Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Plus du quart des Québécois n’ont pas d’opinion sur le troisième lien

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 novembre 2018 12 commentaires

Jonathan Lavoie
Radio-Canada

Malgré la présence marquée du dossier du troisième lien dans la dernière campagne électorale et la promesse d’importants investissements publics par la Coalition avenir Québec, plus du quart des Québécois n’avaient pas d’opinion sur le sujet au lendemain des élections.

« Il y a près de 30 % des gens qui n’ont pas d’avis sur le sujet, ce qui peut paraître un peu étonnant parce qu’on en a parlé beaucoup », commente Charles Breton, directeur de la recherche chez Vox Pop Labs et auteur d’une vaste étude postélectorale.

C’est d’autant plus surprenant selon lui parce que la construction d’un lien routier entre Québec et Lévis coûtera plusieurs milliards de dollars en fonds publics.

« C’est un enjeu qui est régional, mais au final, c’est un enjeu où il va y avoir beaucoup d’argent investi, ce n’est pas un petit projet donc ça m’étonne. »

Dans les jours qui ont suivi les élections du 1er octobre, Vox Pop Labs a demandé à plus de 8000 personnes si elles approuvaient la construction d’un troisième lien routier, un pont ou un tunnel, dans la région de Québec.

À l’échelle du Québec, les opinions sont partagées, avec une légère tendance en faveur du projet.

La suite

Voir aussi : Troisième lien.


12 commentaires

  1. Jeff M

    25 novembre 2018 à 20 h 50

    Le centre de Québec est clairement contre le projet. On est loin du consensus dans sondage Léger en juin derner qui plaçait les appui à 78 %

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Antoine

    26 novembre 2018 à 17 h 08

    C’est tout à fait surprenant. Je me risque à penser que concernant les gens de Québec, ils n’ont pas encore réfléchi aux conséquences sur le traffic. C’est bien beau de pourvoir facilement aller à la fête de la vache de St Magloire une fois par an, mais quand Québec va voir débarquer les hordes d’automobilistes de la rive sud sur les autoroutes déjà bouchées de la Capitale, il sera trop tard. À mon avis les gens de Québec seraient mieux si on fermait un des deux liens.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Jp-Duval

    26 novembre 2018 à 18 h 34

    Quand on y pense, c’est un peu normal que bien des gens n’aient pas d’opinion sur la question.

    – Une grande proportion de la population ne seront pas touché par la présence du nouveau lien. Leurs habitudes de transport ne nécessite pas l’utilisation de ce nouveau pont.

    – Les arguments en sa faveur sont vagues.

    – Bien des gens ne croient pas qu’un tel projet verra le jour d’ici 10 ans.

    Bref….Comment etre pour/contre un projet qui en est à ses balbutiements.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Luc

      26 novembre 2018 à 21 h 47

      – Pour le premier point c’est vrai. Ca ne les touche pas.
      – Pour le deuxième point, rien de vagues. C’est pour le développement économique de l’est d’abord et avant tout. Ce point a été mainte fois mentionné. Rien à voir avec la décongestion
      – Pour le troisième et dernier point… la stratégie de la CAQ est claire… en regroupant les deux bureaux de projet, les deux projets vont se fusionner. Comme la partie nord est plus avancée, ils commenceront cette portion en prétextant que c’est le début du projet du pont de l’ile….. et en même temps du troisième lien. Ils tiendront à ce moment leur promesse de débuter la construction dans le premier mandat….. c’est intelligent comme stratégie.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Luc

        27 novembre 2018 à 20 h 22

        @Jeff M: Et pourtant…… regardez ce qui s’est passé il y a 50 ans à la constrction du pont Laporte.

        De part et d’autre, ce n’était que des villes ou villages sans importance. Le coeur économique était l’ancienne ville de Québec sur la rive Nord et l’Ancienne ville de Lévis sur la rive Sud.

        A partir de ce moment, le développement a commencé à se déplacer vers l’ouest au point ou nous en sommes rendu aujourd’hui. Ceci inclu aussi les institutions d’enseignement que l’on connait aujourd’hui.

        Aujourd’hui la conséquence est que la majorité des déplacements que ces institutions génèrent se passent à l’ouest.

        Imaginez maintenant 50 ans après la construction d’un nouveau lien à l’est. Le développement va recommencer à se faire à l’autre bout du territoire ce qui équilibrera les déplacements dans l’agglomération.

        Les centres naturels redeviendront alors les anciennes villes que nous avons connus dans le passé. Le port de Québec se développera alors directement sur la rive sud de Qc ou un port industrialo portuaire d’importance verra le jour. Le pont permettra alors d’acheminer plus rapidement les marchandises vers la rive nord sans faire de grands détours. Les rails, au lieu de passer dans le centre de QUébec (limoilou), seront connectés directement sur les grands réseaux ferroviaires nord américain qui passsent non pas sur la rive nord mais bien sur la rive sud.

        Ce port deviendra stratégique à plusieurs égard car il sera au carrefour géographique du Québec. Le pont permettra à se moment de rejoindre les régions géographique de l’est et du nord sans détours.

        Non je ne crois pas que le potentiel de développement croitrait à la même vitesse sans ce lien car certains investissements ne verraient pas le jour sinon.

        C’est pourquoi je pense que ce lien est un catalyseur pour Québec et qu’on doit le voir autrement que pour le transport. Plusieurs l’ont compris et ce, même sur la côte du sud et sur la côte de beaupré.

        Oui ça vient avec des inconvénients. Tout comme le phare. Mais si on veut devenir un jour une ville de classe mondiale, ça vient avec son lot d’inconvénients… Mais avec un potentiel de croissance décuplé.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Vincent

      26 novembre 2018 à 23 h 06

      C’est normal qu’on n’ait pas d’opinion, puisqu’on ne connait pas encore les détails du projet.

      Voies réservées au transport en commun?
      Voies cyclables ?
      Trottoirs?
      Péage pour les autos solos? Combien ?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Jeff M

        27 novembre 2018 à 14 h 01

        Luc, l’argument du développement économique ne tiens pas. Qu’il y ait un 3e lien ou non, il y en aura du développement, ça va juste le répartir autrement. On ne dépense pas des milliards pour le plaisir de faire un boom à Beaumont et à l’extrême est de Lévis, près des terres agricoles.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  4. michel desjardins

    28 novembre 2018 à 00 h 06

    Il nous faudrait un vox pop de Guy Nantel. D’après moi, plus de la moitié des Québécois n’ont pas la moindre idée de ce qu’est le 3e lien..

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *