Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Les «subtilités» budgétaires du tramway

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 décembre 2019 10 commentaires

François Bourque
Le Soleil

CHRONIQUE / Le budget du tramway est passé en douce de 3 à 3,3 milliards $ et c’est la Ville de Québec qui devra assumer la différence.

Cette contribution municipale de 300 millions $ représente 9 % du budget total.

La «subtilité budgétaire» nous avait d’abord échappé, mais le maire avait commencé à l’évoquer depuis quelques semaines.

Le vérificateur général de la Ville, Michel Samson, en donne la confirmation dans son rapport de «vigie» sur le réseau de transport structurant déposé en début de semaine.

On pourrait trouver une certaine justification à cette contribution de 300 millions $ de la Ville. Après tout, ce sont les citoyens de Québec qui vont profiter du tramway et du réseau structurant.

Cela rompt cependant avec une tradition voulant que les gouvernements dits «supérieurs» assument la totalité des coûts des grands projet d’infrastructures de transport public.

Pour ceux qui pouvaient en encore douter, on vient d’avoir une autre preuve que l’époque où l’administration Labeaume avait le gouvernement à ses pieds et pouvait tout obtenir de lui ou presque est bel et bien révolue.

J’ai compris que la Ville n’avait pas vraiment eu le choix. Lorsque le budget du tramway a dû être revu à la hausse, le gouvernement Legault a refusé d’aller au-delà du 1,8 milliard $ auquel il s’était engagé.

La Ville a accepté de fournir les 300 millions $ qui manquaient. Sans doute était-ce le prix à payer pour ne pas mettre en péril le montage financier du projet ou risquer des débats et des retards.

La même chose risque de se produire avec le «pôle d’échange de l’ouest» sous le projet du Phare. Ce pôle était déjà compliqué à concevoir et l’obligation d’y ajouter un terminus pour les autobus de Lévis risque de faire augmenter les coûts.

La Ville de Québec avait toujours compris que c’est le gouvernement qui assumerait la facture du lien interrives.

À quelques jours de son départ en congé de maternité, la ministre Geneviève Guilbault a prévenu qu’il n’était pas question pour le gouvernement de hausser sa contribution.

Le maire Labeaume a paru décontenancé par la déclaration de la ministre. Reste à voir si l’ex-bras droit du maire et nouveau ministre de la Capitale en l’absence de Mme Guilbault, Jonatan Julien, sera du même avis.

Le cas échéant, la Ville devra absorber l’excédent de coûts, essayer de refiler l’extra au promoteur du Phare, ou trouver un autre moyen pour réduire la facture du pôle d’échange.

Une des hypothèses pourrait être de relocaliser ce pôle quelques centaines de mètres plus à l’est pour le rapprocher de la route de l’Église où il y a plus d’espace. Il faudrait voir quelles économies pourraient en résulter.

La Ville a refusé jusqu’à maintenant d’envisager ce scénario, mais la perspective de devoir payer un excédent pour accueillir les autobus de Lévis l’incitera peut-être à y réfléchir.

La suite

Voir aussi : Projet - Tramway.


10 commentaires

  1. PPDaoust

    18 décembre 2019 à 09 h 06

    Les imprévus budgétaires d’un Tramway donneront du carburant aux « prophètes de malheur » dixit Insider, mais n’oublions pas ceux auxquels nous aurions fait face avec un projet entièrement souterrain.

    Au Canada, parmi les 10 projets de tramway complétés ou en cours au pays, un seul a connu un petit dépassement de coûts (6%) et quatre se sont avérés moins chers que prévu.

    Or, les derniers prolongement de ligne dans notre pays (Laval, Spadina) ont petté le budget à coup de centaines de millions.

    Ça n’a rien de scientifique mais bon, mes cerises sont canadiennes, au moins.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. michel

    18 décembre 2019 à 10 h 40

    « La ligne MetroSur (à Madrid), achevée en 2003, fait 41 km de long et compte 28 stations. Elle a coûté moins de 100 millions par kilomètres en dollars actuels. » (Le Devoir)
    Il est facile de trouver des exemples pour défendre un projet, ou en démolir un autre.
    La question qui tue : Combien vont coûter au kilomètre les deux tunnels du RSTC ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

    20 décembre 2019 à 07 h 28

    Un commentaire de BF Luc:

    La réponse qui tue:

    Parfois une simple règle de trois a ses limites.

    Vous passez sous silence certains détails comme des coûts qui augmentent en fonction du type de projet. C’est connu des initiés qui oeuvrent dans le milieu du TEC et dans les consortiums qui réalisent ce genre de projet. Mais bon ce genre de détails n’est pas important pour la chorale des oiseaux de malheur!

    Voici ce qui est avancé dans le cas du prolongement de ligne bleue du Métro de Laval pour expliquer ce que c’est un projet de plus grande envergure:

    « ENVERGURE ADDITIONNELLE

    *** 1032 millions ***
    Un budget de *** plus de 1 milliard serait nécessaire pour couvrir des coûts qui ne se sont pas présentés *** dans le cas du métro de Laval. Ces ajouts sont les suivants :

    • 350 millions pour deux stations de plus (la ligne bleue en prévoit cinq, le métro de Laval en compte trois) ;

    • 93 millions pour cinq édicules secondaires (structures d’accès) ;

    • 131 millions pour 1,4 km de tunnels de service et de structures auxiliaires ;

    • 257 millions pour les stationnements souterrains des rames du métro. Le stationnement de la ligne bleue accueillera 10 rames. Celui du métro de Laval en accueille seulement trois ;

    • 112 millions pour un centre d’attachement ;

    • 89 millions pour la relocalisation d’infrastructures souterraines sur le parcours du métro. »

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • michel

      20 décembre 2019 à 11 h 20

      Le 18 décembre à 10h40, j’ai posé la question suivante « Combien vont coûter au kilomètre les deux tunnels du RSTC ? ». Le lendemain à 18h28, j’ai fourni une réponse absurde en écrivant « À Québec, un tramway qui circule dans un tunnel = 150 M$/km, un métro qui circule dans le même tunnel = 660 M$/km ».
      Rémy Normand utilise désormais la règle de trois pour discréditer le métro à Québec. Ses comparatifs se limitent aux pires exemples de ce qui s’est fait ou est entrain de se faire ailleurs. Le monsieur a un très gros problème de crédibilité. Avant de nous sortir son 660 M$/km il y a quelques jours, il avait dit à quelques reprises qu’un métro à Québec nous coûterait environ 200 M$/km. Les partisans comme moi d’un métro ne l’ont pas oublié, tout comme ils ne sont pas prêt d’oublier que selon la firme Systra, le métro à Québec nous reviendrait entre 100 et 200 M$/km.
      Au fait, vous pouvez me dire monsieur Gobeil qui est BF Luc ? C’est Insider, n’est-ce pas ? Vous lui direz que le prolongement de la ligne bleue ne se rend pas à Laval comme il l’a écrit. L’extrait de l’article de La Presse qu’il cite est pourtant très clair là-dessus…
      Et pourquoi avez-vous repris son commentaire ce matin ? Je n’arrive pas à comprendre où vous voulez en venir. Si c’était pour me dire qu’on ne peut pas comparer les prolongements des lignes bleue et orange, figurez-vous que ça fait déjà un bon bout que je savais que la bleue allait coûter environ quatre fois plus cher au kilomètre…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

        20 décembre 2019 à 12 h 09

        BF Luc m’a écrit ceci:

        Bonjour,

        Tout d’abord je profite de l’occasion de vous souhaiter à vous et vos proches de joyeuses fêtes.

        Je me bute encore à une erreur de captcha. J’apprécierais grandement que vous m’aidiez à répondre ceci dans le billet « Les «subtilités» budgétaires du tramway »

        Merci!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • michel

        20 décembre 2019 à 12 h 27

        C’est pourtant le même commentaire que celui qu’Insider m’a régurgité plus tôt aujourd’hui sur « Tramway: Rémy Normand réplique ». Un autre de ses alter ego je suppose…
        Sur ce, j’ai eu mon quota pour la journée.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        20 décembre 2019 à 15 h 26

        Aïe, ça va faire la théorie du complot..

        Que quelqu’un veuille reprendre mon propos parce qu’il juge ou pense que c’est plus pertinent ici sans citer la source est un crime?

        Vous êtes devenu le modérateur officieux de QuebecUrbain?

        Misère!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        20 décembre 2019 à 15 h 34

        « Vous lui direz que le prolongement de la ligne bleue ne se rend pas à Laval comme il l’a écrit. L’extrait de l’article de La Presse qu’il cite est pourtant très clair là-dessus »

        Vous n’avez qu’à vous adresser à moi. Malheureusement je ne peu être disponible 24 h / 24 et 7 jours / 7 pour vous répondre.

        Encore une fois vous êtes sélectif ou péchez par omission. Le contexte de ce qui a été affirmé est important et certains principes demeure pertinents. En fonction de la distance les coût ne vont pas en diminuant. Encore une fois c’est amusant de vous voir faire la leçon aux spécialistes.

        N’ayez crainte je ne m’attend pas à ce que vous compreniez ça. ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  4. PPDaoust

    20 décembre 2019 à 09 h 15

    Voici une subtilité quant au financement du métro de Madrid…

    Tiré de l’article « Subway Lessons from Madrid » de Benjamin Villanti en 2010.

     » To raise the large amounts of money required and avoid European Union rules limiting government debt, policymakers devised a combination of public authorities and public-private partnerships. In the partnerships (used, for example, to build the light-rail lines),  »

    Ici ça devient intéressant…

     » construction companies spent their own money to fund the work and received concessions to operate the new lines, earning revenues from ticket sales and subsidies from Madrid’s transit authority. But the subsidies are based on formulas that don’t shield the companies from risk if rider demand proves less than forecast. « 

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      20 décembre 2019 à 09 h 54

      Dans les exemples au Canada il intéressant de voir quels sont les risques pour les consortiums. Les risques assumé sont-ils plus grands lors de la construction des infrastructures, l’intégration ou au passage en exploitation.

      Ça explique que ça fonctionne moins bien dans certains projets après être passé en exploitation.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *