Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Nouvelle application RTC Nomade paiement

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 28 mai 2020 4 commentaires

RTC Nomade paiement disponible dès le 18 juin. Vous désirez être avisé lorsque l’application sera disponible? Inscrivez-vous pour recevoir un rappel par courriel dès que l’application sera disponible dans les boutiques.

Comment utiliser RTC Nomade paiement?

Télécharger l’application RTC Nomade paiement accessible dès le 18 juin via l’application RTC Nomade temps réel (aussi disponible sur l’App Store pour les propriétaires d’un iPhone et sur Google Play Store pour ceux qui possèdent un Android).
Créer un compte-client (nom, prénom, courriel, mot de passe).
Acheter un titre de transport et payer par carte de crédit.
Activer le titre de transport avant le déplacement. À noter, le décompte de 90 minutes permettant la correspondance commence au moment de l’activation, peu importe le titre.
Présenter l’écran de cellulaire au chauffeur à la montée dans le bus. Celui-ci valide le titre visuellement (pas sur le valideur OPUS).

Un article du Journal de Québec (Jean-Luc Lavallée)

Un extrait: Les gens qui téléchargeront l’application devront créer un compte client pour acheter leurs titres et montrer leur téléphone au chauffeur qui validera le titre visuellement lors de l’embarquement. La validation avec des scanners a été jugée beaucoup trop coûteuse puisqu’il aurait fallu adapter la totalité du parc de 600 autobus.

C’est la compagnie française Paragon ID qui avait décroché, l’an dernier, le contrat de 1,4 M$ pour l’implantation de la solution de paiement mobile et son exploitation pour les cinq prochaines années, avec une option de renouvellement de deux ans.

«C’est une solution éprouvée que nous avons et qui est (utilisée) dans plus de 40 autres sociétés de transport, principalement en Europe», a précisé M. Normand, évoquant par exemple la région de Nice Métropole et celle de la Wallonie en Belgique.

À l’origine, le paiement mobile devait être implanté un an plus tôt mais le RTC avait dû reprendre son appel d’offres, faute de soumissions, et a assoupli ses «exigences administratives» sans toutefois faire de compris sur la confidentialité et la sécurité de la plateforme qui verra le jour, a assuré M. Normand.

Un article dans Mon Quartier (Suzie Genest)

Un extrait: Seules les propriétaires de téléphones intelligents pourront bénéficier de RTC Nomade paiement, dit Rémy Normand, faisant valoir que selon les données du CEFRIO, trois personnes sur quatre en possèdent un. Il reconnait néanmoins que toutes n’ont pas la même facilité à en tirer parti.

« L’application qu’on a entre les mains, c’est une application de téléphone intelligent, ça ne sert qu’à ça, ce n’est pas une offre développée pour d’autres finalités. […] Les gens, des fois, ont un téléphone intelligent et ne s’en servent pas au quart ou même au seizième de la capacité : j’en suis un exemple vivant. Mais […] l’application est très simple et très conviviale. Le tutoriel est là pour aider les gens, le service à la clientèle est là aussi pour les aider. »

Le développement de l’application par Paragon, à partir d’une solution déjà utilisée par une quarantaine de sociétés de transport, notamment en Belgique (en Wallonie) et en France (à Poitiers, Cognac, Reims, La Rochelle, Carcassonne, Cahors), a coûté 92 000 $. Un budget total de 1,4 M$, qui inclut sans s’y limiter les coûts de mises à jour et maintenance de l’application, est alloué sur cinq années (plus deux en option) à l’ensemble de cette initiative de billettique.

Voir aussi : Transport en commun.


4 commentaires

  1. paradiso Utilisateur de Québec Urbain

    29 mai 2020 à 19 h 39

    Je connais un système encore plus efficace: ça s’appelle mettre des pièces de monnaie dans la p’tite boîte.

    S’il vous manque 25 cents, il y a généralement un autre passager qui va vous le donner.

    En plus, c’est une solution écolo! Pas besoin d’appareil coûteux et désuet au bout de trois ans. Pas besoin de déployer une nouvelle génération d’antennes 5G. Pas besoin d’envoyer un signal à Montréal ou Toronto. Pas de Big Data gardé dans des centres de données pour l’éternité.

    Non mais c’est-y pas fantastique, la monnaie?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Lord Catzorz Utilisateur de Québec Urbain

      30 mai 2020 à 12 h 48

      J’ai essayé de trouvé un article, mais après quelques minutes j’ai abandonné. C’était peut-être dans un conseil municipal que je l’ai entendu.

      Bref, a prendre mon prochain commentaire à la légère, puisque je n’ai pas de preuve tangible de ce que j’avance.

      Il me semble avoir lu/entendu il y a ¿quelques? années de cela qu’il y avait des coûts non négligeable pour le RTC pour percevoir les droits de passages en argent comptant.

      Entre autre, il y a les coûts pour compter cette argent ainsi que pour payer une firme de transport sécurisé pour transporter cette monnaie.

      La part des revenus engendrée par l’argent comptant est de plus en plus faible et il deviendrait de moins en moins rentable de l’accepter.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        30 mai 2020 à 13 h 21

        Ces coûts sont compensés par le fait que notre paradiso national refuse d’obtenir l’escompte que les autres mode de paiements lui donnerait. Ainsi il contrubue généreusement à éponger le déficit qu’apporte la pandémie.

        Je vous implore donc Lord Catzorz de faire preuve d,indulgence.

        ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • paradiso Utilisateur de Québec Urbain

        30 mai 2020 à 17 h 32

        Manipuler l’argent liquide et garder celui-ci en sécurité a un coût.

        Accepter les paiements électroniques a aussi un coût (frais de transaction des intermédiaires, cybersécurité, etc.) et je constate dans l’article que le processus est beaucoup plus demandant pour le conducteur que passer une carte Opus sur un lecteur qui fait «bip» si le titre est bon et flash en rouge s’il ne l’est pas.

        Donc je ne vois pas le gain d’efficacité pour le RTC.

        Après 20 ans dans les technos, j’ai vu assez de tendances monter et redescendre… Qui fait encore des sites web en Flash? Qui utilise encore des iPod? Qu’est-il advenu des tableaux intelligents de nos chummys libéraux? En ce moment les apps sont le gros buzz, mais je suis loin d’être convaincu que ce 1,4M$ a été dépensé à bon escient.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *