crois qu’à ce stade, 2 ans et demi après l’ouverture de l’amphithéâtre, il y a de quoi être optimiste.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  13. Jp-Duval

    8 mars 2018 à 10 h 25

    « Les autres 20 000 passagers seront des nouveaux utilisateurs du transport en commun qui seront attirés par ce nouveau mode de transport. L’un des effets les plus intéressants du TRAMWAY est certes cette nouvelle clientèle qui amène :

    -une croissance de 40 % de l’achalandage dans les axes du TRAMWAY
    -une augmentation de 16% de l’achalandage total du RTC »

    Je voudrais bien comprendre comment on peut en arriver à une telle estimation. Cette affirmation est purement hypothétique.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPD

      8 mars 2018 à 11 h 19

      Vous avez sorti une citation d’un rapport sur le Tram datant de 2003.

      Je vous invite à consulter l’étude de faisabilité Québec-Lévis qui date du mois de février 2015. On en dit pas mal sur les modèles de prévisions utilisés. Peut-être que ça réduira votre scepticisme.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Insider

      8 mars 2018 à 12 h 23

      « Cette affirmation est *** purement *** hypothétique. »

      Qu’avez-vous comme compétence professionnelle pour y aller de l’utilisation hyperbolique d’adjectifs qualificatifs?

      Je vous laisse deviner à qui je fais le plus confiance entre les gérants d’estrade et ceux qui ont l’expertise. ;-)

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Jp-Duval

        9 mars 2018 à 10 h 20

        Quand on me sort des chiffres comme ceux-ci:

        -une croissance de 40 % de l’achalandage dans les axes du TRAMWAY
        -une augmentation de 16% de l’achalandage total du RTC »

        On a le droit de s’interroger!

        Sur quoi se base-t-on pour arriver à de telles conclusions? Tant que le réseau n’est pas construit on ne peut prévoir si il y aura hausse d’achalandage.

        Je peux etre dans l’erreur….Mais que l’on me prouve que ces chiffres seront véridiques.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        9 mars 2018 à 11 h 11

        « Je peux etre dans l’erreur….Mais que l’on me prouve que ces chiffres seront véridiques » (sic)

        Vous avez une méthodologie ci-dessous et de toute évidence vous n’êtes pas en mesure d’interpréter ce que c’est concrètement. Faute de preuve que vous avez au moins fait l’effort de lire, cet échange ne mène à rien.

        Dans ce contexte, il devient difficile voir impossible de vous prouver quoi ce soit.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  14. Insider

    8 mars 2018 à 13 h 44

    @ Jp-Duval

    Voici un extrait concernant la méthodologie. Je vous laisse juger si vous êtes en mesure d’apprécié ce que ça implique. ;-)

    « 3 Prévision de déplacements
    Le territoire de référence utilisé pour les activités du livrable 3.2 correspond au territoire de l’enquête OD 2011.
    L’horizon de prévision couvert par ce livrable correspond à l’année 2041 (dans le cas des prévisions de lademande de déplacement au fil de l’eau , des résultats sont également présentés pour 2026). Pour l’analyse avantages-coûts ultérieure, des éléments d’achalandage pour l’année 2026 ont également été fournis dans la suite de l’étude.
    La présente partie résume la méthodologie utilisée et les résultats obtenus pour réaliser les prévisions de déplacements par mode à l’horizon 2041 pour les situations avec et sans tramway.
    Ces prévisions ont requis les activités suivantes :
    – La construction du modèle multimodal (réseau routier sous EMME et réseau TC sous TransCAD) et son calage pour l’année 2011 (situation de calage ou actuelle);
    – La prévision de la demande au fil de l’eau et la répartition modale;
    – Les prévisions de la demande à l’horizon 2041 avec tramway et sans tramway.
    Les analyses et résultats portant principalement sur :
    – L’évolution de la répartition modale des déplacements;
    – l’achalandage des différentes lignes de transports collectifs et notamment des deux lignes de tramway;
    – l’évolution des conditions de circulation routière.

    3.1 Méthodologie de prévision
    La méthodologie utilisée est une méthodologie classique de modélisation à 4 étapes adaptées aux données disponibles et *** aux pratiques en vigueur *** au Québec. »

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Jp-Duval

      9 mars 2018 à 10 h 22

      Diantre…..

      On dirait un texte rédigé par Mélanie Joly! !!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        9 mars 2018 à 10 h 51

        Sur quelle planète vivez-vous???

        Fin de la discussion en ce qui me concerne, je vies de perdre tout intérêt pour investir du temps pour vous répondre car vous venez de démontrer votre paresse. Ce n’est pas en répétant ad nauseam « sur quoi se base-t-on » après que l’on vous ait répondu que vous marquerez des points.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  15. Jp-Duval

    9 mars 2018 à 15 h 57

    L’étude dont vous me parlez remonte à 2003.

    Cela fait 15 ans….Le paysage urbain et démographique de la ville a changé depuis. On notera que certains secteurs de la ville se sont économiquement modifiés depuis ce temps (certains en mieux d’autres en moins)

    Quand on me sors d’un chapeau des prévisions pour dans 10-20 ans, je deviens sceptique. Ibidem en ce qui concerne les prévisions des hausses d’achalandage (v. page 35). Je veux bien croire à cette hausse mais comment en est-on arrivé à ce chiffre?

    Si vous voulez croire au projet de Tramway, libre à vous…..Mais en ce qui me concerne, je reste prudent avant de dire oui. On parle ici d’un projet de plusieurs milliards avec le risque de dépassement de coût. Je ne crois pas que nous ayons les moyens de dire oui à une telle dépense sans réfléchir sérieusement aux conséquences.

    Je dois supporter les dettes que la génération précédente (celle des années 60-70) m’ont légué. Je ne désire pas en créer une nouvelle pour ma descendance.

    P.S: L’étude fut une commande du RTC… Peut-être que cette étude ne sert qu’à nous vendre le projet.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      9 mars 2018 à 16 h 58

      L’Argumentum ad nauseam ou avoir raison par forfait est un sophisme basé sur la répétition d’une affirmation. C’est le mécanisme qui se cache derrière l’efficacité des rumeurs et de la propagande (ou publicité) répétitive (voire, à l’extrême, du lavage de cerveau).

      lol

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  16. Insider

    9 mars 2018 à 18 h 12

    « L’étude dont vous me parlez *** remonte à 2003 *** . »

    « Le territoire de référence utilisé pour les activités du livrable 3.2 correspond au territoire de *** l’enquête OD 2011 *** »

    De plus en plus hilarant. lol

    Signaler ce commentaire

     ou annuler