Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Message d’intérêt public »

Projet d’implantation d’un nouveau lien entre Québec et Lévis – Démarrage de l’étude d’opportunité du troisième lien

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 mai 2018 21 commentaires

Québec, le 14 mai 2018 Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports a conclu une entente avec le prestataire de services pour réaliser l’étude d’opportunité dans le cadre du projet de troisième lien. La rencontre de démarrage avec les différents intervenants et partenaires, dont le prestataire de services, se tiendra le 15 mai.

Le prestataire de services a comme mandat de déterminer les besoins en matière de déplacement ainsi que les meilleures interventions qui pourront être réalisées afin d’améliorer la fluidité des déplacements interrives sur le territoire de la grande région métropolitaine de Québec. La solution globale pourrait inclure une combinaison de solutions permettant d’améliorer les déplacements à court, à moyen et à long termes entre les deux rives, dont l’implantation d’un nouveau lien.

Rappelons que l’appel d’offres public pour l’élaboration de l’étude d’opportunité a été publié le 5 décembre 2017. Le prestataire de services a été retenu par un comité de sélection en raison de la qualité de son offre. Au cours des dernières semaines, selon les règles gouvernementales en vigueur, le Ministère a négocié une entente sur la valeur du mandat.

Le mandat du bureau de projet sur le troisième lien est de réaliser et d’assurer le suivi des études nécessaires à l’implantation d’un nouveau lien entre les villes de Québec et de Lévis ainsi qu’à l’optimisation des liens actuels. L’équipe du bureau de projet travaillera en étroite collaboration avec plusieurs experts et partenaires, en tenant compte de l’ensemble des enjeux (techniques, socio-politiques, environnementaux, financiers, etc.). À noter qu’une centaine de spécialistes et de représentants des partenaires participent au projet.

Faits saillants

Le prestataire de services sélectionné est le Groupement mobilité inter-rives, composé des firmes Stantec, Tetra Tech et Hatch.

Le projet du troisième lien a pour objectif d’optimiser les déplacements entre les deux rives afin de réduire la congestion aux périodes de pointe en optimisant le transport des marchandises et en favorisant l’utilisation du transport collectif.

Échéancier

Été 2018 – Faits saillants de l’étude des besoins
Fin 2018 – Résultats de l’étude des besoins
Été 2020 – Résultats de l’étude des solutions
Fin 2020 – Dépôt du dossier d’opportunité en vue d’une décision gouvernementale

Le communiqué

Le bureau de projet sur le 3e lien

Pour joindre l’équipe du bureau de projet : nouveaulienqclevis@transports.gouv.qc.ca

Voir aussi : Message d'intérêt public, Transport.

Nouvelle politique de participation publique : les citoyens invités à s’exprimer

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 mai 2018 Aucun commentaire

Québec, le 10 mai 2018 – La Ville de Québec amorce une démarche consultative auprès des citoyens en vue de l’élaboration de sa prochaine politique de participation publique. La première phase de consultation vise à ouvrir la discussion et à recueillir les attentes et les besoins des citoyens sur différentes pratiques de participation publique.

« La participation publique permet aux citoyens de prendre part aux décisions qui les concernent. Il est important d’améliorer nos façons de faire et de développer de nouvelles pratiques pour leur permettre de s’informer et de s’exprimer, a déclaré Mme Marie-Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif. C’est pourquoi la Ville souhaite entendre les citoyens sur leurs attentes : quels sont les moyens qui faciliteraient leur participation? Sur quoi voudraient-ils pouvoir se prononcer? De quelle façon? Leurs commentaires nous guideront dans la préparation du projet de politique. »

Les citoyens peuvent s’exprimer par le biais de quatre ateliers participatifs. Une inscription préalable est requise avant le jeudi 24 mai en remplissant le formulaire prévu à cet effet ou en composant le 418 641‑6411, poste 1372.

Mardi 29 mai à 14 h et à 19 h

Bureau d’arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge
1130, route de l’Église, salle du conseil
Accessible pour les personnes à mobilité réduite
Accessible pour les personnes malentendantes (boucle magnétique)
Métrobus 800 et 801
Stationnement intérieur payant en après-midi, gratuit en soirée
Stationnement sur rue gratuit au Centre sportif de Sainte-Foy, 930 avenue Roland-Beaudin, ainsi que sur les rues Wilfrid-Légaré, Landry et Le Noblet (exceptionnellement, il y aura une tolérance quant aux limites de temps prévues à la réglementation de stationnement pour ces endroits)

Jeudi 31 mai à 14 h et à 19 h

Club social Victoria
170, rue du Cardinal-Maurice-Roy
Métrobus 801
Corridor cyclable de la rivière Saint-Charles
Stationnement gratuit
Accessible pour les personnes à mobilité réduite

Un questionnaire en ligne sera aussi accessible à tous jusqu’au 31 mai 2018.

Cette étape de consultation est menée par l’Institut du Nouveau Monde.

Toutes les informations utiles

Mémoire collectif des conseils de quartier

Voir aussi : Message d'intérêt public.

Rendez-vous annuel : la Ville offre 2 000 arbres à la population

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 mai 2018 Aucun commentaire

Québec, le 4 mai 2018 – La Ville de Québec procédera à sa distribution annuelle d’arbres le samedi 12 mai, de 8 h 30 à 11 h. Quelque 2 000 arbres seront offerts aux citoyens dans six endroits répartis sur l’ensemble du territoire.

Les citoyens pourront choisir parmi six essences, soit l’amélanchier du Canada, le févier Skyline, le lilas de Preston, le tilleul Greenspire et le pommetier Prairie Fire. Ces essences ont été sélectionnées en raison de leur capacité d’adaptation au climat québécois et de leur résistance en milieu urbain.

Les arbres mesurent environ 1,5 m et ils seront remis dans des pots de 3 gallons.

Points de distribution :

La Cité-Limoilou : Stationnement du parc Victoria (devant le Club social Victoria), 100, rue du Cardinal-Maurice-Roy
Les Rivières : Stationnement de l’aréna Gaétan-Duchesne, 2650, avenue D’Alembert
Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge : Base de plein air de Sainte-Foy, 3137 à 3246, rue Laberge, accès par la rue Einstein ou par la rue Laberge
Charlesbourg : Stationnement de l’ancien Zoo (nord-ouest), 9530, rue de la Faune
Beauport : Centre de plein air de Beauport, 95, rue de la Sérénité
La Haute-Saint-Charles : Stationnement aréna des Deux Glaces, 1515, rue de l’Innovation

Un seul arbre sera remis par propriété et par personne, jusqu’à épuisement des stocks. Comme les quantités sont limitées, les premiers arrivés seront les premiers servis. Les citoyens qui ne disposent que de peu d’espaces sur leur terrain pourront se procurer des plants de vigne vierge (Parthenocissus quinquefolia), une plante grimpante à tiges robustes pouvant atteindre 20 m de haut. Une centaine de plants seront disponibles uniquement au stationnement du parc Victoria, devant le Club social.

Voir aussi : Message d'intérêt public.

La Ville de Québec annonce un investissement de 113,5 M$ dans ses réseaux routiers, d’aqueduc, d’égout et d’éclairage.

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 27 avril 2018 Aucun commentaire

Québec, le 26 avril 2018 – La Ville de Québec annonce un investissement de 113,5 M$ dans ses réseaux routiers, d’aqueduc, d’égout et d’éclairage.

Au total, 850 chantiers se déploieront sur le territoire de la ville de Québec cette année. Ceci représente une hausse du nombre de chantiers par rapport à l’an passé, mais une majorité de ceux-ci seront de courte durée.

Des efforts marqués en surface
Pour une troisième année consécutive, 200 kilomètres d’asphalte seront remis à neuf sur le réseau routier de Québec.

Ces efforts portent fruit puisque le nombre de signalements de nids-de-poule est en chute libre depuis 2016. Alors que pour la période du 1er janvier au 20 avril 3 101 signalements ont été enregistrés en 2016, 1 839 signalements l’ont été en 2017, et 1 196 cette année.

« Notre opération massive d’asphaltage continue de faire ses preuves, et notre initiative est de plus en plus payante, a mentionné M. Jonatan Julien, vice-président du comité exécutif responsable des infrastructures et des travaux publics. Le nombre de signalements de nids-de-poule à la baisse est un indicateur éloquent de l’efficacité des mesures prises. Notre réseau routier s’assainit chaque année, et le confort des usagers de la route en est grandement amélioré. Nous poursuivons sur notre lancée, avec les 200 km d’asphalte additionnels qui seront remis à neuf cette année. »

Rappelons que le réseau routier de Québec compte près de 2 400 km de voies municipales.

Quelques chantiers de grande envergure
Bien que la plupart des chantiers seront de courte durée, quelques-uns se démarquent par leur ampleur, leur durée et leur impact sur la circulation, notamment :

Intersection de la rue de la Faune et du boulevard de la Colline : réaménagement de l’intersection, réfection des infrastructures de surface, des infrastructures souterraines, de l’éclairage et des feux de circulation. Les travaux débuteront en juin pour se terminer en septembre.

Secteur Chauveau : réaménagement de l’avenue Chauveau et des boulevards de l‘Ormière et de l’Auvergne, réfection des rues Armand-Viau Nord et Jean-Marchand, pavage, construction de nouveaux trottoirs et de pistes cyclables. Ces travaux se déroulement du début mai à la fin septembre.

La suite

Entraves en cours

Voir aussi : Message d'intérêt public, Transport.

La Ville de Québec obtient plus de pouvoirs en matière d’expropriation pour les immeubles abandonnés

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 20 avril 2018 8 commentaires

Jean-Luc Lavallée
Journal de Québec

La Ville de Québec et les autres municipalités de la province viennent d’obtenir les outils légaux qu’elles réclamaient depuis plusieurs années afin d’exproprier les propriétaires délinquants qui laissent leur immeuble à l’abandon.

Le projet de loi 155, qui aura pour effet de modifier plusieurs lois dans le monde municipal, a été adopté sans tambour ni trompette par les députés provinciaux mercredi.

En chambre, le ministre des Affaires municipales Martin Coiteux a confirmé cette semaine que les villes auront désormais le droit d’exproprier «un immeuble délabré lorsqu’il y a refus ou incapacité réitérés du propriétaire de faire les travaux nécessaires et que l’immeuble est vacant depuis une période prolongée, c’est-à-dire depuis au moins un an».

La notion litigieuse de «risque pour la santé ou la sécurité des personnes», difficile à prouver selon les municipalités, semble avoir été évacuée. Il n’a toutefois été possible de le vérifier puisque le texte de loi n’était pas accessible en fin de journée, vendredi, sur le site web de l’Assemblée Nationale.
Jointe par Le Journal, l’attachée de presse du ministre des Affaires municipales Martin Coiteux assure que cette fois-ci, c’est la bonne. «Monsieur Labeaume a eu les pouvoirs qu’il souhaitait. On a répondu à ses demandes», a indiqué Marie-Ève Pelletier. Une première tentative de renforcer la loi en matière d’expropriation avait échoué en juin 2017, au grand dam du maire de Québec.

Méfiant en point de presse, vendredi après-midi, Régis Labeaume n’était pas encore prêt à célébrer. Il a rappelé que le gouvernement lui avait déjà joué un tour l’an dernier en retirant les dispositions recherchées du projet de loi 122 dans la version finale du texte de loi.

Le ministre Martin Coiteux disait alors craindre les abus. «On voulait faire preuve d’une certaine prudence pour éviter l’exagération dans l’utilisation de ces pouvoirs-là», avait-il déclaré à l’époque.

«Moi, j’ai lu les derniers changements mais chat échaudé craint l’eau froide. On va faire une dernière lecture là-dessus pour savoir si c’est conforme à ce qui nous a été dit parce que la dernière fois, il y avait eu des petits changements alors permettez-moi de refaire une petite lecture avant de répondre», a réagi M. Labeaume.

Ce dernier, un brin optimiste, a néanmoins évoqué le cas de la Maison Pollack qui pourrait enfin se régler. «Là, si tout va bien, on aurait plus de latitude. Alors on avance. Pour les bâtiments possédés par les voyous de l’immobilier, c’est toujours compliqué mais on avance… Si on vivait un cas similaire à la boucherie Bégin, ça pourrait aller vite», a-t-il également observé, réservant toutefois ses commentaires finaux pour un prochain point de presse.

La suite

Voir aussi : Message d'intérêt public.

RTC: recherche d’un usager régulier du transport en commun pour siéger sur le conseil d’administration

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 avril 2018 Aucun commentaire

Le RTC est présentement à la recherche d’une personne pour combler un des postes d’administrateur usager des services de transport en commun régulier au sein de son conseil d’administration.

DESCRIPTION DU POSTE

Le poste d’administrateur au conseil d’administration du RTC implique de devoir participer :

• à des séances de travail des membres du conseil d’administration, lesquelles ont présentement lieu le mardi, de 9 h à 14 h, et ce, à raison d’un minimum de dix séances par année;

• aux assemblées publiques du conseil d’administration, lesquelles ont présentement lieu le mercredi, à partir de 17 h, et ce, à raison d’un minimum de dix séances publiques par année. Il est également possible que d’autres rencontres s’ajoutent au calendrier des assemblées publiques;

• à des rencontres de travail de deux comités techniques du conseil d’administration. La fréquence, l’heure et la durée de la rencontre de travail sont variables selon la nature du comité. Il faut toutefois noter que certains comités siègent une fois par mois.

EXIGENCES DU POSTE

La personne désirant devenir administrateur du RTC devra :

• être un usager, sur une base régulière, des services de transport en commun régulier du RTC;

• détenir un diplôme d’études postsecondaires et une expérience d’un minimum de 10 ans dans l’une des compétences suivantes :

o Gestion financière ou comptabilité;
o Technologies de l’information;
o Communications et affaires publiques;
o Marketing et commercialisation;
o Ressources humaines et relations de travail;
o Droit;
o Audit et gestion des risques;
o Gestion de projets;
o Gouvernance;

• être doté d’une bonne connaissance du transport en commun du RTC ainsi que des enjeux reliés au transport dans l’agglomération de Québec.

En plus des critères mentionnés ci-devant, la disponibilité et la motivation seront également prises en compte dans la sélection. Avoir siégé à un conseil d’administration est considéré comme un atout.

Ce poste comporte une rémunération annuelle établie conformément au Règlement no 322 concernant la rémunération des membres du conseil d’administration du Réseau de transport de la Capitale (RTC), laquelle s’élève présentement à 15 067,31 $.

Les personnes intéressées doivent postuler en ligne sur notre site Internet avant le 30 avril 2018 à 12 h en joignant une lettre démontrant leur motivation à occuper ce poste ainsi que leur curriculum vitae.

La suite

Voir aussi : Message d'intérêt public, Transport en commun.

Le tramway bouleverse la circulation, témoigne un expert

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 17 avril 2018 7 commentaires

Annie Morin
Le Soleil

L’implantation d’un tramway dans une ville change complètement les patrons de circulation et il faut du temps et de nouveaux aménagements pour que les usagers de la route refassent leurs repères.

Le Français Fabrice Magnier en connaît un bout sur la question. Le chef du Centre d’ingénierie et de gestion du trafic (CIGT) de Bordeaux Métropole, conférencier au colloque sur la sécurité routière organisé par la Ville de Québec, a vu l’agglomération de Bordeaux s’adapter au tramway. Chaque année depuis 2003, le rail y gagne du terrain: le réseau compte désormais 80 kilomètres.

«Certains itinéraires qui étaient employés par les usagers tous les jours pour aller à leur travail, maintenant qu’ils se retrouvent face à un tramway qui est prioritaire et qui a une fréquence assez élevée, ça devient des points assez difficiles à traverser», raconte M. Magnier en entrevue téléphonique au Soleil.

Alors que Québec tente d’installer un tramway en retranchant un minimum de voies de circulation aux automobiles, Bordeaux n’a pas hésité à réduire l’espace dévolu aux voitures, même sur des artères très fréquentées. Pour M. Magnier, c’est une évidence: «Si on avait gardé autant de place pour les voitures, les usagers n’auraient pas pris le transport en commun», dit-il.

(…)

À Québec, le maire Régis Labeaume plaide que les véhicules suivant le tramway profiteront de la priorité aux feux de circulation et qu’il y aura autrement très peu de changements pour les automobilistes. Quand le tram roulera sur une plate-forme réservée au centre de la chaussée, le virage à gauche sera interdit.

Si la nouvelle donne dans l’agglomération de Bordeaux a convaincu plusieurs navetteurs de sauter dans le tram, elle a aussi stimulé la créativité de certains automobilistes. «On a eu quelques difficultés sur les petites rues adjacentes où il y avait un trafic de transit», reconnaît M. Magnier.

Pour y faire échec, des rues ont été transformées en «sens unique» ou pensées en «tête bêche», c’est-à-dire que des tronçons vont dans un sens, puis dans l’autre, pour empêcher une circulation en ligne droite. À la grande satisfaction des résidents, mais au déplaisir des automobilistes.

La suit

Voir aussi : Message d'intérêt public.

Colloque sur la sécurité routière

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 12 avril 2018 3 commentaires

La Ville de Québec vous invite à participer au Colloque sur la sécurité routière afin d’échanger, lors des tables rondes, en vue de l’élaboration de la Stratégie de sécurité routière 2019-2023.

Des conférenciers d’ici et d’ailleurs présenteront des approches novatrices comme la Vision Zéro au Canada et à Los Angeles ou la réduction des accidents aux intersections par le retrait de signaux lumineux à Bordeaux.

13 et 14 avril 2018
Centre de foires de Québec

Inscription obligatoire

Toutes les informations

Voir aussi : Message d'intérêt public, Transport.

Corvées de nettoyage de graffitis 2018 dans le quartier Saint-Jean-Baptiste

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 avril 2018 1 commentaire

On nettoie les graffitis dans votre rue GRATUITEMENT !

Avis aux propriétaires /et invitation aux locataires d’en informer leur propriétaire

Graff’Cité réalisera une corvée de nettoyage de graffitis aux dates et dans les rues suivantes :

13 juin : rue Saint-Olivier, de la côte De Salaberry jusqu’à la côte d’Abraham
24 juillet : rue Notre-Dame-des-Anges, entre le boulevard Langelier et la rue de la Couronne
18 septembre : rue Richelieu, de la côte De Salaberry jusqu’à l’avenue Honoré-Mercier

Si vous êtes propriétaire d’un immeuble vandalisé situé dans l’une de ces rues, donnez rapidement votre accord à Graff’Cité pour faire nettoyer gratuitement les murs de votre propriété lors de ces corvées. Remplissez le formulaire d’autorisation de nettoyage de graffitis

Renseignements :
418 524-8359, poste 246 | graffcite@hotmail.com

Le mandat de Graff’Cité est d’offrir un service gratuit de repérage et de nettoyage de graffitis sur les propriétés privées, résidentielles et commerciales, situées dans l’arrondissement de La Cité-Limoilou. L’équipe offre également des conseils sur les moyens à utiliser pour prévenir leur apparition. N’hésitez pas à faire appel à leurs services!

Graff’Cité est un partenariat entre le Carrefour jeunesse-emploi de la Capitale-Nationale et de l’arrondissement de La Cité-Limoilou

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Message d'intérêt public.