Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Condo »

Nouveau projet: Le Maguire Avenue

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 décembre 2018 7 commentaires

Diane Tremblay
Journal de Québec

Le consortium formé par Immostar et Ogesco a dévoilé lundi matin les détails du projet de 25 M$ visant à construire 33 condos de luxe sur l’avenue Maguire, à Québec.

Le Maguire Avenue prendra forme au début de l’année 2019. Le projet, dont la construction durera 18 mois, comprend trois étages de condominiums, tandis que le rez-de-chaussée sera occupé par des commerces spécialisés qui seront complémentaires à ceux déjà établis sur l’artère.

Le promoteur dit être en pourparlers avec des bannières qui pourraient être intéressées à s’y établir. Le rez-de-chaussée d’une superficie de 16 500 pieds carrés pourrait accueillir trois ou quatre commerces.

Rajeunir l’avenue

«On regarde toutes les opportunités. On veut avoir quelque chose qui est complémentaire à l’avenue. On veut amener des bannières qui vont nous permettre d’attirer une clientèle diversifiée. C’est important de ramener une clientèle plus jeune sur l’avenue. On veut cibler les familles. Ça ne sera pas un café café. Si on va chercher une bannière de café, ça va être quelque chose d’exceptionnel et de différent. Ce n’est pas dans nos priorités d’aller chercher un café. On cherche des commerces qui sont en mesure d’offrir une expérience aux clients», a expliqué François Pelchat, vice-président location chez Immostar.

Stationnement

Le projet prévoit plus de 200 espaces de stationnement souterrain dont 150 qui seront disponibles pour le public. Le stationnement actuel où sera construit le projet offrait 94 stationnements.
«Notre proposition apporte une solution au problème de stationnement sur Maguire. C’est une grande amélioration. Un bel ajout. Ce sera des stationnements souterrains, donc couverts et à l’abri des intempéries», a poursuivi M. Pelchat.

Aucune circulation de camions sur le tronçon de l’avenue Maguire ne sera permise. La Ville de Québec va procéder à des modifications temporaires de la réglementation du stationnement dans les rues avoisinantes.
Le promoteur affirme avoir attendu après la période des Fêtes pour démarrer les travaux pour diminuer les impacts négatifs du chantier.

La suite

Le projet

* Le Maguire Avenue ! Et vive la langue française …

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Condo.

Les condos se vendent bien au centre-ville

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er novembre 2018 2 commentaires

CAPITALES STUDIO
Une réalisation du service de la promotion
Le Soleil

Depuis quelques années, on ne parle que du marché des condominiums qui va mal à Québec : on en a trop construit et on est maintenant aux prises avec une trop grande quantité d’unités invendues, ce qui a un impact à la baisse sur les prix du marché. Dans un article publié en janvier, la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) faisait état d’un ratio de 19 copropriétés par acheteur sur le marché.

Un problème de banlieue

Selon le promoteur Yves Doyon, la SCHL omet toutefois de faire certaines distinctions importantes dans le marché de la grande région de Québec. «Il semble y avoir un certain inconfort politique de la part de la SCHL à cibler certains secteurs tels que Lebourgneuf, Charlesbourg ou Beauport par crainte de froisser quelqu’un, soutient-il. Le problème lié à la surconstruction sans prévente touche exclusivement ces sec­teurs en périphérie.»

«Au cours des deux dernières années, tous les projets de copropriétés situés dans les quartiers centraux tels que Montcalm, Sillery, le Vieux-Port et le Vieux-Québec se sont entièrement vendus», renchérit M. Doyon. Il cite en exem­ple ses propres projets de développement, dont le Domaine de Sillery qui en est à sa deuxième phase et iLoft+ qui entre dans sa troisième phase. «La majorité des unités sont déjà vendues», indique-t-il.

Il faut avouer que les immeubles en copropriété sont mieux adap­tés au centre-ville, là où la den­si­fi­cation est très élevée, que dans les banlieues, qui n’ont pas les mêmes contraintes d’es­pace. Les gens qui résident en péri­phérie sont davantage des jeunes fa­milles qui préfèrent vivre dans un bungalow ou dans un jumelé.

En fait, le plus grand défi auquel font face les promoteurs qui déve­­loppent des projets résidentiels au centre-ville est le manque de terrains disponibles. La conversion d’anciens édifices religieux fait partie des solutions à ce problème

La suite

Voir aussi : Condo.

Le marché immobilier à Québec demeure difficile, mais s’améliore

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 octobre 2018 Aucun commentaire

Joanie Fontaine
Les Affaires

La semaine passée, j’écrivais sur le marché immobilier montréalais. Une région dynamique où les ventes et les prix grimpent dans la majorité des secteurs. Toutefois, ce marché ne représente pas nécessairement celui de l’ensemble du Québec. Dans la RMR de Québec, par exemple, le portrait est différent.

La surconstruction de copropriétés des dernières années continue de faire mal dans cette région malgré une forte baisse des unités achevées et invendues. Le marché de la copropriété demeure difficile et le secteur des propriétés unifamiliales commence, pour sa part, à reprendre de la vigueur en 2018.

Au cours des neuf premiers mois de l’année, les ventes d’unifamiliales ont grimpé de 5% relativement à l’année précédente et de 2% sur 5 ans selon les données colligées par JLR à partir du Registre foncier du Québec. On sent un certain regain après quelques dures années. L’agglomération de Québec se porte particulièrement bien par rapport à sa banlieue avec une croissance des ventes de 7% cette année.

Les hausses de prix, quant à eux, demeurent modestes. D’ailleurs, les faibles gains des dernières années s’observent dans le plus récent rôle d’évaluation foncière de l’Agglomération de Québec (2019–2021). Dans celui-ci, on constate que la valeur des unifamiliales a augmenté de 0,3 % alors que celle des copropriétés a diminué de 4,3 % entre le 1er juillet 2014 et le 1er juillet 2017.

Pour les 9 premiers mois de l’année, aucune hausse du prix médian des unifamiliales n’a été enregistrée pour l’ensemble de la RMR. Il faudra que les ventes continuent de grimper afin qu’une pression sur les prix se fasse sentir. Pour l’instant, le délai de revente moyen au cours des 12 derniers mois publiés par la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) n’a pas bougé par rapport à l’année dernière et demeure long à 130 jours.

Selon les secteurs de la RMR, les variations de prix par rapport à l’année dernière fluctuent entre -1% et 1%.

Le portrait est moins encourageant en ce qui concerne les copropriétés. Les ventes continuent de diminuer avec une baisse de 5% au cours des neuf premiers mois de 2018 comparativement à l’année précédente et de 25% relativement à 2013. Les reculs sont présents dans tous les secteurs de la région analysée. Le marché de la revente semble particulièrement difficile sur la Rive-Sud.

En ce qui concerne le prix médian, il a légèrement augmenté (+3%) par rapport à l’année dernière. La hausse semble, toutefois, surtout s’expliquer par un effet de composition. En fait, la proportion de ventes concernant des copropriétés dans les secteurs plus chers a crû. À ce titre, les ventes ont diminué de manière plus marquée sur la Rive-Sud (sous division la moins chère de la RMR) que dans les autres secteurs. Par conséquent, si les ventes sont davantage concentrées dans les secteurs les plus dispendieux, cela influence le prix médian à la hausse. En fin de compte, le marché de la copropriété demeure difficile dans la région de Québec, principalement sur la Rive-Sud.

La suite

Voir aussi : Condo, Maison.

Baisse de 88 % des mises en chantier de condos

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 octobre 2018 Aucun commentaire

Gilbert Leduc
Le Soleil

Quatre-vingt-huit pour cent, c’est gros. C’est la baisse du nombre de mises en chantier de condos depuis le début de l’année 2018 dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec qui couvre essentiellement le territoire des villes de Québec et de Lévis.

Selon les données publiées, mardi, par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le nombre de mises en chantier de copropriétés a dégringolé de 88 % en l’espace d’une année.

De 1145 pour les mois de janvier à septembre 2017, le nombre de mises en chantier de condos est passé à 141 pour la même période cette année.

Cet effondrement spectaculaire ne devrait pas être une surprise pour personne, surtout pas pour Nicolas Bernatchez, analyste principal à la SCHL.

«Ça fait déjà quelques années que le marché de la copropriété est en baisse dans la RMR de Québec», explique-t-il au Soleil. «Le marché regorge de condos à vendre et l’avantage est nettement dans le camp des acheteurs. Il y a actuellement en moyenne 19 condos inscrits pour la vente par acheteur. Le point d’équilibre se situe à 8 ou 10 condos par acheteur.»

Ce qui vient gonfler le pourcentage, souligne M. Bernatchez, «c’est que 2017 avait été une année un peu hors de l’ordinaire. Il s’était construit 1195 unités de condos comparativement à 439 en 2016.»

De toute évidence, les chiffres de 2016 — nettement moins élevés que ceux de 2017 — ne seront pas atteints en 2019. «Ça confirme la tendance notée depuis déjà quelques années», constate Nicolas Bernatchez.

Évidemment, la «performance» de l’univers des condos se répercute sur les données globales pour l’ensemble du marché de l’habitation dans la RMR de Québec.

«Les fondations d’un peu plus de 3700 unités résidentielles ont été coulées entre janvier et septembre cette année, soit près de 23 % de moins que pour la même période en 2017. On en comptait alors 4828. Cette diminution provient principalement du segment des copropriétés, bien qu’un ralentissement est aussi observé du côté des habitations en propriété absolue, c’est-à-dire des maisons individuelles et des maisons jumelées ou en rangée», constate l’analyste principal de la SCHL.

«Par contre, le niveau d’activités n’a toutefois pas fléchi du côté des logements locatifs avec un nombre d’unités mises en chantier aussi élevé qu’à pareille date l’an dernier», prend-il soin d’ajouter.

« Ça fait déjà quelques années que le marché de la copropriété est en baisse dans la RMR de Québec. […] Le marché regorge de condos à vendre et l’avantage est nettement dans le camp des acheteurs. Il y a actuellement en moyenne neuf condos inscrits pour la vente par acheteur »
— Nicolas Bernatchez, analyste principal à la SCHL

Dans ce segment de marché, les données sont pratiquement identiques pour les neuf premiers mois de 2017 (2520) et de 2018 (2530). «Des unités destinées à devenir des condos sont devenues des appartements», signale M. Bernatchez.

Les données de la SCHL montrent que les mises en chantier de maisons individuelles ont diminué d’une année à une autre, passant de 636 à 549. Idem pour les maisons jumelées ou en rangée. Leur nombre a baissé de 527 à 506.

Selon l’analyste de la SCHL, il s’agit d’un effet de la densification du territoire et du prix élevé des terrains dans certains secteurs qui viennent freiner la construction de nouvelles résidences.

«Il faut aussi ajouter l’abondance d’unités de logement dans le marché de la RMR qui incite des acheteurs à aller du côté de l’existant.»

La suite

Voir aussi : Condo, Maison.

Projet La Vigie: état du projet (2)

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 octobre 2018 Aucun commentaire

Le projet La Vigie est en cours de réalisation sur le site d’un ancien Jardin Mobile, à cet endroit.

Projet La Vigie: état du projet.

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Condo.

Le QG Roland-Beaudin: 70 millions pour des condos « intelligents »

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 27 septembre 2018 4 commentaires

Jean-Michel Genois-Gagnon
Le Soleil

Le promoteur immobilier Capwood augmente sa présence dans la capitale. Un projet immobilier de 70 millions $ verra le jour à Sainte-Foy.

Le développement, baptisé le QG Roland-Beaudin, sera situé au 975 de l’avenue du même nom, à proximité du Marché public et du futur tramway. L’édifice de douze étages comptera 137 unités d’habitation.

Si tout se déroule selon les plans des patrons, les travaux devraient débuter au début du mois de novembre et les premiers acheteurs pourraient prendre possession de leur condo à l’été 2020.

Outre les unités d’habitation, le chantier prévoit l’aménagement d’espaces commerciaux sur cinq étages comprenant, entre autres, une garderie, une clinique médicale, une pharmacie ainsi qu’un institut de beauté et spa.

La direction de Capwood souhaite également offrir aux visiteurs et aux résidents de l’immeuble un espace gourmet où on retrouvera une épicerie fine — poissonnerie, chocolatier, boulangerie, fromagerie et boucherie —, un bar avec une cuisine centrale et deux restaurants.

Mais motus et bouche cousue sur les détails entourant les services de restauration, ils seront dévoilés au cours des prochains mois. Au total, 25 commerces y établiront leurs pénates.

(…)

Le prix des unités, qui pourront comprendre jusqu’à trois chambres, variera entre 160 000 $ et 800 000 $.

«On veut que les premiers acheteurs puissent venir s’y établir ainsi que les baby-boomers. Il va y avoir des unités pour tous les budgets», note le directeur.

Fondée en 2013 à Montréal, Capwood détient actuellement dix propriétés à vocation commerciale ou résidentielle à travers la province. L’entreprise, qui possède aussi une antenne à Québec, est propriétaire dans la capitale de cinq immeubles, notamment le 2190 avenue Larue et Place Saint-Sacrement sur le chemin Sainte-Foy.

La semaine dernière, le promoteur a annoncé en compagnie de responsables de la Ville de Québec la construction d’un immeuble de cinq étages à l’Îlot Charlevoix, dans le Vieux-Québec. Tout comme pour son projet à Sainte-Foy, cet établissement proposera des halles alimentaires. La construction devrait être complétée en 2021.

La suite

Un billet précédent

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Condo.

La valse des prix en habitation

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 septembre 2018 Commentaires fermés sur La valse des prix en habitation

Jean-Michel Genois-Gagnon
Le Soleil

Plusieurs propriétaires de condos ont eu la main chanceuse au cours de la dernière année. Le délai de vente pour les copropriétés a chuté de 17 jours et le prix médian semble aujourd’hui plus stable. L’analyste principal de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, Nicolas Bernatchez, dresse un bilan des derniers mois.

Q Comment se porte le marché de la revente?

R La RMR de Québec a enregistré une progression des ventes de 2 % entre septembre 2017 et août 2018, tous types de propriétés confondus.

Cela s’explique en partie par le fait que l’emploi se porte bien dans la région. Il y a eu une croissance de l’emploi à temps plein et cela a eu un effet sur la demande.

Le secteur de l’unifamiliale a connu la plus forte augmentation des ventes. Elle a été de l’ordre de 3 % au cours des 12 derniers mois.

Pour les copropriétés, les ventes sont demeurées stables tout comme le nombre d’unités disponibles sur le marché. Environ 1500 unités ont été vendues via le système Centris au cours de la dernière année.

Q Quelle est la situation pour le prix et les délais de vente pour les copropriétés?

R Actuellement, on retrouve sur le marché 19 condominiums pour un acheteur. C’est similaire aux dernières années. Cela signifie qu’on demeure nettement dans un marché à l’avantage des acheteurs.

Le délai de vente s’est toutefois amélioré au cours des 12 derniers mois pour s’établir à 166 jours. Cela représente une diminution moyenne de 17 jours par rapport à la période précédente.

Pour le prix médian, il s’est stabilisé à 190 000 $. Rappelons qu’au cours des cinq dernières années, il a chuté de 6 %.

Maintenant, si on regarde pour les mises en chantier pour les copropriétés, en 2018, nous en avons enregistré 123. Le rythme de construction de ces unités s’est ajusté à la baisse au cours des dernières années pour permettre aux unités déjà sur le marché de s’écouler.

Au cours des deux prochaines années, c’est assez clair que ce marché va demeurer à l’avantage des acheteurs dans la région de Québec compte tenu du bassin de propriétés à vendre.

› Prix moyen depuis un an pour une copropriété : 221 017 $

› Avantage acheteur dans la RMR de Québec : Haute-Ville, Basse-Ville/Limoilou, Sainte-Foy/Sillery, Charlesbourg, Beauport, Les Rivières, Ancienne-Lorette/Val-Bélair/Aéroport, périphérie nord de Québec, Rive-Sud de Québec, ancien Lévis.

Q Est-ce qu’il y a présentement un surplus de logements locatifs après celui des condos?

R Lorsqu’on regarde l’offre de logements locatifs, on voit qu’elle progresse rapidement. Le nombre de mises en chantier a été très important au cours des trois dernières années. Seulement entre janvier et août dernier, nous avons enregistré 1471 mises en chantier pour des unités de logements locatifs traditionnels, comparativement à 974 pour la même période l’année précédente.

On s’attend à ce que cette situation exerce des pressions à la hausse sur le taux d’inoccupation.

La suite

Voir aussi : Condo, Logement locatif ou social.