Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Place Fleur de Lys: des consultations

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 novembre 2018 11 commentaires

Ce matin, à l’émission Bouchard en parle au FM93, il y a eu une entrevue avec les nouveaux propriétaires québécois de ce centre d’achats. L’histoire est fascinante.

Voici l’intégralité de cette rencontre qui nous révèle aussi les intentions de ces hommes d’affaires.

Des consultations sur l’avenir de Fleur de Lys Pierre-Paul Biron (Journal de Québec)

Trudel Alliance lance la démarche Réinventons Fleur de Lys

Un billet précédent

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Commercial.


11 commentaires

  1. PPD

    6 novembre 2018 à 22 h 08

    L’absence de commentaire aujourd’hui à propos ce billet montre à quel point comment, sur ce blogue, le bas de la ville semble se situer dans une autre galaxie.

    L’axe (autoroute Laurentienne) constitue pourtant un sujet majeur sur le plan de l’urbanisme à Québec. Tout y est à faire alors que sur Laurier, tout est déjà décidé, de toute évidence.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Etienne

    7 novembre 2018 à 07 h 31

    @PPD…. Faut dire qu’il n’y a pas beaucoup de viande fraiche dans l’entrevue… outre le « making of » de la transaction, c’est le volet de la consultation auprès des citoyens et des acteurs du milieu qui en ressort.

    Pour les possibilités elles sont immenses. J’ai commenté ici il y a plusieurs années déjà que les propriétaires de fleur de lys devraient envisagés la construction d’immeubles de personnes âgées aux abords, près du boulevard Hamel et les relier au centre d’achat.

    Aujourd’hui le paysage et ma vision ont changé avec le centre Vidéotron, le nouveau marché public et ce que j’ai vu des travaux d’étudiants de la faculté d’architecture de l’université Laval.

    Pour le casino souhaité par le politique; s’il doit en avoir un il est dans l’espace 400e du vieux port tout près des bateaux de croisières avec presqu’une preuve de non résident pour y entrer !

    un des éléments clés selon moi est d’enlever le viaduc d’autoroute à cet hauteur afin d’humaniser le secteur. rendre ce coin en boulevard urbain avec large piste cyclable / ski de fond pour relier ce nouveau développement au futur pole du RTC. D’ailleurs il devrait avoir un projet pilote afin de rendre un tronçon de piste cyclable en piste de ski de fond l’hiver autre qu’aux abords de la rivière.

    être propriétaire de fleur de lys, je consulterais aussi des urbanistes et architectes en titre pour façonner tout ce potentiel.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPD

      7 novembre 2018 à 11 h 29

      Exactement,

      J’aimerais qu’on en discute, qu’on fasse preuve d’imagination. C’est la plate-forme pour le faire et ainsi, contribuer dans le façonnement les boulettes de viande qu’on nous servira plus tard.

      Pour le casino, j’ai eu la même idée il y a quelques jours. L’espace 400e me semble l’endroit tout désigné. Ça saute aux yeux. Je ne crois pas que le maintien du Salon de jeu représente une solution durable pour la survie du centre d’achat. Quant au Vieux-Port, un casino animerait le secteur tant le jour que le soir, été comme hiver. Ce serait encore mieux qu’un marché!

      Parlant du centre commercial, je suggère une réduction de sa superficie de par la démolition rapide du Sears, du La Baie et du garage dans le stationnement. Ensuite, je plancherais sur un quartier résidentiel mixte, dense, avec des rues étroites et vertes. Une version contemporaine de ce qu’on a fait dans St-Roch sur l’ancienne cour de triage au nord de la rue Prince-Edouard. Ce serait un geste fort qui pousserait fort la conversion de Laurentienne en boulevard telle que vous l’imaginez.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. jeand Utilisateur de Québec Urbain

    7 novembre 2018 à 08 h 55

    Pas grands commentaires parce que tout le boulevard Hamel est une horreur à partir du Québec Inn jusqu’au Centre Videotron, le royaume des pylônes, la mairesse était pas si folle que ça

    Pour ce qui est de Fleur de Lys, c’est le premier d’une longue série dans un mouvement mondial, divertis ou ferme…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPD

      7 novembre 2018 à 10 h 40

      C’est un secteur que certains intervenants snobent abondamment. Un trou perdu parait-il. Même lorsque la situation ne s’y prête pas, on casse du sucre sur le dos du Centre Vidéotron, ouvert il y a 3 ans à peine, sans parler du nouvel espace public en face. On fait de même à propos du Grand Marché, un équipement municipal de grande qualité accessible pour l’ensemble des payeurs de taxe. Quel non sens! Pour Fleur de lys, on s’en fout pas mal. Qu’il ferme pis c’est toute. Pour Hamel, c’est laite parce que c’est de même pis c’est ben correct ça a l’air.

      Vous comprendrez donc que j’en ai pas mal contre ce cynisme improductif qui caractérise, aux yeux du monde, la population de notre chère ville.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • jeand Utilisateur de Québec Urbain

        8 novembre 2018 à 09 h 03

        « On fait de même à propos du Grand Marché, un équipement municipal de grande qualité accessible pour l’ensemble des payeurs de taxe »: Pas encore construit faudrait peut-être attendre avant d’en faire l’éloge.

        Le cynisme improductif vous dites, se mettre des œillères aussi c’est improductif: le boulevard Hamel est laid d’un bord à l’autre et Fleur de Lys se meurt,pas pour rien qu’il s’est vendu à un prix de liquidation.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPD

        8 novembre 2018 à 09 h 35

        Allez prendre une tite marche dans le coin. Les travaux du Grand Marché avancent et c’est déjà impressionnant. Peu importe ce qu’on en pense, le marché sera le plus beau au Québec. Je serai pas mal plus fier d’y amener ma visite l’an prochain qu’au Phare en 2028, scusez-là…

        Quant au boulevard, jamais j’ai dit que c’était beau. C’est laid, et c’est une raison de plus d’adopter une attitude constructive sur le plan de sa transformation future. D’ailleurs, ça s’en vient :

        Planification de la Ville pour le boulevard Hamel

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • jeand Utilisateur de Québec Urbain

        8 novembre 2018 à 22 h 47

        Bien hâte de voir le grand marché effectivement, tant que cela ne devienne pas un méga IGA ( rien contre IGA, j’y vais) Entre la rentabilité et le bucolique il y a un grand pas

        Pour le reste de Hamel, il va falloir un sérieux coup de barre à coup de pics à démolition sur la mer d’asphalte, de pylônes et de commerces bancals avec un alignement loufoque

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  4. Nicolas B Utilisateur de Québec Urbain

    7 novembre 2018 à 10 h 54

    Une succursale de Ferme Lufa (https://montreal.lufa.com/fr) serait une bonne idée. Culture de légumes à l’intérieur (ou sur le toit), un marché à proximité pour écouler la production et s’il y a construction d’une résidence pour ainés, un approvisionnement à proximité pour la cuisine!

    Agriculture urbaine nouveau genre!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Jp-Duval

    7 novembre 2018 à 15 h 24

    Vouloir consulter c’est bien beau….Mais il y a la réalité économique. Encore faut-il que les projets de développements puissent etre rentables. Juste la démolition des espace Sears et LaBaie couteront environ 10 millions.

    Ce centre d’achat est confronté au phénomène nord-américain du dead malls. C’est à dire le décès d’un centre commercial construit durant les années 60-70 et qui se retrouve aujourd’hui en un environnement urbain qui s’est dégradé. Aux USA ces centres commerciaux ont vécu les changements suivants;

    – Transformation en centre de divertissement. Cela fut fait en milieu urbain densément peuplé.
    – Rasage complet du centre pour utiliser le terrain pour y construire de l’habitation/ hotel, ou construction de lieu d’entreposage.

    Il est intéressant de noter les éléments suivants;

    – Silence radio complet de la ville.
    – La compagnie qui en était propriétaire gère un portefeuille immobilier de 28 milliards. ce portefeuille est composé d’hotels, de résidences et de centre commerciaux. Cette compagnie a de l’expertise et visiblement elle ne désirait pas intervenir sur ce lieu.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *