Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


L’îlot Irving : non à 53%

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 février 2012 126 commentaires

Source : Le Soleil, 5 février 2012

Les citoyens du quartier Saint-Jean-Baptiste ont rejeté dimanche à 53 % le projet de complexe résidentiel de neuf étages sur le stationnement de surface de l’îlot Irving. Le Non a emporté ce référendum par une majorité de 111 voix. Le promoteur GM Développement a dénoncé dimanche soir ce résultat «décevant pour la revitalisation du quartier».

La suite

Autre article : défaite du maire

Îlot Irving : L’après référendum

J’ai comme l’impression que le débat n’a pas fini de soulever les passions.

Voir aussi : Arrondissement La Cité - Haute-ville.


126 commentaires

  1. FierUrbain

    6 février 2012 à 03 h 53

    Je suis frustré, déçu et découragé de cette ville et de ses habitans qui se comportent comme de vrais petits bourgeois trouillards et fermés d’esprit.

    Pour moi, c’est l’exile. Je ne peux vivre dans une ville qui refuse d’évoluer. Oubliez le tramway, oubliez les voies cyclables utilitaires. Oubliez tout. On a fait de Québec une ville de banlieusards, même dans ses quartiers le plus centraux.

    C’est déprimant.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. «Le» lecteur assidu

    6 février 2012 à 04 h 18

    Nota bene :
    * Je fais, de nouveau mien, le commentaire que j’ai émis sur Québec Urbain/Îlot Irving: L’après-référendum/«Le» lecteur assidu/6 février 2012 à 00 h 01.

    « Réaction à chaud :

    - Je veux d’abord rappeler que je suis citoyen de la ville de Québec, mais que je réside dans un autre arrondissement;

    - Malgré cela, et même si je ne connais personne eu égard à cet «enjeu», je compatis pour cette vingtaine de familles qui, à l’issue du résultat final, voient s’écrouler leur rêve d’un mieux-être pour elles et leurs proches;

    - Je souhaite que la ville tourne la page, et vite, dans l’espoir d’un prochain projet de mixité sociale mais, cette fois-ci, disons-le clairement, dans un autre arrondissement et ce, avant les calendes grecques;

    - L’heure tardive et , disons-le franchement, la retenue, m’empêchent d’en écrire davantage.

    - Bon sommeil ……quand même ! » (sic)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. davedeux

    6 février 2012 à 07 h 05

    Bordel que les gens sont émotifs. Moi-même qui est pour la construction DE BEAU sur ce stationnement TRÈS LAID, la
    victoire du non ma pas trop bouleversé. On passe à d’autres choses, point. Pourquoi pas un parc, il n’a rien dans St-Jean-Baptiste.
    Bon, ce n’est qu’une suggestion.

    Réaction à froid:
    1/J’ai comme l’impression que si le maire n’en s’était
    pas mêlé, le oui l’aurait emporté. Mais ce n’est qu’une vague et
    diffuse impression.

    2/Pour ceux qui disent que 30% de participation et qu’une
    victoire du non à 53% n’est pas démocratique (Source de
    Radio-Canada), petit souvenirs pour vous. En décembre 2007
    le maire s’est fait élire avec 59% des votes avec une taux de
    participation populaire de 32.2% (Source Radio-Canada)

    3/Pour l’îlot Îrving, puisque c’est l’entrée de la rue St-Jean,
    je suggère une chose semblable…en plus petit:
    http://leeser.com/work/commercial/hh/

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Michel Beaumont

    6 février 2012 à 07 h 07

    Dommage !

    1- Le pire demeure que les opposants n’ont pas de projet, financé par eux, pour bâtir sur ce terrain. Ce n’est que du chiâlage pour mettre les bâtons dans les roues.

    2- Il y aura un autre projet sur l’îlot Irving, mais dites adieu à la coopérative et au logement social. Les citoyens se sont tirés dans le pied.

    3- La vaselière qui sise sur ce terrain est peut-être ce qui représente le mieux l’état d’esprit des citoyens du quartier. J’espère qu’ils ne souhaiteront jamais plus du logement social et une coopérative dans ce coin de la Ville !

    4- Il y aura une 41è année où la vase et la laideur seront à l’honneur sur ce terrain.

    5- Dommage que les citoyens de St-Jean-Baptiste ne désirent pas s’améliorer car les rues dans ce quartier sont laides, sales, sombres et, par surcroît, il n’y a pas un poteau de téléphone droit. Il y a au moins le Festival des Graffitis qui est l’honneur à l’année longue.

    6- Ah oui ! Quand les opposants présenteront-ils et financeront-ils un projet pour l’îlot Irving ? Cela prouverait, du moins, le sérieux de leurs intentions !

    7- Quand pensez-vous que la Ville ou un promoteur voudra investir dans St-Jean-Baptiste ?

    8- La gentrification pourrait devenir dévastatrice dans ce coin si…

    Heureusement, je n’habite pas dans ce coin.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

      6 février 2012 à 08 h 03

      Réponse à la question 7: Europa. Quant à l’îlot Irving, si ce que j’ai entendu du promoteur est encore vrai. l’édifice sera construit avec 6 étages (condos) plutôt que 9, et ce, sans logements sociaux.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Pier Luc

        6 février 2012 à 08 h 25

        Tu parle d’une victoire! Gagne d’inocents! Vous vouliez des logements sociaux et vous avez bloqué un projet juste pour ne pas avoir d’ombre. Je suis sure que ce monde là portent des lunettes de soleil quand le soleil leur blombe dessus!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Réal Utilisateur de Québec Urbain

      6 février 2012 à 10 h 12

       » Dommage que les citoyens de St-Jean-Baptiste ne désirent pas s’améliorer car les rues dans ce quartier sont laides, sales, sombres et, par surcroît, il n’y a pas un poteau de téléphone droit. Il y a au moins le Festival des Graffitis qui est l’honneur à l’année longue. » dixit Beaumont.

      Mais il faut reconnaitre que nous n’aidons pas notre cause, nous citoyens de St-Jean-Baptiste et il nous faut faire des mea culpa :
      1- Nous organisons des concours pour enlaidir nos rues, et les salir, concours dont sont exclus toute personne extérieure au quartier. Nous aimons vivre dans l’ombre et fuyons le soleil comme des rats et des vampires.
      2- Nous plantons nous-mêmes nos poteaux tout croches: ce n’est en rien la faute d’Hydro-Québec
      3- Nous graffitons pour le plaisir les facades de nos propres propriétés et immeubles.

      Décidément, l’insulte est l’arme des faibles et des sots !

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Michel Beaumont

        6 février 2012 à 12 h 02

        On voit votre A D M I R A B L E intelligence et surtout votre façon de vous sortir des problèmes dans votre quartier.

        En passant, c’est la violence qui est l’arme des faibles et des sots.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Joanie Côté

      6 février 2012 à 15 h 23

      bah…vous n’y vivez pas dans ce cartier, c’est qu’il n’est pas à votre goût, mais tous les goûts sont dans la nature et franchement, un immeuble moderne à 9 étages…ce n’est pas ce que les résidents sont venus chercher à St-Jean Baptisse! je viens d’y emménager justement parce que j’adore le caractère imparfait et unique de ce quartier! pour moi le projet proposé était bien plus laid que tous les défauts de st-Jean-Baptisse réunis. S’il construisaient un parc ou un immeuble à mixité social plus bas, ça revitaliserait le quartier sans choquer les résidents.

      en tous cas…moi j’y vis alors je suis bien contente qu’on ait réussi à bloquer ce projet. La mixité sociale, on peut y arriver autrement.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  5. Georges Antoine

    6 février 2012 à 07 h 10

    Très déçu, c’était un des meilleurs projets à venir pour la haute-ville :/

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Matrix

    6 février 2012 à 08 h 09

    Bravo citoyens !

    Maintenant, vous avez démontré à tous les méchants promoteurs qu’ils perdent leur temps a essayer d’intégrer du logement social dans leur projet, vous avez aussi démontré à ces promoteurs qu’ils vont perdent leur temps à vouloir négocier et travailler avec les divers groupes de l’arrondissement car au bout du compte, il y en aura toujours qui seront contre et feront tomber le projet, même si c’est un beau projet, même avec une toiture vert, même s’il intègre du logement social, non au bout du compte 1 ou 2 étages de trop va tout démolir.

    Dans ces circonstance, je ne peux que leur souhaiter une belle tour de 20 étages de condos de luxe qui ne sera pas soumis à un référendum.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. Michel Beaumont

    6 février 2012 à 08 h 28

    Dans ma question 7, je faisais allusion à l’avenir ou le futur.
    ( Je savais pour Europa et la plan B possible sur l’îlot Irving ).

    En passant, les opposants n’ont toujours pas présenté un projet financé par eux sur l’îlot Irving ! Nous attendons…!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. JM Utilisateur de Québec Urbain

    6 février 2012 à 08 h 29

    C’est vrai que c’est dommage et que ce projet surpassait l’Étoile ou Europa par l’architecture remarquable et l’intégration d’une coopérative.

    S’il y avait eu des référendums, pas sur qu’on aurait eu l’édifice Price, le chateau frontenac, Bedzed, Sagrada familia ou la tour eiffel… car tous ces projets font de l’ombre aux voisins.

    Ces référendums seront toujours voués à l’échec. Les 180 personnes intéressées qui voulaient vivre dans ce projet ne feront jamais le poids face aux citoyens mange-misère du secteurs qui ne souhaitent pas voir la ville grandir, se densifier.

    Finalement, c’est peut-être un conflit générationnel à voir l’âge pharaonique de la brochette partisane du non.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Yvan Dutil

      6 février 2012 à 12 h 44

      La tour Eifel est un excellent exemple. Il y avait une forte opposition à Paris à l’époque.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Florian

        6 février 2012 à 19 h 49

        quand la tour Eiffel a été construite, les voisins immédiats (de riches bourgeois, vu le spot) capotaient car ils pensaient que ça allait diminuer drastiquement la valeur de leurs propriétés. Ils trouvaient cette construction horrible…
        On sait ce que vaut un appart à Paris avec vue sur la tour Eiffel maintenant ;)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  9. François Magellan

    6 février 2012 à 08 h 57

    Dommage, ce rejet. Par contre, il ne faut pas dramatiser pour autant… Il y aura autre chose… Quant aux « 20 étages », lancé comme une boutade, c’est vouloir jouer au plus ridicule que ridicules…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  10. Boomer Utilisateur de Québec Urbain

    6 février 2012 à 09 h 00

    Je suis très déçu mais pas découragé. Pour beaucoup de participants à ce blogue, c’est une belle occasion pour des résidents de l’extérieur de jeter du fiel sur les résidents de mon quartier. L’exemple vient de haut et risque d’atteindre son apogée ce soir au conseil municipal.
    Je pense, moi aussi, que l’intervention du maire dans cette campagne a été catastrophique. C’est en tout cas ce que je retiens des nombreuses conversations que j’ai eues avec des gens du coin. Je ne suis pas certain qu’il soit malheureux aujourd’hui notre maire bien aimé.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  11. jfr1954 Utilisateur de Québec Urbain

    6 février 2012 à 09 h 19

    Je suis dans ce groupe d’âge des « pharaoniques » selon JM et j’ai voté en faveur de la modification au zonage. Et dans les opposants que j’ai vus s’impliquer sur le terrain par le tapissage d’affiches du « non » sur les poteaux, la distribution de feuillets aux portes et même de la cabale sur la rue, et bien la très grande majorité était dans la vingtaine et la trentaine. Alors on se calme sur les commentaires « générationnels ».
    Il est très dommage en effet que le projet ait été défait, mais je n’en suis absolument pas surpris ; le contraire m’aurait étonné. J’habite dans le quartier depuis 25 ans, et on ne compte plus le nombre de projets qui ont été proposés pour cet ilot (et ailleurs dans le secteur) et qui ont avorté parce que, chaque fois, les opposants (souvent les mêmes) se sont…opposés, sans jamais proposer quoi que ce soit. En fait, c’est la première fois que je voyais le Comitépop s’associer d’une telle façon à un projet de promoteur. La rebuffade subie démontre bien ce que le Comitépop ne représente pas grand monde outre eux-mêmes…
    Et la aussi faible participation (à peine 30%) à un référendum pourtant aussi « intense » et médiatisé, un premier d’ailleurs dans un quartier central, démontre bien les limites (et l’inutilité quant à moi) de cette formule.
    J’espère que GM, qui ont quand même fait du beau dans Saint-Roch, vont aller de l’avant avec leur projet original pour que l’on se débarrasse ENFIN de cette verrue qu’est l’ilot dans son état actuel.
    Et si j’étais GM, ma douce vengeance serait de fermer complètement, dès maintenant, le stationnement la nuit, dès 18 h. « Vous avez voté contre un projet qui maintenait des espaces de stationnement publics les soirs de déneigement, alors assumez les conséquences de votre geste et arrangez-vos avec vos bagnoles les soirs de déneigement, messieurs dames nos voisins… »

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  12. Martin Otis Utilisateur de Québec Urbain

    6 février 2012 à 09 h 31

    Que dire de plus que de me rajouter ma voix à ceux qui disent que les opposants se sont tirés dans le pied et ils se ramasseront avec un projet moins intéressant dans le futur. Et je constate aussi l’intérêt très peu marqué par le dossier avec un taux de participation de 30%.Est-ce que le taux de participation des opposants frolaient le 100% ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  13. Charles

    6 février 2012 à 09 h 32

    J’implore, je supplie GM Développement de faire passer un bâtiment plus gros à la place pour se souscrire au référendum. Pitié. Pour faire chier tous les résidents qui ont voté non.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  14. nietnietniet

    6 février 2012 à 10 h 34

    Je pense qu’il faut commencer à accepter le fait que les constructions en hauteur, résidentielles et commerciales seront faites à Ste-Foy. Les plus modeste édifices (en terme de hauteur) seront dans St-J-B, Montcalm et la basse-ville.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  15. griffon

    6 février 2012 à 10 h 34

    Il faut respecter la décision populaire mais Il n’y a pas de quoi fêter.

    Je suis surtout déçu pour les familles qui ont mis beaucoup de temps, d’énergie et d’espoir dans la réalisation de leur coop. Je suis aussi déçu que des citoyens soient allés voter contre le projet sans tenir compte des conséquences de leur geste. On se retrouve plus que jamais devant un grand trou vide. Le plan B du promoteur sera-t-il meilleur????
    Bravo Marc Boutin….tu auras contribué à scrapper la vie d’une vingtaine de familles.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  16. Louis Lemire

    6 février 2012 à 10 h 53

    Si je me souviens bien, c’est Jean-Paul L’Allier qui a imposé la norme de six étages pour préserver la trame urbaine. Il était revenu d’une visite à Boston et avait noté l’harmonie architecturale de la ville. (Il faut monter dans la Tour Prudentielle pour en voir l’étendue). La construction en hauteur n’y est permise que dans quelques ilôts au centre-ville. Toujours selon mon souvenir, l’administration L’Allier avait même ramené à six étages, le projet de hausser l’édifice de la CIBC (coin Turnbull et René-Lévesque) qui en prévoyait 8 ou 10. À chaque maire, ses visites : le nôtre est revenu de Chicago en voyant des immeubles en hauteur partout…
    Reste que cette « exception » au zonage me semblait pertinente par le desing en palier et l’inclusion de logements sociaux. J’aurais juste souhaité un design extérieur mieux adapté à l’architecture du secteur.
    La population a parlé, voyons la suite tant pour l’avenir de ce projet que pour l’avenir des référendums… j’imagine qu’il y en a un qui fulmine dans son bureau de l’hôtel-de-ville.
    À lire sur le sujet le billet de Jean-Simon Gagné sur le dit élu :
    http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/201202/02/01-4492096-le-courroux-de-notre-gourou.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B22_chroniqueurs_255095_section_POS2

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  17. griffon

    6 février 2012 à 10 h 55

    Qu’avez-vous gagné monsieur Naud en votant non? Êtes-vous à ce point heureux d’avoir scrappé une coop? Allez-vous vous retrousser les manches pour favoriser l’émergence d’une autre coop sur ce terrain vacant? Allez-vous applaudir à un projet de six étages sans coop?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Léonce Naud

      6 février 2012 à 14 h 16

      Coopératives d’habitation : des sympathies trop soudaines pour ne pas être suspectes.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • griffon

        6 février 2012 à 14 h 43

        Je ne conteste pas le droit des citoyens, dans un référendum, de protéger leurs intérêts . Ceux qui ont voté non , comme vous, avaient sans doute de bonnes raisons de défendre leurs propres intérêts. Mais de grâce,épargnez-nous du discours paternaliste et farfelu à la Marc Boutin, qui a cherché à stigmatiser le projet sous le prétexte que les locataires se retrouveraient dans un ghetto. Ces familles ont travaillé durant deux ans à ce projet, elle y ont cru jusqu’à la fin. Maintenant elles n’ont rien devant elles, et vous n’avez rien à leur offrir.

        Je répète: qu’avez-vous gagné monsieur Naud? La réponse est pourtant simple: vous avez gagné un projet de 6 étages sans coop.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Francois L. Gagnon

        6 février 2012 à 17 h 29

        Belle manière de vous détourner de la question M. Naud. Je la répèterai donc, metterez-vous autant d’ardeur à défendre un nouveau projet de coop pour l’Ilot Irving que pour le condamner aujourd’hui?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Léonce Naud

        9 février 2012 à 13 h 04

        @ Griffon & F. Gagnon – Comme le dit Boomer, « la mixité sociale, c’est d’abord un objectif de quartier, de milieu de vie, pas de bâtiment.»

        Il existerait déjà dans le quartier Saint-Jean Baptiste 614 logements coopératifs. (Le Soleil, 6/11/2010) Combien d’entre eux ont nécessité une construction neuve ? La plupart de ces logements coopératifs ont vu le jour à l’intérieur du bâti existant (à l’exception notable de la coop l’Escalier), sans la présence d’un promoteur privé. D’autres feront de même à l’avenir.

        Comme l’a constaté Marc Boutin dans ce cas de l’îlot Irving : « Avec la complicité de la Ville de Québec, la cause du logement social se voit prise en otage par un promoteur privé qui veut outrepasser les règles du zonage urbain. Une coopérative d’habitation n’a pas à servir de caution à une dérogation majeure au zonage. » Voir pp. 1 et 3 de « Droit de parole» : http://www.droitdeparole.org/DDP%20PDF%20WEB/2012/Droit_de_parole_jan_2012.pdf

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Francis L Utilisateur de Québec Urbain

        9 février 2012 à 13 h 20

        Je trouve que la comparaison avec une prise d’otage est complètement déplacée. Cette coopérative a besoin d’un endroit pour s’établir. Le promoteur lui en a offert un, mais ce n’était pas totalement gratuit : il fallait une dérogation. Le promoteur n’étant pas un organisme de charité, je trouve la démarche parfaitement logique. Il y avait un risque que la dérogation ne passe pas, et c’est arrivé. Tant pis, le promoteur pourra construire à sa guise un édifice de condos uniquement, ce qu’il aurait bien pu faire depuis le début.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  18. Petit

    6 février 2012 à 11 h 21

    C’est malheureux! Le projet de GM avec une coopérative était gagnant pour les citoyens et les commerçants de SJB, GM avait même promis de fournir 33 cases de stationnement pour les résidents du secteur lors d’opérations de déneigement, en plus de la coopérative de 20 logements. Le projet avorté offrait beaucoup d’avantages, mais les quelques gueulards qui croient être propriétaire d’un droit acquis pour la vue sur les Laurentides ont réussi leur mission. Une victoire pour ce groupuscule mais une défaite importante pour l’évolution d’une ville qui se voudrait à l’avant-garde. Il nous faudra repenser cette loi dépassée…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Emanuel

      7 février 2012 à 20 h 58

      Je m’inquiète un peu de tous ces commentaires qui se posent contre la loi sur l’aménagement et l’urbanisme. Vous êtes-vous demandé ce que vaudrait un règlement de zonage que l’on modifierait à volonté ?

      Il faut peut-être prendre le problème à l’inverse : s’il a fallu aller en référendum pour un projet aussi intéressant, c’est peut-être le règlement de zonage de la ville qui cause problème, et non la loi qui lui donne sa force…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  19. Boomer Utilisateur de Québec Urbain

    6 février 2012 à 11 h 33

    Le malaise avec ce référendum, c’est le tout ou rien. Si les gens avaient eu le choix entre deux projets, le résultat aurait été différent. Le promoteur aurait pu rester neutre: « Choisissez, moi je construis » (un promoteur immobilier n’est pas un parti politique).
    D’autres auraient pu s’opposer aux deux projets et recommander l’abstention.
    Le débat aurait été bien plus intéressant et plus constructif. Légalement, est-il possible de reprendre le référendum de cette façon? Cela m’étonnerait.

    Remarque: les pourcentages ne votent pas. 30% de taux de participation c’est faible. Mais 1450 personnes qui se déplacent pour voter sur un amendement à un règlement de zonage, c’est vraiment beaucoup!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  20. Gilles Maheux

    6 février 2012 à 11 h 50

    C’est quand même imbécile de voter pour immeuble de 9 étages dans une Capitale comme Québec…ce n’est quand même pas un gratte-ciel que l’ont veux érigés! Je suis issue de ce quartier et je trouve dommage le type de bourgeois qui en ont fait un quartier aussi protecteur, ils sont à l’image de ce terrain, vide d’esprit et de modernisme, lors de la destruction du Patro St-Vincent-de-Paul et de son église je trouvais ca triste de voir mon lieu de baptême disparaitre mais force d’admettre que l’édifice n’avait plus sa place dans le Quartier et je suis convaincue que ceux qui voulait que l’église sois conserver étais les mêmes qui ont votés contre l’ilot Irving………et pourtant aujourd’hui ils ont une belle vue sur les Laurentides.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Reprise

      6 février 2012 à 12 h 45

      C’est quand même imbécile de voter… (surtout en démocratie..) pour (un) immeuble de 9 étages (ah! bon… pourtant la plupart des immeubles de cette ville font 3 étages ou moins) dans une (c)apitale (capitale n’est pas synonyme de mégalopole à ce que je sache) comme Québec …ce n’est quand même pas un gratte-ciel que l’ont veu(t) érigés (ériger, à moins que l’ont veut en ériger 2)! Je suis issue (sans e mon cher Gilles) de ce quartier et je trouve dommage le type de bourgeois qui en ont fait (qu’on se décide, il y a un seul ou plusieurs de ces fameux bourgeois?) un quartier aussi protecteur (un quartier protecteur? ça doit être sécuritaire), ils sont (ah! ils sont plusieurs) à l’image de ce terrain: vide d’esprit (en général lorsqu’on parle de bourgeois au Québec, on pense à des intellectuels…) et de modernisme (le modernisme n’étant plus un courant très populaire, je doute que ce terrain accueille demain un cube de béton), (euh.. ça mériterait pas un point cette phrase?) lors de la destruction du Patro St-Vincent-de-Paul et de son église je trouvais ca triste de voir mon lieu de baptême disparaitre (mes sympathies) mais force (est) d’admettre que l’édifice n’avait plus sa place dans le (q)uartier (plusieurs admettaient le contraire pourtant) et je suis convaincue (sans e mon cher Gilles) que ceux qui voula(en)it que l’église sois conserver (conservée…) étai(ent) les mêmes qui ont voté contre l’ilot Irving (vous avez fait une étude à ce sujet ou vous déduisez que même quartier, même valeurs égale mêmes personnes?)………et pourtant aujourd’hui ils ont une belle vue sur les Laurentides. (elle est facile celle-là…)

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Gilles Maheux

        6 février 2012 à 13 h 16

        Il est vrai que mon orthographe n’est pas très fort :) mais j’assume mes commentaires et j’ai aussi le courage de signé mon nom. Les sentiments produisent le courage actif, et la philosophie le courage passif monsieur ?.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  21. louuiss Utilisateur de Québec Urbain

    6 février 2012 à 12 h 06

    Au lendemain de cette amère défaite, mon sentiment est qu’on est tous perdants!

    - Exit le logement social sur ce site de façon définitive;
    - Nouveaux délais pour endurer la « verrue » encore plus longtemps;
    - L’édifice qu’on va construire ensuite sera nettement moins intéressant, même si conforme au zonage : volumétrie massive et perte des extras verts;
    - La rue Richelieu va se retrouver à l’ombre ANYWAY;
    - La vue depuis St-Jean et depuis Turnbull va être perdue ANYWAY;
    - Le prix des unités sera encore plus élevé, entraînant une gentrification encore plus élevée;
    - Y’aura pas plus d’espaces publiques dans le quartier;
    - On va continuer à vivre dans un système capitaliste, avec des promoteurs, de la spéculation, des riches qui possèdent pis des pauvres …qui protestent;
    - Par contre, démonstration est faite que, pour un promoteur, négocier avec les groupes populaires d’un quartier, pour développer une position de compromis, c’est totalement inutile;
    - On peut facilement prédire également que les référendums de zones limitrophes seront prochainement abolis;
    - Et, pendant ce temps-là, la banlieue continue de s’étendre, s’étendre et « d’attirer les jeunes familles », selon l’expression consacrée;
    - Pendant ce temps-là, la marginalisation du quartier se poursuit : désintérêt des promoteurs et de la mairie pour le centre-ville, poids politique en baisse (Vous avez remarqué seulement qu’on a perdu notre arrondissement, fusionné avec Limoilou!?), renforcement du centre-ville de Ste-Foy comme pôle de croissance.

    …Oui, ce sont des principes. Mais ça veut dire très très concrètement : Oubliez le tramway sur la Colline parlementaire! Ça veut dire, aussi : oubliez les opérations de déneigement en une seule nuit. (Vous êtes vous rendus compte, depuis la mairesse Boucher, qu’il est beaucoup plus fréquent que ça prenne 2 pis 3 nuits, des fois, pour ramasser une tempête?! Le matériel roulant étant « réparti plus équitablement sur l’ensemble du territoire de la ville »… i.e.: exit la priorité au centre-ville …puisqu’on est de moins en moins un centre-ville.)

    Bref, y’a rien, rien, rien pour se réjouir, aujourd’hui. …À moins de s’appeler Comminar et cie et posséder tout plein de terrains le long du boul. Laurier ou à la tête des ponts…

    Misère! =:o/

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  22. Jean François Côté

    6 février 2012 à 12 h 34

    Rejeté par voie référendaire un si beau projet avec en prime 20 logements sociaux pour préserver un trou à rats… J’ai hâte de voir la suite, je me demande si la création de zones franches ne serait pas la solution à cette névrose de la peur des hauteurs.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  23. Réal Utilisateur de Québec Urbain

    6 février 2012 à 13 h 03

    Réaction du Comité Populaire ( plus posée et constructive que tous ces commentaires fielleux sur Québec Urbain)

    Communiqué de presse – pour diffusion immédiate
    Référendum à l’Îlot Irving
    La balle est dans le camp du promoteur… et de la Ville selon le Comité populaire

    (Québec, 6 février 2012) Une majorité de 53% des citoyennes et des citoyens qui se sont prononcés dimanche dans le référendum à l’Îlot Irving ont choisi de voter non. «Nous respectons ce choix majoritaire de nos voisines» a indiqué Nicolas Lefebvre Legault, coordonnateur du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste. Pour le groupe de défense de droit, la balle est maintenant dans le camp du promoteur et, surtout, de la Ville de Québec.

    «GM Développement devra tenir compte de cette expression démocratique majoritaire et retourner à sa table à dessin» a indiqué le M. Lefebvre Legault. «Nous souhaitons de tout coeur qu’un nouveau projet résidentiel respectant le zonage voit le jour sur ce site et que ce projet intègre un maximum des bonifications qui avaient été apportées au projet battu hier en référendum» a-t-il dit.

    L’organisme espère par ailleurs trouver rapidement une solution pour le groupe de la coopérative d’habitation La face cachée. «N’oublions pas qu’un groupe de locataires s’active depuis maintenant deux ans pour fonder une nouvelle coopérative dans le quartier, il ne faudrait pas que le résultat du référendum signale la mort du projet» a déclaré Mathieu Houle-Courcelles, organisateur communautaire au Comité populaire Saint-Jean-Baptiste. L’organisme espère d’ailleurs compter sur l’aide et la collaboration de la conseillère municipale du District des faubourgs, Madame Chantal Gilbert, qui est également responsable du dossier de l’habitation à la Ville de Québec.

    Selon le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, le résultat du référendum ne doit pas amener d’eau au moulin de ceux et celles qui militent activement pour l’abolition des référendums. «À notre avis, la création de zones franches d’approbation référendaire à Québec est une très mauvaise idée et ne fera qu’alimenter le cynisme des citoyens et des citoyennes» pense M. Houle-Courcelles.

    D’après le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, le dossier de l’Îlot Irving illustre plutôt les faiblesses de la politique d’habitation de la Ville de Québec. Malheureusement, le préjugé favorable de l’administration municipale en faveur du logement social est insuffisant. «Dans l’état actuel du marché de la construction, les groupes communautaires ne font pas le poids face aux promoteurs immobiliers, il faut trouver une solution permanente» pense Nicolas Lefebvre Legault. C’est justement pour éviter de se retrouver à la merci de la bonne volonté des promoteurs privés que les groupes communautaires revendiquent depuis plus de dix ans que la Ville de Québec se dote d’une réserve foncière dédiée au logement social et d’une réelle politique d’inclusion de logements sociaux dans les grands projets. «Le fait que GM Développement ait été l’un des seuls promoteurs à tenter l’aventure de la mixité sociale prouve la nécessité d’une telle politique d’inclusion» déclare M. Lefebvre Legault.

    * * *

    Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste est un comité de citoyen-ne-s actif depuis 1977 dans le quartier du même nom. L’organisme fait la promotion du logement social et d’un aménagement urbain respectueux.

    -30-

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • louuiss Utilisateur de Québec Urbain

      6 février 2012 à 14 h 17

      Le Compop refile un peu trop vite la patate chaude dans les mains de la ville, je trouve. La ville « deal » avec les même citoyens que vous. Avec leurs mêmes contradictions. Et avec le même résultat : on a beau négocier, négocier et trouver le meilleur compromis possible, ça pourra jamais plaire à tout le monde!

      Faut renvoyer chacun à ses propres contradictions (et responsabilités). On peut pas parler des 2 côtés de la bouche en même temps!

      - On ne peut pas dénoncer la spéculation sans accepter soi-même de revendre son condo, son bloc, sa maison, moins cher qu’on l’a acheté. (…un volontaire? Quelqu’un?? …Bravo! Vous êtes tous de vils spéculateurs.)

      - On ne peut pas, à la fois, vouloir plus d’espaces publics au centre-ville, conserver le plus de percées visuelles possibles et interdire tout développement en hauteur. C’est tout simplement impossible! (Regardez ce que la coop L’Escalier a fait au parc Berthelot : …une peau de chagrin! Au lieu de s’élever le long de René-Lévesque et sauvegarder l’espace vert.)

      - On ne peut pas prôner la mixité sociale et la mixité des fonctions tout en appliquant une logique strictement résidentielle : quiétude, ensoleillement, anti-condos/ anti-riches, etc. C’est tout sauf de la mixité!

      - Et, finalement, on ne peut pas réclamer de meilleurs services de transport en commun et de toutes sortes, dénoncer l’étalement urbain et décréter que le Faubourg est déjà largement « densifié » et que la ville n’a qu’à aller densifier ailleurs.

      Une ville, c’est une mouvance constante. C’est même souvent plus une anticipation qu’une réalité! Mais ce qui est sûr, c’est que les opposants ont crié : «Après moi, le déluge! » Je veux pas que mon quartier change. Je veux garder mes privilèges. …Et fuck les principes. Et fuck la coop…

      Ça, la ville, elle peut rien faire contre ça.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Emanuel

        7 février 2012 à 21 h 00

        Y aura quand même pas de déluge… D’ailleurs, dans ce cas, un stationnement assurera une meilleure évacuation des eaux qu’un toit vert :)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  24. griffon

    6 février 2012 à 13 h 15

    je me demande ce que Marc Boutin et cie ont à offrir aux vingt familles maintenant dépouillées de leur projet de coop.

    Serez-vous assez paternaliste et aurez- vous aussi de courage de les rencontrer et de leur dire en pleine face que vous avez agi dans leur intérêt. Avez-vous vraiment le sentiment d’avoir écrasé Goliath en écrasant aussi ces personnes ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  25. Francis L Utilisateur de Québec Urbain

    6 février 2012 à 13 h 23

    Dommage, c’était un beau projet, mais il faut pas s’énerver non plus : ce n’est pas la fin du monde. GM peut toujours aller de l’avant avec ses condos, et personne ne pourra lui reprocher d’avoir tenté d’inclure la coopérative.

    C’est dommage, mais la grande perdante, ce n’est pas GM, mais bien la coopérative.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  26. dan

    6 février 2012 à 13 h 59

    Que GM Développement déménage le projet sur la ROUTE DE L’ÉGLISE au plus vite.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  27. Jeff

    6 février 2012 à 14 h 26

    La guerre pour la construction en hauteur dans ce coin est officiellement déclaré, que c’est stupide!!!
    Qu’attend le maire pour créer les zones franches et abolir ces foutus référendum a marde??

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  28. KarlDerGroße

    6 février 2012 à 15 h 43

    J’invite gentiment les promoteurs à venir développer dans Lebourgneuf :) On est beaucoup moins chialeux!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Reprise

      6 février 2012 à 15 h 58

      Effectivement, à voir les laideurs en tous genres pousser le long de Robert-Bourassa, on constate rapidement que les Néobourgeois sont moins chialeux ;)

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • KarlDerGroße

        6 février 2012 à 20 h 00

        Je trouve les complexes le long de Robert-Bourassa très beaux. On dirait qu’à Québec que tout ce qui est plus gros qu’un triplex est considéré comme laid. Il y a une phobie de la hauteur. Va marcher dans Vanier et reviens me dire que Lebourgneuf est laid. Fais attention de ne pas attraper le tétanos avec les maisons en taule.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Jean Valjean

        6 février 2012 à 22 h 23

        Je préfère les néobourgeois de Lebougneuf au niveleurs par le bas de St-Jean-Baptiste.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

        6 février 2012 à 22 h 35

        Un rendez-vous m’a mené ce jour dans le Lebourgneuf. Résumons: Le royaume de l’auto. Traverser le boulevard lebourgneuf à pied relève de l’exploit. Et des stationnements immenses, partout.
        Zéro citoyen sinon dans une auto. Pour vous, la vie dans le pays de la néobourgeoisevie, c’est quoi ?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • KarlDerGroße

        7 février 2012 à 00 h 16

        Au moins il y a des pistes cyclables en bordure de route de la plus part des artères (boulevard Lebourgneuf, Robert-Bourassa, avenue Chauveau, le corridor des Cheminots). Il est étonnement facile de se déplacé en vélo. J’aimerais en dire autant de Sainte-Foy ou du centre-ville.

        Pour ce qui est du « car land » je dirais plutot « car kingdom » en effet. Malgré l’avenue du 803 il reste que le transport collectif reste mauvais. Il est impératif que le RTC améliore les liens nord-sud. Avec la future voir réservé sur Robert-Bourassa, il serait fantastique d’avoir un bus qui partirait des Galeries pour aller directment aux Cegeps, a l’université et puis aux centres commerciaux. De plus l’avenue Chauveau n’est meme pas déservie sur sa longueur. Si je pars de l’angle Chauveau/Louis XIV pour aller a l’angle Chauveau/l’Ormiere, je dois prendre le 72 jusqu’a Wendake et ensuite le 87 pour redescendre sur Neufchatel! 30mins de bus au lieu de 5mins en voiture.

        Bref voila pourquoi tout le monde a une auto dans Newborough ;)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Jeff

      6 février 2012 à 19 h 15

      Ouais au moins y vas avoir le Complexe de la capitale phase 5 avec 10 étages qui ne seras pas contesté.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Francis L Utilisateur de Québec Urbain

      6 février 2012 à 21 h 25

      Les citoyens de Lebourgneuf sont autant chialeux que ceux de n’importe quel autre quartier de la ville, ou n’importe quelle ville de la province. La preuve, c’est que d’autres projets sont contestés dans d’autres secteurs de la ville. C’est bien normal : personne ne se fou de voir l’environnement autour de lui changer, surtout s’il n’aime pas les changements.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  29. Louis Lemire

    6 février 2012 à 15 h 45

    Question comme ça ? Les résultats de ce référendum ont-il force de loi ou sont-ils « consultatifs »? Bref ; est-ce que la ville peut quand même aller de l’avant?

    La mairesse Boucher s’est fait tout de même refuser son « Taj Mahal » par un référendum mais elle l’a quand même construit en deux phases. D’abord une centrale de police et de pompiers, puis la partie Hôtel-de-ville.)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  30. Fucius

    6 février 2012 à 15 h 55

    La pente du terrain justifie qu’on autorise la grande hauteur.
    St Roch devrait être un qurtier de tours.

    L’obsession du logement social est stupide et injuste.
    Les classes moyennes sont les perpétuels pigeons.
    Leur logement leur coût + cher, et ils sont exclus des logements sociaux pour cause … de revenus trop élevés !
    Je peux accepter d’être exclu des plus beaux quartiers pour la raison que mes revenus sont trop bas, pas pour la raison qu’ils sont trop hauts. C’est la pire des injustices.
    À quoi bon travailler à progresser socialement si c’est pour perdre des avantages, et non pour en gagner ?
    L’égalitarisme est TOUJOURS contreproductif et injuste.

    De plus je me fous que quelques pauvres aient accès aux beaux quartiers, que les autorités s’occupent plutôt d’améliorer les quartiers où les pauvres habitent vraiment. Qu’ils aient la sécurité et la propreté.
    Les politiciens sont trop contents de choisir les quelques gagnants à la loterie de leur bon plaisir, qui auront l’insigne chance de bénéficier de leur pouvoir indu. Cela flatte leur égo. Ils ont le pouvoir. C’est tellement plus facile que de se retrousser les manches et de faire vraiment leur boulot, afin que même les quartiers pauvres soient bien tenus et plaisants.
    À quoi bon pour une famille à bas revenu habiter dans un quartier où 90% des gens gagnent 5 fois plus, et où les commerces sont adaptés à ces réalités ?
    Il faut quitter les puérilités qui apauvrissent tout le monde et travailler vraiment pour les gens, pas pour son égo ou ses utopies de jeunesse.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Reprise

      6 février 2012 à 16 h 18

      « St Roch devrait être un qurtier de tours. »
      - C’est Québec ici, pas New York

      « L’obsession du logement social est stupide et injuste. »
      - Commentaire inapproprié si l’argumentation ne suit pas…

      « Les classes moyennes sont les perpétuels pigeons. »
      - Vous auriez dû citer votre animateur radio favori ici, ça sent le réchauffé.

      « Leur logement leur coût + cher, et ils sont exclus des logements sociaux pour cause … de revenus trop élevés ! »
      -Normal de payer plus si on gagne plus, non?

      « Je peux accepter d’être exclu des plus beaux quartiers pour la raison que mes revenus sont trop bas, pas pour la raison qu’ils sont trop hauts. »
      - Je ne connais personne dans le monde qui peut prétendre être exclus des « beaux quartiers » parce que ses revenus sont trop élevés! À ma connaissance, ça prend des moyens pour vivre à Westmount… Si pour vous le faubourg St-Jean est un beau quartier (je suis d’accord), sachez qu’il y a des condos très accessibles à la classe moyenne à profusion dans le quartier.

      « À quoi bon travailler à progresser socialement si c’est pour perdre des avantages, et non pour en gagner ? »
      - Je crois que vous confondez progresser socialement et progresser monétairement. Si vous perdez tant d’avantages à avoir de l’argent comme vous le dites si bien, donnez-le… paraît qu’on se sent bien après…

      « L’égalitarisme est TOUJOURS contreproductif et injuste. »
      - Vrai que l’Allemagne nazie était TRÈS productive… toutefois, les nations où les clivages sociaux sont importants engendrent généralement quelques problèmes qu’on appelle parfois « violence urbaine », « insécurité », « instabilité politique », etc. Donc avant de crier au loup en majuscule, prenez un grand respire de grâce!

      « De plus je me fous que quelques pauvres aient accès aux beaux quartiers, que les autorités s’occupent plutôt d’améliorer les quartiers où les pauvres habitent vraiment. »
      - Vous auriez été un visionnaire en 1946! Avez-vous remarqué à quel point les municipalités s’acharnent à revitaliser les quartiers anciens au Québec et en Amérique? On investi des millions dans la revitalisation d’artères commerciales, on subventionne les rénovations, la conversion d’immeubles, on a revitalisé la St-Charles… St-Jean-Baptiste était considéré comme un quartier pauvre (monétairement) il y a encore 10 ans…

      « Qu’ils aient la sécurité et la propreté. »
      - Dites-moi donc qui n’a pas ça à Québec en 2012?

      « Les politiciens sont trop contents de choisir les quelques gagnants à la loterie de leur bon plaisir, qui auront l’insigne chance de bénéficier de leur pouvoir indu. »
      - Ça vous arrive jamais, vous, de faire des choix parce qu’on ne peut pas tout faire en même temps?

      « Cela flatte leur égo. Ils ont le pouvoir. C’est tellement plus facile que de se retrousser les manches et de faire vraiment leur boulot, afin que même les quartiers pauvres soient bien tenus et plaisants. »
      - On va oublier la phrase choc du début pour se concentrer sur le reste… je connais des quartiers pauvres très plaisants comme je connais des quartiers riches plates à mourir… attention aux jugements de valeur.

      « À quoi bon pour une famille à bas revenu habiter dans un quartier où 90% des gens gagnent 5 fois plus, et où les commerces sont adaptés à ces réalités ? »
      -Très bonne question en effet. On parle de quel quartier là? Parce que je connais peu de quartiers riches qui n’ont pas au moins une épicerie, une pharmacie, un dépanneur, etc. mais je connais plusieurs quartiers plus pauvres où les services de proximité manquent cruellement!

      « Il faut quitter les puérilités qui apauvrissent tout le monde et travailler vraiment pour les gens, pas pour son égo ou ses utopies de jeunesse. »
      -Bonne idée, mettez-vous donc à la lecture, ça serait un bon début…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Nicolas

        6 février 2012 à 16 h 43

         ou annuler
      • Louis Lemire

        6 février 2012 à 16 h 55

        « St Roch devrait être un quartier de tours. » Saint-Roch DEVAIT être un quartier de tours : Une maquette du début des années 60 montrait tout le secteur Charest/St-Joseph entre Dorchester et la Gare du Palais, planté de tours. Une série d’immeubles comme le Lafayette (LG2)… Ça ressemblait à un alignement de « vieux toasters à palettes ». C’était la vision du « futur » de la ville comme on l’imaginait dans les « années béton ». Ouf, on l’a échappé belle. À la fin des années 80, le maire Jean Pelletier voulait installer des tours de 20-25 étages sur le site du Jardin Saint-Roch… Quelques années plus tard, le ministre Marc-Yvan côté, lui, y voyait le futur Colisée avec métro de surface.
        Preuve que chaque époque a sa vision du développement. Ce débat, sur cette page, ne fait pas exception. La différence, c’est que le « pas dans ma cour » est devenue une nouvelle norme. On est contre l’étalement, pour la densification …mais pas chez nous. Alors où bordel?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Fucius

        6 février 2012 à 18 h 30

        L’Allemagne nazie était très égalitariste.
        Vos propos m’évoquent les heures les plus sombres de notre histoire…
        Fatiguant cette nazification permanente.
        Quand je ne suis pas taxé de nazisme, je le suis d’être à la solde des juifs…
        Est-il envisageable pour un socialo de respecter le point de vue d’autrui ?

        Au fait, savez-vous qui inventa l’expression « solution finale » ?
        Les communistes, à propos de l’extermination des ecclésiastiques en union sociétique (qui fut presque exhaustive, en effet).

        « Je ne connais personne dans le monde qui peut prétendre être exclus des « beaux quartiers » parce que ses revenus sont trop élevés!  »
        Si: Vous et moi, sommes exclus de beaux quartiers parce que nous n’avons pas assez de revenus.
        Mais si ces beaux quartiers ont des HLM, nous en sommes aussi exclus parce que nous gagnons trop pour y être éligibles.
        Allez-vous encore nier l’évidence ?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Fucius

        6 février 2012 à 18 h 38

        « « St Roch devrait être un qurtier de tours. »
        - C’est Québec ici, pas New York »

        Je précise ma pensée: Le voisinage de la falaise permet de faire des tours sans enlaidir la ville, du moins si elles sont bien faites.
        Un quartier d’affaires a toujours de tours de bureaux, et une grande ville a toujours un quartier d’affaires.
        À mon avis, il vaut mieux qu’il soit près d’une falaise plutôt que sur une colline.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Louis M.

        6 février 2012 à 19 h 25

        @ Fucius
        « Un quartier d’affaires a toujours de tours de bureaux, et une grande ville a toujours un quartier d’affaires. »

        Vous n’êtes jamais sorti de l’Amérique du Nord vous, n’est-ce pas? Les CBD à l’américaine ça n’a pas toujours créé de bons résultats. C’est pas parce qu’une ville a des tours que c’est une grande ville pas plus que son économie va bien. Inversement, plusieurs grandes villes, en Europe notamment, n’ont aucun édifice en hauteur, les gens ne vivent pas moins bien pour ça.

        Urbanisme 101.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  31. Louis Lemire

    6 février 2012 à 17 h 01

    @ Nicolas… Merci d’avoir contribué à mon édification personnelle.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  32. davedeux

    6 février 2012 à 17 h 19

    Eh bien, j’ai rarement vu autant de hargneux sur ce forum. Un
    véritable concentré. Et je suis convaincus que la majorité
    n’habite même pas le quartier St-Jean-Baptiste. Des donneurs
    de leçon hargneux et le problème avec les donneurs de leçons hargneux c’est qu’ils ne savent pas grand chose et malgré tout veulent donner des leçons à tous. Ça me fait penser à un politicien
    connus.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  33. fernand Utilisateur de Québec Urbain

    6 février 2012 à 19 h 29

    Ce qui me chicotte c’est l’on vient tout juste de faire un plan d’urbanisme pour ce secteur et déjà on change des choses.

    Il est prévu dans ce plan d’aménagement un maximum de 6 étages, alors pourquoi quelques mois plus tard faut déjà modifier le zonage pour UN projet.

    La population s’est prononcé que le constructeur respecte la décision du milieu…

    Quant à la mixité dans un même édifice, c’est un non sens…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Louis M.

      6 février 2012 à 19 h 40

      Merde alors! Pour une fois que j’étais d’accord avec vous! Votre propos était raisonnable et rempli de sens.

      Mais alors pourquoi avez-vous ajouté cette dernière phrase? Pourquoi la mixité serait un non-sens alors que cela existe ici, semble être très bien vécu et est même inscrit dans la réglementation dans de nombreuses villes du monde?
      C’était même la norme à une certaine époque où les moins fortunés habitaient les combles et les plus riches les premiers niveaux.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • «Le» lecteur assidu

      6 février 2012 à 19 h 45

      @ Fernand
      et autres intéressés, par la «chose »

      Extrait :

      - « Quant à la mixité dans un même édifice, c’est un non sens…» (sic)

      Commentaire :

      - D’abord, l’aveu : Je ne suis pas un urbaniste; je ne suis qu’un citoyen …..ordinaire, moi !

      - Ceci dit, si j’interprète bien le texte cité, puis-je comprendre par celui-ci que c’est l’équivalent de dire : « Vous, simple quidam, sortez d’ici, débarrassez et vite, car vous n’êtes pas digne de partager ce lieu avec ma noble personne » ?

      - J’ose croire que ……non !

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

        6 février 2012 à 22 h 13

        En passant, juste comme ça, la mixité, c quoi pour vous ? Question adressée autant à Fernand qu’à vous ? Perso, j’ai pas trouvé réponse.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Léonce Naud

        6 février 2012 à 22 h 31

        Définition de la mixité ?

        Dans une lettre écrite à Henry IV par François Miron, prévôt des marchands de Paris, pour s’opposer à un projet visant à édifier (près de la place des Vosges exactement) un quartier nouveau pour y loger les artisans et ouvriers autour d’un projet industriel de production de la soie, avec pour contrepartie de les expulser d’un quartier en cours d’embourgeoisement :

        « C’est une pernicieuse idée de bastir des quartiers à usage exclusif d’artisans et d’ouvriers…Il ne faut pas que les petits soient d’un côté, et les gros et dodus de l’autre. C’est beaucoup mieux et sûrement quand tout est mélangé. Les quartiers pôvres deviendront des citadelles qui prolongeraient nos quartiers riches…Il pourrait se faire que des balles vinssent ricocher sur votre couronne. »

        Source : La rue, Essai sur l’économie de la forme urbaine, Jean-Loup Gourdon, Aube 2001.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

        6 février 2012 à 22 h 40

        De biens jolis mots fort adroitement écrits. Mais en 2012, à Labeaumeville ?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  34. Nick

    7 février 2012 à 00 h 16

    Seigneur, si ces NIMBY avaient existés au moment où les grands édifices comme le complexe G ont été construit, on aurait seulement une ville remplie de petits buildings de 4-5 étages qui s’étendrait jusqu’à Lac-Beauport…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • JM Utilisateur de Québec Urbain

      7 février 2012 à 01 h 39

      c’est déjà la cas! ;-)

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • PhilT

      7 février 2012 à 01 h 47

      Si le territoire de la ville de Québec (densité = 1081 hab/km^2) était remplis de petits buildings de 4-5 étages comme la portion* du quartier Saint-Jean-Baptiste où se trouve l’Ilôt Irving (densité = 17458 hab/km^2), la population de la ville de Québec frôlerait les 18 millions.

      On pourrais aussi parler du secteur Tenderloin à San Francisco (densité = 27782 hab/km^2) lui aussi rempli de petits buildings de 4-5 étages. Selon le zonage de Tenderloin, la hauteur maximale des nouvelles constructions est 65 pieds, soit six étages. Ça vous rappelle quelque chose? En fait, le projet de l’Ilôt Irving avec ses 30 mètres n’aurait même pas pu être construit dans le quartier le plus dense de la côte ouest américaine sans obtenir une dérogation au zonage.

      Mettons qu’on est loin du Lac-Beauport.

      Un mythe tenace (surtout sur QuebecUrbain) est d’associer densité avec hauteur, alors que si on regarde les quartiers les plus denses en Amérique, il s’agit souvent des quartiers du même format que Saint-Jean-Baptiste

      * Salaberry/St-Jean/Sutherland/Côteau Ste-Genviève

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Louis M.

      7 février 2012 à 09 h 08

      Hauteur n’égale pas densité pas plus que densité n’égale hauteur.

      Urbanisme 101.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  35. jac

    7 février 2012 à 01 h 45

    LE TRAIT D’UNION ( Une cause du rejet ?)

    Il y avait des commentaires intéressants aux « Nouvelles » de radio-can
    lorsqu’on interrogait des citoyens de la rue; (celui-ci surtout):
     » … …décu du résultat car dans mon secteur entre le IGA et l’Eglise St-Jean-Baptiste , on a l’impression d’être dans un no-man’s-land »; nous ne sommes ni dans St-Jean-Baptiste ni dans le secteur Cartier-Montcalm… … ..
    « … Ce projet aurait pu être le TRAIT-D’UNION… »
    —————————————————-

    On définit le quartier St-Jean-Baptiste comme un faubourg et il me semble avoir entendu aussi le terme « village »
    Par analogie on définit Greenwich village (a New-York) comme un faubourg.
    Montmartre serait dans le même cas…
    On dit de ces lieux( Greenwich,Montmartre, st-Jean-B.) que les résidents auraient une mentalité « d’enclavés ».
    Pour illustrer la mentalité des gens de Greenwich « Il est ainsi parfois dit ironiquement qu’ils sont incapables de situer New York précisément, à part de manière floue : « en dehors de la ville (le Village), quelque part vers le Nord de la 14e rue. »
    ———————————————————

    Pour en revenir a mon TRAIT D’UNION qu’aurait pu constituer le projet Irving avec un quartier urbain (et non un faubourg);
    Qui nous dit que les gens (artistes, bohemes) de St-Jean -Baptiste ne préferent pas conserver leur Village COUPÉ et sans trait d’union ???

    La marginalité s’exprime aussi sur le plan du bâti par une MARGE plutot que par un trait d’union…

    Je crois donc qu’il y a eu une grande différence de valeur accordé au projet Irving selon que l’on soit a l’intérieur du quartier (plutot indifférent) ou au contraire a l’extérieur du quartier (tres motivé)
    ———————————————————

    ps Ceci étant dit , je crois que la ville de Québec ne devrait pas céder une once aux prétentions de St-Jean-Baptiste a orienter le développement a l’autre bout du quartier: je parle ici de Dufferin et du développement de l’ilot St-Vincent de Paul
    Pour moi c’est carrément une zone Franche urbaine et non une zone de Quartier!
    Pour le cas de l’ilot Irving , je crois qu’ils devaient se prononcer!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  36. FierUrbain

    7 février 2012 à 04 h 07

    @ Louis M

    J’ignore dans quelle Europe vous vous promenez, mas il n’y a plus beaucoup de grandes villes européennes sans gratte-ciel ou édifices en hauteur, du moins ceux dont la population égale ou dépasse celle de Québec.

    J’habite en ce moment Bilbao, en Espagne (à peine un million) et la ville compte au moins cinq ou six gros gratte-ciel… et la ville a remporté un prix d’urbanisme récemment.

