Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Qualité et milieu de vie »

Horizon 2020 pour le passage aux DEL 3000 K

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 juin 2017 1 commentaire

Source : Taïeb Moalla, Le Journal de Québec, le 15 juin 2017

D’ici trois ans, la Ville de Québec remplacera tous les luminaires de son vaste réseau d’éclairage public par des ampoules DEL 3000 K. À terme, l’économie récurrente d’énergie est évaluée à 1 million $ par année.
Le remplacement d’une bonne partie des vieilles ampoules au sodium à haute pression (HPS) sera effectué par la firme Turcotte (1989) d’ici le 30 mai 2020. Cette compagnie de Québec a obtenu le contrat en présentant une soumission à 724 000 $, selon un sommaire décisionnel rendu public jeudi par la municipalité.
« Pas de risque pour la santé »
Ceci vient clore la saga de l’utilisation des diodes électroluminescentes (DEL) dans les lampadaires de la Ville.

Il y a un an, Québec avait décidé de suspendre l’installation de 32 000 ampoules DEL en attendant les recommandations des autorités de la Santé publique. La municipalité emboîtait ainsi le pas à la Ville de Montréal.

la suite

Québec optera pour des DEL à 3000K au lieu de celles à 4000K.

Voir aussi : Nouvel urbanisme, Qualité et milieu de vie.

Une passerelle entre Pointe-aux-Lièvres et Limoilou

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 27 avril 2017 Aucun commentaire

Source : Stéphanie Martin, Le Journal de Québec, le 27 avril 2017

La Ville de Québec veut construire une nouvelle passerelle de bois entre l’écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres et Limoilou et améliorer l’allure de celles qui franchissent la rivière Saint-Charles.
La Ville a octroyé un contrat de 78 000 $ à l’Université Laval. Elle demande aux chercheurs de l’École d’architecture et du département de génie civil et des eaux de se pencher sur des scénarios pour l’aménagement d’une passerelle cyclo-piétonne. Celle-ci fera le lien entre l’écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres et le vieux-Limoilou.
La Ville veut qu’on priorise l’utilisation du bois, qui est un élément signature de l’écoquartier. La passerelle permettra un accès plus facile au quartier central de Limoilou, argue l’administration.

Parallèlement, la Ville mandate l’École d’architecture de l’Université Laval pour la conseiller sur la meilleure façon d’améliorer l’allure des ponts et passerelles qui traversent la Saint-Charles entre le fleuve et l’autoroute 40.
Elle vient de confier un mandat de 100 000 $ pour «l’exploration de divers scénarios de mise en valeur des passerelles et des ponts existants qui traversent la rivière Saint-Charles dans sa portion urbaine».
Dans un deuxième volet, les spécialistes se demanderont s’il est pertinent d’ajouter des liens entre les deux rives. «Cette analyse servira à identifier l’offre actuelle et les besoins de connexion futurs.»

l’article

Des passerelles sur la rivière Saint-Charles

Voir aussi : Arrondissement La Cité - St-Roch, Écoquartier, Qualité et milieu de vie.

Sécurité sur Laurier entre le CHUL et Laurier Québec : réflexion en cours

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 26 janvier 2017 8 commentaires

Source : Valérie Gaudreau, Le Soleil, le 26 janvier 2017

(Québec) Passerelle ou tunnel? La Ville de Québec tient à rendre plus sécuritaire la traversée du boulevard Laurier devant le CHUL. Mais trouver la bonne solution permanente n’a rien de facile.
«C’est pas mal plus complexe que je ne l’aurais cru à première vue», a lancé mercredi le maire de Québec, Régis Labeaume, en marge d’une activité à Château-Richer.
Il confirmait alors qu’à court terme, l’artère sera dotée d’une structure de sécurité temporaire à l’endroit où une jeune femme enceinte, Marie-Pier Gagné, 27 ans, s’est fait happer mortellement le 10 août.
«Au printemps, on va mettre une structure temporaire pour ne plus que ça arrive», a certifié M. Labeaume.

Ce dernier a dit souhaiter que cette solution temporaire pour empêcher une voiture de faucher un piéton soit conviviale. Pas question de gros blocs de béton parfois utilisés. «On va essayer de faire ça un peu plus chic. On aurait pu mettre des « jersey » mais ça fait un peu champ de bataille», a illustré le maire de Québec.

la suite

Passerelle ou pas ?

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Qualité et milieu de vie.

Québec optera pour des DEL à 3000K au lieu de celles à 4000K

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 20 janvier 2017 Commentaires fermés sur Québec optera pour des DEL à 3000K au lieu de celles à 4000K

Source : Annie Morin, Le Soleil, le 20 janvier 2017

(Québec) Non seulement la Ville de Québec a-t-elle choisi d’acheter désormais des lampadaires aux diodes électroluminescentes (DEL) à 3000 kelvins pour ne pas ruiner le sommeil de ses citoyens, mais elle repositionnera dans des secteurs non résidentiels ceux à 4000 K déjà installés.
La décision a été entérinée mercredi par le comité exécutif, et le maire de Québec en a fait l’annonce jeudi. «On en a 4000 [lampadaires] de 4000 kelvins installés. On est en train d’analyser pour tous les récupérer pour pouvoir les installer dans les rues qui ne sont pas habitées. Exemple : parc technologique. Exemple : grande artère comme peut-être Samuel-De Champlain. On n’est pas sûrs, on va tout analyser pour qu’il n’y ait aucune conséquence pour les résidents», a expliqué Régis Labeaume.
La semaine avant Noël, le directeur de santé publique de Montréal a conclu que l’éclairage des rues avec des ampoules DEL à 4000 K ne représentait pas un risque pour la santé. La Ville de Québec avait tout de même décidé, comme plusieurs grandes villes américaines, de s’en tenir à un maximum de 3000 K. 
Ce plafond limite la projection de lumière bleue, susceptible de perturber la production de mélatonine et donc les cycles du sommeil. Il y a 29 % de bleu dans une ampoule DEL de 4000 K et 21 % dans 3000 K, ce qui équivaut à la couleur des lampadaires au sodium haute pression en place actuellement. 

la suite

Problèmes avec les nouvelles ampoules DEL à Québec.

Voir aussi : Nouvel urbanisme, Qualité et milieu de vie, Québec La cité.

Le «miracle économique» de Québec s’essouflera-t-il?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 janvier 2017 Commentaires fermés sur Le «miracle économique» de Québec s’essouflera-t-il?

Gilbert Leduc
Le Soleil

(Québec) Le «miracle économique» de Québec continue de susciter l’étonnement. Toutefois, à long terme, son élan pourrait s’essouffler en raison du vieillissement «accéléré» de ses habitants, de la diminution de la population active et de la fuite des cerveaux vers les grands centres comme Toronto, New York ou San Francisco. (…) «Depuis une quinzaine d’années, la grande région de Québec connaît un essor économique franchement étonnant qui échappe aux explications faciles», écrivait-il.

«Il faut surtout chercher le succès de Québec dans sa taille et sa localisation qui, ajoutées à des coûts compétitifs, lui ont permis de tirer pleinement profit des tendances plus générales qui favorisent les métropoles moyennes, notamment au titre des activités à moyenne technologie.»

La suite

Voir aussi : Commercial, Industriel, Institutionnel, Qualité et milieu de vie, Québec La cité.

Québec dans 30 ans

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 janvier 2017 19 commentaires

Jean-Nicolas Blanchet
Journal de Québec

Convaincu que l’intelligence artificielle assurera la maintenance des bâtiments, que les stationnements vont disparaître et que les voitures vont se conduire seules, le président du groupe immobilier Cominar, Michel Dallaire, entend repenser ses projets en fonction de cette nouvelle réalité. (…) Concernant l’immobilier et l’avenir des banlieues, M. Dallaire estime que «des maisons pour les générations futures, il y en a masse», se référant aux propriétaires du 3e et du 4e âge dans les banlieues. En 2036, il y aura près de 250 000 résidents de plus de 65 ans à Québec. C’est deux fois plus qu’aujourd’hui.

«Il y aura une offre de propriétés qui va se libérer. (…) On va vers une baisse des prix. Tout dépendra du rythme que ça prendra, mais il va y avoir une pression, c’est clair!»
Tout passe par l’immigration, selon lui, pour assurer la santé de la région. (…)

Piétonisation temporaire ou permanente des rues Saint-Jean, Saint-Pierre, Cartier, Grande-Allée et Saint-Joseph.
Le Vieux-Québec se transformera pour redevenir un quartier plus vivant et plus jeune, notamment par l’implantation de lieux d’enseignement et de résidences étudiantes. Le campus de l’Université Laval sera désenclavé. Des logements adaptés pour accueillir davantage de familles seront implantés.
La base de plein air de Sainte-Foy sera complètement réaménagée avec une nouvelle plage, des terrains pour des sports collectifs l’été et des activités hivernales.
Le secteur de l’amphithéâtre deviendra un pôle de divertissements et sera considéré comme la «Place de la famille» avec piscines, patinoires et musée pour enfants.
L’aquarium sera agrandi et deviendra un pôle récréotouristique avec un stade couvert. La gare sera déplacée sur ce site. (..)

Lebourgneuf : Pôle de bureaux et destination spécialisé pour les nouvelles tendances commerciales.
Sainte-Foy : Tourisme d’affaire et de consommation. Les bureaux commerciaux se multiplieront et les arts publics s’y annexeront pour refléter un caractère moderne et prestigieux à l’entrée de la ville. L’accès aux piétons sera transformé. La rue Hochelaga deviendra une rue d’ambiance. Le secteur sera propulsé par l’intelligent artificielle.
D’Estimauville : Pôle industriel et technologique. Le quartier deviendra ce que Limoilou est en train de devenir pour les familles qui souhaitent être proches du centre-ville.
Saint-Roch : Pôle du savoir, de la culture et du numérique. Ce sera le quartier «branché». Le secteur sera densifié par plusieurs projets résidentiels.

La suite

Voir aussi : Art de vivre en ville, Environnement, Industriel, Nouvel urbanisme, Qualité et milieu de vie, Québec La cité, Technologie, Transport, Transport en commun, Ville intelligente.

Le tourisme à Québec: un palmarès, « ça n’a pas de prix »

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 26 novembre 2016 Commentaires fermés sur Le tourisme à Québec: un palmarès, « ça n’a pas de prix »

Valérie Gaudreau
Le Soleil

(Québec) Top 10 des villes à visiter par-ci, meilleur resto au Canada ou belle destination hivernale par-là : Québec apparaît sur plusieurs listes de médias étrangers réputés. Au-delà d’être une source de fierté un brin chauvine, faire bonne figure dans les palmarès, «kossa donne»? (…)

Distinctions récentes

Septembre 2016 : Leading Culture Destinations Awards.

Nommée destination culturelle de l’année devant des villes comme Lyon (France) ou Los Angeles (États-Unis)

Juillet 2016 : Travel + Leisure, World’s Best Awards 2016

Au sommet des meilleures destinations au Canada devant Vancouver, Victoria, Montréal et Toronto.

Mars 2016 : Choix des voyageurs 2016 de TripAdvisor

Deuxième place dans le top 10 des destinations au Canada

Avril 2015 : Condé Nast Traveler, The World’s Best Food Cities

Parmi les 20 meilleures villes gastronomiques au Canada, selon les lecteurs du Condé Nast Traveler.

Mars 2015 : Prix de la Best Destination Experience

Le port de Québec reçoit le prix pour la meilleure expérience des croisiéristes vécue à destination

La suite

Voir aussi : Qualité et milieu de vie, Québec La cité, Tourisme.

Embourgeoisement et cohabitation dans St-Roch

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 17 octobre 2016 Commentaires fermés sur Embourgeoisement et cohabitation dans St-Roch

Un excellent reportage à voir de l’émission Second regard, à Radio-Canada, sur des exemples d’une cohabitation qui peut se faire dans l’harmonie entre les résidents défavorisés et les nouveaux occupants, plus aisés, du quartier Saint-Roch, à Québec.

L’embourgeoisement d’anciens quartiers ouvriers comme Hochelaga-Maisonneuve ou St-Roch à Québec, n’est plus un secret. On peut même l’observer. Mais comment cohabitent les différentes classes sociales? Deux solitudes diront certains ! Le jeune directeur d’une soupe populaire du quartier St-Roch, s’est donné comme défi de réunir ces deux solitudes. Ce serait même le remède à ce qu’on appelle la « gentrification » des quartiers populaires.

Voir aussi : Arrondissement La Cité - St-Roch, Art de vivre en ville, Geste de solidarité & communautaires, Qualité et milieu de vie.

18 mois d’études afin de permettre les sports sur la St-Charles

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 août 2016 Commentaires fermés sur 18 mois d’études afin de permettre les sports sur la St-Charles

Source : Valérie Gaudreau, Le Soleil, le 15 août 2016

(Québec) La Ville de Québec veut savoir si nettoyer les sédiments de la Saint-Charles à l’aide des marées du fleuve sera suffisant pour rendre possible le projet de Régis Labeaume de permettre le kayak ou le patin sur la rivière à la hauteur du centre-ville.

Le comité exécutif de la Ville de Québec a accordé en juillet des contrats à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) et à l’Université Laval pour évaluer ces 18 prochains mois «les impacts du transport des sédiments par l’optimisation de la gestion de l’ouverture de la vanne du barrage Samson de la rivière Saint-Charles».

L’octroi de ces deux subventions de recherche confirme le reportage du Soleil qui, en février, avançait cette hypothèse comme façon d’enlever la boue accumulée dans le fond du cours d’eau à la hauteur des quartiers Saint-Sauveur et Saint-Roch.

L’idée est en somme de voir si laisser entrer régulièrement l’eau du fleuve avec son fort débit sera suffisant pour enlever les sédiments accumulés dans le fond de la rivière.

la suite

Amélioration de la St-Charles : ce n’est pas fini

Voir aussi : Environnement, Nouvel urbanisme, Qualité et milieu de vie.

Québec ajoutera deux nouveaux réservoirs de rétention

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 août 2016 Commentaires fermés sur Québec ajoutera deux nouveaux réservoirs de rétention

Source : Valérie Gaudreau, Le Soleil, le 10 août 2016

(Québec) La Ville de Québec fait un pas de plus pour contrer le débordement des eaux usées sur son territoire. Elle va de l’avant avec la construction de deux réservoirs de rétention, celui du Foulon et celui de Beauport. Un investissement majeur de 78 millions $ dans les prochaines années.

Depuis trois semaines, la Ville de Québec a lancé non pas un, mais deux appels d’offres pour ce qu’on appelle la «phase 4» du projet d’assainissement des eaux.

Le premier, daté du 22 juillet, vise à trouver une entreprise pour la construction du bassin de rétention du Foulon d’un volume de 17 000 mètres cubes. Le bâtiment souterrain de 29,5 millions $ sera situé le long du boulevard Champlain, vraisemblablement à partir de 2018.

Le deuxième appel d’offres, celui-là du 5 août, touche le réservoir appelé Giffard-Lortie, première étape de la phase 4 prévue dans le secteur Beauport. Cette fois, il s’agit d’un réservoir de 6400 mètres cubes qui sera construit sous terre du côté est de l’avenue d’Estimauville.

la suite

Dépolluer le fleuve grâce à des réservoirs

Voir aussi : Environnement, Qualité et milieu de vie.