Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


«Québec est la ville parfaite pour le tramway», dit Richard Bergeron

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 16 décembre 2017 28 commentaires

Gabriel Béland
La Presse

L’apôtre du tramway Richard Bergeron se réjouit de voir que le maire de Québec considère sérieusement ce mode de transport pour sa ville. Il exhorte Régis Labeaume à ne pas se contenter du « pis-aller » que représente le SRB.

« Kitchener, Waterloo et Cambridge inaugurent leur système de tram au printemps. Ottawa le fera l’année prochaine. Toronto a deux réseaux de tramway différents, énumère le fondateur de Projet Montréal en entrevue à La Presse. Finalement, tout l’Ontario va y passer et nous, on va encore être à faire des SRB. On est vraiment en retard. » (…)

L’idée d’un tramway pour Québec n’est pas nouvelle. Richard Bergeron raconte que l’ancien maire Jean-Paul L’Allier l’avait fait venir dans la capitale en 2003. L’urbaniste et expert en mobilité devait s’adresser au comité exécutif pour vendre l’idée d’un tramway.

« Avant que je rentre dans la salle, M. L’Allier m’avait dit : « Vas-y Richard, un dernier petit coup de pouce, c’est tout ce qu’il manque. » C’est vous dire comment on était proches. »

Un an plus tôt, ce partisan invétéré du tramway s’était rendu à Bordeaux en compagnie du maire de Québec. « M. L’Allier allait voir le maire Alain Juppé, qui était son ami, raconte Richard Bergeron. Le tramway était en construction là-bas à l’époque. Le maire s’était engagé à ce que M. Juppé vienne, pour le 400e de Québec, en 2008, inaugurer le tramway chez lui. »

Le projet ne s’est finalement jamais réalisé. Des années plus tard, Richard Bergeron a questionné Jean-Paul L’Allier. « Il m’a répondu simplement qu’il ne voulait pas laisser une dette de 1 milliard derrière lui. »

La suite

Voir aussi : Tramway à Québec?.


28 commentaires

  1. PAM

    18 décembre 2017 à 17 h 48

    Pourquoi devrions-nous nous limiter à un tramway alors qu’un métro serait à l’abris des intempéries et d’une durée de vie de plus de 150 ans?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • urbanoïd

      18 décembre 2017 à 23 h 22

      Vous avez raison. D’autant plus que les avancées technologiques allemandes et hollandaises en forage sont très impressionnantes. il suffit que de quelques mois pour creuser les tunnels. Les murs de béton sont intallés en même temps que le forage. Commençons par le segment centre-ville, Ste-Foy.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPD

        19 décembre 2017 à 10 h 47

        Un métro, ça s’implante dans les zones urbaines les plus densément peuplées. Or, je doute qu’à Québec, l’investissement en vaudrait la chandelle. Aux heures de pointe à Montréal. Des trains contenant 800 personnes se succèdent aux 6 minutes. Pouvons-nous imaginer ne serait-ce que la moitié d’une telle affluence ici?

        À Québec, les gens des quartiers centraux marchent beaucoup, parce la majorité de leurs destinations sont justement à distance de marche. Tu peux habiter sur la 18 rue et aller travailler au Complexe G à pied. C’est comme ça Québec, et c’est merveilleux.
        À Montréal par exemple, si tu habites sur la rue Beaubien, t’as besoin du Métro pour aller travailler à la Place Ville-Marie.

        Il y a peut-être un an, j’avais, comme Francis L vient de le faire, émis l’hypothèse d’un lien par Métro entre la Rive-sud et la Rive-Nord. Un tunnel reliant l’intersection Président-Kennedy et le Centre Vidéotron n’aurait que 7 ou 8 km de long. Ce serait ça mon 3e lien, de centre-ville à centre-ville.

        Je suis persuadé qu’une telle ligne aurait beaucoup de succès. Ça permettrait aussi aux 2 villes de fonctionner en synergie. Ça aurait un effet structurant énorme pour le centre-ville de Lévis. On aurait là la chance d’encourager l’urbanité à la Jane Jacobs, c’est à dire des quartiers existants densifiés qui regrouperaient davantage de de fonctions.

        Cela amènerait de la diversité, de la qualité de vie, et une moins grande dépendance à l’automobile. Je pense à ce jeune fonctionnaire écolo qui n’est pas intéressé à s’acheter un vieux duplex trop cher à St-Roch comme premier achat. Ce dernier pourrait facilement se tourner vers le marché de Lévis sans avoir à s’acheter un véhicule pour autant.

        Québec en retirerait des avantage aussi, le centre-ville devenant du coup accessible, par le Nord et par le sud, sans voiture. Son attrait serait multiplié. Pensez aussi à l’impact sur le plan du transport des foules à l’occasion des manifestations culturelles de la ville de Québec, à commencer par le Festival d’été.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        19 décembre 2017 à 11 h 39

        @ PPD

        Excellente idée. Par contre, dans le contexte politique actuel c.-à-d. le sabordage qui a été fait par Lehouillier pouvons-nous avoir espoir que ce genre de projet aboutira?

        De plus, le représentant du « lobby  » (la radio poubelle de Québec) – qui aura permis à Lehouillier de faire un tel geste sans que ce ne soit un suicide politique – base sa position sur le TEC en prenant comme « Base Line » le montant investit par citoyen à Lévis. Prendre ça comme « Base Line » ça veut dire que l’on accepte un service anémique en TEC comme ce qu’il y à Lévis. On est très, très loin d’un investissement pour un métro.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Francis L

        19 décembre 2017 à 12 h 15

        Tant qu’à moi, ce ne serait pas le meilleur projet pour Québec. Je pense qu’un tramway à Québec seulement serait bien plus logique.

        Mais à partir de là, il faut voir qu’une acceptation populaire est nécessaire, et si ont est pour « gaspillé » 4 milliards dans plus de routes, alors il faut mettre une option de métro sur la table.

        Remarquez que ça n’aurait pas besoin d’un un métro sur tout sa longueur. Pourquoi pas un tramway sous-terrain dans la portion centre-ville/vieux-québec/st-roch et sous le fleuve, et en surface en s’étirant vers Ste-Foy et le Limoilou sur la Rive-Nord et vers Desjardins sur la Rive-Sud?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • urbanoïd

        19 décembre 2017 à 21 h 32

        Regardez la neige… la dégradation des routes… a court terme le tramway est économique mais deviendra un gouffre financier. Le métro est un solution à long terme en plus d’être un vecteur pour densifier.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. Francis L

    18 décembre 2017 à 18 h 41

    J’adorerais un métro. Mais une partie de moi souhaiterais répondre qu’on a déjà de la difficulté à faire passer un SRB, alors pourquoi brasser les cartes une inième fois en parlant de métro?

    En même temps, le métro serait peut-être plus rassembleur que le tramway. Pour une raison qui m’échappe, ont veut absolument relier Lévis avec un 3e lien. S’il devait avoir un tunnel à 4 milliards, alors aussi bien le mettre dans un métro qui pourrait desservir la majorité de la population que dans un tunnel auto-routier utile qu’à une tranche réduite d’utilisateurs.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PAM

      19 décembre 2017 à 10 h 05

      C’est d’autant plus vrai que dans un métro toutes les classes sociales se côtoient sans ségrégation, à l’image d’une véritable mosaïque urbaine!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        20 décembre 2017 à 12 h 11

        « C’est d’autant plus vrai que dans un métro toutes les classes sociales se côtoient sans ségrégation »

        Pouvez-vous élaborer? En quoi serait-ce vrai pour le métro et pas pour le SLR par exemple?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  3. PAM

    19 décembre 2017 à 16 h 07

    Un tramway souterrain uniquement au centre ville pourrait très bien faire l’affaire mais si la futur ligne passe par René-Lévesque il faudra alors que tout cette portion de tronçon soit sous-terrain et ce jusqu’à l’université Laval.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Francis L

      19 décembre 2017 à 16 h 28

      Pourquoi faudrait-il qu’un tramway soit souterrain sur toute la longueur de R-L? Seule la section de l’avenue Cartier est problématique si on refuse de retirer les quelques stationnements (ce que l’on devrait faire). Je ne vois pas d’utilité à faire en sous-terrain dans cette portion très directe.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PAM

        19 décembre 2017 à 16 h 43

        Un tramway hors terre sur René-Lévesque aura l’effet pervers de réduire la circulation automobile à néant sur cette artère sans compter le bruit causé par les rails qui occasionnera des maux aux résidents du secteur…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        19 décembre 2017 à 17 h 51

        Ça dépend du type de SLR ou tram que l’on utilise.

        Voici un exemple dans la ville de Tours en France, avec une des pires conditions c.-à-d. une courbe:

        https://www.youtube.com/watch?v=EZucPnSR4Gw

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Francis L

        19 décembre 2017 à 18 h 10

        À néant, vous exagérez. Sur la majorité de R-L il y a déjà 4 voies de circulation, dont 2 déjà réservés au transport en commun. Pour la majeur partie, rien n’empêche la coexistence. Et pour les sections plus serrés, il est encore possible de retirer des stationnements.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  4. sam

    20 décembre 2017 à 09 h 05

    La ville de Rennes en France a un metro. La ville de Lausanne en Suisse a un metro. Deux villes que l’on peut comparer à Québec. Avec l’hiver, le froid et la neige, le verglas, le vent, la pluie le metro à Québec serait beaucoup plus performant et aurait un succès certain. Est-ce qu’on préfere quelque chose de moins cher mais qui n’a pas de succès ou d’y aller pour quelque chose de plus cher mais qui répond à tous les besoins..Je me souviens du LRC (Léger, rapide, confortable) de Viarail que l’on comparait au TGV. Ou est le LRC aujourd’hui…Arretons de penser en cheap et ne faisons pas les choses à moitié comme très souvent. Ca aussi c’est appliquer une bonne gestion financière…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPD

      20 décembre 2017 à 10 h 31

      Densité de la population de Lausanne : 3330 habitants / km carré
      Densité de la population de Rennes : 4236 habitants / km carré
      Densité de la population de Québec : 1171 habitants / km carré

      Un métro, ça s’implante dans les zones à forte densification. Son succès en dépend justement. Un métro passant à travers un quartier de maisons unifamiliales (comme il y en a tant à Québec), ça ne fait pas de sens selon moi.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        20 décembre 2017 à 11 h 35

        Voici les densités de plusieurs quartiers de Québec:

        Saint-Jean Baptiste: 12 940 hab./km2
        Montcalm: 7 951 hab./km2
        Saint-Sacrement: 5 709 hab./km2
        Du Plateau: 3 861 hab./km2
        Saint-Louis: 2 292 hab./km2
        Cité-Universitaire: 2 209 hab./km2
        Sillery: 1 899 hab./km2
        Saint-Roch: 4 941 hab./km2
        Vieux-Limoilou: 5 879 hab./km2
        Maizeret: 3 257 hab./km2
        Lairet: 5 453 hab./km2
        Vieux-Bourg (Beauport): 2 250 hab./km2
        Vanier: 2 138 hab./km2
        Quartier des Jésuitses (Charlesbourg): 3 167 hab./km2

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  5. PAM

    20 décembre 2017 à 10 h 39

    Pensons à long terme et c’est ce que le métro permet de faire justement. Québec se densifie c’est un fait. On n’a qu’à regarder les cartes chronologiques de Google Earth pour s’en convaincre. Étant donné que la durée de vie d’un métro dépasse les 150 ans, ont est appelé à croire que sa rentabilité se fera tôt ou tard mais sûrement.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPD

      20 décembre 2017 à 15 h 23

      Merci Insider. C’est instructif. La densité à Saint-Jean-Baptiste est malade. Probablement l’une des plus élevée en Amérique du Nord.

      Je voudrais seulement préciser ma pensée sur le caractère inadapté d’un métro propre à Québec (actuel et futur) en prenant l’exemple de Saint-Jean-Baptiste justement. À première vue, ça prendrait un Métro là-bas, non?

      Le problème, c’est que ce quartier, comme d’autres dans la liste, occupe un petit territoire (0.67 km/carré dans ce cas-ci). La majorité du monde là-bas font à peu près tout à pied. Maintenant que je suis descendu en basse-ville, je constate le même phénomène. Beaucoup de gens vont travailler à pied ou en vélo dans les quartiers centraux de Québec.

      Dans un contexte où on a une ville qui n’a qu’un petit territoire pleinement densifié, je doute que le Métro souterrain soit la solution. Comme Francis L, je pense qu’une telle technologie prendrait davantage de sens si on s’en servait pour lier le centre-ville de Québec et le centre-ville de Lévis. Les territoires densifiés combinés des 2 rives créeraient un pool d’utilisateurs potentiels nettement plus élevé.

      Maintenant, vous allez dire que les Métrobus en haute-ville sont saturés. Bien d’accord, mais si nous faisions passer la masse de passagers de transit dans un tramway rapide passant par la basse-ville, ne désengorgerions-nous pas le système? Selon moi oui, et pour longtemps.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        20 décembre 2017 à 16 h 25

        « Je voudrais seulement préciser ma pensée sur le caractère inadapté d’un métro propre à Québec (actuel et futur) en prenant l’exemple de Saint-Jean-Baptiste justement. À première vue, ça prendrait un Métro là-bas, non? »

        Oui, en effet. En fait, je radote souvent avec l’argumentaire qu’il n’y a pas de solution miraculeuse. Ça prendra plusieurs solutions complémentaires. Il faudra que les joueurs cessent de se voir comme des concurrents pour se voir comme des partenaires d’affaire.

        « Maintenant, vous allez dire que les Métrobus en haute-ville sont saturés. Bien d’accord, mais si nous faisions passer la masse de passagers de transit dans un tramway rapide passant par la basse-ville, ne désengorgerions-nous pas le système? »

        Mon seul inconfort avec le plan Basse-Ville et la limite géographique qu’impose le cap entre la haute et la basse-ville. Ça vient un peu limiter l’effet structurant.

        Toutefois le RTC dans son plan de restructuration du réseau semble adresser le problème de congestion en haute-ville entre Saint-Roch et la Cité Universitaire et ses environs. Je ne suis pas le seul utilisateur du RTC qui préfère parfois prendre le parcours 18 pour me rendre sur la Cité Universitaire ou ses environs. À certaine heures c’est plus rapide et confortable qu’avec le Métrobus 800 ou 801. Avec une nouvelle ligne de type Métrobus et des voies réservée ça aiderait grandement à décongestionner à la Haute-Ville.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        20 décembre 2017 à 17 h 16

        Oups.

        « Mon seul inconfort avec le plan Basse-Ville est la limite géographique qu’impose le cap… »

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        20 décembre 2017 à 18 h 54

        « Le problème, c’est que ce quartier, comme d’autres dans la liste, occupe un petit territoire (0.67 km/carré dans ce cas-ci). La majorité du monde là-bas font à peu près tout à pied. Maintenant que je suis descendu en basse-ville, je constate le même phénomène. Beaucoup de gens vont travailler à pied ou en vélo dans les quartiers centraux de Québec. »

        Jan Gehl explique très bien ceci dans son livre « Pour des villes à échelle humaine »

        Un effet amusant de ce phénomène est que ça augmente la sécurité.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Carl

        22 décembre 2017 à 08 h 42

        PPD:C’est instructif. La densité à Saint-Jean-Baptiste est malade. Probablement l’une des plus élevée en Amérique du Nord.

        C’est sûr que quand on part de prémisses fausses, on arrive à des conclusions bancales.

        Manhattan: 59,1km^2, pop. 1,644M, densité, 27 826hab/km^2
        Bronx: 110km^2, pop. 1,456M, densité, 13 231hab/km^2
        Brooklyn: 180km^2, pop. 2,629M, densité 14 649hab/km^2
        Queens: 280km^2, pop. 2,333M, densité 8 854hab/km^2
        Staten Island: 152km^2, pop. 0,476M, densité 3 132hab/km^2

        L’arrondissement de Staten Island est celui dont la densité de population est la plus faible dans la ville de New York, et c’est quand même près de trois fois plus densément peuplé que la ville de Québec. C’est aussi le seul des cinq arrondissements à ne pas être desservi par le métro new-yorkais.

        L’arrondissement le plus densément peuplé de la ville de Québec, La Cité-Limoilou, fait 22,2km^2 pour une population de 0,107M d’habitants. Ce qui donne une densité de 4 861hab/km^2. La région de Québec ne présente donc pas une densité de population suffisante pour justifier la construction d’un système de transport en commun basé sur le rail de grand gabarit en souterrain.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        22 décembre 2017 à 14 h 49

        Clarifications.

        Mon objectif d’invoquer la densité des quartiers au lieu des arrondissement visait à démontrer que ça variait parfois grandement à l’intérieur d’un arrondissement.

        Devrait-on planifier un trajet ou parcours seulement en fonction de la densité d’un arrondissement ou des quartiers?

        Pour ce qui est de la conclusion ce n’est pas la mienne , en tout respect pour PPD.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • PPD

      20 décembre 2017 à 23 h 05

      « À certaine heures c’est plus rapide et confortable qu’avec le Métrobus 800 ou 801. Avec une nouvelle ligne de type Métrobus et des voies réservée ça aiderait grandement à décongestionner à la Haute-Ville. »

      Oui c’est totalement vrai. J’attend la 806 (qui fait partie de la restructuration du réseau) avec beaucoup d’intérêt. Je suis un sympathisant du tram, mais je crois encore beaucoup aux bus. Quand la RTC a dit cette semaine que le réseau a atteint son niveau de saturation, je pense que c’est une stratégie pour faire avancer le tram. C’est de bonne guerre.

      « Mon seul inconfort avec le plan Basse-Ville est la limite géographique qu’impose le cap… »

      Moi aussi ça me dérange. L’avantage de la basse ville réside beaucoup dans le fait que le nombre d’arrêts seraient réduits. Toutefois, ça ferait quand-même du bien à St-Sauveur et St-Roch, quartiers dont la revitalisation semble toujours hésitante.

      « Jan Gehl explique très bien ceci dans son livre « Pour des villes à échelle humaine » Un effet amusant de ce phénomène est que ça augmente la sécurité. »

      Madame Jacobs l’explique aussi très bien dans son livre Déclin et survie des grandes villes américaines (première partie). Mon séjour de 6 ans dans Saint-Jean-Baptiste m’a convaincu de la validité de sa théorie, pourtant vieille de 60 ans presque. C’est comme ça dans le Faubourg. Plus il y a de monde, plus il y a des yeux pour veiller sur ce qui se passe.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        21 décembre 2017 à 06 h 31

        « Quand la RTC a dit cette semaine que le réseau a atteint son niveau de saturation, je pense que c’est une stratégie pour faire avancer le tram. C’est de bonne guerre. »

        En partie stratégique politiquement parlant. Toutefois il faut admettre que malgré les nouvelles lignes de Métrobus ça devient plus difficile d’augmenter l’achalandage.

        La présentation des consultations publiques ( voir billet «
        Un projet de métro-train pour relier Québec et Lévis » ) nous laisse croire que le RTC croit aussi encore beaucoup aux autobus. De toute évidence, ils y croient à condition de faire des changements dans le réseau.

        Pour la basse ville en effet le principal avantage serait l’aspect revitalisation de Saint-Roch et Saint-Sauveur. Ce genre de projet structurant doit aussi aider des secteurs moins privilégiés.

        Merci pour la référence du livre de Mme Jacobs, un livre de plus dans ma liste de souhaits. Ça va mettre en contexte le livre de Gehl et celui de Montgomery ( « Happy City » ).

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  6. Insider

    20 décembre 2017 à 16 h 14

    Je fais à nouveau une offre. Si quelqu’un est volontaire pour publier un blogue sur le TEC structurant, la mobilité intégrée, l’innovation en TEC etc, je serais partant pour contribuer. Toutefois, avec ma vie professionnel et mon entourage je souhaite demeurer anonyme. Si ce n’étais pas le cas j’aurais déjà publié sur le sujet dans un blogue.

    Ce que je vois ici et dans les commentaires de l’article « Un projet de métro-train pour relier Québec et Lévis » me laisse croire que ce blogue serait très intéressant à lire.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler