Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Beaumont craint les impacts d’un troisième lien

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 décembre 2018 26 commentaires

Marc-Antoine Lavoie
Radio-Canada

Le troisième lien entraînera « énormément de pression sur les terres agricoles », affirme le maire de Beaumont.

David L. Christopher entend se doter d’un plan pour protéger son territoire, et ce même s’il appuie le projet par solidarité envers les autres élus de Chaudière-Appalaches

« On appuie [le troisième lien] parce que je dois penser à la MRC de Bellechasse, pas juste à Beaumont. […] Les autres maires ont besoin de ça pour leur développement économique », explique le maire en entrevue à Radio-Canada.

S’il supporte le maire de Lévis, qui répète sur toutes les tribunes avoir le soutien de ses collègues de la Rive-Sud, M. Christopher craint que le nouveau lien accélère l’étalement urbain et force le dézonage de terres agricoles.

Beaumont sera aux premières loges pour assister à la construction du futur lien entre Québec et Lévis qui débouchera sur les terres à proximité de la municipalité.

Le village compte présentement un peu plus de 2600 résidents et les quartiers résidentiels « poussent comme des champignons ». Le maire précise que sa municipalité peut encore accueillir 275 résidences, ce qui devrait suffire pour les 15 à 20 prochaines années.

« À 4000 résidents, on va commencer à être plein et ça va mettre énormément de pression sur les terres agricoles », soulève M. Christopher.

Il ajoute que Beaumont est « l’une des plus vieilles municipalités au Canada ». Le cœur du village est d’ailleurs considéré comme un site patrimonial par le ministère de la Culture.

Regroupant une soixantaine de bâtiments, ce site comprend notamment le premier presbytère de la paroisse construit en 1722 ainsi que l’Église Saint-Étienne-de-Beaumont érigée une dizaine d’années plus tard.

« Il y a certaines parties de Beaumont qu’il faut absolument protéger », raconte le maire passionné d’histoire.

La suite

Voir aussi : Transport, Troisième lien.


26 commentaires

  1. CL

    6 décembre 2018 à 14 h 44

    Ces municipalités pourraient densifier leur périmètre urbain également. Mais évidemment, tout le monde veut de l’unifamilial avec un grand terrain.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Sebastien

      7 décembre 2018 à 15 h 10

      Dans le cas de Beaumont et de Saint-Michel, les noyaux villageois sont tout simplement exceptionnels. Donc leur densification, si souhaitable, doit se faire de façon excessivement douce et encadré.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  2. Luc

    6 décembre 2018 à 20 h 32

     ou annuler
    • Antoine

      8 décembre 2018 à 15 h 16

      J’imagine que cette solution te fera sauver du temps pour me cesser de la pousser ici sans cesse ? Tu es donc pour la destruction des quartier de Sillery Ste foy,d’une portion de la promenade de Champlain, de Lévis pour qu’on construise plus de banlieues laides en périphérie de Lévis ? Donc détruire en plus des quartiers remplis d’arbres matures et où il y a une grande qualité de vie pour faire économiser un peu de temps à ceux qui ont décidé d’aller vivre hors des centre pour payer moins de taxes alors que ceux qui seraient touchés par ton projets paient d’importantes taxes pour pouvoir vivre à proximité de l ville ?

      Donc finalement ton projet de développement durable c’est cela ?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. urbanoïd

    7 décembre 2018 à 08 h 55

    On peut comprendre les inquiétudes, au pays du bungalow et de l’automobile.

    Pourquoi ne pas faire comme en europe? Quand j’étudiais à Salamanca, une petite ville de 150 000 habitants au milieu de terres agricoles, j’ai constaté que la ville était concentrée sur 3km. D’un côté les champs agricoles, l’autre côté la ville qui n’agrandit jamais son périmètre. Elle utilise uniquement son espace pour densifier chaque centimètre. Aucun espace perdu. il y a des des secteurs avec des tours d’habitations de 15 etages. Tout est hyper concentré et se fait à pieds. C’était très agréable. les rues sont bondées, les terrasses pleines. la densité doit friser le 35 000 par km2 (en excluant la superficie des terres agricoles). J’ai remarqué que plusieurs villes avaient ce même design, refusant de convertir des terres agricoles pour construire des bungalows. J’admire ces villes qui n’ont pas cédé à l’étalement.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Nicogag

      7 décembre 2018 à 09 h 44

      Idem dans plein de pays dans le monde où les terres agricoles sont considérées précieuses : la frontière entre la ville est la campagne est hyper marquée. D’un côté des immeubles de 15 étages, de l’autre des champs cultivés. Un exemple parmi d’autres en Turquie : https://www.google.ca/maps/@36.3633918,30.2902286,3a,60y,63.99h,86.16t/data=!3m6!1e1!3m4!1sRoR-FOqHjO9p2JLXqKY0ow!2e0!7i13312!8i6656

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Omer

      7 décembre 2018 à 12 h 45

      Très bon commentaire.

      Avec une « carte blanche », c’est l’occasion pour mettre à profit les nouvelles tendances en urbanisme et non de commencer à dézoner au profit de bungalow 70 X 30 sur terrains de 15,000 pieds carré ;)

      De plus, il faut savoir saisir les opportunité lorsqu’elles passent. Actuellement, peu de gens vont s’établir des ces municipalités. Cependant, avec un éventuel lien reliant plus rapidement des pôles d’emplois majeurs, ces municipalités pourraient augmenter leur nombre d’habitants, de services, et ce, d’une manière progressive et intelligente.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Mart9 Utilisateur de Québec Urbain

      8 décembre 2018 à 11 h 40

      Il y a aussi l’exemple de la Colombie-Britannique qui a une zone agricole tout près de Vancouver. Ça forcer la région à se densifier.

      Je ne sais pas pourquoi une telle loi n’existe pas au Québec. Nos meilleures terres agricoles disparaissent graduellement.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Carl

        10 décembre 2018 à 14 h 14

        Une telle loi existe depuis… 1978. Il faut simplement que les élus municipaux, les MRC et la CPTAQ cessent de dézoner à tout bout de champ (sans faire de mauvais jeu de mot).

        Cette loi s’inspire justement du cadre législatif existant en Colombie-Britannique. Nous disposons de l’environnement législatif et réglementaire nécessaire. Ce qui manque, c’est la volonté politique de respecter les périmètres urbains existants.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Undefined

        10 décembre 2018 à 15 h 26

        « Elle existe, cette loi. »

        Quand une loi est tellement contournée souvent qu’on en vient à croire qu’elle n’existe pas! N’est-ce pas ironique.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  4. jean duez

    7 décembre 2018 à 13 h 30

    C’est étrange: Une municipalité qui ne veut pas de développement. Pas de croissance, pas d’augmentation de valeur foncière… Étrange…. Je dirais même un peu suspect.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Sebastien

      7 décembre 2018 à 15 h 05

      Les municipalités de Bellechasse en périphérie de la Ville de Lévis connaissent déjà un développement soutenu. C’est les municipalités un peu plus éloigné qui, présentement ne ressentent pas les effets de l’étalement de Lévis, espère que les effets de l’étalement de Québec se rendent jusqu’à eux.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  5. Antoine

    8 décembre 2018 à 15 h 44

    A quand un compte de taxes proportionnels à la densité ? Si tu reste dans ta banlieue éloignée pour avoir ton grand terrain c’est parfait pour moi mais tu coûtes pas mal plus cher à tous pour avoir eau, électricité, téléphonie, police et pompier et entretien des routeS

    Moi j’etablierai Une échelle de densité de 1 à 10

    Densité de 1 tu payes 10 fois la taxes de services
    Densités de 10 tu payes 1 une fois la taxes de services
    Tu restes en banlieue centrale : tu payes 5 fois la taxes de services

    Après taxes sur la valeur de la maison selon la valeur de la propriété

    Et pour finir taxes scolaire égale pour tous

    A cela autouroutes et ponts payant, si je paie pour prendre le bus pourquoi tu ne paierais pas pour la route toi ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • André

      9 décembre 2018 à 11 h 03

      Est-ce que tu connais un endroit où tout ceux qui ne seront pas de densité 10 pourrais se loger.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • PPDaoust

      9 décembre 2018 à 14 h 41

      Si les banlieusards ne paient pas leur juste part de taxes municipales, n’oubliez pas qu’ils profite moins des services publics que les citadins. En deuxième lieux, ces ménages ont des revenus moyens sensiblement plus élevés que ceux des quartiers centraux. À défaut de payer suffisamment de taxes, une part importante du fruit de leur travail s’en va dans les coffres de l’état (l’impôt). Troisièmement, ces dignes représentant de la classe moyenne consomment généralement plus, donc payent plus de taxe à la consommation et il font tourner la roue de l’économie.

      Tout ça pour dire que que ces gens qui sont pognés à habiter hors du centre (souvent faute d’options) ne représentent pas un aussi grand fardeau que ça.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Antoine

        9 décembre 2018 à 16 h 12

        Bizarre mes confrères avec le meme salaires demeurent principalement en banlieue et parfois même éloignées et d’autres en pleine ville et d’autres dans des quartiers plus denses comme st sacrément donc ton argument ne tiens pas la route. Et ils n’ont ni plus ni moins de services en passant

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        9 décembre 2018 à 20 h 17

        « mes confrères avec le même salaires demeurent principalement en banlieue et parfois même éloignées »
        Et boboy…
        Avant d’écrire n’importe-quoi, selon des anecdotes personnelles, prenez la peine de vous documenter-vous bon sang! La moyenne des revenus des ménages de La-cité-Limoilou est 20 000$ en dessous de la moyenne des revenus des ménages habitant sur l’ensemble du territoire de la ville.
        https://www.ville.quebec.qc.ca/apropos/portrait/quelques_chiffres/index.aspx
        J’ai hésité à vous répondre, me demandant si ça en vaut la peine de répliquer à une telle pollution intellectuelle.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        9 décembre 2018 à 22 h 43

        Quant aux services maintenant…

        J’habite le Vieux-limoilou. J’ai une bibliothèque à 100 mètres de chez moi. Une piscine publique animée avec des DJ (marina St-Roch) à 300 mètres. À chaque été, j’ai accès à un marché local sur le 3e. On nous a offert une nouvelle place (la place Limouloise) ouverte cet été. Je peux aller voir les Remparts et les Capitales à pied. Le grand marché s’en vient. J’ai la 800 et la 801 qui passent à moins de 150 mètres de chez moi. Le tram va passer tout près. Le pôle d’échange s’en vient. J’ai accès aux parc linéaires de la rivière St-Charles et le parc de la Pointe aux lièvres. Je peut tout faire à vélo, tout! Sur ma route, la ville installe des bacs à fleurs qui agrémentent mes déplacements. Sur le Pont Dorchester, j’ai pu admirer, chaque jour de l’été, un aménagement incluant une exposition de photos. Tout près, le SPOT s’est installé cet été, ce qui a agrémenté mes fins de journée l’été dernier. C’est sans parler Limoilou en musique, Limoilou en famille, le Festival de cirque, le Bazar des ruelles, le Mondo-carnaval, tous des évènements dont la ville est partenaire. J’ai aussi accès à un centre communautaire (Ferland), bientôt un 2e avec le YMCA qui s’en vient, sans compter le nouvelle grande bibliothèque (St-Roch), elle aussi accessible à pied pour des dizaines de milliers de citadins.

        Et là, je ne fait que parler de Limoilou et un peu de St-Roch….

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • jeand Utilisateur de Québec Urbain

      11 décembre 2018 à 10 h 04

      Antoine: A cela autouroutes et ponts payant, si je paie pour prendre le bus pourquoi tu ne paierais pas pour la route toi ?

      Les automobilistes paient déjà pour les routes et payent aussi ton bus via des taxes sur l’immatriculation et sur l’essence plus les impôts et les taxes municipales. Sans eux ton billet de bus te coûterait 3 à 4 fois plus cher sinon encore plus. Les autos sont taxées et le bus est subventionné

      Pour le reste de tes propositions, on a juste à bâtir un immeuble de 10000 étages et tous rester dedans non? Merde c’est vrai le phare à 65 étages c’est déjà l’apocalypse!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPDaoust

        11 décembre 2018 à 11 h 11

        Parce que si prendre le bus vous coûte 1$, la société en paye 1,50$.
        Si prendre la voiture vous coûte 1$, la société en paye 9 $.
        Vous trouverez des nuances, certes, mais dans les FAITS, le mode de transport par voiture est beaucoup plus subventionné que le TEC, contrairement à vos prétentions.
        Mes chiffres sont tirés d’une étude de George Poulos de l’université de Vancouver.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Undefined

        11 décembre 2018 à 12 h 59

        « Les autos sont taxées et le bus est subventionné »

        Vraiment? L’automobiliste n’est pas subventionné à 100 % pour ces externalités nuisibles (pollution et ses effets sur la santé, stationnement gratuit en apparence, congestion routière etc.)?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  6. Antoine

    10 décembre 2018 à 08 h 15

    Attendez,vous sortez du débat le fait du choix de demeurer en banlieue comme étant un choix privant ces personnes de services de bibliothèques, de marchés publics, de places publiques, etc. Mais toutes ces choses sont accessibles aux banlieusards églaement, mais ils doivent prendre l’auto. C’est leur choix de demeurer plus loin des services, mais ils ont quand meme accès à tout ce que vous énumérer gratuitement au même titre que vous.

    Le point que j’apporte est que leur choix de vivre éloigné, entraine des couts per capitat beaucoup plus élevé ( services publiques, eau, égout, électricité, route, déneignement, etc. ) et que cela ne se réflete pas du tout sur le compte de taxes.

    La CAQ, pour avoir des votes, soutenue par des radios poubelles, veut faire un troisième lien, et ce avec aucun, je dis bien aucun avis favorable ou même neutre des spécialistes en développement urbain, en environnement, en urbanisme et architecture, aucun… 0 pis une barre… Et ce projet qui va nous couté facilement s’ils le font 3 – 4 milliards serait que pour des gens qui ont non seulement décidé de ne pas vivre à Québec et de profiter de ce que la ville a offrir, mais en dehors, pour payer moins de taxes.

    Donc à se compte allons y avec utilisateur payeur sur tous nos ponts

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      10 décembre 2018 à 09 h 47

      Puisqu’il faut revenir au sujet principal… Je suis avec vous à 100% lorsque vous évoquez le péage. La taxe sur l’essence est un autre moyen juste, bien qu’impopulaire, pour régler les problèmes que vous énumérez.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Dede Utilisateur de Québec Urbain

      12 décembre 2018 à 07 h 16

      «et de profiter de ce que la ville a offrir»

      Mais est-ce qu’une ville ne souhaite justement pas avoir des visiteurs d’ailleurs venant dépenser chez elle ? À ce compte là, ça vaut aussi pour les touristes incluant les croisiéristes.

      «Donc à se compte allons y avec utilisateur payeur sur tous nos ponts»

      D’accord, ça inclus l’industrie du camionnage ? Vous allez devoir payer indirectement l’augmentation des coûts sur vos achats.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Undefined

        12 décembre 2018 à 08 h 20

        « D’accord, ça inclus l’industrie du camionnage ? Vous allez devoir payer indirectement l’augmentation des coûts sur vos achats. »

        Vous présumez que nous ne payons pas pour les externalités nuisibles que nous refile l’industrie de camionnage?

        Si la réponse est non ça signifie que nous payons déjà que l’on veuille ou non. C’est seulement « facturé » de façon moins directe nous permettant de nous mettre la tête dans le sable.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *