Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


[QUIZ] Joseph-Ferdinand Peachy, un architecte influent en sept questions

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 janvier 2021 Aucun commentaire

Le Soleil.
Collaboration de la Société historique de Québec (Nicolas Lacroix)

Plusieurs architectes ont laissé leur empreinte dans la ville de Québec. Président de l’Association des architectes de la province de Québec et de la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec et membre du conseil municipal pendant 21 ans, Joseph-Ferdinand Peachy (1830-1903) est l’un d’eux.
On lui doit de nombreuses résidences, de multiples édifices commerciaux et religieux et une influence significative sur ses élèves et successeurs. La Société historique de Québec vous invite à le découvrir par l’entremise de sept de ses réalisations

L’article et le quiz

Voir aussi : Architecture urbaine, Histoire.

La folie immobilière partout au Québec… sauf à Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 janvier 2021 1 commentaire

Daniel Germain
Journal de Montréal

J’ai comme l’impression que l’actualité abuse des stéroïdes. Entre une information au sujet de la prise du Capitole et une autre sur le couvre-feu imposé aux Québécois, mon oreille a capté une donnée stupéfiante sur le marché immobilier.

Quelque part dans les Laurentides, on rapportait des hausses de quelque 50 % du prix des maisons !
Énorme ! La croissance des valeurs de l’immobilier semble sans limites. Il n’y a presque nulle part où les hausses trimestrielles des prix ne dépassent pas les 10 %. À plusieurs endroits, elles atteignent plus de 20 % ! Cette frénésie a réveillé des marchés qu’on croyait pour toujours plongés dans le coma, comme celui de Shawinigan qui a progressé de 20,4 % à la fin de l’année dernière.

Les prix explosent partout, à cette exception notable : la ville de Québec et sa voisine d’en face, Lévis. C’est franchement pépère, là-bas. Au dernier trimestre de 2020, le prix des maisons unifamiliales a monté respectivement de… 3,6 % et 3,3 %.

Ça dure depuis longtemps

Ces chiffres proviennent de la firme de recherche JLR dont la base de données est constituée des actes notariés. Il s’agit donc des prix payés, et non ceux affichés par les vendeurs. La vraie affaire, quoi.
En temps normal, des augmentations de plus de 3 % seraient qualifiées de « robustes ». Mais en comparaison de ce qu’on observe ailleurs, l’immobilier de Québec paraît amorphe.

Dans Portneuf, juste à côté, le prix des maisons a grimpé de plus de 21 % au quatrième trimestre. Dans Bellechasse, sur la Rive-Sud, on a enregistré des hausses de plus de 13 % durant la même période. Montmagny : 68 % !

Peut-être que Québec reprend son souffle, pensez-vous. Même pas ! Ce manque de vigueur se confirme trimestre après trimestre. Dans toute l’année 2020, les propriétaires de la région ont vu la valeur de leur maison s’accroître de 2,8 % par rapport à 2019.

En reculant plus loin, on constate toujours le même marasme. Le prix médian des maisons de la capitale est passé de 256 000 $ au dernier trimestre de 2015 à 285 000 $ à la fin de l’année dernière, selon la base de données de JLR. Cela représente une augmentation de 11 % en cinq ans.

Québec rattrapée par les régions

Dans la MRC de Drummondville, loin du champ d’influence de Montréal, les prix des résidences unifamiliales se sont accrus de 16,8 % au cours des trois derniers mois de 2020 seulement. Le prix médian : 230 000 $

(…)

Sur le marché des copropriétés, qui représente le tiers des transactions immobilières de la Vieille Capitale, c’est pire encore. Depuis 2015, le prix médian des unités a baissé au pays de Bonhomme, résultat de mises en chantier excessives.

Selon Joanie Fontaine, économiste chez JLR, les valeurs de l’immobilier en région rejoignent peu à peu celles de Québec. Si la tendance se maintient, mais on ne peut parier là-dessus, un citoyen de Québec qui voudrait vendre sa maison pour s’établir dans les environs de Victoriaville, Berthierville ou Valleyfield ne gagnerait pas au change.

Et dès qu’il s’approchera un peu trop de Montréal, il trouvera la bouchée difficile à avaler !
Quant aux Montréalais qui voudraient s’établir à Québec, ils feront une sacrée bonne affaire.

L’article

* Merci à un lecteur très assidu

Voir aussi : Condo, Maison, Québec La cité.

Les portraits de la densification

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 janvier 2021 Aucun commentaire

Oui dans ma cour

Nos voisinages se transforment et ce n’est pas nouveau. Ces transformations tendent à s’accélérer, pour plusieurs bonnes raisons. Partout au Québec, tous les jours, l’architecture se réinvente, de nouveaux voisins et voisines emménagent. Et ces changements peuvent être positifs pour tous.

Avec les portraits de la densification, découvrez les nouveaux voisins et leur histoire, de même que de nouveaux bâtiments habilement intégrés aux quartiers.

La suite

Voir aussi : Art de vivre en ville, Densification.

Le nouvel édifice de Lauberivière prêt à la mi-février

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 janvier 2021 Aucun commentaire

Source : Normand Provencher, Le Soleil, le 8 janvier 2021

Lauberivière, le plus important refuge pour itinérants de la capitale, prendra possession de son nouveau bâtiment le mois prochain. Actuellement dans sa dernière phase de construction, l’immeuble du quartier Saint-Roch sera terminé à temps pour la mi-février, au grand soulagement du directeur général Éric Boulay. Assis devant son téléviseur, mercredi soir, comme à peu près toute la province, M. Boulay avait surtout envie de savoir si le secteur de la construction allait être en mis en pause forcée pour un moment, ce qui aurait retardé le calendrier du déménagement. Le premier ministre Legault a finalement fait savoir qu’il allait «reporter la production de tout ce qui n’est pas essentiel».

«Je me préoccupais surtout de savoir si le chantier pouvait continuer. Dans le contexte actuel, je pense que c’était essentiel» laisse tomber M. Boulay.

Si tout va comme prévu, la direction de Lauberivière prendra possession le 16 février du nouvel immeuble situé sur la rue Xi’an, sur un terrain appartenant à la Ville, à deux pas du YMCA (ancien cinéma Place Charest).

«On aura alors les clés, mais ça va prendre quelques jours pour ‘partir’ l’édifice comme on dit. Dans la dernière semaine de février et la première de mars, ce sera le déménagement, qui devrait durer sept ou huit jours.»

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Institutionnel.

Tramway : le maire Labeaume sommé de protéger les arbres en Haute-Ville

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 janvier 2021 Aucun commentaire

Olivier Lemieux
Radio-Canada

Des citoyens des secteurs Montcalm et Sainte-Sacrement somment le maire Régis Labeaume de s’engager formellement à protéger les arbres matures le long du tracé du tramway. Les résidents l’accusent de négocier la mouture finale du réseau structurant derrière des portes closes avec le gouvernement.

On fait ça pour notre ville, s’exclame Dorys Chabot, elle-même résidente du boulevard René-Lévesque dans Saint-Sacrement. On veut la garder belle longtemps.

Celle qui s’est fait connaître du grand public l’été dernier en lançant une pétition contre l’abattage des arbres de la Haute-Ville craint de voir le dossier scellé pour de bon, alors que les négociations entre l’administration Labeaume et le ministère des Transports du Québec doivent s’activer au début de l’année.

La suite

Voir aussi : Arbres, Environnement, Projet - Tramway.

Autres billets récents