Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Une passerelle cyclable sera aménagée à la Pointe-à-Carcy

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 juin 2018 46 commentaires

Québec, le 4 juin 2018 – La Ville de Québec et le Port de Québec ont dévoilé les images de la passerelle cyclable qui sera aménagée à la Pointe-à-Carcy, dans le but de répondre aux enjeux de cohabitation entre les cyclistes et les piétons sur les quais du Port de Québec. La passerelle offrira un passage sécuritaire pour les cyclistes tout en assurant la sécurité des piétons, particulièrement nombreux lors de la période des croisières. (…)

Les plans et devis seront réalisés cet automne afin de commencer la construction de la passerelle au début de 2019. Celle-ci devrait être ouverte aux cyclistes à compter du mois de juin 2019. Déjà, le Port de Québec s’est engagé à assumer 1 million $ des coûts de construction.

D’ici à ce que la passerelle soit aménagée, les cyclistes continueront d’emprunter la piste cyclable sur les quais jusqu’au 31 août. Les réflexions se poursuivent au sujet de sa localisation jusqu’à la fin octobre.

Advenant la relocalisation de la piste dans la rue Dalhousie, la Ville mettra en place des mesures afin d’atténuer les impacts sur la circulation automobile. Des capteurs ont ainsi été installés dans la rue Dalhousie afin d’évaluer en temps réel les débits de circulation. La Ville utilisera le gestionnaire artériel pour contrôler la circulation et intervenir au besoin, lors de périodes de plus fort achalandage sur le réseau routier.

La suite

Une passerelle à contresens François Bourque (Le Soleil)

Voir aussi : Tourisme, Vélo.


46 commentaires

  1. PPD

    4 juin 2018 à 18 h 03

    Sur ce blog, le 13 juin 2017, j’avais émis l’idée d’emprunter l’idée du snake bridge à Copenhague comme solution au problème Dalhousie. Et bien il vont le faire! Difficile pour moi de dire que c’est une mauvaise idée.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • julien

      5 juin 2018 à 07 h 54

      Je suis content de voir que la ville de Québec a suivi vos conseils ;-). Sans blague, très réussi comme look. Par contre, je ne suis pas sûr que ça règle complètement le problème. la passerelle se termine à l’ouest au début de la place des canotiers. Et, encore dimanche dernier, il était exigé aux cyclistes de débarquer de leur vélo sur l’ensemble de la « piste cyclable » de la place des canotiers. Et ce n’est pas encore la saison des croisières…

      À titre d’information, le Snake bridge a couté environ 7,5 millions de dollars pour 235 mètres.

      J’ai hâte de voir à quel point la ville et le Port vont être rigoureux sur la notion de passerelle « Réservée aux cyclistes ». Il s’agirait d’une première à Québec. J’ai l’impression que l’attrait va être grand pour les piétons d’aller s’y promener…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Léo

        5 juin 2018 à 09 h 34

        passerelle « Réservée aux cyclistes » ?

        C’est déjà raté, regardez les dessins de la Ville : on observe des piétons sur la passerelle, et… un escalier pour pouvoir y monter !

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. Jean François Côté

    4 juin 2018 à 19 h 42

    J’adore ! C’est la solution dans les airs .

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. j15e Utilisateur de Québec Urbain

    4 juin 2018 à 21 h 44

    J’ai hâte de voir ça! Je suis bien content que la ville investisse dans les infrastructures pour rendre le transport actif plus sécuritaire. En prime une solution plutôt originale pour un secteur problématique depuis longtemps.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Louis M.

    4 juin 2018 à 22 h 02

    Je suis le premier à défendre les gens à vélo et à pied, ainsi que tout ce qui peut favoriser leur sécurité et leur place dans la Ville. Mais à voir ce projet, je me dis qu’on est à côté de la track! Combien d’argent investit pour sortir les vélos de la rue? Combien d’argent investit pour faire plaisir à quelques automobilistes qui auront deux voies plutôt qu’une, comme 150 mètres plus loin? C’est indécent!
    Remettez le lien cyclable sur la rue Dalhousie, tant pis pour les voitures. Dans le pire des cas, faites le seulement lorsqu’il y a des paquebot puisque c’est à ce moment que la piste sur les quais posent problème. De toute façon, durant les belles journées d’été il y a beaucoup plus de gens à vélo que d’automobilistes! Ça fera plus d’heureux que de malheureux!

    On prend l’exemple du pont cyclable «the Snake», à Copenhague, pour dire à quel point ce projet incroyable. Il le sera: un pont de plusieurs centaines de mètres qui ne permet de franchir absolument rien et qui est un détour par rapport au lien direct sur rue, c’est du jamais vu!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • j15e Utilisateur de Québec Urbain

      5 juin 2018 à 00 h 43

      Je comprends que c’est beaucoup plus d’argent que d’enlever une voie sur Dalhousie, mais c’est aussi un tout autre projet, je ne pense pas qu’on doit comparer en tout point ce projet à la solution précédente sans considérer la différence d’impact.

      Cette proposition embellit le secteur, crée une continuité logique entre le parc linéaire du Saint-Charles et la promenade Samuel de Champlain. La solution sur Dalhousie règle un problème de cohabitation piéton/cycliste/voitures, mais c’est tout.

      Niveau financier, la ville dépense des millions et des millions pour l’entretien et le développement des routes, on ne devrait pas quand même se réjouir que les infrastructures pour les déplacements actifs deviennent un investissement plus fréquent de la part de nos élus?

      Je ne dis pas que tout est rose, mais il faut modérer nos positions.

      Côté déneigement qui est mentionné dans l’article du Soleil, j’avoue que j’aimerais ça un jour que ce soit déneigé, mais je trouve que le monde en demande pas mal héhé. Il y a des secteurs plus achalandés par les cyclistes utilitaires avant celui-là et on ne part de rien côté déneigement hivernal des pistes cyclables à Québec. Mais bon, faut le demander pour espérer l’avoir un jour!

      https://www.lesoleil.com/actualite/la-capitale/une-passerelle-cyclable-pour-eviter-dalhousie-07573a7ff77a020c812f982aad233af8

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Arthur

      5 juin 2018 à 08 h 53

      Ma crainte, c’est qu’on construise ça pour rien, que les cyclistes préféreront zigzaguer entre les voitures dans la rue que de faire ce détour qui demandera en plus l’effort de monter une pente.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Charles L

        5 juin 2018 à 09 h 09

        C’est effectivement ce qui va se passer. Prenez l’exemple de père marquette et de René Lévesque. Il y a toujours des cyclistes qui circule sur René Lévesque malgré l’implantation de la piste cyclable sur PM.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPD

        5 juin 2018 à 09 h 15

        @ Arthur et Charles
        On s’entend que contrairement à Père-Marquette, la passerelle aura l’avantage d’être spectaculaire et attirante. C’est sans oublier le profil des cyclistes dans le secteur du Vieux-Québec qui sont là surtout pour se balader et contempler les lieux.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Léo

        5 juin 2018 à 09 h 48

        Il y a 2 sortes de cyclistes qui circulent dans ce secteur :

        – ceux qui font du vélo « loisir », et qui vont très sûrement apprécier cette passerelle « touristique »… à condition qu’il n’y ait pas trop de piéton dessus, ou de cyclistes arrêtés tous les 20m pour prendre des photos et des selfies !

        – ceux qui font du vélo « utilitaire » et qui souhaite aller rapidement et en ligne droite. Ils ne vont sûrement pas emprunter une passerelle qui rallonge le chemin, qui zigzague, qui monte et qui descend, et qui va être pleine de touristes.
        Ceux-ci resteront donc dans la rue Dalhousie, et les radio-poubelles critiqueront ces « asties de cycliss qui prennent pas les pissyclables qu’on paye avec nos immatriculations ».

        C’est un beau projet, mais il ne répond pas du tout au besoin.
        Dommage.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Undefined

        5 juin 2018 à 12 h 52

        « asties de cycliss qui prennent pas les pissyclables qu’on paye avec nos immatriculations ».

        Puis-je demander un remboursement à la SAAQ si à chaque année ils me font parvenir une facture même si je ne suis pas propriétaire d’une voiture? peut-on m’assurer que l’argent que je donne à la SAAQ (c.-à-d. le gouvernement provincial) ne sert pas à financer les voies empruntées seulement par des voitures? Je ne veux pas payer pour la partie qui n’est pas utilisée par les marcheurs, les coureurs ou les « as… de cycliss ». À moins qu’il n’y ait de salut sans immatriculation? ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • PPD

      5 juin 2018 à 09 h 07

      Il s’agit là d’un tronçon à fort débit sur lequel circule toute sorte de cyclistes; expérimentés, débutants, touristes, jeunes, vieux, pressés sans oublier les enfants. Je répète… Les enfants.

      Si on sort les vélos de la rue sur ce petits 150m, c’est pour des raisons de sécurité selon moi évidentes. À mon avis, le problème ici présent ne doit pas être analysé à travers un prisme idéologique comme vous semblez le faire.

      Quant à la solution choisie, là je comprend très bien votre raisonnement. On aurait très bien pu la mettre de côté au profit de la conversion de la rue St-Pierre (derrière le musée de la Civilisation) en rue partagée jusqu’au traversier.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Undefined

        5 juin 2018 à 12 h 55

        « On aurait très bien pu la mettre de côté au profit de la conversion de la rue St-Pierre (derrière le musée de la Civilisation) en rue partagée jusqu’au traversier. »

        Je ne suis pas assez rapide pour me qualifier pour la marathon de Boston, et même à mes pas de tortues courir dans ce secteur est un défi. Je vois mal comment ce serait mieux comme cycliste, même récréatif?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Louis M.

        5 juin 2018 à 13 h 04

        «Si on sort les vélos de la rue sur ce petits 150m, c’est pour des raisons de sécurité selon moi évidentes. À mon avis, le problème ici présent ne doit pas être analysé à travers un prisme idéologique comme vous semblez le faire.»
        Le prisme idéologique est que la rue est pour les voiture! Les raisons de sécurité sont fausses: une voie cyclable en site propre peut être facilement réalisée et les résultats en matière de sécurité ont été maintes fois démontrées! Aucun guide de conceptions suggère, encore moins conseille, des voies cyclables dans les airs!

        Petit rappel, la même rue passe de 4 à 2 voies 150 mètres plus loin à l’ouest, comme quoi c’est pas impossible!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPD

        5 juin 2018 à 13 h 48

        Comme le dit monsieur Naud, la portion Est de Dalhousie est congestionnée en raison de la localisation de la Gare maritime. Selon moi et les « professionnels brainwashés tout à l’auto de la ville », le partage n’est pas l’option à préconiser pour cette courte section.

        À l’ouest, il y a un quai occupé par la garde-côtière, dépourvu d’activités commerciales. C’est pour ça que sur cette portion qu’une large voie dans les 2 directions suffit.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Louis M.

        5 juin 2018 à 19 h 42

        Activités commerciales!? Comme si les commerces du coin avaient tous un accès qui causait des ralentissements. Vous allez me dire le stationnement parallèle? Il n’y en a pas non plus, contrairement à la section à l’est qui n’a que deux voies!
        Oui il y a un peut-être un goulot. Et puis? C’est pas justement cette raison qui crée les villes, les points de passage obligés?
        Il faut arrêter de toujours tout vouloir décongestionner à n’importe quel coût sans se poser de question!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  5. Nadia

    5 juin 2018 à 10 h 18

    Quel manque de vision et de volonté politique. Il y a des centaines de cyclistes utilitaires qui passent dans ce coin tous les jours de la semaine et ils ne prendront pas ce détour (qui sera de toute façon envahi de touristes qui voudront prendre des selfies avec le chateau, qu’on mette des pancartes ou pas). Je suis les réseaux sociaux cyclistes de Québec et je peux vous dire que personne n’est d’accord avec ce projet. Dalhousie devrait être spécialement conçue pour faciliter la vie aux piétons et aux cyclistes et être interdite à la circulation de transit, ce qui éliminerait le besoin d’avoir 4 voies. Dans un lieu désigné par l’UNESCO, les 18 roues qui traversent la ville, les gens pressés qui s’en servent comme raccourci, ça n’a aucun bon sens de laisser le statut quo de 4 voies de voitures dans ce coin. Ça devrait être tellement pénible de passer par là comme raccourci que ça ne serait même plus une option. Ainsi, les résidents et les gens qui arrivent du traversier auraient une voie pour bien circuler, avec une seconde voie pour les cyclistes et des feux piétons qui se déclenchent immédiatement quand les piétons les actionnent (le contraire de maintenant). Selon les maquettes, pour se rendre au début de la passerelle à partir de la place des canotiers, il faudra quand même descendre de vélo. Ça sent l’échec couteux à plein nez.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. J.

    5 juin 2018 à 10 h 45

     ou annuler
  7. Léonce Naud

    5 juin 2018 à 10 h 46

     ou annuler
  8. Pierre

    5 juin 2018 à 11 h 11

    Dans le fond, c’est pas compliqué votre affaire. S’il y a une avancée pour le vélo, il faut impérativement que ça génère un recul pour l’auto, et ce à tout prix et peu importe le contexte.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Louis M.

      5 juin 2018 à 12 h 56

      Non, pas nécessairement. Mais cette « avancée » pour les gens à vélo, qui n’en est pas une selon moi, coûtera une fortune seulement pour ne pas importuner les automobilistes. C’est donc davantage un gain pour les voiture que pour les gens à vélo. Un gain encore une fois trop chèrement payé par tous!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Pierre

        5 juin 2018 à 13 h 20

        Donc, si un jour on investit 150 millions pour élargir Laurentienne sud, ce n’est pas vraiment une avancée pour les gens en voiture. Pourquoi? Parce que ce sont les cyclistes qui en profiteront, eux qui seront moins importunés dans les petites rues.

        Par cette démonstration inversée, ne voyez-vous pas comment les failles de votre cadre théorique deviennent évidentes?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Undefined

        5 juin 2018 à 15 h 59

        « Parce que ce sont les cyclistes qui en profiteront, eux qui seront moins importunés dans les petites rues. »

        Démonstration pas plus éloquente, d’un point de vue de pur analyse logique. Désolé. 2e essai 15 verges à faire. ;-)

        Je peux comprendre ce que vous essayez de faire mais vous le faites de façon fallacieuse.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Pierre

        5 juin 2018 à 16 h 41

        Effectivement le but n’était pas de convaincre, mais bien de montrer le côté parfois démagogique de certaines interventions.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Louis M.

        5 juin 2018 à 19 h 46

        Effectivement, peu convaincant. En fait, vous rappelez simplement tout l’argent qu’on continue d’investir pour la voiture.
        Et vous savez quoi? L’élargissement des autoroutes n’améliore pas du tout la situation des gens qui se déplacent à vélo à cause d’un phénomène que l’ont appelle la demande induite.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  9. michel desjardins

    5 juin 2018 à 11 h 49

    Cette passerelle ne règlera en rien les problèmes de cohabitation et de sécurité. La plupart des cyclistes ne voudront pas se taper cette dernière à chaque fois qu’ils se retrouveront dans le secteur.
    J’y circule assez souvent pour savoir qu’ils y font pratiquement tous du vélo « utilitaire ». Ces cyclistes l’éviteront d’autant plus qu’elle sera reconnue pour être souvent prise d’assaut par des touristes et des flâneurs qui n’en auront rien à cirer de la signalisation routière et de la fluidité.
    Si on est pour investir des millions dans le réseau cyclable, qu’on nous trouve un endroit où ça nous serait plus utile. Parce que là, franchement, à part le tape-a-l’oeil, ça servirait pas à grand-chose.
    Il y des centaines de cyclistes à tous les jours qui doivent patienter pendant que le train passe et leur coupe leur piste cyclable tout près de la White Birch. À cet endroit, une passerelle serait à la fois utile et sécuritaire.
    Qu’on isole pour de vrai la piste cyclable au terminal des croisières.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  10. Yannick Chouinard

    5 juin 2018 à 12 h 03

    Résumons: -l’administration du port signifie à la ville de Québec qu’elle ne souhaite plus que les cyclistes empruntent les quais pour circuler.
    – la ville aménage une piste cyclable sur la rue Dalhousie en 2016 dans une relative indifférence médiatique.

    – la ville peaufine et récidive avec son aménagement cyclable sur Dalhousie en 2017. Quelques topos dans les médias dénoncent cet aménagement et parlent de bouchons monstres. Le maire appelle au calme et affirme que cet aménagement est là pour rester. Le succès est au rendez-vous; c’est la voie cyclable la plus achalandée de la ville en 2017: https://www.ville.quebec.qc.ca/apropos/planification-orientations/transport/velo/docs/bilan-velo-2017.pdf

    – le maire change son fusil d’épaule(encore une fois) et dit être en discussion avec l’administration du port pour trouver une solution.
    – 1 mai 2018. La saison du vélo est officiellement ouverte. En l’absence de voie cyclable, plusieurs cyclistes sont confus et empruntent la rue Dalhousie à contre-sens ou roulent sur le trottoir. L’administration du port, quand à elle, a engagé une agence de sécurité qui pourchasse les cyclistes qui circulent sur les quais. Pendant ce temps, la ville effectue des travaux sur la rue Dalhousie pendant l’essentiel du mois de mai ce qui entraîne le retrait d’une voie de circulation. Silence médiatique. On ne parle plus de « bouchons monstres » ou de l’impossibilité d’aller se « chercher une pinte de lait à l’épicerie. »( http://www.journaldequebec.com/2017/07/13/le-trafic-fait-rager-dans-le-vieux-port) malgré que le retrait de voie de circulation en mai 2018 soit similaire à ce que c’était à l’été 2017.

    – 4 juin 2018. La ville et le port annoncent un projet d’implantation d’une passerelle cyclable(ou multifonctionnelle ?) sur les quais pour 2019. Comme la ville et certains commerçants ne veulent plus des cyclistes sur la rue Dalhousie et que le port ne les veut pas non plus directement sur ses quais, on a eu la brillante idée de les envoyer… dans les airs ! Ajoutons que ce projet n’est pas explicitement chiffré(on parle de « quelques millions ») et que les différents organismes représentants les cyclistes n’ont pas été à proprement dit consultés.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  11. Insider

    6 juin 2018 à 05 h 40

    Les commentaires illustrent bien les deux solitudes que nous avons. cyclistes versus automobilistes. Et même à l’intérieur des cyclistes, récréatif versus transport actif.

    Et à Québec les cyclistes qui font du transport actif semblent être la dernière des sous-castes. Loin derrière la sous-caste des cyclistes récréatifs! Remercions les médias de Québec pour ce phénomène.

    « Cela est juste et bon. Amen. » ;-)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Undefined

      7 juin 2018 à 12 h 50

      « Les commentaires illustrent bien les deux solitudes que nous avons. cyclistes versus automobilistes. Et même à l’intérieur des cyclistes, récréatif versus transport actif. »

      Tout à fait. Pour certains le vélo ce n’est que quelques semaines par année et pour d’autres de 6 à 8 mois facilement. Pour ceux qui sont en mode transport actif c’est plusieurs mois et quand ce n’est qu’un loisir on peut prétendre que ce n’est que quelques semaines.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  12. Sebastien

    6 juin 2018 à 12 h 16

    Beau spot pour regarder les feux loto-Québec ou pour voir un spectacle à l’agora sans payer de billet! ;)

    Chose sûr, une sécurité constante devra être assumée durant ces évènements pour que la piste demeure sécuritaire.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  13. jeand Utilisateur de Québec Urbain

    6 juin 2018 à 12 h 21

    Pas mal plus la faute du climat, même cette semaine en plein mois de juin ça prend des spéciaux motivés pour faire du transport actif à 6-7 degrés le matin.

    Une passerelle à vie pour un problème de quelques week-end l’été…

    Bof quelques millions a dit le maire de Québec

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      7 juin 2018 à 06 h 58

      « Une passerelle à vie pour un problème de quelques week-end l’été… »

      Vu du point de vue selon lequel l’univers serait en orbite autour de votre nombril peut-être. Par contre pour tous les courageux qui font de la course à pied en janvier et février afin d’être préparé adéquatement pour le prochain marathon (celui de Boston est en avril), se motiver le matin pour faire du vélo ces temps-ci n’a rien de spécial, au contraire c’est le gros confort.

      Gardez vos beaux préjugés! Misère.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • jeand Utilisateur de Québec Urbain

        7 juin 2018 à 11 h 56

        C’est quoi votre H….. de problème avec mes opinions, elle valent bien les vôtres, anyway il me semble avoir déjà lu que vous ne faisiez pas de vélo.

        J’ai habité 10 ans au vieux-port, je fais du vélo( j’en ai même 2, un route et un de montagne) et bien que je ne m’entraîne pas pour le marathon je cours entre 20 et 30 kilomètres par semaine.

        Le problème de circulation vélo-auto est l’histoire de quelques semaines par année n’en déplaise à votre seigneurie. Cette passerelle sera vite une verrue urbaine et seul les cyclistes du dimanche vont l’emprunter.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        7 juin 2018 à 17 h 23

        « anyway il me semble avoir déjà lu que vous ne faisiez pas de vélo. »

        Le fait que je ne fasse plus de vélo m’invalide pour défendre ceux et celles qui font du vélo en mode transport actif?

        Ne vous en déplaise je fais du transport actif que ce soit en marchant ou en courant à l’année longue. Je peux peut-être défendre les autres qui font du transport actif m^me si le mode de transport est différent?.

        Quelques intervenants ici sur QU ne voient le vélo qu’avec leur prisme d’utilisation en mode récréatif. Ceci n’empêche pas que d’autres puisent faire du vélo aussi en mode transport actif. Voilà ce que je dénonce.

        P.S. Mon point pour le marathon était que pour les coureurs dont la saison des marathons s’étend du printemps à tard l’automne ça implique de ne prendre une pause d’un mois ou moins. On peut faire du transfert dans un autre sport mais il faut cependant garder un bon volume de course pour garder les qualités spécifiques à ce sport. Pour les coureurs qui n’aiment pas le tapis roulant ou tourner en rond sur une piste, vous savez dans quelle conditions ils courent en janvier et février. Est-ce assez clair pour vous?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        7 juin 2018 à 17 h 26

        Aux modérateurs

        Ce genre de mots sont tolérés sur QU? On ferme les yeux quand ça vise certains intervenants?

        « C’est quoi votre —- H….. —- de problème avec mes opinions, »

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

        7 juin 2018 à 18 h 13

        Vous récoltez ce que vous semez. Cessez de constamment vous adresser aux intervenants plutôt qu’au sujet du billet. Le tout sur un ton habituellement méprisant. Faites un effort svp. Merci

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        7 juin 2018 à 18 h 19

        Je m’attendais à rien de moins de votre part. Lol T….k

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

        7 juin 2018 à 18 h 31

        Et partagez la réponse avec Undefined

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        7 juin 2018 à 18 h 37

        « Et partagez là réponse avec Undefined »

        Bannisez l’adresse ip, de cette façon le WIFI publique sera banni pour tous ceux et celles qui pourraient commenter sur votre précieux.Prouvez-moi que vous avez les couilles de le faire. et on pourra passer au prochain WIFI publique. lol ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Undefined

        8 juin 2018 à 08 h 53

        « Et partagez la réponse avec Undefined »

        Cher M. Gobeil,

        Je présume que je suis un collègue de travail de Insider ou à moins que ce soit l’un de nos clients fidèles.

        Malheureusement ne connaissant pas l’identité de Insider je ne peux confirmer ma théorie. Comme lui je vous invite à bannir l’adresse ip, si certains de nos clients ou d’autres employés utilisent ce réseau publique vous perdrez peut-être plus que deux contributeurs pour le plus grand bien de QU.

        Bravo pour vos principes et valeurs à géométrie variable.

        Sans rancune et espérant ne pas provoquer la foudre.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  14. Marc Guy

    6 juin 2018 à 12 h 56

    un infrastructure vélo qui ajoute aucune sécurité pour les cyclistes a un endroit ou il ni a pas de circulation auto

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  15. Marc Guy

    6 juin 2018 à 13 h 04

    Y’en avait pas de problème dans le temps de Ross Gaudreault. Quand tu veux voir les bateaux tu vas sur les quais, quand tu veux passer rapidement tu prends Dalhousie. Me semble que c’est pas sorcier.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *