Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Québec grandit-elle trop vite?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 janvier 2017 7 commentaires

François Bourque
Le Soleil

(Québec) La région de Québec doit «revoir en profondeur» sa politique d’immigration et devenir «beaucoup plus agressive» si elle ne veut pas perdre son élan économique.

Les signaux d’alarme sur les conséquences du vieillissement et le déclin de la population active se multiplient. La dernière mise en garde est venue il y a quelques jours de l’économiste en chef de la Banque Nationale, Stéphane Marion. (…)

Mais se pourrait-il qu’il y ait pour les villes une taille optimale qui permette de profiter d’une belle qualité de vie sans s’exposer aux inconvénients des grandes villes?

Sans la lourdeur et la congestion routière inhérentes à la croissance (et au succès économique) d’une ville.

Serait-il fou de penser que Québec s’approche peut-être de cette taille idéale et qu’en continuant à grossir, elle risque de sacrifier la qualité de vie qui fait sa fierté et son plaisir? (…)

Le rythme des arrivées s’est accéléré à Québec ces dernières années.

Près de 16 000 nouveaux immigrants depuis cinq ans, sans compter les étudiants étrangers et travailleurs saisonniers. (…)

En 2015, le taux d’emploi des immigrants dans la RMR de Québec était de 73 %, soit le plus élevé des 13 grandes villes canadiennes.

Québec était aussi la seule RMR où le taux d’emploi des immigrants était supérieur à celui des citoyens nés au pays, rapporte Québec International. (…)

Le maire Labeaume souhaite que Québec attire à l’avenir 10 % des nouveaux arrivants au Québec, idéalement des Français.

Au rythme actuel d’immigration, cela donnerait environ 5000 nouveaux venus par année. (Québec en a reçu 3000 en 2015.)

Pour y arriver, le maire demande au fédéral de «relaxer les règles» pour permettre une immigration francophone accrue.

Le sujet fait moins de bruit que les demandes sur les infrastructures et le transport, mais pour Québec, l’enjeu de la démographie est certainement aussi important que celui de l’asphalte et du béton.

La suite

Voir aussi : Québec La cité.


7 commentaires

  1. Jean François Côté

    24 janvier 2017 à 13 h 20

    Et toute cette croissance se produit depuis les fusions municipales de 2001.

    Et que la ville grandit trop vite et soit économiquement si prospère sont des problèmes plutôt heureux à solutionner.

    Moi j’ai aucun problème que la ville devienne beaucoup plus importante en autant que l’on se donne un SRB et si il le faut (obligé) un troisième lien .
    Et plus la ville sera importante plus on aura des vols internationaux et pourquoi pas un TGV vers Montréal et New York.

    Et je crois que en 2017 personne ne peut plus se permettre de traiter Québec de gros village.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Nathan

    24 janvier 2017 à 15 h 44

    Jean François je pense qu’avec le Phare, plus aucune ville aura à se penser meilleure que Québec. Le Phare fera honneur à la région. En autant qu’il développe la fuidité

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Jean François Côté

    25 janvier 2017 à 08 h 53

    Roger.

    Cette tour « Le Phare » et les quatre autres ainsi que Laurier et la rue des Hôtels ainsi que Hochelaga et la rte De l’Église il faut imaginer ce nouvel environnement dans 10 ans et non voir seulement une tour de 62 étages à côté du Burger King.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *