Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Un projet immobilier sur Grande Allée suscite la grogne

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 11 mai 2021 1 commentaire

Félix Morrissette-Beaulieu
Radio-Canada

Un projet immobilier prévu sur Grande Allée, à quelques pas d’un quartier résidentiel, suscite la grogne chez les résidents du secteur.

Le promoteur Immeubles Simard a récemment obtenu un changement de zonage pour le terrain de l’ancien siège social de Loto-Québec situé au 955, Grande Allée Ouest.

Selon une présentation du projet de la Ville de Québec, l’entreprise compte conserver le bâtiment actuel, qui fait partie du patrimoine moderne de la Ville, mais prévoit aussi la construction d’un immeuble de 3 à 7 étages composés de 180 unités destinées à la location.

De plus, 200 places de stationnement souterrain sont également prévues dans le projet d’environ 40 millions de dollars.

Or, le projet risque de changer complètement la dynamique du quartier, selon François Cloutier, qui réside sur l’avenue de Mérici, située juste derrière le 955, Grande Allée Ouest.

On a été déçus d’apprendre qu’il allait avoir beaucoup de logements et peu de stationnements [extérieurs]. Encore plus déçus de savoir que ce serait du locatif, laisse entendre le père de famille.

La future clientèle risque de détonner avec la vocation actuelle du quartier, selon lui. On est une rue uniquement unifamiliale. La densité urbaine c’est bien si ça l’amène le même type de bâtiment, qui est en cohérence avec ce qui est déjà construit. Ça va être en totale incohérence avec le milieu actuel, croit-il.

Selon des esquisses, le bâtiment viendra diminuer considérablement les espaces verts disponibles sur le terrain, croit M. Cloutier.

Dans le nouveau zonage, la Ville autorise une diminution de la marge avant du terrain de 30 m à 6 m de même que l’ajout d’une marge à l’axe de 40 m à partir de la Grande Allée Ouest. La hauteur maximale permise du bâtiment est augmentée à 22 m sur 75 % de la projection au sol d’une construction.

En vertu de ce règlement, les arbres et l’imposante haie de cèdres situés le long d’une rue résidentielle ont peu de chance de résister au projet, ajoute le résident.

La suite

Un billet précédent

Rencontre virtuelle entre la Ville, le promoteur et des citoyens. Mercredi soir (12 mai 2021). 19:00. Inscription obligatoire

Des illustrations du prjet dans un document en .pdf

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Logement locatif ou social.

Accès transports viables: Conférence vidéo sur le nouveau service de vélos libre-service

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 mai 2021 Aucun commentaire

Bonjour,

Accès transports viables a tenu une conférence vidéo sur le nouveau service de vélos libre-service dans la cadre de la semaine du vélo. Comme il y a avait eu des questions quand vous avez publié un article sur le sujet, je pense que lectorat de QU apprécierait probablement un article sur cette conférence qui pourra répondre à certaines questions.

Bonne fin de journée.

La conférence

* Merci à un très fidèle lecteur

Voir aussi : Vélo.

Un centre de données aux limites de Vanier ?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 9 mai 2021 4 commentaires

Source : Baptiste Ricard-Châtelain, Le Soleil, le 9 mai 2021

Un investisseur privé, Hydro-Québec et la Ville de Québec poussent pour qu’apparaisse un ample bâtiment de 5 étages, bourré de technologies de pointe, sur une vaste friche appartenant à la société d’État… Voici les infos que nous avons grappillées. Aujourd’hui, nous sommes dans le quartier Vanier. Le lot inoccupé, convoité, se trouve sur la rive ouest de l’autoroute Laurentienne. Et au nord de la voie ferrée qui longe la rue Soumande.

On aperçoit, plus loin, le centre commercial Fleur de lys et le gros amphithéâtre blanc d’ExpoCité.

Le propriétaire du terrain que nous foulons : Hydro-Québec. Son lot fait pratiquement 500 000 mètres carrés. C’est plus ou moins 5,4 millions de pieds carrés. Il y a donc de la place.

Trop de place, en fait, pour les besoins de la société d’État, explique au Soleil le conseiller en relations avec le milieu Marc-Antoine Ruest. Un morceau a donc été mis aux enchères.

Pas tout le lot. Car il y a ici des installations stratégiques pour Hydro-Québec. Sur l’affiche à l’entrée du 2, rue Samson, il est écrit que les gros transformateurs des postes Québec II ainsi que Frontenac 1 et 2 s’y trouvent.

la suite

Le site visé.

Voir aussi : Arrondissement Limoilou, Nouvel urbanisme, Technologie.

La surprenante histoire des côtes de Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 mai 2021 Aucun commentaire

Catherine Lachaussée
Radio-Canada

Bien juchée sur son cap, Québec ne manque pas de côtes pour lier sa haute et sa basse-ville. Plusieurs ont un passé étonnant. L’une d’elles a failli être transformée en centre de ski. Une autre a été construite de toutes pièces pour faire passer le tramway. Curieux d’en savoir plus?

Un cimetière en plein milieu de la côte de la Montagne

De toutes les côtes de Québec, la côte de la Montagne est de loin la plus ancienne.

Lors de la fondation de la Ville en 1608, alors que Québec n’est guère plus qu’un village, ce n’est encore qu’un sentier qui serpente entre l’Habitation de Champlain, construite près du fleuve, et le sommet de la montagne. Il permet ensuite de rallier le fort Saint-Louis, érigé sur le cap en 1620.

C’est aussi là qu’on a créé le tout premier cimetière de la ville. En 1609, on a commencé à enterrer les morts dans un petit replat, juste au milieu de la côte.

.Le cimetière a été transféré plusieurs fois, d’abord sur la rue Buade, en 1691, puis près du Séminaire. Mettons qu’il s’est pas mal promené », constate l’historien Jean-François Caron.

Mais apparemment, le cimetière de la côte de la Montagne n’avait pas été complètement vidé.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire.

Autres billets récents