    Urbanisme 101

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • JM Utilisateur de Québec Urbain

      7 février 2012 à 08 h 20

      j’ai adoré Bilbao. De mémoire, j’aurais dit que 80% des édifices ont au moins 9 étages. Selon wiki, la densité est de 8 573,15 hab./km2 alors qu’à Québec elle est de 1 127 hab./km2. J’ai aussi habité dans une autre ville espagnole concentré dans 4km avec 4000 hab/km. Le canvas était des commerces et services au rez-de-chaussée et des habitations dans les étages supérieurs. La voiture y était inutile, c’était vraiment formidable et très vivant. Profitez de votre séjour ibérique. Il sera très inspirant, vous verrez.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Louis M.

      7 février 2012 à 09 h 35

      Pour avoir vécu en Europe pendant des années et y retournant fréquemment, je peux vous dire que la majorité des villes françaises de taille équivalente ou plus grande que Québec n’ont pas ou très peu de tours. Le peu qu’elles ont, souvent construites dans la période moderne (1950-80), sont détestées. Mis à part quelques villes allemandes (dans l’Ouest surtout, Frankfurt par exemple), les villes européennes n’ont pas de Central Business District comme en Amérique du Nord. Madrid n’avait pas de gratte-ciels jusqu’à quelques années. Barcelone en a très peu, pareil pour les villes italienne, belge, suisse, irlandaise… même Londres en a étonnamment peu pour une ville de son envergure. Pourtant ces villes sont beaucoup plus dense et prospère que de nombreuses villes américaines avec des CBD.

      Même en Amérique du Nord, Washington n’a pas vraiment de gratte-ciel.

      «la ville compte au moins cinq ou six gros gratte-ciel… et la ville a remporté un prix d’urbanisme récemment.» Comme si ce prix était directement lié au fait d’avoir des gros gratte-ciel… Bilbao c’est tellement plus que ça!

      Misère…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • FierUrbain

        7 février 2012 à 10 h 59

        @ JM

        Merci ;) Il s’agit de mon troisième séjour ibérique ;)

        @ Louis M

        La France n’est pas l’Europe (Dieu merci!). J’ai vécu au nord et au sud de l’Allemagne, en communauté valencienne et maintenant au Pays Basque espagnol et me suis promené dans une quinzaine de pays européens. Certes, aucune des grandes villes europénnes (sauf Francfort) n’ont vraiment un centre-ville à gratte-ciel comme les grandes villes nord-américaines, mais je persiste et signe, les grandes villes europénnes ont toutes des gratte-ciel OU à tout le moins, de nombreux édifices en hauteur, ce que mon texte original disait bien.

        L’Espace Nord ou la rue de la Loi à Bruxelles ne vous disent donc rien? Les tours Mundsburg à Hambourg? Madrid et Barcelona comptent effectivement quelques gratte-ciel (je parlais moi-même de cinq ou six), et Valence n’est pas en reste. L’IFSC et tout ce qui entoure le pont Samuel Beckett à Dublin? La Rheinturm et la Stadttor de Düsseldorf? Une ville d’à peine 600 000 habitants.

        Bref, tout ce que je disais c’est que les grandes villes européenne ne sont pas si «plattes».

        Eh bien sûr que Bilbao c’est plus que ça, je ne faisais que donner un exemple anecdotique.

        Agur!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • FierUrbain

        7 février 2012 à 11 h 14

        Et là on n’a même pas parlé de la Sergels Torg ou de la Kista Science Tower à Stockholm, dépassée par un autre gratte-ciel à Malmö dont j’oublie le nom. Et que dire d’Oslo!

        Bref, misère vous-même, cher monsieur.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Francis L Utilisateur de Québec Urbain

        7 février 2012 à 14 h 06

        C’est évident qu’il y a des gratte-ciel en Europe aussi. Mais pas comme à New York, Chicago, Hong Kong, etc. Pourtant, des villes comme Londres, Paris et Barcelone sont de très grandes villes aussi. Évidemment, chacune de ces villes possède aussi des tours. Mais elles ne sont pas tapissé mûr à mur, et généralement elles se trouvent un peu en retrait du centre de la ville. Et en passant, le sujet est sur la dérogation de l’îlot irving, pour passer de 6 à 9 étages… on est loin de parler de gratte-ciel.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Louis M.

        7 février 2012 à 14 h 20

        Je suis d’accord avec vous que plusieurs villes européennes ont des grattes-ciels (les hauteurs et leur nombre n’ont rien à voir avec ceux d’Amérique du Nord). Là n’est pas la question. Mon propos venait en référence au commentaire suivant:
        « Un quartier d’affaires a toujours de tours de bureaux, et une grande ville a toujours un quartier d’affaires. »

        J’ai dit que «—>plusieurs<— grandes villes, en Europe notamment, n’ont aucun édifice en hauteur, les gens ne vivent pas moins bien pour ça.»

        Bien que vous ayez raison sur certains points, les grandes villes espagnoles, que vous prenez en exemple, n'ont pas beaucoup plus de tours que Québec, alors que ce sont de bien plus grandes villes. On ne peut pas non plus définir une ville grâce à 1 ou 2 tours (d'autant plus s'il s'agit de tours d'observation/télécommunication) et/ou parler de quartier d'affaire par leur unique présence. L'un comme l'autre serait faire un raccourcis d'une paresse intellectuelle, vous l'admettrez.

        Trop de gens, notamment sur ce forum mais même le maire, croient que c'est le centre-ville de Québec qui doit se densifier. Certes, mais c'est surtout et d'abord les banlieues de première couronnes le long des grands axes qui doivent être repensé et largement densifié. L'urbaniste David Duval l'avait très bien montré lors du Colloque Innovation en 2010.

        On peut faire de Québec un ville magnifique et prospère sans vouloir avoir un plus gros X que le voisin. Sommes nous des voisins gonflable? Je ne dis pas que ça n'a pas sa place mais en vouloir juste parce que d'autres en ont… Nous valons mieux que ça.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • FierUrbain

        8 février 2012 à 09 h 09

        @ Louis M

        D’accord avec vous sur le fond. Par contre, le commentaire que vous citez ne vient pas de moi ;-)

        @ KarlDerGroße

        Danke, danke (tack!).

        C’est vrai que le centre de Munich m’avait frappé par son absence d’édifices en hauteur (disons de plus de 10 étages). Und tatsächlich etwas spießig ;)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  37. FierUrbain

    7 février 2012 à 04 h 14

    @KarlDerGroße

    Lebourgneuf n’est effectivement pas un modèle d’urbanisme. Les pistes cyclables sont principalement destinés au loisir des banlieusards, mais donnent une impression d’utilité.

    Vos commentaires sur le RTC sont par contre très pertinents et vous devriez leur en faire part aussi. Le service de TC à Québec ne s’améliorera pas si les citoyens ne s’expriment pas.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • KarlDerGroße

      7 février 2012 à 14 h 04

      En fait j’ai fais une carte sur le site de scribblemaps des tracés auxquels j’ai pensés. Je vais leur envoyer avec un document explicatif pour qu’ils comprennent bien mes idées et la présence des nombreux nouveaux habitants du quartier.

      P.S.: Je viens de Munich et la ville entière ne possède pas de gratte-ciel. Pourtant on dit que c’est la ville bourgeoise et riche de l’Allemagne.

      P.P.S.: L’édifice de Malmö (ville natale maternelle ;) ) s’appelle le Roterande Överkropp ou Turning Torso en anglais.

      Ha det så bra! Tschüß! :)

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  38. Marie-H Utilisateur de Québec Urbain

    7 février 2012 à 20 h 50

    Je dois dire que je trouvais le 9 étages à la limite de l’acceptable, mais qu’avec les bonifications apportées au projet, je crois qu’il méritait d’aller de l’avant. Je n’habite pas le quartier, mais travaille à proximité et j’ai bien aimé le commentaire plus haut qui parlait de « trait d’union » pour la rue St-Jean. J’espère que certaines améliorations seront tout de même conservées dans le probable bâtiment de 6 étages, par exemple la construction en escalier, le verdissement de l’édifice ou l’accès au stationnement pour les résidants lors de déneigement.

    Je conçois que les opposants avaient des raisons différentes de ne pas être favorables au projet (la hauteur étant à mon avis le plus « légitime »), mais quand j’ai entendu l’argument qu’il ne s’agissait pas de « vraie » mixité car la Coop était située en arrière à l’ombre, suis-je la seule à qui ça a paru exagéré?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • FierUrbain

      8 février 2012 à 09 h 14

      Non et c’était surtout exagéré parce que la Coop avait elle-même choisi d’être à l’arrière!

      Neuf étages, à cette hauteur de Saint-Jean, c’est franchement très acceptable. Le maire s’est très mal exprimé, mais il a raison sur le fond, ce n’est qu’une campagne malhonnête de désinformation qui a fait déraper le projet et comme dans tout référendum populaire, les opposants se déplacent *toujours* en plus grand nombre puisqu’ils en sont souvent les instigateurs.

      Bref, un autre bateau manqué par les citoyens de Québec; ça commence à en faire beaucoup.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Boomer Utilisateur de Québec Urbain

        8 février 2012 à 13 h 14

        « Un bateau manqué par les citoyens de Québec »: attendons de voir la suite des choses. Je me croise les doigts et souhaite ardemment que le promoteur reviendra avec un nouveau projet.
        Il faut dire que dans le quartier, on n’a pas seulement manqué des bateaux, on s’en est fait monter un méchant paquet et des bien plus gros. C’est en partie à cause de cela que les gens sont devenus méfiants.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Boomer Utilisateur de Québec Urbain

      8 février 2012 à 13 h 10

      Vous avez tout-à-fait raison: la mixité sociale c’est d’abord un objectif de quartier, de milieu de vie, pas de bâtiment. La coop aurait pu tout-aussi bien être construite à l’autre bout du quartier. D’ailleurs, à Vancouver, où la crise du logement est autrement plus sévère qu’ici, les promoteurs doivent verser un pourcentage de la valeur de leur projet à un fonds municipal dédié à la création de logement social. Le maire de Montréal a déjà jonglé avec cette idée (il jongle encore…)
      Aussi votre billet me donne l’occasion de souligner qu’il n’y a presqu’aucune femme qui écrive sur ce blog et cela est bien dommage.
      Je ne possède pas les pouvoirs surnaturels du maire Labeaume et je ne sais pas qui a voté, comment et pourquoi. Mais dans mes conversations avec des amies ou voisines, j’ai entendu des commentaires contre le projet de GM qui m’ont laissé pantois. Le vote féminin a-t-il été différent du vote masculin? Peut-être.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Réal Utilisateur de Québec Urbain

        8 février 2012 à 14 h 11

        Si je prend le cas de ma blonde, elle n’a pas voté. La raison: elle aurait annulé son vote. Pourquoi ? : elle avait l’impression d’être soumise à un chantage (votez oui sinon …) et n’avait pas du tout aimé l’intervention du maire qu’elle n’apprécie pas, c’est le moins que je puisse dire ….

        Qui n’a pas voté ? sans doute ceux qui ont préféré le Carnaval avec sa course de canots et ceux qui préparaient leur party du Super Bowl, et je suis enclin à penser que c’est probablement en majorité les plus jeunes résidents, moins « politisés » que leurs parents.

        Je n’ai pas de pouvoirs surnaturels, et ce n’est qu’une opinion ou impression personnelle d’un vieux résident du quartier et ça vaut ce que ça vaut ….

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Francis L Utilisateur de Québec Urbain

      8 février 2012 à 21 h 21

      J’étais étonné de ne pas voir plus de réactions face au propos hargneux du maire. Mais bon, il faut croire qu’on commence à être habitué de le voir dégueuler sa frustration sur la place publique. Au moins, voici un commentaire intelligent et intéressant M. Noreau. Tout le contraire du maire quoi… Et à titre d’information pour l’homme-qui-n’a-jamais-tort, il y avait des jeunes dans le comité du non!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • davedeux

        9 février 2012 à 07 h 01

        Comme les deux stagiaires à mon bureau (22 et 24 ans) de
        St-Jean-Baptiste.
        Il y a qq à Québec qui a une vision manicheenne du monde.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Francis L Utilisateur de Québec Urbain

        9 février 2012 à 13 h 13

        Autre beau mensonge que le maire a passé à la population : Montcalm serait plus dense que Saint-Jean-Baptiste. Pourtant, le propre outil de la ville dit exactement le contraire : une densité d’au maximum, 11 000 habitants/km2 pour Montcalm, alors que SJB attend le 17 000 habitants/km2. Mais bon, semblerait que c’est socialement acceptable de dire n’importe quoi aux journalistes.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Louis M.

        9 février 2012 à 20 h 34

        Le maire dit souvent des faussetés, les journalistes devraient plus souvent vérifier s’il dit vrai, ça éviterait d’induire la population dans l’erreur.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PhilT

        10 février 2012 à 15 h 16

        J’ai écris à la ville, très poliment, pour savoir sur quels chiffres M. Labeaume avait utilisé pour affirmer ses propos. La ville m’a très promptement referrée au bureau du maire.

        Toujours pas eu de réponse.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Francis L Utilisateur de Québec Urbain

        10 février 2012 à 16 h 05

        Très bonne initiative PhilT!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • André

        10 février 2012 à 19 h 34

        Francis,

        Le quartier Saint-Jean-Baptiste à une densité totale de 6500 hab/km2. Les gens du Faubourg excluent une partie du territoire de recensement afin de sortir des données éclatantes.

        Alors que Montcalm ( secteur recensement 4210005,06 et 03 ont une densité de 7500.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Léonce Naud

        10 février 2012 à 21 h 06

        Une carte provenant de la Division de l’urbanisme du Service de l’aménagement du territoire de la Ville montre une densité brute de population (personnes par km2) de tous les quartiers de Québec lors du dernier recensement de Statistiques Canada en 2006. (Les données du recensement 2011 ne seront disponibles qu’en 2013).

        Résultats : Quartier Saint-Jean Baptiste: 13 323. Quartier Montcalm: 7891. Vieux-Québec-Cap-Blanc-Colline parlementaire : 1959. Sillery: 1938. Saint-Sacrement: 5703. Neufchâtel-Est-Lebourgneuf: 946. Val-Bélair: 307, etc, etc.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • André

        10 février 2012 à 21 h 34

        Le document du Compop çi-dessous indique pour 2001
        6528 hab/km2 pour le quartier St-Jean_Baptisteet non pour le Faubourg.

        http://www.compop.net/files/P.9-13.pdf (voir tableau 1)

        Le recensement 2006 indique 6598 hab/km2

        Le recensement de 2011 indique 6488 hab/km2

        Le chiffres que tu cite sont uniquement pour le faubourg soit secteur de recensement 4210019,14 et 18. Il manque le 4210015. La sommes des données des secteurs donne 6488 pour 2011.

        Curieux que tu dise que ces données ne seront disponible qu’en 2013 alors quelles sont actuellement disponible,

        Référence pour 2011:
        http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2011/dp-pd/prof/details/page.cfm?Lang=F&Geo1=CT&Code1=0136&Geo2=CMA&Code2=421&Data=Count&SearchText=4210019.00&SearchType=Begins&SearchPR=01&B1=All&Custom=&TABID=3

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Francis L Utilisateur de Québec Urbain

        11 février 2012 à 10 h 59

        Ce qui nous intéresse dans le cas de l’Ilôt Irving, c’est particulièrement le faubourg, puisque c’est là qu’il est situé! Est-ce que les opposants ont dit faubourg ou quartier, ça je ne sais pas. Mais il reste que le faubourg a une densité moyenne de presque 15 000 h/km2. La partie la plus dense du quartier Montcalm atteint les 11 600 h/km2 (4210006).

        Évidemment, si on inclut la colline parlementaire aux statistiques, ça change tout, étant donné que le secteur est vaste et peu habité (en comparaison au Faubourg). Mais ça ne donne pas l’image réelle des alentours de l’îlot Irving. Donc, le maire n’a peut-être pas tort, mais il joue vraiment sur les mots et des détails administratifs qui ne sont pas représentatifs du débat.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Léonce Naud

        11 février 2012 à 18 h 29

        Quand il est question de la densité de population du quartier Saint-Jean-Baptiste, tout le monde sait bien qu’il s’agit du faubourg Saint-Jean (au nord de René-Lévesque).

        Or, selon le COMPOP, le faubourg Saint-Jean comptait 14 756 résidants au kilomètre carré en 2001. Le tout s’accorde avec les données de la Ville, selon laquelle le « quartier Saint-Jean-Baptiste » (identifié comme tel sur la carte de la Division de l’urbanisme et dont les limites correspondent en gros à celles du faubourg Saint-Jean) comptait 13 323 résidants au kilomètre carré en 2006.

        L’étude socio-économique du COMPOP est claire là-dessus : « De façon globale, nous pouvons affirmer que le faubourg Saint-Jean affiche une très haute densité de population comparativement à l’ensemble du quartier Saint-Jean-Baptiste. Effectivement, lorsque nous ne considérons que le faubourg, il y a 14 756 habitantEs par km2 tandis que pour l’ensemble du quartier, il y a 6528 habitantEs par km2. Cette différence est expliquée par la grande superficie du secteur des Plaines, qui est moins densément peuplé.»

        À noter que cette intéressante monographie du quartier Saint-Jean-Baptiste mise en ligne par le COMPOP a été réalisée par…Marc Boutin et Jimena Michea.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  39. André

    10 février 2012 à 21 h 36

    4210019.00
    Québec
    (Secteur de recensement)

    Ce secteur est celui connu comme étant la paroisse selon le compop

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  40. Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

    11 février 2012 à 12 h 52

    Perso, après l’échec pour GM Développement quant à l’îlot Irving, je me demande ce que le promoteur fera avec l’îlot St-Michel, dans le même quartier. Un rappel

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  41. Luthe urbaines

    7 mars 2012 à 07 h 25

    Les notables ont fini !
    comm’i zont fait
    leux capables !
    leux sacré brouillamini
    nous rendait ben
    plus misérables :
    Ils s’en r’tournent
    la pelle au cul (bis)
    http://www.youtube.com/watch?v=lK2rxXR5CFg

    Signaler ce commentaire

     ou annuler