Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Jean-François Gosselin a hâte de dévoiler son projet de transport pour Québec

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 31 octobre 2020 14 commentaires

Jean-Luc Lavallée
Journal de Québec

À un an de l’élection à la mairie, Jean-François Gosselin piaffe d’impatience à l’idée de dévoiler son propre projet de transport structurant qui exclura tout tramway et risque de faire la part belle au métro.
En entrevue éditoriale avec Le Journal, hier, le chef de Québec 21 nous a confirmé que la composante tramway a totalement été évacuée du projet qu’il présentera aux électeurs de la capitale.

«Ça, c’est clair. Il n’y a pas de tramway. On l’a regardé de tous bords, tous côtés, on a regardé tout ce qui s’est fait dans le monde. Avec les particularités de Québec, avec l’hiver, il n’y a pas de tramway», lance sans détour le chef de l’opposition.

Quand on lui demande s’il mise sur un métro, il prend une pause, boit une gorgée d’eau et esquisse un large sourire. La réponse viendra «en temps et lieu», lâche-t-il. «Vous allez l’aimer, mon projet, c’est la seule chose que je peux dire.»

Au fil des ans, il dit avoir «évolué» par rapport au transport collectif. Le Jean-François Gosselin de 2017 ne jugeait pas utile que Québec se dote d’un mode de transport collectif lourd.À l’époque, il prônait essentiellement des améliorations au réseau d’autobus du RTC : de nouveaux parcours, une meilleure fréquence, l’ajout de navettes et de stationnements incitatifs.

«Je pense encore ça, sauf que ça a évolué. Après trois ans, je suis convaincu que ça prend un projet mais ça prend le bon projet. Québec est rendue là. Le financement est là aussi. Trois milliards $ pour améliorer la mobilité sur le territoire, c’est beaucoup d’argent. C’est une opportunité qu’on ne peut pas manquer.»
«En 2017, j’arrivais, j’avais besoin de mieux connaître la ville, les besoins, de mieux connaître ce qui se fait ailleurs. Je n’ai pas manqué une seule minute des consultations publiques sur le projet de tramway, j’ai écouté tout ce que les citoyens avaient à dire. Ça a fait évoluer ma vision des choses.»

La suite

Voir aussi : Projet - Tramway, Transport, Transport en commun.


14 commentaires

  1. Insider

    31 octobre 2020 à 11 h 59

    Le retour de l’utilisation des minibus en TEC? ;-)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Jeff M

    31 octobre 2020 à 15 h 00

    Des idées venant du gars qui voulait faire un parc-o-bus au centre Vidéotron, complètement du mauvais côté du trafic, j’avoue que mes attentes ne vont pas très loin. Aussi peu loin qu’un métro peut aller :p

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. “Le” lecteur assidu

    31 octobre 2020 à 16 h 55

    Je vais attendre de savoir de quoi sera faite la proposition et, après ça , je me prononcerai .

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Luc B

    1er novembre 2020 à 08 h 00

    De toute façon, le projet actuel est trop avancé pour arrêter le processus. Je pense qu’il aurait fallu qu’il présente son projet bien avant pour avoir un impact sur le projet actuel.

    S’il veut en faire un projet référendaire, ce sera encore trop tard car le projet actuel sera encore plus avancé, les appels d’offre vont avoir été donnés et certaines analyse vont être complétées.

    M. Gosselin, bel effort mais….. trop peu trop tard. Il aurait fallu vous positionner dès le début de la présentation du Projet actuel avec votre propre proposition pour pouvoir espérer faire bouger les choses au lieu de chiâler tout azimut sur les toits. Votre crédibilité est de toute façon entachée. Croyez vous que la population va donner une once de crédibilité à un projet provenant d’un anti TEC?

    Bel essai…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. Che

    1er novembre 2020 à 08 h 36

    C’est d’abord une manoeuvre électorale. Il ne veut pas aller dans les élections en n’ayant rien à proposer pour les TEC.

    Si je m’amuse à faire des prédictions : il va probablement proposer plus d’autobus et quelques voies réservées (là où ça ne dérange pas trop). Je ne serais pas surpris que de nouveaux trajets « express » soient annoncés, surtout entre les banlieues, où Gosselin pense pouvoir gagner des votes.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      1er novembre 2020 à 09 h 24

      Très « 80s » comme vision pour le TEC! ;-)

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • PPDaoust

      1er novembre 2020 à 10 h 07

      Il va proposer un métro.

      Quand Jean-Luc Lavallée du JDQ lui a posé la question à ce sujet hier, il a fait une pause, pris une gorgée d’eau et esquissé un large sourire.

      C’est aussi une idée que plusieurs de ses amis radiophoniques promeuvent auprès de leurs auditeurs depuis des mois.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Che

      2 novembre 2020 à 09 h 30

      « Il va proposer un métro. »

      J’avoue qu’il se peut qu’il ailles « all-in » populiste. Par contre, c’est une arme à double tranchant. Bien que ça peut faire l’affaire de quelques personnes qui rêvent d’un métro, je crois qu’il peut perdre la crédibilité face à la population en général, pour qui les TEC ne sont pas un enjeu majeur. En effet, il sera facile de l’attaquer sur les coûts exorbitant d’un metro, afin de faire peur à la population (qui trouve déjà que le tramway coûte cher).

      Vu que Gosselin cherche justement à avoir la crédibilité d’un maire, je n’aurais pas tendance à adopter cette stratégie.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPDaoust

        2 novembre 2020 à 12 h 08

        Je suis du même avis.

        Déjà que les partisans du métro ne jouissent pas de la plus grande crédibilité, s’y associer ne risque pas de convaincre les électeurs éclairés (bien plus nombreux que les « approximatistes » soit-dit en passant).

        À côté de Gosselin, j’ai vraiment l’impression que l’image politique de Labeaume est devenue celle de la lucidité. Quelle évolution par rapport à ses débuts.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Lord Catzorz Utilisateur de Québec Urbain

        2 novembre 2020 à 13 h 14

        Ou bien, il va y aller plus avec une approche consultative.

        – «Je m’engage a arrêter tous les développement sur le projet [qualificatifs négatifs] de Labaume»

        – «Je m’engage à démarrer une grande démarche de consultation pour trouver avec la population quelle est le meilleur projet de transport pour la ville de Québec».

        – «Je m’engage à présenter le résultat de de cette consultation comme question(s) référendaire(s) à la prochaine élection »

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Che

        2 novembre 2020 à 15 h 49

        « Ou bien, il va y aller plus avec une approche consultative. »

        C’est une possibilité intéressante, mais je ne crois pas qu’il va choisir cette voie. Encore là, je suis convaincu que ce positionnement vise principalement à lui donner une image d’un leader qui est prêt à diriger la ville.

        Le fait de proposer des consultations est la pire chose qu’on peut faire pour avoir l’air d’un leader. On a plutôt l’air d’un indécis, qui n’a pas de vision d’avenir.

        Donc au final, voici ma prédiction :

        70% de chances : proposition de bus express et mesures préférencielles
        25 % de chances : un projet impliquant une ligne de métro
        5 % de chances : des consultations

        Voilà… j’ai hâte de voir ça :-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  6. Julien

    1er novembre 2020 à 17 h 24

    je dois avouer que je suis curieux de voir sa proposition.

    À voir ses principales récriminations, sa solution devra au moins:
    Éliminer le tramway et tout rail en surface
    Rejoindre la rive Sud à l’est et à l’ouest
    Relier Revenu Québec, le centre Vidéotron et l’hôpital de l’enfant Jésus
    Rejoindre encore plus les banlieues éloignées
    Ne pas éliminer de stationnements

    J’espère juste qu’il ne nous arrivera pas à une solution basée sur des règles de 3, du genre dans le Pays X on a réussi à faire un métro à 225 millions du kilomètre, alors on va faire un métro de 10 KM en haute ville et élargir des autoroutes pour mettre des voies réservées ailleurs.

    C’est toujours le danger de faire une proposition politicienne sans étude sérieuse en arrière. À Montréal, la mairesse a été élue en promettant une ligne de métro précise dont elle avait même la couleur, et une fois étudiée plus en détails, la facture atteignait les 20 milliards de dollars. Si on fait pareil ici, on va juste se retrouver avec un autre 10 ans sans transport en commun efficace.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *