Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


3e lien : les camionneurs ne veulent pas d’un tunnel

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 7 janvier 2019 3 commentaires

Marc-Antoine Lavoie
Radio-Canada
Québec

S’il va de soi que les camionneurs qui parcourent la région de Québec rêvent d’un troisième lien entre les deux rives du fleuve Saint-Laurent, leur association souhaite que le gouvernement Legault rejette l’option du tunnel.

«On serait plus en faveur d’un pont, commente le chauffeur Francis Fournier. Aussitôt que tu as une matière dangereuse, tu ne peux pas emprunter les tunnels.»

M. Fournier travaille chez Transports Gilmyr, à Montmagny. En route pour une livraison à la baie de Beauport, à Québec, il ne pourra éviter la congestion du matin. Le client attend sa marchandise pour 8 h.

Les premières lueurs du jour apparaissent sur l’autoroute 20 lorsque le fardier arrive à la hauteur de la pointe de l’île d’Orléans, le couloir retenu par la Coalition avenir Québec pour la construction du nouveau lien.

Le troisième lien, ça adonnerait juste bien», projette M. Fournier.

(…)

Du haut de la cabine de son camion, M. Fournier remarque que la plupart des automobilistes sont seuls dans leur véhicule. Le covoiturage serait une solution à court terme pour améliorer la fluidité de la circulation, pense-t-il.

«On est dépendant de l’auto. Avec un passager, tu n’as pas la même liberté», se désole-t-il.

La suite

Voir aussi : Projet - Troisième lien.


3 commentaires

  1. Francis L

    7 janvier 2019 à 19 h 04

    Donc le fait d’être une industrie largement financée par des routes quasi-gratuite n’est pas suffisant, en plus ils veulent leur mot à dire dans le type de construction…

    Et s’il y a un paiement pour le 3e lien, il ne le prendrons pas de toute façon?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. michel desjardins

    7 janvier 2019 à 22 h 57

    Je suggère qu’on construise à la fois un tunnel et un pont à l’est, et qu’on creuse en plus un chenal maritime suffisamment profond sur les meilleures terres agricoles de la rive nord pour y faire transiter les bateaux de croisière qui ne pourraient pas passer sous le pont. Comme ça, tout le monde serait content..
    Vous enverrez la facture à Québec Solidaire. Le trésorier se nomme Réal, et il est prêt si nécessaire à piger dans le budget du réseau structurant..

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Léo

    8 janvier 2019 à 09 h 10

    « Sur le pont Pierre-Laporte, le camionneur peut maintenant reprendre de la vitesse. Il a finalement traversé « l’entonnoir » de la tête des ponts. »

    Comme quoi, le problème n’est pas les ponts, mais l’accès à ceux-ci !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *