Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Conférences / évènements »

Québec-Ouest/Vanier: de l’indigence à l’indépendance

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 30 octobre 2018 Aucun commentaire

Éditions GID

LE COMBAT POUR ENRAYER LA PROSTITUTION .

Extrait du chapitre La naissance de Québec-Ouest/Vanier 1916.

L’aménagement en mars 1912 d’un champ de tir à proximité de l’Hôpital des immigrants et l’ouverture du camp militaire à Valcartier au début de la guerre de 1914 viennent aggraver les problèmes de prostitution à Petite-rivière. Durant l’été 1914, Petite-rivière fait appel à la police de Québec pour faire condamner six maîtresses de maison et une quarantaine de femmes. En 1915, la municipalité décide d’engager un agent de la firme Pinkerton John Ferguson pour un montant de 250$ s’il réussit à fermer les maisons et lui promet 25$ pour chaque arrestation. Plusieurs prostituées délogées de Petite-rivière vont alors se réfugier à Saint-Gérard Magella, près du camp de Valcartier.

La municipalité de Québec-Ouest va hériter lors de sa création en 1916 du problème de la prostitution sur son territoire. Petite-rivière se débarrasse de ce problème en le remettant entre les mains des compagnies de spéculation immobilière qui dirigent à distance la municipalité. Ainsi à l’été 1917, Québec-Ouest demande à la cour du Recorder de venir siéger dans une maison louée de William Elliot sur le Chemin de la petite-rivière à Québec-Ouest La ville loue également de l’Hôpital des immigrants deux chambres pour les transformer en prison municipale pour enrayer le fléau de la prostitution.

Le conseil municipal de Québec-Ouest discutent à quelques reprises de légaliser les maisons de prostitution et d’imposer une taxe spéciale aux tenancières de ces maisons. Cette taxe tiendrait compte du nombre de prostituées présentes dans une maison. Mais ces propositions ne seront pas retenues. Les autorités militaires sont aussi favorables à une politique de tolérance. Ils déclarent : `Il faut laisser les soldats s’amuser…il serait cruel de les priver de quelques jouissances qu’ils peuvent se procurer pendant qu’ils sont encore en santé de ce côté de l’Atlantique`. Le clergé demande plutôt aux militaires que cesse à Petite-rivière le spectacle nauséabond de leurs saturnales. L’ampleur du phénomène augmente constamment avec la présence des militaires durant la guerre. Le journal L’Action Catholique se plaint que le vice se répand dans la banlieue de Québec et dénonce le 9 octobre 1915 le fait que la ville de Québec de cité paisible et calme soit devenue une ville de garnison.

Entre 1914 et 1921, la prostitution constitue la principale activité économique de la municipalité de Québec-Ouest. Les maisons de débauche ont pignon sur rue sur la route Sainte-claire, à proximité du champ de tir fédéral et de l’Hôpital des immigrants. D’autres maisons exercent ses activités sur le chemin de la Petite-rivière. Le rôle d’évaluation de la municipalité de 1917-1918 nous apprend que sur une population de 164 résidents, plus de 40% de ceux-ci ont des liens avec cette activité. 62 résidents de la municipalité, dont 43 prostituées sont en activité durant la guerre. La municipalité compte six maisons de prostitution qui emploient entre quatre et dix filles chacune.

Les plus souvent mentionnées dans les archives sont celles de madame Émilie Pelletier qui dirigent entre cinq et dix filles, madame Mercédes Roy avec une dizaine de filles et madame Eugène Bélanger avec huit filles. Derrière les noms de ces tenancières, inscrites au rôle d’évaluation comme propriétaire se cachent des propriétaires masculins dont les noms ne sont jamais connus. On peut juste constater que quelques-unes de ses maisons sont situées sur des lots appartenant initialement à Elzéar Savard.

La fin de la Première guerre mondiale, la fermeture du camp Valcartier et fin des activités au champ de tir de Québec-Ouest provoquent un ralentissement marqué des activités de prostitution. La population de Québec-Ouest qui comptaient 164 résidents en 1917 n’en comptera plus que 62 au rôle d’évaluation de de 1920. Ce recul s’explique par le départ de nombreuses prostituées et la fermeture de quelques maisons, en l’absence de clients.

L’histoire de Vanier sous la loupe d’un ancien conseiller municipal Taïeb Moalla (Journal de Québec)

Voir aussi : Arrondissement Les Rivières, Conférences / évènements, Histoire.

Prévoir les quartiers tendance

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 28 octobre 2018 2 commentaires

Pascal Guéricolas
Le Fil

Le chercheur Jean Dubé, professeur à l’École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional (ESAD), présentera, le 25 octobre, une conférence dans le cadre des Rencontres du numérique de l’Institut Technologies de l’information et Sociétés. Il y dévoilera plusieurs résultats d’une recherche basée sur les propriétés du marché résidentiel de la ville de Québec.

Son équipe a suivi les rôles d’évaluation de chacun des lots du territoire entre 2006 et 2016 afin de repérer les changements potentiels. En effet, lorsqu’une maison unifamiliale devient un jumelé, ou qu’une maison est démolie pour faire place à un immeuble d’habitation, cela modifie le matricule lié à la propriété. «L’analyse statistique nous permet de comprendre quels facteurs déterminent des reconversions résidentielles dans tel ou tel secteur de la ville, explique le chercheur. Une fois qu’on a repéré une démolition ou une reconversion de maison, des outils comme Google Map ou Street View permettent de le valider sur le terrain.»

Selon les quartiers, les propriétés changent de façon différente. Dans le nord de la ville, les terrains sont parfois subdivisés pour y construire deux maisons unifamiliales plutôt qu’une. Dans les zones à densité plus forte, comme dans les quartiers Saint-Roch ou Saint-Jean-Baptiste, de petites constructions donnent naissance à des immeubles de trois ou quatre étages. À Sillery, plusieurs maisons de ville ont été érigées sur des lots qui accueillaient jusque-là une maison unifamiliale, rendant ce quartier plus dense.

* Deux maisons de ville situées à Sillery construites sur le site d’une maison unifamiliale ayant été détruite Photo: Le Fil

En observant ces phénomènes à l’aide des microdonnées, Jean Dubé et son équipe ont repéré les zones de la ville où ce type de changement s’exerçait plus fréquemment. Ces reconversions touchent les quartiers centraux comme Limoilou et Saint-Roch, mais aussi Sainte-Foy, dans les secteurs du Plateau, de Saint-Mathieu et de Saint-Benoît, situés entre les autoroutes Duplessis et Henri IV, ainsi que les quartiers se trouvant près de l’aéroport international Jean-Lesage. «Nous avons conçu un modèle pour déterminer quelles sont les probabilités pour qu’une propriété, située dans un secteur donné, fasse l’objet d’une reconversion résidentielle», note le chercheur.

Pour ce faire, il a fallu quadriller le territoire de la ville en alvéoles de 500 mètres environ et déterminer la maison type de ce secteur ainsi que son voisinage. Des données comme l’année de construction, la proximité d’autres maisons dont la valeur a augmenté ou encore le voisinage avec un quartier en cours de densification accroissent les chances qu’une propriété soit reconvertie en jumelé ou carrément démolie. En particulier s’il s’agit d’une maison unifamiliale des années 1940 ou 1950, qui nécessite souvent des travaux. Pour un acheteur potentiel, il est parfois, en effet, plus intéressant d’acheter une maison neuve à 250 000 ou 300 000 dollars, construite sur un lot subdivisé, que d’investir dans une maison vieillissante à 300 000 dollars, nécessitant des dizaines de milliers de dollars de travaux de rénovation.

La suite

Voir aussi : Conférences / évènements.

Les journées de la participation citoyenne

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 septembre 2018 1 commentaire

À l’occasion de leur 25e anniversaire, les conseils de quartier de Saint-Jean-Baptiste et du Vieux-Limoilou s’associent afin de présenter la première édition des Journées de la participation citoyenne.

Au programme? Ateliers participatifs, conférences, spectacles et expositions – et plus! – au fil de cinq jours qui s’annoncent riches en réflexions et perspectives.

Ces journées sont une occasion à la fois de faire connaître les initiatives et le dynamisme des conseils de quartier de la Ville de Québec et de mettre en lumière et valoriser les initiatives citoyennes sous toutes leurs formes.

Pour plus d’information, consultez la page Facebook du Conseil de quartier de Saint-Jean-Baptiste (@CQSJB) ou écrivez-nous à l’adresse suivante : journeesparticipationcitoyenne@gmail.com

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Conférences / évènements.

PARK(ing) Day – Le stationnement autrement! 2018

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 11 septembre 2018 Aucun commentaire

Le PARK(ing) Day de Québec se déroulera le vendredi 21 septembre 2018. La population est invitée à s’approprier des cases réservées au stationnement automobile pour les transformer en espaces de vie conviviaux et dynamiques. Le temps d’une journée, ces emplacements deviennent des lieux de création, de rencontres, de détente, d’expression artistique ou encore de réflexion quant au rôle qu’occupe les stationnements dans l’espace urbain.

Inscription

Toutes les informations

Page Facebook de l’événement

Voir aussi : Conférences / évènements, Transport.

Bassin Louise: Plan d’eau ludique pour tous. Projection publique au Passage Olympia

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 21 août 2018 1 commentaire

La présente est pour vous inviter à assister à la deuxième projection publique du documentaire Bassin Louise, un plan d’eau ludique pour tous; la promesse fédérale brisée.

La première a eu lieu le 18 juin dernier, à l’ÉNAP, devant près de 200 personnes. Ce documentaire a été scénarisé par le biologiste Michel Beaulieu et réalisé par Pierre Fraser Ph.D., sociologue, enseignant et chercheur à l’Université Laval. Cette seconde projection se déroulera ce jeudi 23 août, au Passage Olympia place publique aménagée du 869 rue Saint-Jean, à compter de 20h. En cas de pluie, l’événement sera remis au lendemain, même endroit, même heure.

Des membres de la Société des Gens de Baignade seront sur place afin de présenter le documentaire et de répondre aux questions du public après sa diffusion.

Communiqué de la Société des gens de baignade

Numéro spécial du magazine Photo|Société

Un billet précédent

Voir aussi : Conférences / évènements, Environnement.

Les Rendez-vous d’histoire de Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 5 août 2018 Commentaires fermés sur Les Rendez-vous d’histoire de Québec

Toute la programmation de cet événement du 10 au 12 août 2018 où vous pouvez assister aux diverses conférences sans coût d’admission. Toutes les réponses à vos questions pour cette réalisation effectuée grâce à plusieurs partenaires dont iXmedia. Bravo !

Voir aussi : Conférences / évènements, Histoire.

Ludovica Miniland : 10 millions de blocs pour illustrer des bâtiments célèbres

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 juillet 2018 Commentaires fermés sur Ludovica Miniland : 10 millions de blocs pour illustrer des bâtiments célèbres

En … 2010, Francis Vachon en parlait et en 2011 aussi. Où en est rendu Gilles Maheux avec son projet ? Très loin!

Anne-Josée Cameron
Radio-Canada

Après Lisbonne, Paris et Montréal, Gilles Maheux s’arrête à Québec afin de présenter une exposition d’architecture miniature comprenant 3000 maquettes époustouflantes.

Ludovica Miniland, c’est l’occasion de voir le monde à travers les impressionnantes maquettes de Gilles Maheux.

Ses maquettes sont fabriquées avec des blocs Mega Construx, 10 millions de blocs ont été nécessaires pour cette exposition.

L’entreprise du résident de Québec œuvre dans divers pays depuis quelques années déjà, mais ce passionné d’architecture et d’histoire s’est récemment mis en tête de ramener toutes ses œuvres à Québec.

« J’ai décidé de créer un musée, un peu à l’image de celui de Rotterdam. Je veux en faire une attraction touristique pour la ville de Québec. »

On retrouve dans cette exposition des bâtiments célèbres provenant de plus de 35 pays dans le monde; des œuvres miniatures représentant, par exemple, l’imposant château de Versailles, le magnifique Taj Mahal ou encore le superbe Sagrada Familia de Gaudi.

(…)

Avouons-le, les maquettes présentées dans cette exposition sont remarquables, voire même franchement épatantes. Les 3000 bâtiments exposés jouissent d’une très belle mise en scène, chaque lieu étant éclairé de belle façon.

La suite

Où ? Place Fleur de lys dans l’ancien local de La Baie
Quand ? A partir du 21 juillet 2018
Horaire et tarifs

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Conférences / évènements, Fêtes populaires et événements publics.

Promenades d’histoire à pied dans le Vieux-Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 29 juin 2018 Commentaires fermés sur Promenades d’histoire à pied dans le Vieux-Québec

LES MARDIS D’AOÛT D’HISTOIRE DU VIEUX-QUÉBEC

4 promenades d’histoire à pied dans le Vieux-Québec avec l’historien Jean-Marie Lebel, auteur du livre Le Vieux-Québec. Guide du promeneur et spécialiste de l’histoire du Vieux-Québec.

MARDI 7 AOÛT 2018 DE 9 H 30 À MIDI
Retrouver dans le Vieux-Québec d’aujourd’hui le Vieux-Québec de 1698, l’année de la mort du gouverneur Frontenac.

MARDI 14 AOÛT 2018 DE 9 H 30 À MIDI
Retrouver le Vieux-Québec de 1759 et de 1775, les années de la bataille des Plaines d’Abraham et de l’invasion américaine.

MARDI 21 AOÛT 2018 DE 9 H 30 À MIDI
Retrouver le Vieux-Québec de 1867, l’année de la Confédération.

MARDI 28 AOÛT 2018 DE 9 H 30 À MIDI
Redécouvrir le Vieux-Québec de 1959, l’année de la mort du premier ministre Duplessis.

INSCRIPTION :
Il est obligatoire de réserver car le nombre de participants est limité.
On peut réserver pour une, deux, trois ou quatre des promenades.
On réserve en envoyant un courriel mentionnant votre nom à jmlebel07@yahoo.ca
Par courriel, nous vous confirmerons votre inscription (ou le refus faute de places).
Ne pas tarder à vous inscrire!

LIEU DE RASSEMBLEMENT :
Le point de départ des promenades est toujours à la place d’Youville, au pied du grand escalier. Il est important d’arriver à 9 h 15. Le départ est à 9 h 30.

COÛT :
25 $ par personne pour chacune des promenades. Le paiement se fait en arrivant au lieu de rassemblement.

Voir aussi : Conférences / évènements, Histoire.

Baignade pour tous au bassin Louise?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 juin 2018 1 commentaire

Véronica Lê-Huu
Radio-Canada

Couloir de nage de dimensions olympiques, bassin de détente, jeux flottants pour les enfants, la Société des gens de baignade rêve de ces aménagements dans un documentaire militant, qui sera présenté lundi soir, pour un accès public à l’eau du bassin Louise au port de Québec.

Dans un documentaire d’une heure rassemblant historien, citoyens et militants, la Société des gens de baignade met de l’avant un projet à l’image de la tendance actuelle des villes modernes, Paris, Oslo, Copenhague, explique le biologiste et scénariste, Michel Beaulieu.

(…)

Le documentaire intitulé Bassin Louise – Un plan d’eau ludique pour tous, la promesse fédérale brisée sera diffusé lundi soir à 19 h à l’École nationale d’administration publique (ÉNAP) et disponible par la suite sur les réseaux sociaux.

La suite

Un billet précédent

Voir aussi : Conférences / évènements.

Sommet du G7

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 juin 2018 Commentaires fermés sur Sommet du G7

Le Sommet du G7 aura lieu les 8 et 9 juin 2018 à La Malbaie, dans la région de Charlevoix. À cette occasion, le Gouvernement du Canada accueillera les dirigeants des autres pays membres du G7.

Des milliers de visiteurs sont attendus à Québec. Le Centre international des médias du Sommet sera situé au Centre des congrès de Québec où de nombreux journalistes seront présents et plusieurs délégations des pays membres logeront dans les hôtels du centre-ville. Conséquemment, la ville de Québec pourrait être le théâtre de diverses marches et manifestations.

Rôle de la Ville de Québec

La Ville de Québec est prête à gérer les conséquences de l’événement sur son territoire avec ses partenaires. Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) est associé au Groupe intégré de la sécurité (GIS). Dirigé par la Gendarmerie royale du Canada (GRC), le GIS planifie et assure la sécurité durant le Sommet du G7.

En étroite collaboration avec le SPVQ, le Bureau de la sécurité civile et plusieurs unités administratives de la Ville veillent au maintien des services municipaux durant le Sommet du G7.

Avant et pendant le Sommet du G7, si un événement venait à perturber le bon déroulement des services municipaux, cette section web diffuserait l’état de situation à jour.

Toutes les informations

Voir aussi : Conférences / évènements, Message d'intérêt public.