Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


À quoi ressembleront nos villes dans les prochaines années ?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 31 octobre 2017 22 commentaires

Communopolis

Dans les 20 à 30 prochaines années, on estime que les villes accueilleront 70% de la population mondiale. En marge du congrès mondial des STI (systèmes de transport intelligent), qui se tiendra à Montréal, du 29 octobre au 2 novembre, nous avons interrogé Jean-François Barsoum, Consultant délégué principal, villes intelligentes, pour IBM recherche et développement. Jean-François adore vulgariser les concepts des villes intelligentes, de l’innovation et des changements climatiques, et donne des dizaines de conférences sur ces sujets chaque année.

Quels sont les enjeux auxquels les villes devront faire face ?
Nous sommes à la croisée des chemins et notre avenir dépend de nos choix dans les 3 ou 4 prochaines années. Je vois trois tendances :

L’électrification massive du transport qui va considérablement réduire le coût d’entretien et d’utilisation des véhicules ainsi que les émissions de GES.

La venue du véhicule autonome qui est à nos portes. On parle d’environ 18 mois pour la technologie de base, et quelques années tout au plus pour que cela devienne accessible à tous… Pour que cette technologie soit utilisée à bon escient, il faut impérativement un changement des mentalités. Car étant donné que les activités à l’intérieur du véhicule seront multiples, l’on peut se demander si nous ne serons pas plus tolérants au temps de parcours. Ce qui favoriserait alors l’étalement urbain et les congestions.

L’autopartage qui serait la solution idéale pour optimiser l’utilisation de la voiture autonome. Le véhicule deviendrait un moyen comme un autre de se déplacer et plus une propriété en tant que telle. C’est une habitude que l’on doit développer dès maintenant afin de s’adapter au mieux aux scénarios évoqués ci-dessus.

Voir aussi : Transport, Transport en commun.


22 commentaires

  1. laéR

    1er novembre 2017 à 08 h 55

    À quoi ressembleront nos villes dans les prochaines années ?

    Dans la région de Québec, les gens de la côté de beaupré réclameront le complètement en autoroute du boul. Ste-Anne ainsi que l’ajout d’une voie dans chaque direction. Le tunnel amènenant quotidiennement une congestion outrageuse à la hauteur des chutes Montmorency. Les gens de boischatels réclameront un nouvel accès à la hauteur du boul. Louis 14, voulant éviter de se rendre dans le goulot du tunnel.

    Sur la rive-sud, St-Charles de Bellechasse réclame une nouvelle école secondaire, ayant eu un hausse de 25% de sa population, petit terrain beau bon pas cher attire une clientèle voulant bénéficier de l’accès au tunnel.

    Pendant ce temps, à l’ouest, la congestion s’est empiré, le pont de Québec étant fermé à la circulation en raison de sa dangerosité. Des débats sont en cours enfin de savoir si le pont doit être repeint ou reconstruit.

    Des tours à logement beau bon par cher ont poussé pas loin du IKEA du Boul. Guillaume Couture.

    Sur la rive-nord: Même éternel débat: devrait-on investir dans le transport en commun, plusieurs se posent la question. Le déclin démographique et la faible attirance des étrangers envers la région a fait diminuer la pression pour obtenir un réseau structurant.

    L’absence de prise de décision du passé fait en sorte que plusieurs quartier sont vides. On détruit les maisons pour éviter le pillage et le squattage.

    Pendant ce temps, à Halifax, on construit une 2ieme ligne de métro.
    Ottawa vient de franchir le cap des 2 millions de personnes. Le choix de l’administratif d’investir massivement dans un réseau structurant attire les communautés du monde entier, ce qui vient contrecarrer le déclin démographique.

    Montréal demande le prolongement de toutes ses lignes, on réclame la ligne verte kaki.

    À Québec: Jeff Fillion, Bouchard et cie. se bercent dans leur centre pour personnes âgés et crient victoire, Québec se fane et n’est plus que l’ombre d’elle même.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Nicolas Tremblay

      1er novembre 2017 à 13 h 02

      Plutôt pessimiste comme vision, mais quand même une possibilité quand on regarde comment ça se passe présentement.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • dae

      1er novembre 2017 à 14 h 07

      Merci pour cette vision dont certains rêvent en effet !

      J’ai adoré le « Même éternel débat: devrait-on investir dans le transport en commun, plusieurs se posent la question»

      Mais pouvez-vous mieux expliquer ce qu’il s’est passé pendant les 8 années où Gosselin était maire, avec Jeff Fillion comme conseiller au développement automobile ?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        1er novembre 2017 à 22 h 12

        « Mais pouvez-vous mieux expliquer ce qu’il s’est passé pendant les 8 années où Gosselin était maire, avec Jeff Fillion comme conseiller au développement automobile? »

        +1

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • marc guy

      1er novembre 2017 à 18 h 45

      vous oublier que toute les industries lourde qui on besoin du train pour le transport lourd démenage sur la rive sud pour le lien ferrovière avec le reste de l’amérique surtout que les autoroutes saturé son toujours congestionné de voiture electrique avec toujours une seule personne a bord

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • laéR

        2 novembre 2017 à 00 h 00

        Je ne l’ai pas oublié et je crois que vous ne comprenez pas le sens de mes propos sur QU.

        Croyez vous vraiment que c’est l’industrie lourde , les trucks pis les camions qui vont attirer des gens ici pour faire vivre tout le reste.

        N’êtes vous pas à l’affût de ce qui se passe et tous les signaux d’alarmes qui crient?

        Personne ne vient ici et on a des infrastructures à outrance qui un jours, ne serviront plus.

        Ca prend des gens qui vont être attiré.

        Ça pleut les jobs icitte.

        Les petites jobs, qui avec une auto, ne mérite pas de s’y investir pour un salaire minable.

        C’est ce qui fait le succès des grandes villes avec des TEC.

        Aujourd’hui tout est bien beau, mais je pense à l’avenir.

        Pas à mon nombril.

        Pis je suis désolé, mais vous me convainquerai jamais qu’il faut dépenser dans un tunnel pour préserver l’industrie lourde, le pétrole et tout le reste.

        Bordel!!!!! Vive un TEC combiné à l’énergie renouvelable produite ICI.

        Ça s’appelle l’hydro électricité.

        Vous comprenez maintenant?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • laéR

        2 novembre 2017 à 00 h 04

        Et si vous ne comprenez pas encore, alors voici d’autres mots:

        Rentabilisons nos milliards en depensent de barage et cessons d’enrichir à nos dépens les industries lourdes détenus par l’étranger.

        Conservons nos richesses et attirons les gens d’ailleurs à venir y contribuer, et je parle du peuple.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Che

      1er novembre 2017 à 21 h 29

      @laéR

      J’ai bien ri (ou pleuré) en vous lisant. C’est un scénario réaliste (mais pessimiste quand même).

      J’apporterais une correction à votre vision… le 3e ne sera toujours pas construit. On va en parler pour encore 20-30 ans et ce ne sera toujours pas fait.

      Et malheureusement, on ne pourra se rabattre sur les TEC, car on utilise toujours de bon vieux bus (probablement au sens littéral). Et effectivement, le pont de Québec sera délaissé car « on va avoir un 3e lien, on n’a plus besoin du pont de Québec ».

      Si on ne fait pas attention, Québec va redevenir la ville de l’immobilisme.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Insider

      2 novembre 2017 à 23 h 33

      J’écoutais cette tune de Jérôme Minière ce soir et ça m’a fait penser à votre constat:

      « égo légo

      Des illusions j’en avais un plein
      Un plein camion, des illusions
      À vrai dire il ne m’en reste
      qu’une deux ou trois
      Que je porte sur moi
      Alors j’voyage léger
      sans attaches j’m’éparpille
      En pièces détachées
      En morceaux

      J’ai l’égo Lego, le moi Ikea
      Il faut que j’me rassemble
      J’ai l’égo Lego, le moi Ikea
      Il faut que j’me rassemble
      Qu’à nouveau j’me ressemble

      Des illusions nous en avions
      Un plein avion, des illusions
      À vrai dire il n’en reste qu’une ou deux
      C’est flou que nous portons sur nous
      Alors nous voyageons léger
      sans attaches on s’éparpille
      on se disperse et on part en vrille
      En pièces détachées
      En morceaux, en morceaux

      On a l’égo Lego, le moi Ikea
      On a l’égo Lego, le moi Ikea
      Il faut qu’on s’rassemble

      À nouveau faire quelque chose ensemble
      On se rappelle on y fait allusion
      C’est juste il y avait bien un camion
      Avec dedans le bien commun à partager en toutes occasions
      Mais pour une raison qui nous échappe
      Sans qu’on y prête attention
      Il s’est échappé tout seul le camion
      Et on est resté ici comme des cons
      Sans projet commun, comme des cons

      On a l’égo Lego, le moi Ikea
      On a l’égo Lego, le moi Ikea
      comme des cons comme des cons
      On a l’égo Lego, le moi Ikea
      Il faut qu’on s’rassemble
      On a l’égo Lego, le moi Ikea
      Il faut qu’on s’rassemble
      On a l’égo Lego, le moi Ikea
      Il faut qu’on s’rassemble
      On a l’égo Lego, le moi Ikea
      Il faut qu’on s’rassemble
      À nouveau faire quelque chose ensemble »

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  2. jeand Utilisateur de Québec Urbain

    2 novembre 2017 à 11 h 07

    C’est drôle car moi je pense que la voiture autonome avec partage est la voie de l’avenir. Dans 20 ans max la voiture individuelle stationnée 95% du temps sera chose du passé.

    Pour ce qui est de la vision apocalyptique de laér, ça frise la maladie mentale du TEC dit « structurant » essentiel à la survie

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • laéR

      2 novembre 2017 à 11 h 36

      Merci pour la teneur de vos propos, on voit le niveau d’intelligence derrière votre pensée.

      Ceci dit  » voiture autonome en partage » ça ressemble pas mal à du transport en commun ou TEC.

      Et puis ça prend une structure pour mettre quelque chose d’envergure en place.

      Sérieux? Avez vous réussi vos cours de français par le passé? Des principes de logiques ça ne doit pas vous dire grand chose.

      Bien à vous.

      Signé : le débile mental.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. Che

    2 novembre 2017 à 12 h 35

    Concernant et les voitures autonomes. Il est clair que l’avènement de cette technologie va probablement réduire le besoin en stationnement dans la ville. Par contre, il n’est pas clair que ça diminue la congestion. Ça pourrait même aller dans l’autre sens.

    Le scénario pessimiste est que l’avènement de l’auto-partage (autonome) n’encourage pas l’utilisation des TEC, et que tout le monde continuent d’utiliser une voiture en solo (même si elle ne leur appartient pas). Dans ce cas, la voiture autonome, qui doit faire des kilomètres supplémentaires pour aller son passager au point de départ, va probablement contribuer à créer de la congestion.

    Le scéario optimiste est que l’autopartage force les gens à payer leur transport à la pièce, et donc à évaluer leurs options. En comparant le coût d’une auto utilisée en solo et un transport en commun (et tous les choix entre les deux), les gens vont peut être arriver à la conclusion que ça coûte cher de circuler en voiture en solo.

    Sauf qu’aujourd’hui, le coût de circuler en solo est vraiment élevé (j’inclus le coût de la voiture et de l’entretien). Et les gens font quand même le choix de payer. Donc pourquoi ça changerais dans le futur ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • laéR

      2 novembre 2017 à 13 h 46

      « Donc pourquoi ça changerais dans le futur ? »

      On est face à un paradigme à Québec.

      L’être humain le fait ailleurs. Cela peut aussi s’appliquer à Québec.

      Maintenant, à force d’en discuter, il ne se passera jamais rien.

      Et pour la voiture autonome, à ce que je sache, on est loin de la coupe aux lèvres encore.

      Donc finalement, on va attendre encore 20 ans pour se demande encore si on met quelque chose en place?

      Le débat finira jamais.

      Les exemples sont nombreux dans le monde, sommes nous si différents? Oui il y a des exceptions et des gens avec des œillères, c’est impossible de convaincre tout le monde, mais on doit se donner un objectif, et ça ne peut pas être d’attendre, de parler, de discuter, on est plus rendu là. On le fait depuis 50 ans déjà et devant cet absence de décision, on fait ce qu’on connait, agrandir les routes, patcher les ponts, s’exciter devant le dernier des Ford F150 de l’année (véhicule vendu à plus de 130 00 exemplaires chaque année) pis chialer devant la congestion.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  4. marc guy

    2 novembre 2017 à 12 h 57

    j’ ai confiance en Quebec et la réglementation pour limité avec de nouveau permit et taxes le transport autonome pour protégé les taxis et rendre tout nouvelle techno hord de prix pour protégé les syndiqués du RTC . L’état aime le contrôle et les taxes sont sa drogue dur .

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Che

      2 novembre 2017 à 14 h 04

      Dans un pays démocratique comme le nôtre, l’État c’est vous et moi.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Insider

      2 novembre 2017 à 18 h 51

      « j’ ai confiance en Quebec et la réglementation pour limité avec de nouveau permit et taxes le transport autonome pour protégé les taxis et rendre tout nouvelle techno hord de prix pour protégé les syndiqués du RTC »

      Votre objectivité quand il s’agit du RTC est légendaire sur QU! Amusant que l’on ne vous reproche pas de radoter comme on le fait pour d’autres intervenants.

      Informez-vous un peu sur la mobilité. Vous semblez partir en peur avec certaines nouvelles technologies quitte à manquer de cohérence et rejeter du revers de la main ce qui semble faire l’unanimité dans les milieux académiques.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  5. PPD

    2 novembre 2017 à 13 h 21

    Ramenons un peu de mesure s’il vous plaît.

    Le RTC poursuit son travail afin de mieux desservir la clientèle actuelle et future. Contrairement à ce que certains prétendent, il y en a déjà des investissements et des « projets structurants ».

    La RTC est développe de nouveaux parcours Métrobus. Je pense à la 806 qui va relier Limoilou à l’UL sans faire la « run de lait » en haute ville. Je pense aussi aux lignes express qui vont se rectiligniser, des stationnements incitatifs, sans oublier la mise à niveau (en cours) de notre infâme et honteux réseau d’autoroutes qui va permettre au RTC d’exploiter davantage de kilomètres de voies réservées aux heures de pointe.

    Pour le bus, à New York par exemple, il y en a encore 6500 en circulation. Le bus, malgré son déficit de confort, c’est flexible, électrifiable, moins cher et ça peut rouler vite.

    Et puis calmons-nous avec le tunnel. Aucun gouvernement ne voudra payer pour ça. C’est un leurre politique ridicule. Certains commentateurs semblent volontairement entrer dans le panneau, question s’exciter inutilement le ponpon.

    Puis Gosselin, le candidat des radios… Envisagez-vous vraiment sa victoire? Je rappelle que le supposément ultra populaire Jeff Fillion, le candidat des radios, avait obtenu 8% il me semble en 2009.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Che

      2 novembre 2017 à 14 h 32

      « Le bus, malgré son déficit de confort, c’est flexible, électrifiable, moins cher et ça peut rouler vite. »

      La bus a certainement des avantages et va continuer à être dans le paysage pour longtemps.

      Pour le coût d’opération, je crois qu’il avantage un réseau structurant. Mais des autobus demandent moins d’investissements.

      Un des avantages d’un réseau structurant (que les autobus n’auront jamais) est d’envoyer un signal clair : nous sommes une grande ville de « classe mondiale ». Je sais que c’est pas très évident à voir, mais je me mets à la place d’un décideur pour une entreprise mondiale qui cherche à faire affaire ici (je travaille pour une telle entreprise). En ne voyant pas de réseau structurant, ça envoie le signal qu’on est une petite ville, qu’on n’est pas en mesure de supporter des projets d’envergure.

      De plus, quand je vais dans d’autres grande villes comme touristes ou pour un voyage d’affaires, je cherche toujours un hotel proche du réseau de transport. Je ne regarde pas le réseau de bus sauf en cas d’obligation.

      De plus, un réseau structurant favorise le développement dans l’axe sélectionné. Ce qui explique pourquoi l’axe Charest est tant privilégié par Labeaume.

      Bref, l’objectif d’un SRB n’est pas uniquement d’offrir un transport plus efficace (j’ose dire que ce n’est même pas l’objectif principal). Il faut plus le voir comme l’aéroport. La plupart des gens n’ont pas personnellement besoin d’un aéroport de niveau international à Québec. Mais le fait d’en avoir un attire de l’activité économique en ville, ce qui génère des revenus de taxes, et ce qui bénéficie à tous.

      « Puis Gosselin, le candidat des radios… Envisagez-vous vraiment sa victoire? »

      C’est effectivement loin d’être assuré. Le plus récent sondage donne 51% à Labeaume, 22% à Gosselin. Sauf qu’il est fort probable que Québec 21 récolte des postes de conseilers en banlieue.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPD

        2 novembre 2017 à 15 h 29

        Des conseillers de banlieue marginaux, peu qualifiés et sans expérience, c’est parfait ça. :) Les districts centraux reprendront leur poids politique perdu. Voyez comme la vie est bien faite…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        2 novembre 2017 à 19 h 00

        « Un des avantages d’un réseau structurant (que les autobus n’auront jamais) est d’envoyer un signal clair : nous sommes une grande ville de « classe mondiale ». Je sais que c’est pas très évident à voir, mais je me mets à la place d’un décideur pour une entreprise mondiale qui cherche à faire affaire ici (je travaille pour une telle entreprise). En ne voyant pas de réseau structurant, ça envoie le signal qu’on est une petite ville, qu’on n’est pas en mesure de supporter des projets d’envergure. »

        Prenez-garde! Vous pourriez vous faire accuser d’être affligé par la maladie mentale. ;-)

        Sur un ton plus sérieux, c’est rafraîchissent de lire les interventions de Che, laéR et PPD suite à ce billet!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Che

        3 novembre 2017 à 17 h 19

        @PPD
        Effectivement, le fait d’avoir des élus de Québec 21 va permettre de voir ce qu’ils ont à offrir.

        De plus, je crois que la vague de populisme sur laquelle surfe Québec 21 (qui semble être une tendance dans les pays occidentaux) va éventuellement s’estomper lorsque les gens verront que les populistes n’ont pas grand chose à offrir à part du chialage et des solutions irréalistes.

        @Insider
        Merci, c’est gentil.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *