Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Projet de tramway: le gouvernement attend le rapport du BAPE avant de se prononcer

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 18 août 2020 15 commentaires

Olivier Lemieux
Radio-Canada

Pas question pour le gouvernement Legault d’appuyer la nouvelle mouture du projet structurant de la Ville de Québec lors de la rentrée parlementaire, le mois prochain. La Coalition avenir Québec (CAQ) attendra plutôt le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), prévu en novembre, avant de se prononcer.

Il faut prendre le temps d’analyser les choses correctement, tranche la vice-première ministre Geneviève Guilbault.

Questionnée par les députés de l’Assemblée nationale dans le cadre de l’étude des crédits budgétaires, Geneviève Guilbault maintient que son gouvernement appuie la nécessité de doter la Capitale-Nationale d’un transport collectif structurant

L’administration Labeaume doit cependant respecter le budget prévu pour le chantier, souligne Mme Guilbault. 

« 3,3 milliards, dont 1,8 milliard d’argent public de contribuables québécois, c’est une somme énorme », a rappelé la députée de Louis-Hébert. Il faut bien administrer les fonds publics.

La semaine dernière, le directeur du bureau du projet, Daniel Genest, indiquait espérer obtenir l’autorisation du gouvernement le plus tôt possible, afin de pouvoir lancer l’appel de proposition en septembre.

Le désir de la CAQ d’attendre le rapport du BAPE avant d’aller de l’avant retarde l’échéancier de la Ville d’au moins deux mois.

La suite

Un billet précédent

Bonnardel met une « croix définitive » sur le tracé du 3e lien à l’est Audrey Paris (Radio-Canada). Un extrait: Le ministre des Transports abandonne définitivement le tracé du tunnel entre Québec et Lévis situé plus à l’est, donc près de l’île d’Orléans. Ce que je peux vous dire aujourd’hui, c’est qu’on met une croix définitive sur le tracé le plus à l’est et on se concentre présentement sur le tracé Québec-Lévis, a lancé François Bonnardel.

Le tramway en danger Karine Gagnon (Journal de Québec). Un extrait: Le gouvernement Legault montre de nombreux signes de celui qui a l’intention de larguer le projet de tramway de Québec, alors que la région y perdrait beaucoup. Lors de l’étude des crédits de la Capitale-Nationale, hier, la vice-première ministre Geneviève Guilbault a refusé de réitérer l’appui envers la nouvelle mouture du projet. Un refus qui s’avère lourd de conséquences.

Voir aussi : Projet - Tramway.


15 commentaires

  1. Amer

    18 août 2020 à 18 h 30

    Quelle hypocrisie. La CAQ utilise tous les moyens politiques à sa disposition pour freiner le projet. La desserte adéquate des banlieues est essentielle mais aucun sous de plus ne sera mis dans le projet. Après 50 ans d’étalement urbain et d’investissements aveugles dans les routes et autoroutes, je trouve scandaleux qu’une ville ne doive se battre à ce point pour financer un projet de mobilité.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • JpDuval

      18 août 2020 à 19 h 12

      On parle ici d’un cout de 1,8 milliards. On peu de prudence et attendre le rapport me semble etre une bonne idée.

      Concernant la crainte de l’étalement urbain pour y mettre un frein la desserte du tramway peut sembler etre une bonne idée. Mais est-ce le cas?
      Si la banlieue est mieux desservie pour le RTC….N’y a t-il pas un danger que l’attrait pour celle-ci soit bonifié. Se pourrait-il que ce projet puisse devenir un agent de l’étalement urbain?

      Un gars est en droit de s’interroger…..Tout comme le gouvernement!!!

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Luc

        19 août 2020 à 09 h 26

        Je pense que l’exemple des trains de banlieue de Montréal en est un bon exemple. Pour Qc, je pousserais toutefois le tramway jusqu’au nouveau stationnement incitatif de la faune. C’est grand, pas trop loin en banlieue (si on compare avec les trains de banlieue de Mtl) et ca permettrait aux automobiliste de l’emprunter justement à l’endroit ou la circulation se fait plus intense sur Laurentienne

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. Dave Johnston

    18 août 2020 à 19 h 42

    J’abonde dans le même sens que vous Amer. Je doute de la bonne foi du gouvernement dans ce cas-ci. Toutes les raisons sont bonnes pour retarder la projet et le mettre en péril. Refus de bonifier l’enveloppe budgétaire et aucun appui des députés caquistes de la région de Québec. Désolant. À ce rythme, la RMR de Québec avec ces 850 000 habitants risque d’être la seule grande agglomération au pays sans transport en commun digne de son nom. Ça risque de devenir un frein à l’attractivité des jeunes dans la capitale. Peut-on savoir qui se fait le porte-parole de tout ceux qui veulent une amélioration du transport en commun à Québec?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Luc

      19 août 2020 à 09 h 31

      Moi au contraire je vais dans le même sens que jpDuval. Il est sain que toutes les questions soient répondues. Je suis toujours un grand optimiste et peut-être que suite à ces questions, le gouvernement va peut-être se rendre compte que les choix que la vile a du faire ne font pas de sens basé sur le budget alloué.

      Lorsque Legeault a dit qu’il voulait attendre avant de se prononcer sur les coupes, je ne le voyais pas négativement. Je pense qu’il voulait prendre un peu de recul afin d’analyser si le projet est vraiment viable (transfert modal) pour prendre une décision sur son financement. Restons positif.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. « Le » lecteur assidu

    18 août 2020 à 22 h 40

    ✳️ Retour sur le passé

    ♨️ 1er dossier: L’îlot Irving

    – Un des dossiers le plus commenté sur Québec Urbain;
    – J’ai notamment souvenir d’avoir « baptisé «  ce coin de Québec de véritable verrue urbaine.
    – « Ça la» brassé, c’est le cas de le dire.
    – En bout de ligne, après maintes péripéties auxquelles je vous réfère sur le site de Québec Urbain, « on » a pu assister à l’accouchement.
    – Aujourd’hui, le bon sens, la raison, ont gagné.
    – À la « Verrue » a succédé du résidentiel et, tant les citoyens en général que les résidents du quartier, ne s’en portent que mieux.
    – Dans ce dossier, à moins d’errer, j’étais du côté du Maire, de la ville, de l’intérêt public, même si je résidais et réside toujours dans l’Arrondissement Beauport.

    ♨️ 2e dossier: Des centaines de millions pour l’hôtel-Dieu

    – Le gouvernement provincial de l’époque a décidé d’investir une somme colossale pour faire de cet hôpital le Méga hôpital de l’Est du Québec.
    – Encore une fois ce dossier va notamment faire l’objet de vifs débats notamment sur Québec Urbain.
    – Pour votre meilleure convenance je vous réfère aux archives de Québec Urbain, si tant est que ça vous intéresse.
    – Perso,je trouve ce projet totalement injustifié à cet endroit.
    – Comme d’autres je « plaide » sur Québec Urbain pour que ce projet soit «déménagé » à l’hôpital de l’Enfant-Jésus.
    – Aujourd’hui, comme vous êtes en mesure de le constater, le chantier de 2 milliards (?) est en voie de réalisation.
    – À l’évidence, l’intérêt public aura finalement gagné.

    ♨️ LA question qui tue :

    – Monsieur le maire, mon maire, je vous sais assez intelligent pour la connaître, sans tourner davantage dans la plaie, en la formulant de façon explicite, sur la place publique.

    – Tout ce que j’attends de mon maire est d’annoncer l’arrêt immédiat et sans réserve de ce «  chantier ».

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Jean François Côté

    19 août 2020 à 07 h 19

    Je crois que c’est le processus normal soit celui d’attendre le rapport du Bape . Le projet va se réaliser j’en sus convaincu mais en configuration avec le 3e lien.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

      19 août 2020 à 07 h 44

      Et une élection référendaire sur le projet en novembre 2021 ?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Luc

        19 août 2020 à 09 h 40

        Je ne pense pas qu’il faille en venir là. Dans l’état actuel des choses, ce serait suicidaire pour le projet. La cote de popularité du projet ayant tellement descendu qu’il est certain advenant un référendum que la projet ne verra pas le jour.

        Je pense plutôt qu’il faille attendre la fin du BAPE, que le gouvernement se prononce sur le financement et peut-être reverrons nous des éléments du projet original revenir. Je ne serais pas surpris suite à cela que la population va redevenir positive face au projet.

        On ne va pas en référendum si on sait d’avance qu’on le perdra. Et ca…. Labeaume le sait.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Gérald Gobeil Utilisateur de Québec Urbain

        19 août 2020 à 10 h 26

        Sans que ce soit un véritable référendum au sens de la loi, il est manifeste que les élections de novembre 2021 auront cette signification, comme le désirent d’ailleurs Québec 21 et Démocratie Québec (« C’est une sage décision. Le gouvernement est responsable et respecte l’esprit du BAPE et la possibilité qu’il puisse y avoir des améliorations. […] C’est sûr que le tramway va être au cœur des discussions de la prochaine élection [municipale en novembre 2021]. » – Jean Rousseau, conseiller municipal de Démocratie Québec) Journal de Québec

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Luc

      19 août 2020 à 09 h 35

      Je suis totalement de votre avis. je suis optimiste mais ne brulons pas les étapes. Le BAPE permettra jen suis certain de venir bonifier certains aspects du projet et de plus….. restons optimiste, le gouvernement bonifiera son offre en plus d’attacher les deux projets ensemble.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  5. Insider

    19 août 2020 à 08 h 13

    @ Géral Gobeil

    Référendaire sur le 3e lien?

    Au fédéral ils n’ont pas attendu l’élection référendaire pour monter la porte à celui qui rechignait à investir dans les projets d’infrastructure afin de faciliter la reprise économique.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • jeand Utilisateur de Québec Urbain

      21 août 2020 à 11 h 18

      Au pays des licornes et des déficits sans fin , on a remplacé un économiste par une journaliste spécialiste de la Russie à la tête des finances afin de pouvoir acheter des votes surs avec une nouvelle rallonge de la CPU. Pendant ce temps il est impossible ou presque de recruter des employés pour la relance puisqu’ils font 2000$ par mois assis sur leur steak.

      Pas facile bâtir des infrastructures alors que le Port de Montréal est en grêve et les tablettes se vident un peu partout parce que la licorne en chef a dissous le parlement afin de stopper une enquête

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  6. paradiso Utilisateur de Québec Urbain

    20 août 2020 à 12 h 28

    Personnellement, si le projet de tramway est abandonné, je remets en question mon choix d’habiter à Québec.

    Rester à tout jamais figé dans les années 1970, la médiocrité urbanistique et les embouteillages, non merci!

    Pour une personne non motorisée, les quartiers centraux – aussi jolis soient-ils – ne sont pas aussi financièrement accessibles qu’avant, et ne suffisent pas à procurer une expérience urbaine digne de ce nom.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. JpDuval

    20 août 2020 à 17 h 02

    « Pour une personne non motorisée, les quartiers centraux – aussi jolis soient-ils – ne sont pas aussi financièrement accessibles qu’avant (…) »

    Si le projet que vous défendez se réalise et permet une densification, croyez-vous que les frais d’hébergement ne seront pas à la hausse ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *