Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Le Phare: hausse de 26% des coûts du Phare

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 juin 2018 7 commentaires

Jean-Michel Genois-Gagnon
Jean-François Néron

La facture anticipée pour le projet Le Phare a explosé au cours des dernières années passant de 600 à 755 millions $ entre 2015 et 2018. Une augmentation de 26%.

Selon le chef d’orchestre du complexe immobilier, le Groupe Dallaire, cette hausse des coûts est attribuable à la nouvelle mouture du projet privé qui sera présenté la semaine prochaine.

«L’évolution du budget global tient principalement à la révision générale du projet qui est maintenant passé à plus de 3 millions de pieds carrés [contrairement à environ 2,6 millions en 2015] en plus des ajustements requis pour accueillir le pôle d’échanges», a expliqué le président, Michel Dallaire.

Parmi les principaux éléments ayant fait grimper la facture, on retrouve le coût de construction pour la salle de spectacle. Cette dernière, qui possédera une scène centrale, a vu son nombre de sièges bondir de 750 à 1200. Il y a aussi la configuration «plus définis» du pôle d’échange Sainte-Foy Ouest qui devrait compter «entre sept et huit quais». Ce terminus, qui sera situé au premier sous-sol du complexe, desservira à la fois le tramway et le trambus. Un point de correspondance figure aussi dans les plans pour un raccordement avec le réseau de transport collectif de la rive sud.

Comme autres composantes, il y a le prolongement du tunnel pour les autobus menant au pôle d’échanges. Les autobus de la Rive-Sud et les trambus entreront sur l’avenue Lavigerie par une voie d’accès souterraine (une trémie).

La suite

Voir aussi : Projet - Le Phare de Québec.


7 commentaires

  1. Antoine

    13 juin 2018 à 12 h 30

    Les couts montent, ils annoncent cela juste avant les consultations bidons de la ville pour se donner bonne presse et dire qu’ils investissent 800 M à Québec… Bravo pour l’investissement de 800 M, mais coupez la tour en 4, répartissez la sur l’axe du boulevard Laurier, et l’impact sera beaucoup plus important en qualité urbaine…

    Mais non on préfère jouer à Napoleon ! Avec une approche des années 60, Québec est misérable d,accepter un tel geste à SteFoy quand le vieux Québec se vide, St-Roch aussi, et que les banlieues se remplissent. Vive l’étalement urbain, vive les années 60…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Pat

      13 juin 2018 à 19 h 37

      Ce projet est très actuel contrairement à ce que vous semblez dire puisque ce sera un projet mixte avec des services à proximité en plus du transport en commun qui sera parfaitement intégré. La qualité de vie sera parfaite dans se secteur. On est loin du complexe G des années 70. C’est complètement différent. Arrêtez d’avoir peur, c’est en plein ce qu’il faut pour diminuer l’étalement urbain et vous le constaterez une fois le projet terminé. Et la hauteur est bien la preuve que certaine personne ont peur du changement et préfère rester dans ce qu’ils connaissent. En 2030, quand le projet sera terminé on va trouver que c’est bien correct.

      De plus, si Ste-Foy est pour vous la banlieue de Quebec il serait peut-être temps de revenir y faire un tour.

      St foy offre le meilleur potentiel de développement pour le centre ville d’affaires de la ville. Avec un investissement aussi important provenant du privé on peu pas avoir un meilleur endroit qui pourra rentabiliser l’investissement. Si vous avez suffisamment d’argent rien ne vous empêche d’acheter un terrain dans St-Roch et proposer un projet à la ville.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Louis Bélanger

      13 juin 2018 à 21 h 16

      Et oui, le Phare passe de 2,6 millions de pieds carrés à plus de 3 millions pendant que l’on propose d’éliminer 6 étages à l’Hôtel-Dieu, devenues maintenant inutiles. Et l’augmentation du nombre de sièges de la salle de spectacle sera-t-il compensé par l’élimination d’un nombre équivalent de sièges au centre-ville? Ailleurs, on restreint l’accès des voitures vers le centre. Ici, on déplace le centre vers les voitures. Oui, misérable.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Pat

        14 juin 2018 à 06 h 35

        L’argent va là où il y a de l’offres. Et tu amènes un bon point, est ce que restreindre l’accès des voitures vers le centre rend ce secteur moins intéressant pour les investissements immobiliers et certains citoyens….

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • jeand Utilisateur de Québec Urbain

        14 juin 2018 à 09 h 12

        Faudrait arriver en 2018 à un moment donné, le plateau de Ste-Foy c’est la portion de la ville qui se densifie et ça fait au moins 30 ans que c’est ainsi.
        On parle ici d’un projet avec 3000 travailleurs et 3000 habitants avec un « hub » de TEC au sous-sol et des commerces au RDC, vous voulez quoi de plus? C’est presque un copié-collé de modèle de densification.

        Allez vous promener un peu dans les petites rues au nord et sud de Laurier et du CHUL, il n’y en a pas une où on ne vient pas de détruire un bungalow des années soixante pour reconstruire en multiplex 4-6-8 pendant que sur les artères principales, on construit du gros

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. Louis Bélanger

    14 juin 2018 à 10 h 52

    En 2018, époque où la transition énergétique devrait être à l’ordre du jour, quelle ville dans le monde déplace son centre à 8 Km de l’ancien centre. Je ne vois que Québec. Bien sur, l’argent suit l’offre. Et on comprend un milliardaire de vouloir développer ses intérêts en misant sur un nouveau centre-ville là où il a investit beaucoup. Mais habituellement, le pouvoir publique vise à assurer le bien commun. Pour Jean-Paul L’Allier, le bien commun n’était pas desservi en vidant St-Roch pour la périphérie. Mais aujourd’hui on a l’impression que M. Dallaire est responsable de la politique d’urbanisme. Anecdote d’une triste ville: pour voir un film dénonçant la pollution des quartiers centraux, Bras de fer, des résident du centre-ville ont du prendre leur char pour le visionner.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Antoine

      14 juin 2018 à 12 h 01

      Effectivement on s’ennuit de la vision de M L’Allier, qui aujourd’hui est des plus actuelle dans toutes les villes qui repensent leur quartier. Là on a une vision des année 70, laissé aux promoteurs…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *