Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Nouveau projet: Le Watson

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 20 octobre 2021 Aucun commentaire

Marie-Soleil Brault
Le Soleil

Si vous vous êtes demandé ce qui se construisait sur boulevard Charest Est à l’intersection Monseigneur-Gauvreau, il s’agit du projet résidentiel Le Watson. 177 unités seront construites d’ici l’été prochain.
Le promoteur immobilier Camado, en partenariat avec GSE Immobilier, est derrière le bâtiment de 12 étages qui prendra forme d’ici juillet 2022.

Des studios 3 ½, 4 ½ ou 5 ½ seront offerts et selon Mathieu Bérubé-Beaumont, directeur des opérations à GM Développement, les unités moins dispendieuses coûteront autour de 900 $, tout inclus.

Des aires communes seront ouvertes aux futurs résidents, dont un foyer, un espace de cuisine et de billard, une piscine avec un pavillon au toit, ainsi qu’un stationnement souterrain.

«L’emplacement de choix, près des transports en commun, de la piste cyclable, du Port de Québec, de la gare et en bordure du tracé du futur réseau de transport structurant sera également un atout important lorsque nous présenterons le projet aux futurs locataires», cite le communiqué de presse publié mardi.

Il est déjà possible de louer et les premiers résidents pourront s’y installer en juillet 2022.

L’article

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Logement locatif ou social.

Un projet de près de 100 M$ dans le quadrilatère de l’îlot Charlevoix

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 octobre 2021 2 commentaires

Pierre-Paul Biron
Journal de Québec

Le promoteur a présenté mardi son projet de QG Vieux-Québec, qui comprend 40 unités de logement. Un promoteur immobilier veut changer la face du secteur de l’îlot Charlevoix, terrain vacant de la côte du Palais, en transformant complètement le quadrilatère pour y créer un «district» décliné en volets résidentiel, gourmet, services, patrimonial et hôtelier, un projet de «75 M$ à 100 M$». Avec son projet, le groupe Capwood dit vouloir «consolider la vie de quartier» dans ce secteur de la ville qui est délaissé par les familles.

Selon les données du promoteur, la population du quartier «Vieux-Québec/Cap-Blanc/Colline-Parlementaire» a diminué de 13% au cours des 15 dernières années. Soixante-trois pour cent des ménages y sont composés de personnes vivant seules.

Le QG Vieux-Québec se veut donc un milieu de vie qui viendra unifier le secteur, selon le promoteur et la firme d’architectes qui l’accompagne, ABCP. «Le QG permet d’atténuer cette image négative, grâce au déploiement de nouveaux résidents; d’un projet adapté aux familles; d’une diversité de services de proximité; d’une communauté vivante et permanente [et] d’une vie de quartier s’harmonisant avec la vocation touristique», peut-on lire dans la présentation du projet faite par le promoteur.

Le projet, qui devait au départ inclure uniquement une construction sur le lot vacant de l’îlot Charlevoix, a pris de l’ampleur au cours des dernières années. On trouvera dans le quadrilatère des rues Charlevoix, de l’Hôtel-Dieu, Saint-Jean et côte du Palais un éventail de fonctionnalités comprenant un hôtel, un atrium mettant en valeur les anciennes écuries, un marché, un hall alimentaire, des soins de santé et de bien-être, un centre d’interprétation historique, des stationnements souterrains et 40 unités de condo.

Les plans redessinés prévoient un investissement de 75 M$ à 100 M$. Le groupe espère aussi que son projet aura un effet d’entraînement sur le reste du quartier, où l’on retrouve de nombreux immeubles dans lesquels les logements des deuxième et troisième étages sont abandonnés. «Le QG Vieux-Québec aura un effet d’entraînement sur ces logements abandonnés en raison de l’apport en services de proximité, la création d’un milieu de vie de qualité et aussi la possibilité d’acquérir ou de louer des stationnements», soutient le Groupe Capwood, qui s’engage également à respecter le bâti patrimonial du secteur.

Le dossier de l’îlot Charlevoix date d’il y a déjà quelques années. Le convoité terrain vacant, qui appartenait au ministère de la Santé et des Services sociaux, avait été racheté par la Ville de Québec en 2017 afin d’y développer un projet qui viendrait «redynamiser» le secteur. En mars 2018, la Ville avait lancé un appel de propositions, disant souhaiter une construction «dans un horizon de quatre ans». Le promoteur retenu, Capwood, a toutefois présenté à la Ville un projet revampé et bonifié, dévoilé aujourd’hui, ce qui a repoussé les délais. La direction indique que des travaux de décontamination ont été menés et qu’on n’attend plus que certaines autorisations gouvernementales pour commencer la construction.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Commercial, Condo, Logement locatif ou social, Patrimoine et lieux historiques.

Maison Chevalier: des opposants veulent l’annulation de la vente au Groupe immobilier Tanguay

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 octobre 2021 Aucun commentaire

Diane Tremblay
Journal de Québec

La vente de la Maison Chevalier au Groupe immobilier Tanguay continue de faire des remous puisque les opposants demandent au gouvernement d’annuler la transaction.

Dans une lettre adressée à la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, près de 200 intervenants passionnés de l’histoire et du patrimoine de Québec demandent que ce joyau reste la propriété de l’ensemble des Québécois.

«Sa vente à des intérêts privés nous surprend donc considérablement et nous déçoit», est-il écrit dans la missive.

L’ex-ministre de la Culture et des communications au Parti québécois, Agnès Maltais, a fait appel à la ministre Nathalie Roy pour «assumer ses responsabilités véritables» dans ce dossier.

«Elle doit reculer et le faire avec honneur comme l’a fait récemment le ministre de la Santé, Christian Dubé, parce qu’il s’en allait dans un mur. Elle s’enfonce dans un mur et elle est en train de brader notre patrimoine.»

La solution, selon elle, serait de céder la Maison Chevalier à la Société de développement des entreprises culturelles qui administre déjà plusieurs bâtiments de Place Royale.
«Je demande à Mme Roy d’assumer ses responsabilités de ministre de la Culture et je vais faire plus, je vais demander au Groupe Tanguay de reculer. C’est des gens qui ont une fierté qui ont toujours été associés à la ville de Québec. Aujourd’hui, ils sont en train d’affronter la ville, ça n’a aucun sens», a affirmé Mme Maltais.

Le conseiller municipal de Démocratie Québec et candidat à la mairie, Jean Rousseau, considère que la vente de ce bâtiment est inacceptable. Il a fait appel aux autres partis politiques municipaux pour se joindre à sa voix afin que la ministre revienne sur sa décision. «Je demande au Groupe Tanguay de repenser cette transaction et de se retirer. Le Groupe Tanguay est un citoyen corporatif modèle dans la grande région de Québec. Pourquoi viendrait-il entacher sa réputation en procédant à l’acquisition de ce bâtiment extraordinaire», a lancé M. Rousseau.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Commercial, Histoire, Patrimoine et lieux historiques.

Travaux sur Hochelaga : deux vues de l’arrière de Place Ste-Foy

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 octobre 2021 6 commentaires

Deux clichés que j’ai pris rapidement avant d’aller au cinéma, vendredi soir de l’élargissement du boulevard Hochelaga à l’arrière de Place Ste-Foy et de Place de la Cité..

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Transport.

Une école rasée pour faire place à un gros projet immobilier communautaire

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 octobre 2021 Aucun commentaire

Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil

Un projet immobilier d’une envergure certaine, piloté par des groupes communautaires, est en germination dans Sainte-Foy. Une ancienne école sera rasée pour faire de la place au bâtiment de 30 millions $. Un tel investissement est rare dans le milieu des organismes sans but lucratif, convient Stéphane Paradis, directeur général de la popote populaire La Baratte. «C’est un très gros projet.»

«Un projet mixte avec habitations et services communautaires est prévu sur la rue Boivin, dans l’arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge. Le site est actuellement occupé par des organismes communautaires, [un stationnement] et un jardin communautaire. Il est prévu de démolir le bâtiment actuel et d’en construire un nouveau. Le projet comprend 93 logements et 12 espaces dédiés à des organismes communautaires. La clientèle du volet habitation comprend des jeunes en difficulté et des personnes ayant un enjeu de santé mentale.» Source : Ville de Québec

Nous sommes devant l’ancienne école Saint-Thomas-d’Aquin de la rue Boivin. Sur notre gauche, à l’intersection, passe l’avenue Myrand. À droite, la rue Terrasse Laurentienne. Pas loin, il y a l’université Laval.

C’est ici qu’une poignée de groupes d’aide ont élu domicile au début des années 2000 après avoir investi un demi-million pour rénover l’immeuble qui appartenait à la Commission scolaire des Découvreurs.

Pour acquérir la propriété, ils ont fondé la coopérative La Maison des entreprises de cœur.

La suite

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Institutionnel, Logement locatif ou social.

Autres billets récents