Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Tramway à Québec? »

Proximité à une gare de train de banlieue : quel est l’impact sur le prix des maisons unifamiliales avoisinantes ?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 décembre 2018 Aucun commentaire

J.L.R. Solutions foncières

Faits saillants :

Les unifamiliales autour de la gare Mont-Royal se retrouvent en tête du palmarès des propriétés les plus dispendieuses à proximité d’une gare, affichant un prix de vente médian de 1 120 000 $ entre le 1er janvier 2015 et le 31 octobre 2018.

De façon générale, le prix des propriétés à proximité des gares de train de banlieue augmente à mesure que la distance au centre-ville diminue.

La gare Saint-Jérôme est la gare la moins dispendieuse parmi les gares du réseau de trains de banlieue ; les unifamiliales ayant changé de mains entre le 1er janvier 2015 et le 31 octobre 2018 affichaient un prix médian de 190 179 $.

Trois des gares du palmarès des 10 gares avec le prix médian le moins élevé dans un rayon de 0 à 1500 mètres sont des gares de fin de ligne (Saint-Jérôme, Mascouche et Deux-Montagnes).

Le texte complet de l’étude

Et dans un autre ordre d’idée:

Une autre pétition contre le tracé du tramway Jean-François Néron (Le Soleil)

Voir aussi : S'inspirer d'ailleurs, Tramway à Québec?, Transport, Transport en commun.

En parlant du tramway …

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 28 octobre 2018 2 commentaires

Lettre à Patrick Paquet, candidat dans Neufchâtel-Lebourgneuf, signée par Etienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables

Cher Patrick,

Depuis quelques jours, vous faites circuler une information selon laquelle une étude datant de 2015 indiquerait qu’un tramway ne serait pas nécessaire à Québec avant 2041. La même ritournelle que se plaît à répéter le chef du parti pour lequel vous vous présentez dans Neufchâtel-Lebourgneuf.

Permettez-moi de rectifier certains faits.

D’abord, cette étude n’a rien d’un secret: il s’agit de l’étude de faisabilité tramway-SRB dévoilée lors d’une conférence de presse le 2 mars 2015, organisée par les Villes de Québec et Lévis. À peu près tous les médias de la région y étaient représentés et ont abondamment couvert le sujet.

D’autre part, l’étude en question ne dit pas qu’un tramway n’est pas nécessaire à Québec d’ici 2041. Elle démontre qu’un tramway n’est pas requis d’ici 2041 sur un parcours qui part de D’Estimauville, emprunte le boulevard Charest, traverse le pont de Québec, puis circule sur le boulevard Guillaume-Couture jusqu’au secteur Desjardins, dans l’Est de Lévis.

En effet, sur Charest, compte tenu de l’achalandage prévu dans les années à venir, un mode par bus est tout à fait approprié. Il s’agit d’une bonne idée d’ailleurs reprise dans le Réseau structurant de transport en commun.

Au cas où cela vous aurait échappé, le Réseau structurant de transport en commun est un projet beaucoup plus complet qui comprend une ligne de tramway, un parcours de trambus et des infrastructures dédiées. Ce Réseau structurant desservira directement 28 des 35 quartiers de la Ville. Cette nouvelle colonne vertébrale de transport en commun sera soutenue par le réseau de bus du RTC, qui sera redéployé en conséquence afin d’offrir le transport en commun à l’ensemble des citoyens et citoyennes de Québec.

Dans le Réseau structurant, le tramway est une nécessité dès l’ouverture en 2026. Le parcours qu’il empruntera depuis Charlesbourg en passant par Limoilou, Saint-Roch, la colline parlementaire, le secteur Belvédère, l’Université Laval et le secteur Laurier est l’axe de transport en commun le plus achalandé de l’Agglomération. Sur ce parcours, avec l’achalandage important que nous avons aujourd’hui, nous sommes dans la zone de pertinence du tramway, un mode de transport qui offre une capacité de plus de 5000 passagers à l’heure.

Québec est mûre pour un passage à un service de transport en commun plus moderne, rapide et efficace. Les 150 000 utilisateurs et utilisatrices quotidiens du RTC le savent bien.

J’espère que ces quelques explications vous permettrons de rectifier vos déclarations récentes.

Voir aussi : Tramway à Québec?.

L’édifice de la Croix-Rouge démoli cet hiver

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 octobre 2018 1 commentaire

Source : Taïeb Moalla, Journal de Québec, le 12 octobre 2018

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) procédera cet hiver à la démolition de trois bâtiments, dans Saint-Roch et dans Charlesbourg, pour permettre la réalisation du réseau de transport structurant.
C’est ce qu’on peut lire dans un appel d’offres publié ces derniers jours. Acquis il y a un an par le RTC au coût de 2,3 millions $, le 325, rue de la Croix-Rouge, dans Saint-Roch, sera ainsi démoli.
Les travaux, qui débuteront entre le 1er décembre 2018 et le 7 janvier 2019, « doivent se terminer avant le 15 mars 2019 », lit-on dans l’appel d’offres.

Ce terrain de 2500 mètres carrés jouxte deux autres terrains (ayant jadis appartenu au gouvernement fédéral) de 10 000 mètres carrés que le RTC possède dans le secteur.
L’ensemble des terrains deviendra ultimement un des quatre pôles d’échanges du réseau de tramway-trambus.

la suite

L’édifice en question sur Maps.

Le RTC achète le terrain de la Croix-Rouge.

Voir aussi : Arrondissement La Cité - St-Roch, Tramway à Québec?, Transport en commun.

Le tramway prolongé jusqu’à Périgord ?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 octobre 2018 34 commentaires

Source : Stéphanie Martin, Le Journal de Québec, le 3 octobre 2018

Si le tracé du tramway est prolongé, l’administration Labeaume privilégie de se rendre jusqu’à la rue Périgord, pour 75 millions $, plutôt qu’à de la Faune ou à Marly.
La question du tracé du tramway a de nouveau rebondi mardi au conseil municipal de Québec, en réponse à une question du conseiller de Démocratie Québec, Jean Rousseau, qui voulait savoir si la Ville a l’intention d’aller de l’avant avec le prolongement jusqu’à de la Faune, comme l’ont proposé les libéraux en campagne électorale, pour un coût de 70 à 100 millions $.

la suite

Le tracé du tramway pourrait être prolongé au nord.

Secteur de la rue du Périgord sur Maps.

Voir aussi : Arrondissement Charlesbourg, Tramway à Québec?.

Un CPE devra être démoli en raison du tracé du tramway

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er octobre 2018 2 commentaires

Source : Dominique Lelièvre, Le Journal de Québec, le 1er octobre 2018

Un centre de la petite enfance (CPE) de 142 places devra faire ses boîtes pour faire place au tramway de Québec alors que le mégaprojet entraînera la démolition du bâtiment qui l’accueille dans le secteur de Sainte-Foy.
À la demande de la Ville de Québec, le CPE Mistigri devra quitter, à moyenne échéance, l’immeuble de propriété municipale qu’il occupe depuis plus de 40 ans au 990, avenue Roland Beaudin.
La ville songe depuis l’élaboration du programme particulier d’urbanisme du plateau centre de Sainte-Foy, en 2012, à raser ce bâtiment qui a abrité, à une époque, l’hôtel de ville de Sainte-Foy.

la suite

Le coup d’envoi officiel du tramway est donné.

Sur Google Maps.

Mise à jour :

Tramway ou non, l’édifice du CPE aurait été démoli.

Source et crédits : Journal de Québec, Jean-Luc Lavallée

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Tramway à Québec?, Transport en commun.

En parlant du troisième lien …

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 12 septembre 2018 12 commentaires

Frédéric Arnould
Radio-Canada

Voir aussi : Tramway à Québec?, Transport.

Le tracé du tramway pourrait être prolongé au nord

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 septembre 2018 8 commentaires

Radio-Canada
Québec

La Ville de Québec envisage de prolonger le tracé du futur tramway au-delà du boulevard Louis-XIV afin de mieux desservir les citoyens de la couronne nord. Le maire Régis Labeaume a confirmé lundi avoir eu des discussions avec le gouvernement Couillard en vue de bonifier son projet de transport structurant.

La Ville et le gouvernement souhaitent prolonger le tracé de quelques kilomètres au nord, jusqu’à la rue de la Faune.

Régis Labeaume a indiqué que l’idée lui était venue à la suite des consultations publiques du printemps dernier.

« À Charlesbourg, il y a des gens qui nous ont dit : « Pourquoi vous n’allez pas jusqu’à [la rue du] Périgord? ». D’autres ont dit : « Pourquoi vous n’allez pas jusqu’à de la Faune? » Puis quand on a fait le bilan de tout ça, on s’est dit : « Ouin, c’est pas bête. » Alors, on les a écoutés puis là, on s’est mis à retravailler sur le tracé », a relaté le maire.

Plus cher

Le prolongement nécessiterait une bonification de l’enveloppe budgétaire qui a été allouée au projet. Selon Régis Labeaume, le tramway pourrait se rendre jusqu’à la rue de la Faune dès la mise en service complète du réseau de transport structurant, prévue pour l’automne 2026.

« Tout est possible quand on a de l’argent. Tout est possible, il s’agit de payer. »
Régis Labeaume, maire de Québec

La suite

Voir aussi : Tramway à Québec?, Transport, Transport en commun.

Le tramway à Québec: prolongement vers le nord ?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 2 septembre 2018 12 commentaires

David Rémillard
Radio-Canada

Les libéraux s’engagent à prolonger la future ligne de tramway pour atteindre la couronne nord de la capitale, à la hauteur de l’ancien jardin zoologique et de la rue de la Faune.

Parent pauvre du projet de réseau de transport structurant de transport en commun (RSTC) de la Ville de Québec, la couronne nord sera mieux desservie sous un gouvernement libéral, promet-on.

La ligne de tramway, dans sa forme actuelle, se terminerait à la hauteur du boulevard Louis-XIV.

Les libéraux veulent la prolonger de cinq kilomètres jusqu’à la rue de la Faune, a annoncé le premier ministre Philippe Couillard, samedi matin, en conférence de presse à la baie de Beauport.

Entouré des candidats de la région de Québec, M. Couillard a évalué cette promesse entre 70 et 100 millions de dollars. La facture serait assumée à 100 % par le gouvernement provincial.

La suite

Voir aussi : Tramway à Québec?, Transport en commun.

Transport en commun et mobilité durable: les résultats des consultations

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 4 juillet 2018 3 commentaires

L’avenir de la mobilité à Québec mobilise plus de 10 000 citoyens!

Québec, le 4 juillet 2018 – La Ville de Québec dépose aujourd’hui le rapport de consultation publique portant sur le projet de réseau structurant de transport en commun. Au total, c’est plus de 5 000 personnes qui ont assisté, sur place ou par webdiffusion, aux cinq séances d’information et de consultation qui se sont tenues les 4, 5, 7 et 11 avril 2018, pendant lesquelles 200 personnes majoritairement favorables au projet ont exprimé des commentaires ou posé des questions. De plus, 5 209 citoyens ont répondu au questionnaire en ligne au cours du mois d’avril.

Principaux thèmes abordés lors des séances d’information et de consultation :

Desserte de la couronne nord de la ville et de l’arrondissement de Beauport;
Importance de l’accessibilité universelle des infrastructures et du matériel roulant;
Impacts sur l’aménagement du territoire et sur les résidences riveraines des tracés du tramway et du trambus;
Fiabilité et rapidité des temps de parcours à la suite de la mise en service du réseau structurant;
Partage sécuritaire de la chaussée entre tous les usagers de la route (piétons, cyclistes et automobilistes) et le tramway;
Effort de communication et d’information de la Ville à maintenir.

Quelques faits saillants sur le questionnaire en ligne[1] :

57 % des répondants sont totalement ou plutôt satisfaits du projet dans son ensemble;
57 % des répondants estiment que le projet répond aux besoins des citoyens;
Plus de la moitié des répondants sont satisfaits pour les tracés proposés du tramway (56 %) et du trambus (55 %);
Plus de répondants projettent d’utiliser le transport en commun pour se rendre au travail (de 32 % en 2018 à 40 % en 2026), pour des déplacements de loisirs (de 44 % en 2018 à 52 % en 2026) ou pour le magasinage (de 19 % en 2018 à 30 % en 2026);
70 % des répondants sont satisfaits de l’amplitude de l’horaire (5 h à 1 h) offerte par le réseau structurant;
65 % des répondants croient que les temps de déplacement seront fiables et 53 % croient qu’ils seront plus courts.

Le rapport de consultation est disponible sur le site Internet de la Ville de Québec dans la section Documentation du la page consacrée au réseau structurant.

Travaux en cours et prochaines étapes du projet

Rappelons que la Ville de Québec procède actuellement à une collecte de données complémentaires et préliminaires (relevés d’arpentage, sondages des sols et localisation des utilités publiques) nécessaires à l’avancement du projet. La Ville sera donc en mesure, dans les prochains mois, de répondre aux préoccupations des citoyens par rapport à l’impact de l’implantation du réseau structurant sur leur propriété. Des rencontres spécifiques seront tenues au moment opportun. Les citoyens concernés en seront les premiers informés.

Par la suite, les études de conception (2018-2019) seront réalisées. Ces études consistent à préciser l’insertion de l’ensemble des tracés proposés dans le projet. Enfin, la Ville élaborera les plans et devis (2020-2022) pour finaliser de façon plus précise l’ensemble des besoins en infrastructures et en matériaux pour la mise en chantier du projet, prévue pour 2022.

À propos du réseau structurant de transport en commun

À la suite des consultations de juin 2017, les citoyens se sont prononcés à une forte majorité en faveur d’un réseau structurant de transport en commun. Le projet présenté par la Ville de Québec en mars 2018 comportera quatre composantes, soit le tramway (23 km, dont 3,5 km en souterrain), le trambus (17 km), les infrastructures dédiées au transport en commun (16 km) et le Métrobus (110 km). L’ensemble des parcours du Réseau de transport de la Capitale (RTC) se connectera à ces composantes pour assurer une couverture maximale sur le territoire. La Ville de Québec vise une mise en service complète d’ici 2026.

Pour accéder à beaucoup de documentation (photos, vidéos, foire aux questions, historique de la démarche, caractéristiques des modes de transport, etc.), les citoyens sont invités à consulter la page web du transport structurant

[1] Ces données correspondent aux répondants résidant dans l’agglomération de Québec. Il ne s’agit pas d’un sondage représentatif de la population.

Le communiqué

Suggestion de Québec Urbain: Cette page web consacrée au transport en commun sur le site de la Ville de Québec mérite vraiment le détour.

Voir aussi : Tramway à Québec?, Transport, Transport en commun.

Métro aérien: «personne ne voudrait ça en avant de chez lui»

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 29 juin 2018 2 commentaires

Jean-François Néron
Le Soleil

Le président du Réseau de transport de la Capitale est catégorique : «On a discarté des projets de monorail semblables à ça».

Rémy Normand a fait une sortie publique, jeudi, pour faire le point sur un projet de métro aérien (monorail) qui, selon les promoteurs d’un consortium qui approché la Ville — sans succès — et l’opposition officielle, n’aurait jamais été étudié par l’administration Labeaume.

«On trouve ça pesant de se justifier sur des éléments farfelus», a lancé M. Normand, au moment où le coup d’envoi du projet de tramway est donné. Il maintient que des projets similaires de monorail ont été analysés parmi les 143 propositions déposées lors des consultations publiques. Mais l’intégration d’un tel équipement dans la trame urbaine de Québec a été jugé impossible. «Imaginez, sur René-Lévesque. Personne ne voudrait ça en avant de chez lui. Ça été rejeté assez rapidement. Je n’ose pas imaginer les questions qu’on aurait eues si on avait présenté ça», lance-t-il sans détour.

Selon lui, le projet du consortium qui a fait la manchette au cours des derniers jours «manque de rigueur».

Il en coûterait 1,54 milliard $ pour construire sur la rive nord 37 kilomètres de rails et 41 stations réparties sur trois lignes, d’après le groupe. En ajoutant Lévis, on parle de 61 km et 57 stations pour 2,3 milliards $, soit encore 700 millions $ de moins que le projet actuel de tramway et de trambus, uniquement pour la capitale. Le président Normand doute aussi des chiffres présentés.

«On trouve ça pesant de se justifier sur des éléments farfelus», a lancé Rémy Normand.

La suite

Voir aussi : Tramway à Québec?, Transport, Transport en commun.