Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Québec, ville éponge

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 23 novembre 2020 Aucun commentaire

Québec, lundi 23 novembre 2020 – Le Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale lance aujourd’hui son programme Québec, ville éponge qui vise à intégrer le concept de ville éponge dans le paysage urbain pour aider la Capitale-Nationale à faire face à plusieurs problématiques d’urbanisation. En collaboration avec plusieurs partenaires variés, le programme permet de favoriser l’essor des projets d’aménagements écologiques de gestion des eaux sur le territoire.

Un programme nécessaire

« La façon dont nous concevons nos villes entraîne une imperméabilisation des sols qui cause plusieurs enjeux dont l’augmentation des îlots de chaleurs et des inondations, en plus d’impacts importants sur la qualité des cours d’eau. Puisque l’infiltration naturelle dans le sol n’est pas possible, l’eau s’accumule plus rapidement à la surface et augmente le débit des eaux de ruissellement, chargées de contaminants, qui s’acheminent directement aux cours d’eau via les systèmes d’égout. », explique Sarah Verret, chargée de projets au Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale.

Le programme Québec, ville éponge compte ramener la nature en ville et innover en matière de rétention et d’infiltration des eaux de pluie en milieu bâti en stimulant la multiplication des infrastructures vertes de gestion des eaux pluviales (fossés/noues végétalisés, bassins de biorétention, stationnements perméables, etc.). Dans le cadre du programme, un jardin de pluie permettant de gérer une partie des eaux de ruissellement d’un stationnement d’un des complexes immobiliers de l’Office municipal d’habitation de Québec (OMHQ) a été réalisé cet été. Une quarantaine d’arbres ont également été plantés sur le site. « La collaboration du CRE-Capitale-Nationale nous a permis de voir les choses différemment et d’avoir l’opportunité de mettre en place des mesures concrètes de rétention d’eau tout en augmentant le couvert végétal de l’ensemble immobilier en question. Il est évident que l’OMHQ poursuivra ses efforts pour avoir, à son échelle, un impact positif sur l’environnement et la qualité de vie des citoyens de la Ville de Québec, en s’appuyant sur des partenaires tels que le CRE-Capitale-Nationale. », soutient Candido Dias, agent de développement pour l’OMHQ.

Des partenariats essentiels

Pour réaliser ces projets d’infrastructures vertes de gestion des eaux, le CRE Capitale-Nationale agit sous 5 orientations d’actions : orienter les pratiques de gestion des eaux par le développement et la mise en œuvre d’un plan d’action stratégique de gestion des eaux pluviales et de verdissement urbain; outiller les concepteurs, gestionnaires/promoteurs immobiliers, ingénieurs, architectes et paysagistes par des formations et des outils d’aide à la décision; accompagner à titre d’expert-conseil la conception de projets-pilotes; assister, co-concevoir et construire des aménagements verts de gestion des eaux; et multiplier les innovations en matière de gestion des eaux pluviales en milieu urbain via la promotion et la création de nouveaux partenariats.

Ces orientations sont réalisées avec une variété de partenaires : Association forestière des deux rives (AF2R), AGIRO, Bureau de normalisation du Québec (BNQ), Ça Marche Doc, Centre culture et environnement Frédéric Back, Centre Intact d’adaptation au climat (Faculté de l’environnement de l’Université Waterloo), Communauté métropolitaine de Québec (CMQ), Conception Perma-Nourricière, Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO), Conseil régional de l’environnement de Montréal, Groupe A, Les Ateliers Ublo, Organisme des bassins versants de la Capitale, Organisme de bassin versant de la Yamaska, Office municipal d’habitation de Québec (OMHQ), Trudel Alliance, Réseau d’agriculture urbaine de Québec (RAUQ), Vivre en ville et la Ville de Québec.

Le programme a aussi reçu un appui important de partenaires financiers (Intact Assurance, Jour de la Terre, Programme de préparation à l’investissement du gouvernement du Canada), soit près de 500 000$ en subventions, qui permettront au CRE-Capitale-Nationale d’aller de l’avant avec ce programme, notamment par la réalisation de plusieurs projets-pilotes au cours des deux prochaines années.

« Nous sommes très fiers de porter ce projet en collaboration avec une belle diversité de partenaires. Ce programme se veut structurant; il permettra à long terme de rallier une multitude d’acteurs en vue de favoriser l’essor de l’utilisation des infrastructures vertes de gestion des eaux dans le paysage urbain. », soutient David Viens, coordonnateur de projets au CRE-Capitale-Nationale. Le CRE-Capitale-Nationale sollicite donc les acteurs concernés par les enjeux d’urbanisation résiliente (gestion des eaux, verdissement urbain, etc.) à le contacter pour favoriser une mutualisation de l’expertise dans la mise en place d’aménagements écologiques de gestion des eaux, le tout dans une perspective de réflexion plurielle sur les problématiques d’urbanisation.

Voir aussi : Environnement.

Nouvelle résidence pour religieux et laïques dans St-Sacrement – état des travaux (2)

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 22 novembre 2020 2 commentaires

Difficile de rendre justice à la dimension des travaux (à l’arrière de l’église du Très-Saint-Sacrement) étant donné l’angle des photos, mais le trou creusé pour ce projet est énorme. Nous continuerons de suivre son évolution au cours des prochains mois.

Voir aussi : Arrondissement La Cité - Haute-ville, Logement locatif ou social.

Nouveau projet au 82 Saint-Paul

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 22 novembre 2020 1 commentaire

Le 82 Saint-Paul est un projet résidentiel en cours de réalisation se trouvant sur un lot traversant du Vieux-Port de Québec dont la façade sud est marquée par la présence de l’ancien édifice Renaud. En plus d’être un témoin construit d’une époque effervescente de Québec, le bâtiment affiche une façade néo-renaissance généreusement ornementée et unique à la ville. Toutefois, la détérioration avancée et irréversible, et le très mauvais état de l’immeuble existant le voue d’ailleurs à une inévitable démolition. Désirant perpétuer la mémoire physique du bâtiment et le cachet historique, notre équipe a retenu le scénario de reconstruire une façade identique à celle de l’ancien bâtiment. Du côté opposé du lot, il a été décidé d’ériger une aile à l’architecture résolument contemporaine dont le rythme est assuré au moyen de loggias orientées de façon variée. En cœur d’îlot, une immense cour intérieure offrira lumière et verdure aux condominiums.

Source Atelier Guy Architectes

P.S. Merci à un lecteur. Est-ce que quelqu’un a passé par là et aurait des photos ? Est-ce que le tout est en réalisation ?

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Condo.

Le Grand Marché dévoile son plan de développement

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 20 novembre 2020 6 commentaires

Québec, le vendredi 20 novembre 2020 – Le Grand Marché de Québec dévoilait ce matin à ses membres son plan de développement à venir. Rédigé par Jean-Paul Desjardins, directeur général par intérim, et réalisé avec l’équipe de gestion, le conseil d’administration et les comités de travail du Grand Marché, avec la collaboration de la Coopérative des Horticulteurs de Québec, l’équipe d’Inno-Centre, Mycélium, ExpoCité, l’Université Laval, AG-Bio Centre, la Communauté métropolitaine de Québec et la Ville de Québec, dans le cadre du comité de suivi mis en place en conformité avec les modalités de l’entente, ce document expose le plan d’action du marché à court terme, soit sur les 14 prochains mois, bien que sa portée globale soit étendue sur 3 ans.

« Préparer maintenant l’avenir. Ensemble. » : loin d’être uniquement un slogan publicitaire, ces mots qui représentent la vocation du Grand Marché reflètent les ambitions de ce plan de développement, soit l’idée de fédérer l’ensemble des acteurs engagés dans le développement du marché.

À travers ce nouveau plan, Le Grand Marché souligne ses quatre principaux objectifs, soit (1) continuer de développer le sentiment d’appartenance de la population à son égard, (2) rendre plus que jamais son espace chaleureux, humain et savoureux, (3) concrétiser son rôle à titre d’attraction touristique reconnue à et au Québec et (4) accroître l’expérience client, à l’intérieur de ses murs comme sur son terrain extérieur.

Afin d’atteindre ces objectifs, la direction du Grand Marché met en lumière, dans son plan, différents axes d’intervention et indicateurs de performance concrets pour l’équipe en place, afin de répondre aux principaux enjeux auxquels elle fait face. Sous la forme d’un plan d’action détaillé, ceux-ci sont présentés clairement dans l’optique (1) d’assurer la pérennité et la rentabilité du marché, (2) d’entretenir des partenariats forts avec des acteurs clés, (3) de développer une expérience client inoubliable et (4) de favoriser l’innovation en continu.

Le plan propose également de faire évoluer la gouvernance et le modèle d’affaires actuel du Grand Marché, afin d’élargir ses horizons et d’épouser pertinemment tous les objectifs du plan de développement.

Dans le but de continuer à positionner positivement Le Grand Marché comme une référence au sein de la communauté d’affaires, le plan présenté mise également sur le renfort des partenariats commerciaux actuels du marché, sur l’intégration à de nouvelles organisations et associations parentes, ainsi que sur des développements avec les partenaires de proximité.

Tel que mentionné dans le plan, Le Grand Marché de Québec pourra profiter de l’évolution urbaine de son quartier en pleine effervescence grâce à la création d’une expérience hivernale, de l’écoquartier, du réaménagement de Fleur de Lys, et même de l’arrivée du campus universitaire tout près.

La suite

Voir aussi : Agriculture urbaine, Arrondissement La Cité-Limoilou, Commercial.

Autres billets récents