Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Québec-Ouest/Vanier: de l’indigence à l’indépendance

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 30 octobre 2018 Aucun commentaire

Éditions GID

LE COMBAT POUR ENRAYER LA PROSTITUTION .

Extrait du chapitre La naissance de Québec-Ouest/Vanier 1916.

L’aménagement en mars 1912 d’un champ de tir à proximité de l’Hôpital des immigrants et l’ouverture du camp militaire à Valcartier au début de la guerre de 1914 viennent aggraver les problèmes de prostitution à Petite-rivière. Durant l’été 1914, Petite-rivière fait appel à la police de Québec pour faire condamner six maîtresses de maison et une quarantaine de femmes. En 1915, la municipalité décide d’engager un agent de la firme Pinkerton John Ferguson pour un montant de 250$ s’il réussit à fermer les maisons et lui promet 25$ pour chaque arrestation. Plusieurs prostituées délogées de Petite-rivière vont alors se réfugier à Saint-Gérard Magella, près du camp de Valcartier.

La municipalité de Québec-Ouest va hériter lors de sa création en 1916 du problème de la prostitution sur son territoire. Petite-rivière se débarrasse de ce problème en le remettant entre les mains des compagnies de spéculation immobilière qui dirigent à distance la municipalité. Ainsi à l’été 1917, Québec-Ouest demande à la cour du Recorder de venir siéger dans une maison louée de William Elliot sur le Chemin de la petite-rivière à Québec-Ouest La ville loue également de l’Hôpital des immigrants deux chambres pour les transformer en prison municipale pour enrayer le fléau de la prostitution.

Le conseil municipal de Québec-Ouest discutent à quelques reprises de légaliser les maisons de prostitution et d’imposer une taxe spéciale aux tenancières de ces maisons. Cette taxe tiendrait compte du nombre de prostituées présentes dans une maison. Mais ces propositions ne seront pas retenues. Les autorités militaires sont aussi favorables à une politique de tolérance. Ils déclarent : `Il faut laisser les soldats s’amuser…il serait cruel de les priver de quelques jouissances qu’ils peuvent se procurer pendant qu’ils sont encore en santé de ce côté de l’Atlantique`. Le clergé demande plutôt aux militaires que cesse à Petite-rivière le spectacle nauséabond de leurs saturnales. L’ampleur du phénomène augmente constamment avec la présence des militaires durant la guerre. Le journal L’Action Catholique se plaint que le vice se répand dans la banlieue de Québec et dénonce le 9 octobre 1915 le fait que la ville de Québec de cité paisible et calme soit devenue une ville de garnison.

Entre 1914 et 1921, la prostitution constitue la principale activité économique de la municipalité de Québec-Ouest. Les maisons de débauche ont pignon sur rue sur la route Sainte-claire, à proximité du champ de tir fédéral et de l’Hôpital des immigrants. D’autres maisons exercent ses activités sur le chemin de la Petite-rivière. Le rôle d’évaluation de la municipalité de 1917-1918 nous apprend que sur une population de 164 résidents, plus de 40% de ceux-ci ont des liens avec cette activité. 62 résidents de la municipalité, dont 43 prostituées sont en activité durant la guerre. La municipalité compte six maisons de prostitution qui emploient entre quatre et dix filles chacune.

Les plus souvent mentionnées dans les archives sont celles de madame Émilie Pelletier qui dirigent entre cinq et dix filles, madame Mercédes Roy avec une dizaine de filles et madame Eugène Bélanger avec huit filles. Derrière les noms de ces tenancières, inscrites au rôle d’évaluation comme propriétaire se cachent des propriétaires masculins dont les noms ne sont jamais connus. On peut juste constater que quelques-unes de ses maisons sont situées sur des lots appartenant initialement à Elzéar Savard.

La fin de la Première guerre mondiale, la fermeture du camp Valcartier et fin des activités au champ de tir de Québec-Ouest provoquent un ralentissement marqué des activités de prostitution. La population de Québec-Ouest qui comptaient 164 résidents en 1917 n’en comptera plus que 62 au rôle d’évaluation de de 1920. Ce recul s’explique par le départ de nombreuses prostituées et la fermeture de quelques maisons, en l’absence de clients.

L’histoire de Vanier sous la loupe d’un ancien conseiller municipal Taïeb Moalla (Journal de Québec)

Voir aussi : Arrondissement Les Rivières, Conférences / évènements, Histoire.

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *