Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Transactions de 9 millions $ dans le secteur Sainte-Foy

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 27 novembre 2018 22 commentaires

Diane Tremblay
Journal de Québec

Investissements ICF Laurier de Gatineau vient de mettre la main sur treize propriétés de l’îlot Lapointe à Québec pour un montant évalué à un peu plus de 9 M$. Les résidences de type bungalow, qui datent des années 1950, sont appelées à être démolies pour faire place à un projet immobilier.

Le Groupe Maurice, avec la résidence pour aînés Ékla, occupe déjà une partie de cet îlot, situé en face des centres commerciaux, à proximité du CHUL de Québec, sur le boulevard Laurier.

Le président de la société Investissements ICF Laurier, Yohan Murray, n’était pas disponible lundi pour donner plus de détails sur le projet. La valeur des bâtiments inscrite au rôle d’évaluation, dans la plupart des dossiers, s’élève à 1 $, alors que les terrains représentent plusieurs centaines de milliers de dollars.

La transaction la plus importante atteint 1,2 M$ pour une résidence située sur la rue Lapointe. D’autres propriétés vendues sont situées sur l’avenue Jean-De Quen et le boulevard Laurier.

Valeur des terrains. Selon Martin De Rico, président de DeRico­­­ Experts-conseils, cette situation n’est pas rare lorsque l’usage le meilleur et le plus profitable est le terrain.

« La totalité de la valeur au niveau municipal dans ces actifs-là, c’est le terrain. Quand j’explique cela à un client de 77 ans, qui a fait rénover sa cuisine, par exemple, souvent il en fait une affaire personnelle. Il faut que les gens comprennent que c’est pour démolir et reconstruire », a-t-il expliqué.

La suite

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge.


22 commentaires

  1. paradiso Utilisateur de Québec Urbain

    27 novembre 2018 à 15 h 16

    ENFIN ! C’est le genre de densification dont nous avons besoin avant d’en arriver à des tours de 65 étages.

    Maintenant, j’ose espérer une architecture plus contemporaine et moins ordinaire que l’Ékla. Les années 90 sont terminées, la porte d’entrée de Québec mérite mieux.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Jean François Côté

    27 novembre 2018 à 15 h 36

    Déjà lu (souvent) que Le Phare aurait un effet de cannibalisation sur Laurier….

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Max L

      27 novembre 2018 à 18 h 09

      La construction a meme pas encore commencé, calme toi monsieur j’ai toujours raison. Le phare va canibaliser laurier lorsqu’il sera construit et qu’il offrira un nombre élévé de bureau, condo, etc. Pas avant.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Max L

      27 novembre 2018 à 23 h 30

      Ça prend pas la tête à Papineau, sachant que Québec est la ville qui a le pourcentage d’augmentation de la population le plus bas dans les 7 grosses villes canadienne! N’oublions pas aussi que c’est une ville de fonctionnaire on est pas Toronto ou Calgary il y a très peu de grosse compagnie qui s’installe ici et la croissance économique est plutôt faible mais bon à t’entendre parler on croirait que Québec est une métropole en plein effervescence.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Max L

      28 novembre 2018 à 00 h 18

      tiens je te rajoute même un petit article qui date de 6 mois et qui fait part du fait qu’il y a environ 19 condos pour chaque acheteur potentiel dans la région de Québec… Mais bon vu que tu est notre grand génie de l’économie tu va surement nous dire que ça veux rien dire, right? https://www.journaldequebec.com/2018/01/23/surplus-de-condos-a-quebec

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • utilisateur110

        28 novembre 2018 à 14 h 27

        À ce sujet, notez que le surplus de condos à vendre est surtout en périphérie de Québec, pas au centre-ville.

        Près de 600 condos du Sommet 3V se sont vendus en quelques mois seulement et la moitié des 134 condos du QG Roland-Beaudin sont déjà vendus. Le marché a une bonne capacité d’absorption à Sainte-Foy. Et en nombre de portes, le Phare représente un plus petit projet que le Sommet 3V.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • PPdaoust

      28 novembre 2018 à 07 h 55

      M. Côté,

      Extrait d’un texte récent de M. Genois-Gagnon du Soleil (Promoteurs, dormez en paix
      :
      Même s’ils estiment que le complexe Le Phare n’aura pas (ou presque) d’impacts sur les autres secteurs de bureaux de Québec, le Groupe Altus et Jones Lang LaSalle sont d’avis que ce développement pourrait tout de même ralentir l’appétit de certains promoteurs.

      «Certains pourraient choisir de repousser la construction de leurs édifices ou leurs projets d’agrandissement» (sur Laurier), indique M. Roy

      Bonne journée.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Jean François Côté

        28 novembre 2018 à 08 h 24

        PP Daoust

        Et ICF Laurier vient de mettre la main sur 13 propriétés au coût de 9 millions.

        Ralentir d’accord mais pas tout paralyser comme quelques oracles le prédisent.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        28 novembre 2018 à 08 h 50

        Je comprend bien M. Côté! Le Phare n’est pas là. Les promoteurs vont donc continuer à faire des affaires selon le marché actuel.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Nicolas B Utilisateur de Québec Urbain

      28 novembre 2018 à 08 h 41

      Je rejoins le commentaire de Max L, sur l’impact, disons drainant, du Phare sera à son maximum après la construction. J’imagine que les autres promoteurs ont donc 10 ans pour se positionner et attirer la clientèle.

      Ce cas pourrait entrer dans cette théorie.

      Comme l’indiquait Paradisio, ce type de densification doit se faire avant d’exploser la hauteur. Mais il était temps que ça se fasse!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. CL

    27 novembre 2018 à 15 h 44

    La hauteur maximale pour cette zone (31001Ma) est de 22m soit la même hauteur que le bâtiment résidentiel à côté.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Jean François Côté

    28 novembre 2018 à 07 h 04

    Max L

    Tu écris n’importe quoi parce que Québec n’est plus une ville de fonctionnaire. Et renseigne toi mieux tu vas savoir pourquoi.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      28 novembre 2018 à 08 h 23

      Affirmer que quelqu’un dit n’importe-quoi (sans en dire plus) en se basant que sur une seule affirmation (pas si fausse d’ailleurs) prouve que vous manquez de ressources pour argumenter.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Jp-Duval

      30 novembre 2018 à 09 h 51

      Ben oui Québec est encore une ville de fonctionnaires….

      Quand tu veux arriver à une conclusion il est facile de jouer avec les variables.
      On prend les employés de la SAQ. Ce sont des fonctionnaires mais qui travaillent dans le secteur de la vente au détail. On peut alors les classer selon cette dernière catégorie.
      Ibid pour Hydro-Québec, ce sont des employés de l’état ou des travailleurs d’industrie?? On les classe dans la section industriel et hop! on vient de faire diminuer la statistique!!!

      Selon la ville de Québec en 2016. https://www.ville.quebec.qc.ca/apropos/portrait/quelques_chiffres/index.aspx

      On dénote 287 500 personnes sur le marché de l’emploi. Juste l’administration municipale en engage 5200!!!

      Prenons le bus à Ste-Foy à l’édifice du ministère du revenu rue Marly. 5000 fonctionnaires y bossent. Prenons le chemin Ste-Foy et notons le nombre d’édifice regroupant des services gouvernementaux: Hopitaux, Cegep, organismes, bureau administratifs etc. pour nous rendre jusqu’au carré d’Youville. le nombre de lieux où on retrouve des gens travaillant pour l’état est impressionnant.

      Québec est encore une ville en lequel le fonctionnariat est bien présent.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

        30 novembre 2018 à 10 h 09

         ou annuler
      • Jp-Duval

        30 novembre 2018 à 12 h 21

        Premièrement le rapport ne concerne pas uniquement la ville de Québec:

        « Le territoire de la CMQ s’étend sur une superficie de 3
        339,14 km2et regroupe 28 municipalités réparties en cinq composantes géographiques : l’agglomération de Québec, la ville de Lévis, ainsi que les MRC de La Jacques-Cartier,
        de La Côte-de-Beaupré et de L’Île-d’Orléans. »

        On y inclut bien des endroits ou la fonction publique/para-publique y est absent.

        Deuxièmement, l’étude ne précise pas sa méthodologie ni la définition de ses termes.

        Hydro-Québec est-il classé dans la catégorie employés de l’état ou travailleurs d’industrie. Techniquement HQ est une entreprise…mais une entreprise qui appartient à l’état. On peut la mettre dans une des deux catégorie selon la conclusion à laquelle on désire arriver.

        Loto-Québec? État ou industrie du loisirs/divertissements?

        SAQ? État ou vente au détail?

        À tout cela on pourrait s’interroger sur bien des organismes, commissions et autres bébelles technocratiques que l’on peut classer dans plusieurs secteurs d’activités économiques.

        N’oublions pas un élément important. Cette étude s’adresse aux gens de l’extérieur de notre région pour vendre la ville et la possibilité d’y investir. Une ville de fonctionnaires c’est pas vendeur!!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *