Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Troisième lien et péage

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 12 janvier 2019 5 commentaires

Michel Truchon
Économiste
Point de vue
Le Soleil

Le débat sur le troisième lien tourne beaucoup autour des problèmes de congestion, actuels et à venir. A-t-on vraiment besoin d’un troisième lien? Doit-il être à l’est ou à l’ouest et va-t-il résoudre les problèmes de congestion à long terme ou s’agira-t-il simplement d’une façon de repousser le problème à plus tard?
Curieusement, il y a un paramètre qui est absent du débat : celui du péage sur les ponts et autres voies de circulation. À part une mention par François Bourque dans l’une de ses chroniques (peut-être y en a-t-il eu d’autres), cela ne fait pas partie du discours. Pourtant, on ne pourra pas atténuer voire résoudre les problèmes de congestion sans y avoir recours. Si on avait instauré des péages sur les deux ponts actuels en 1970, année de l’ouverture du pont Pierre-Laporte, on ne parlerait peut-être pas de troisième lien en ce moment.

Je peux paraître ramer à contre-courant avec une telle suggestion. Nous n’aimons pas les tarifs sous quelque forme que ce soit. Pourtant d’autres pays ou villes y ont recours depuis belle lurette avec des résultats non-négligeables sur la circulation. Je pense, entre autres, à Londres, et à Singapour où un tel système existe depuis 1975. Stockholm a aussi un système de péage depuis 2006. Les états de la Californie, du Colorado et de l’Oregon mènent des expériences avec des systèmes de péage sur les routes en fonction des types de déplacement. Certains spécialistes pensent même que de tels systèmes pourraient un jour remplacer les taxes sur l’essence qui rapportent de moins en moins, toute proportion gardée, à mesure que l’efficacité énergétique des autos s’améliore. L’avènement des voitures électriques ne va qu’empirer les choses.

On ferait donc bien de commencer à penser à l’idée du péage et l’inclure dans le débat actuel. Il faut envisager des péages sur tous les ponts, actuels et à venir, et éventuellement sur les déplacements dans les centres-villes et là où les problèmes de congestion sont les plus criants. Avec des tarifs variables selon les heures de la journée ou selon le volume de la circulation, l’idée étant d’inciter les automobilistes à effectuer leurs déplacements aux heures de moindre affluence ou d’utiliser des moyens de transport alternatifs. La technologie actuelle, basée sur des transpondeurs, permet de réaliser cette tarification de façon transparente sans ralentir la fluidité de la circulation. Elle utilisera éventuellement le système GPS.

Ultimement, le péage pourrait être étendu à l’ensemble du réseau routier et il pourrait être conçu de sorte que, en supprimant les taxes sur l’essence, les automobilistes ne paient pas, en moyenne, davantage à l’état pour utiliser leur automobile. Évidemment, ceux qui encombreraient les routes les plus fréquentées aux heures de pointe paieraient davantage que ceux qui éviteraient de le faire. C’est l’objectif de la tarification.

Il faudrait aussi y aller graduellement, tant sur l’étendue du système que des tarifs, pour laisser le temps aux usagers de s’adapter, comme de choisir de demeurer plus près de leur lieu de travail ou d’étude.

La suite

Voir aussi : Projet - Troisième lien.


5 commentaires

  1. paradiso Utilisateur de Québec Urbain

    12 janvier 2019 à 15 h 50

    Point de vue très pertinent, surtout dans l’optique de limiter l’étalement urbain à Lévis en cas de lien routier à l’est.

    Mais en ce qui concerne les deux ponts actuels, il serait impensable d’instaurer un péage sans provoquer une révolte de type «gilets jaunes». Car il n’existe aucun transport inter-rives capable de prendre le relais et d’accueillir les automobilistes prêts à changer de mode de transport. Les automobilistes seraient pris en otage. C’est pourquoi un transport structurant doit être mis en place AVANT d’instaurer ce genre de mesure dissuasive.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. jeand Utilisateur de Québec Urbain

    12 janvier 2019 à 21 h 07

    Londres Singapour et Stockholm…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. PPDaoust

    13 janvier 2019 à 12 h 54

    Pourquoi juste les ponts?
    https://www.youtube.com/watch?v=fScV3mymDcA
    C’est le modèle à suivre selon moi… Mais tant que les enjeux de transport feront partie de la joute politique, on continuer à subventionner candidement l’utilisation de l’automobile en ville.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Rem D

    14 janvier 2019 à 16 h 34

    Bien d’accord avec cette idée.

    L’idée du péage en général est déjà mise en place via la taxe sur l’essence. Plus les gens font de kilomètrage et plus leur(s) voiture(s) comsomme(nt), plus les gens paient. C’est un système simple qui devrait être présenté comme une forme de péage et non de taxation.

    Pour en revenir au troisième lien, je crois qu’il y a un certain compremis qui est acceptable dans la population, soit que tout nouveau lien autoroutier soit payable à l’utilisation. C’est déjà le cas à Montréal où le parachèment de l’autoroute 30, ainsi que le nouveau pont reliant Laval à la rive-nord sont payants.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      14 janvier 2019 à 17 h 11

      On ne doit pas considérer le péage, peut importe sa forme, uniquement comme un moyen de financer les infrastructures routières. Le péage doit aussi permettre d’agir comme un frein à la pénétration des voitures en ville.

      Une personne à Charlesbourg ne fait pas beaucoup de kilométrage pour se rendre au centre-ville en voiture solo. Pourtant, son comportement participe beaucoup plus aux coûts collectifs liés à la congestion routière, contrairement au gars ou la fille de Portneuf qui fait 30 km pour aller travailler à St-Raymond.

      En somme, la taxe sur l’essence ne constitue pas une forme de péage totalement équitable, raison pour laquelle j’aime ce qu’on fait à Stockholm et Goteborg. Là-bas, on le péage n’est pas en place que pour le cash. On le fait surtout pour modifier les habitudes et développer le TEC.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *