Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Tramway sur la 1re Avenue: le seul scénario possible, estime la Ville

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er avril 2020 20 commentaires

Jean-François Néron
Le Soleil

Virages difficiles, nombreuses expropriations, augmentation du temps de parcours. Compte tenu des contraintes d’insertion dans la trame urbaine de la 3e Avenue ou du boulevard Henri-Bourassa, la Ville de Québec estime que le choix de la 1re Avenue demeure le meilleur pour y faire circuler le tramway.

C’est la réponse fournie par le Bureau de projet du réseau structurant de la Ville de Québec à l’une des 147 questions complémentaires posées en début d’année par le gouvernement du Québec dans le cadre de son processus d’études environnementales.

«Lors de la consultation publique, rappelle le ministère de l’Environnement, un citoyen a proposé de déplacer le tracé du tramway de la 1re Avenue à la 3e Avenue afin d’éviter que tout le trafic routier de la 1re Avenue converge vers les avenues parallèles à celle-ci, ce qui pourrait soulever des enjeux sur le plan de la cohabitation avec les piétons et les cyclistes et risquerait d’affecter la qualité de vie des résidents de ces avenues.

Pour une première fois, la Ville affirme clairement avoir étudié deux autres scénarios et explique pourquoi elle les rejette.

Le premier envisageait de faire circuler le tramway sur la 3e Avenue. Dans cette analyse, elle juge problématique le virage de la 3e Avenue et de la 4e rue, qui obligerait la démolition du bâtiment au nord-ouest de l’intersection. De plus, précise le document, «l’insertion de la plateforme du tramway devrait supprimer une voie de circulation, les stationnements sur rue dans les deux sens, les voies cyclables ainsi que tous les gonflements de trottoir».

Enfin, un second virage serré sur la 18e rue et un troisième pour reprendre le trajet de la 1re Avenue et poursuivre le tracé jusqu’à la 76e rue nécessiteraient d’autres expropriations, sans compter que la circulation sur la 18e rue subirait des impacts majeurs, souligne-t-on.

Le second scénario écarté est celui du boulevard Henri-Bourassa. Encore une fois, cette option, soulève la Ville, comporte de nombreuses contraintes. Après avoir emprunté la 1re Avenue du pont Drouin jusqu’à la 18e rue, le tramway devrait tourner vers l’est jusqu’à Henri-Bourassa et faire un autre virage problématique (à faible rayon) vers le nord et rouler jusqu’à la 70e rue, où il reprendrait la direction de la 1re Avenue. Cette option rendrait aussi difficile l’entrée au Centre d’exploitation et d’entretien secondaire de la 41e Rue.

En plus des contraintes techniques, qui obligent des acquisitions et des démolitions à la hauteur des deux virages, la Ville estime que ce scénario «prolonge le tracé du tramway de 1,4 km, ce qui représente une augmentation de 4 minutes de parcours entre le centre-ville et le Terminus Charlesbourg.»

Dans les deux cas, l’efficacité de la desserte n’égale pas celle de la 1re Avenue, juge la Ville. «Cet axe constituait la liaison directe entre Québec et le Trait-Carré depuis l’époque de colonisation du territoire. De ce fait, la trame urbaine des quartiers attenants s’est greffée à la 1re Avenue.»

Dernier argument en faveur du tracé de la 1re Avenue, la Ville évoque qu’une analyse socioéconomique a démontré que ce tracé «dessert des milieux plus propices à l’utilisation du transport en commun. La plupart des indicateurs (densité, marchabilité, âge, défavorisation et revenu) ont démontré qu’un tramway sur la 1re Avenue est plus avantageux du point de vue de l’équité sociale».

La suite

Voir aussi : Projet - Tramway.


20 commentaires

  1. "Le" lecteur assidu

    1er avril 2020 à 11 h 57

    ✳️ Commenter….pourquoi ❗️

    Le site de Québec Urbain est pour moi l’un des meilleurs que je connaisse.

    Beaucoup de matière, beaucoup d’intervenants, beaucoup de commentaires qui, dans la très grande majorité des cas sont bien appuyés, dans un bon français et de façon respectueuse hormis le fait qu’ils divergent quant au fond.

    Alors, qu’est-ce qui m’amène à mettre un point d’exclamation au début de l’intitulé ?

    D’un côté les carottes me semblent déjà cuites, trop cuites, par l’administration municipale en place .

    On a du poignon, plein de poignon,, constitué des deniers publics.

    On sent une excitation évidente à foncer tête baissée , à avancer assez vite pour éviter la remise en question , sur le fond , de  » notre héritage  » à venir❗️

    Simultanément, COVID-19 est maintenant rendu ici,  » à nos portes « .

    Je comprends que non seulement il va être notre  » ami  » pour un bon bout de temps et qu’ on n’est pas à la veille de le voir partir.

    À moins que nos dirigeants de quelque niveau que ce soit ne lisent les nouvelles, les analyses diverses, on peut facilement conclure que le monde ne sera plus jamais pareil.

    Comme la grande guerre 14-18 et la 2e guerre de 39-45 ont provoqué des changements profonds, de mes lectures j’en conclue qu’il en sera de même .

    Déjà c’est commencé, et logiquement ça va ne faire que s’accentuer; le télé-travail, les transactions électroniques , notamment par les vieux comme moi, la réserve pour ne pas dire la  » crainte  » d’utiliser les transports publics et la résistance accentuée à mettre au rancart nos  » chars « .

    Conséquemment, en autant que faire se peut, je soumets que pour l’intérêt général  » notre héritage  » se doit d’être remis en question , sinon par l’administration municipale en place, du moins par les paliers supérieurs provincial et fédéral.

    À défaut, alors que je serai devenu que poussière, je crains que les  » vivants de la Capitale  » ne la trouveront pas drôle.

    Pour terminer sur une note d’espoir, replanifions cette ville qui est toujours la mienne pour prioriser le transport actif sans rejeter pour autant le choix logique d’un lien sous le fleuve reliant Lévis-la Colline parlementaire-l’Université Laval-le boulevard Laurier-la zone de l’Église/Lavigerie, le tout par un métro  » léger « .

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Pierre Tremblay

    1er avril 2020 à 14 h 35

    Plein de bon sens. Vous m’avez volé les mots de la bouche. Merci de votre intervention.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Pie

    1er avril 2020 à 15 h 37

    Bonjour,

    Effectivement très bon site pour des nouvelles sur Québec!

    En aparté, est-ce que le passage en marge de la rue Pie-XII sur l’emprise de la ligne d’Hydro-Québec est confirmé par la Ville ou est-ce encore en suspend?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. R. Bouffard

    1er avril 2020 à 19 h 59

    Je ne voudrais pas avoir l’impression de pisser sur le feu, mais,

    L’administration Labeaume n’a pas compris. On continue de dilapider des millions de $$$ dans un projet en voie d’avortement. Il faut la brider. Il faut éviter qu’elle ne prenne le mors aux dents.

    L’histoire du monde est en train de changer. On est en train d’écrire un paragraphe de la Bible qui a déjà écrit sur l’histoire et les événements majeurs de société depuis le début de l’humanité.

    Les prochaines générations qui liront leur Bible dans cinquante ou cent ans apprendront que le mois de mars 2020 a été le début de changements profonds des pratiques et de l’effet négatif sur la santé des humains et de l’économie mondiale.

    L’industrie touristique sera à plat pour les prochaines années. Par exemple le désert de l’Arizona ne sera probablement pas assez grand pour héberger tous les avions qui ne seront pas en service.

    Les gouvernements seront surendettés. Les villes collecteront moins de taxes.

    Plusieurs petits commerces de la ville de Québec qui paient 20 000.00$ à 25 000.00$ en taxes municipales à chaque année, risquent de ne plus être là. Même des gros commerces à 100 000.00$ sont aussi à risque.

    Un propriétaire de Bar racontait que les 5 000 premières bières qu’il vendait en début d’année étaient pour payer les taxes municipales à Québec. Les Bars sont fermés pour combien de temps ?

    L’administration Labeaume devrait être prudente… Il y aura d’autres priorités.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Che

      2 avril 2020 à 10 h 24

      Le tramway et les autres grands projets de construction sont souvent utlisés pour relancer l’économie. Vous avez raison qu’il va y avoir des changements structurels qui vont arriver (je crois que l’industrie touristique ne sera plus la même), mais on ne peut rester dans la déprime à perpétuité. Le gouvernement a la responsabilité de relacer l’économie.

      Si le gouvernement diminue ses dépenses, il empire la situation. C’est ce qu’on a vu en 2009. L’Europe, qui a suivi une stratégie d’austérité (couper les dépenses ET hausser les impôts), et ils se sont à peine remis de cette crise. Les États-Unis ont stimulé l’économie (augmenter les dépenses et réduire les impôts) et leur économie était en bien meilleur état. Même constat pour la crise de 1929. La peur de l’endettement n’est pas, selon moi, un remède au problème que nous vivons.

      Le vrai danger pour le tramway selon moi, est que le besoin en transport (auto et TEC) diminue, car les gens ont découvert qu’ils pouvaient très bien travailler de la maison. Est-ce que ce projet va se retrouver à perdre de sa pertinence ?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • R. Bouffard

        2 avril 2020 à 10 h 54

        Effectivement, ce sera un changement des paradigmes en profondeur.

        Les habitudes de vie et de travail seront différentes. Les tours à bureau risquent de se vider.

        J’ai renouvelé mon contrat d’assurance habitation cette semaine, j’ai parlé à un agent qui était chez lui. Il m’indiquait qu’il n’y avait presque plus personne dans les bureaux.

        Les communications Internet ont déjà commencé à changer le monde depuis quelques années.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Dédé

        2 avril 2020 à 14 h 28

        L’économie peut être relancée avec autre chose qu’un tramway. Un système hospitalier efficace par exemple. Rénover les hôpitaux, en construire de nouveaux faire des stocks en vue d’une prochaine pandémie et fabriquer nous même le matériel médical.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Che

        2 avril 2020 à 16 h 16

        Commentaire sur mon commentaire :

        « Le vrai danger pour le tramway selon moi, est que le besoin en transport (auto et TEC) diminue, car les gens ont découvert qu’ils pouvaient très bien travailler de la maison. Est-ce que ce projet va se retrouver à perdre de sa pertinence ? »

        Ce commentaire s’applique tout aussi bien (probablement encore plus) au 3e lien.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  5. Insider

    2 avril 2020 à 15 h 12

    « L’économie peut être relancée avec autre chose qu’un tramway. »

    On en est où dans ces dossiers?

    Les gouvernements provincial et fédéral se sont commis pour financer ces éventuels projets? Si la réponse est non, quels seront les délais supplémentaires avant que concrètement ça relance l’économie?

    Les différents paliers de gouvernement se sont commis dans le projet Réseau Structurant qui by the way n’est pas seulement un projet de tramway. Les opposants à ce projet ont perdu la bataille. Il faudra bien avaler la pilule un jour ou l’autre.

    Dans un contexte post-pandémie où la pression sera énorme pour relancer l’économie j’espère qu’on ne vas substituer des projets qui sont planifiés depuis plusieurs années par des projets improvisés qui escamoteront les étapes de conception nécessaires si on veut avoir un projet qui sera un succès!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Dédé

      2 avril 2020 à 22 h 24

      @Insider

      «Les différents paliers de gouvernement se sont commis dans le projet Réseau Structurant»

      Ils se sont commis mais il est encore temps de reculer. Disons qu’il y a un imprévu qui va coûter extrêmement cher et ce sera sous forme d’emprunt de surcroît. Cette crise est loin, très loin d’être finie malheureusement.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        3 avril 2020 à 07 h 33

        « Ils se sont commis mais il est encore temps de reculer. »

        Donc on jette à la poubelle tout ce qui a déjà été investi? Le bureau de projet fonctionne encore à plein régime. Il vous faudra bien avaler la pilule, d’autant plus après ce qu’a dit le PM Legault.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Che

        3 avril 2020 à 08 h 21

        « Disons qu’il y a un imprévu qui va coûter extrêmement cher et ce sera sous forme d’emprunt de surcroît. »

        N’attendez pas que les gouvernements coupent dans les dépenses à court / moyen terme. Au contraire, ils vont vouloir stimuler une reprise économique.

        Couper dans les dépenses en pleine crise représente un suicide économique.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Dédé

        5 avril 2020 à 06 h 27

        @Insider

        «Il vous faudra bien avaler la pilule»

        Je n’ai aucun mal à avaler la pilule, et même les couleuvres du maire car je suis un de ceux qui va bénéficier le plus d’un tram….. euh pardon d’un réseau structurant avec un arrêt du tramway pratiquement à ma porte. C’est quand je pense à toute la collectivité que je me questionne. Désolé de ne pas penser qu’à mon petit moi.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        5 avril 2020 à 08 h 14

        « Désolé de ne pas penser qu’à mon petit moi. »

        Vous transmettrez le message à nos deux premier ministres qui ont promis d’investir grandement dans les projets d’infrastructure. Peut-être qu’ils ne pensent qu’à leur petit moi avec ces promesses. Le jupon dépasse avec l’emploi de certains mots que vous faites et je vous laisse deviner lesquels. ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  6. jeand Utilisateur de Québec Urbain

    3 avril 2020 à 15 h 04

    Attendez, il va y avoir un report général de pleins de gros projets.

    Le fédéral vient de mettre 276 MILLIARDS pour 4 mois pour pas que tout s`écroule , vite vite 276 de dépenses tout en enlevant disons 40% des revenus minimum le tout rajouté sur les 27 milliards de déficit( de mémoire donc +-) et ça c’est juste le fédéral

    Provincial, revenus viennent de disparaître, donc ça va être un gros déficit aussi

    La priorité sera de sauver ce qui existait avant et d’éviter d’être 1 million encore au chromage dans 12 mois… Le petit train du maire, cibole il va arriver loin dans les priorités quand il va voir venir son déficit dans 12 mois!

    Un restaurant de taille moyenne c’est 75000$ de taxes et il va en fermer un paquet et c’est sans compter les autres plus les droits de mutation(vache à lait depuis 2000) de la ville qui vont tomber d’une bonne coche. Et absence de touristes cet été plus le marché des croisières ne s’en relèvera pas avant longtemps.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      3 avril 2020 à 15 h 49

      « Le petit train du maire, cibole il va arriver loin dans les priorités quand il va voir venir son déficit dans 12 mois! »

      1- Vous devriez aviser nos deux PM car autant Legault que Trudeau n’ont pas compris. Les deux paliers de gouvernements on déjà annoncé qu’ils allaient injecter beaucoup d’argent dans des projets d’infrastructure. Les travailleurs qui seront impliqués dans ces projets vont être des clients des PME qui auront survécu.

      2- Le projet de réseau structurant n’est pas qu’un tramway. Encore un autre qui utilise un sophisme pour pousser son agenda politique.

      3- On a détourné beaucoup d’argent dans un fonds d’urgence. On commencera par piger là dedans. Le déficit on va oublier ça pendant un bout de temps pour presque tous les pays.

      Heureusement, en comparaison avec les autres pays de l’OCDE on se compare avantageusement.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPDaoust

        3 avril 2020 à 21 h 41

         » Heureusement, en comparaison avec les autres pays de l’OCDE on se compare avantageusement.  »

        Outrageusement, je dirais.

        On a un petit 38 millions de population avec des ressources humaines et naturelles plus qu’énormes, et des finances super saines en plus.

        Les prochaines années seront difficiles à l’échèle mondiale, mais ici nous nous en sortirons facilement.

        Small is beautiful.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        4 avril 2020 à 07 h 58

        « Small is beautiful. »

        J’espère qu’on apprendra de la leçon.

        En commençant par les petits patrons de la bécosse qui ne peuvent accepter que l’on fasse du télétravail même si le travail que l’on fait le permettrait. Certaines compagnies qui offrent des services essentiels sont assez productives tout en permettant à beaucoup de leurs employés de faire du télétravail. Personnellement, me présenter au bureau une journée ou deux par semaine me rendrait probablement plus productif. En bonus on économise beaucoup financièrement en coûts externalisés ( transport, polution, santé… ).

        Si on entre pas à nouveau dans le pattern de répéter les mêmes erreurs en souhaitant un résultat différent il y aura eu quelque chose de positif à cette pandémie.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *