Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Mobilité durable : dépôt du rapport de consultation et des résultats du sondage

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 20 décembre 2017 36 commentaires

Québec, le 20 décembre 2017 – La Ville de Québec a rendu public aujourd’hui le rapport de la consultation menée de juin à septembre dernier sur la mobilité durable et le système structurant de transport en commun. Dans la foulée, elle a également dévoilé les résultats du sondage en ligne. Les conclusions établissent un consensus clair dans la population sur le besoin d’un système structurant de transport en commun. Ce système doit être le cœur d’une série de moyens favorisant les déplacements sur le territoire dans une perspective durable, notamment le transport actif (marche et vélo), les stationnements incitatifs, l’accessibilité universelle et autres.

« Les citoyens nous ont livré un message unanime : Québec a besoin d’un service de transport en commun moderne, confortable, fréquent et à faible coût, a souligné le maire, M. Régis Labeaume. Le constat est clair; l’importante participation à cette consultation en témoigne. La population souhaite se déplacer par une panoplie de moyens de transport, et ce, dans le respect de l’environnement. En effet, plusieurs personnes nous exhortent à tenir compte des répercussions environnementales dans nos propositions de mobilité durable. Forts des résultats de cette vaste consultation, nous élaborerons dans les prochaines semaines au sein du comité consultatif sur la mobilité durable une nouvelle proposition de système structurant de transport en commun pour Québec. Cette proposition sera soumise à la population au moment opportun. »

« Au cours de la récente consultation, les citoyens ont mentionné que le système actuel de transport en commun avait besoin d’être ajusté et bonifié, a pour sa part précisé M. Rémy Normand, membre du comité exécutif responsable des transports et du Plan de mobilité durable et président du Réseau de transport de la Capitale. Le message a été entendu. Depuis plusieurs mois, les équipes s’activent sur ce plan et l’harmonisation avec le nouveau système structurant se fera. Nous avons à cœur que ce futur système de transport soit le plus attrayant possible afin que les citoyens puissent disposer de véritables choix pour leurs déplacements quotidiens. »

Les prochaines étapes
Au cours des prochains mois, les membres du comité consultatif sur la mobilité durable poursuivront leurs réflexions et leurs échanges sur la base des éléments contenus dans le rapport et les résultats du questionnaire.

La priorité sera mise sur un réseau structurant de transport en commun. L’acceptabilité sociale, le tracé et le mode seront examinés.

Ces travaux s’harmoniseront avec les exercices de planification de la Ville ou du Réseau de transport de la Capitale (RTC), notamment :

– La planification stratégique du RTC (2018)

o Pôles d’échanges

o Transporteurs régionaux

o Liens entre les modes de transport

o Société des traversiers du Québec

o Mobilité intégrée

– Le Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Québec

– La Vision des déplacements à vélo de la Ville de Québec

D’autres sujets d’intérêts mentionnés lors de la consultation seront intégrés par la suite. Un nouveau projet de système de transport en commun structurant émanera dans les prochains mois. La population sera invitée à prendre part à la réflexion par divers moyens à être déterminés.

Le processus en chiffres
Rappelons la participation aux différentes étapes de la consultation publique sur la mobilité durable et un réseau structurant de transport en commun tenue de juin à septembre dernier.

– 650 participants aux 4 séances d’information;

– 11 038 répondants au sondage en ligne;

– 143 mémoires reçus;

– 6 séances d’auditions de mémoires pour 59 présentations;

– 312 participants aux séances de la tournée des arrondissements par le RTC sur « le nouveau réseau, vision et enjeux »;

– 413 participants au Sommet international sur la mobilité urbaine.

Le rapport complet

Le sondage en ligne

Voir aussi : Message d'intérêt public, Transport en commun.


36 commentaires

  1. Insider

    20 décembre 2017 à 16 h 55

    « Les prochaines étapes
    Au cours des prochains mois, les membres du comité consultatif sur la mobilité durable poursuivront leurs réflexions et leurs échanges sur la base des éléments contenus dans le rapport et les résultats du questionnaire.

    La priorité sera mise sur un réseau structurant de transport en commun. L’acceptabilité sociale, le tracé et le mode seront examinés.

    Ces travaux s’harmoniseront avec les exercices de planification de la Ville ou du Réseau de transport de la Capitale (RTC), notamment :

    – La planification stratégique du RTC (2018)

    o Pôles d’échanges

    o Transporteurs régionaux

    o Liens entre les modes de transport

    o Société des traversiers du Québec

    o Mobilité intégrée

    – Le Schéma d’aménagement et de développement de l’agglomération de Québec

    – La Vision des déplacements à vélo de la Ville de Québec »

    Un cadeau de Noël ou un message d’espoir pour celles, et ceux qui ont à coeur le TEC et les transports actifs?

    Le PLQ, la CAQ et le PQ vont-ils prendre recevoir le message. Pour ce qui est de notre merveilleux Jeff et nos universitaires qui sévissent à Québec (incluant Claude Bernatchez) j’ai lancé la serviette depuis longtemps. L’extrait de l’échange a 7h37 ce matin entre Claude Bertnatchez et Alexandre Turgeon, directeur général du Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale était exaspérant! Quel con ce Bernatchez, soit beau mon Claude!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Francis L

      21 décembre 2017 à 11 h 25

      Je ne comprend pas votre commentaire sur Bernatchez. Bien sûr, il doit faire un show car il est en compétition avec les radios poubelles. Mais il laisse la parole aux intervenants et il cite les études. Les questions qu’ils posent sont les questions que les radios poubelles vont réutiliser pour attaque un futur plan, et il faut que les intervenants puissent y répondre pour être capable de désamorcer les peurs non fondées.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        21 décembre 2017 à 11 h 55

        Uno,

        Il démontre qu’il n’est pas préparé.

        Secundo,

        Ça fait plusieurs fois que l’on peu sentir dans le ton de l’intervenant qu’il y a exaspération.

        Tertio,

        Si il est digne de travailler à Radio-Canada il ne devrait pas se concentrer seulement sur « les questions que les radios poubelles vont réutiliser pour attaque un futur plan ».

        La rigueur qu’il y avait à Radio-Canada du temps de Lamarche me manque grandement.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        21 décembre 2017 à 12 h 08

        Pour être un peu plus précis dans ma critique de Brenatchez, il n’a pas le talent que d’autres à Radio-Canada (la plupart qui travaillent pour le téléjounal ou au service des nouvelles) pour avoir des questions plus ouvertes et obtenir les pours et les contres d’un expert.

        Je parle par expérience car J’ai déjà été en entrevue pour un reportage destiné au téléjournal.

        Si quelqu’un du service des nouvelles fait une nouvelle demande ma réponse sera oui. Pour Lachaussée ce serait oui aussi. Pour Bernatchez, ma réponse serait un non catégorique.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Francis L

        21 décembre 2017 à 12 h 32

        Sur ce sujet, on se rejoindra pas j’ai bien l’impression.

        Le ton d’exaspération d’Alexandre Turgeon, je l’ai entendu aussi, mais dès le début. Et je ne vois pas comment ça peut aider à faire passer ses idées d’utiliser ce genre de ton.

        Et je ne comprend pas pourquoi vous aimeriez que l’on esquive les questions que nous savons qui viendront plus tard. Même ici, sur QU, elles reviennent souvent, et il faut apprendre à les déconstruire pour avancer.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        21 décembre 2017 à 12 h 47

        « Et je ne comprend pas pourquoi vous aimeriez que l’on esquive les questions que nous savons qui viendront plus tard. »

        Il ne devrait pas se concentrer **** seulement **** sur « les questions que les radios poubelles vont réutiliser pour attaquer un futur plan ».

        Je ne demande pas d’esquiver ces questions. À la limite je ne lui demande d’avoir l’habilité que d’autres ont. Il devait au moins avoir le « fairplay » d’ouvrir la porte pour que la personne en entrevue puisse aussi passer son message de façon plus positive. Bernatchez comme d’autres devrait parfois écouter au lieu d’interrompre la personne qui est entrevue. Anyway cette émission à troquer de la rigueur pour du divertissement. Pas la place pour faire une entrevue de fond. Ironiquement aux services des nouvelles avec parfois bien oins de temps ils ont le talent d’aborder certains points qui nous mettront sur une bonne piste pour approfondir le sujet. Par contre ça demande beaucoup de travail pour un reportage d’une minute. Probablement plus de 3 heures.

        Puis-je être plus clair?

        M. Turgeon n’est pas le seul. Il est le dernier d’une trop longue série d’intervenants qui démontre des signes d’exaspération. Bernatchez devrait en avoir pris bonne note depuis fort longtemps.

        On va devoir s’entendre pour ne pas être d’accord sur ce sujet en effet…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        21 décembre 2017 à 12 h 49

        « Bernatchez comme d’autres devrait parfois écouter au lieu d’interrompre la personne qui est en entrevue. »

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. urbanoïd

    21 décembre 2017 à 07 h 02

    Le sondage était biaisé. On peut le mettre aux ordures.
    Les choix prédéfinis ne permettaient pas de répondre honnêtement.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Jocelyn Boily

    21 décembre 2017 à 07 h 27

    21 décembre 2017

    Aveu d’incompétence

    Le directeur général du réseau de transport de la capitale Alain Mercier avoue son incompétence en déclarant que les autobus ne suffisent plus à la tâche sur les grands artères lors des heures de pointes. Il ose même mentionner que ce sont les autobus qui causent la congestion et nuisent à la circulation automobile.

    Cette déclaration arrive juste à point car le maire vient de changer la donne en vantant un transport structurant impliquant la construction d’un tramway. Quel changement de cap lui qui y était farouchement opposé lors de la dernière campagne électorale.
    Comment l’installation de voies pour y faire circuler un tramway va diminuer la congestion car ce sera sur les mêmes artères ou circulent les autobus rapides 800 et 801? Le déneigement de ces voies sera d’autant plus difficile que l’est actuellement le déneigement des voies réservées.

    Avant d’investir des centaines de millions de dollars dans un nouveau système de transport en commun il faut préserver le transport actuel et investir sur des améliorations afin de desservir adéquatement les milliers d’usagers qui le fréquentent. En effet après plusieurs années de restructuration et de brasse camarade, le réseau de transport en commun desservant la grande région de Québec est enfin stabilisé et connaît une hausse importante de sa clientèle.

    L’amélioration du système actuel devrait passer par l’ajout de nouveaux parcours métro bus nord-sud et est-ouest, ajout de nouvelles voies réservées et adopter un meilleur contrôle de ces voies, augmenter le nombre d’autobus articulés afin d’offrir un meilleur
    service aux citoyens.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • frlag

      21 décembre 2017 à 16 h 30

       »Comment l’installation de voies pour y faire circuler un tramway va diminuer la congestion car ce sera sur les mêmes artères ou circulent les autobus rapides 800 et 801? »

      Premièrement, s’il y a un tramway, il remplacera les autobus 800 et 801. Ceux-ci ne seront donc plus dans le traffic. Le tramway aura sa propore voie réservé et priorité sur les automobiles à tous les niveaux.
      Deuxièmement, un tramway peut acceuillir 300 passager contre 150 pour un SRB et 115 pour un autobus bi-articulé (métrobus).

      Cela répond à votre question?

      Pour votre point concernant les millions, je dois dire que cette question m’exaspère au plus au point. L’argent viendra de tous les contribuables canadiens et québécois. Nous payons tous pour les réseau de transport en commun de toutes les villes canadiennes. Il est bien temps que nous ayons notre juste part non?

      À l’exception de Jeff Gosselin, je crois que tout le monde peut aisément comprendre ces deux concepts.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        21 décembre 2017 à 18 h 31

        Vous êtes plus indulgents que moi, quand j’ai lu ceci,

        « connaît une *** hausse importante *** de sa clientèle »

        j’ai perdu toute motivation à répondre à ses questions.

        Je suis pour le transport en commun, mais de là à prétendre des faussetés qui sont vérifiables facilement avec des chiffres publiés dans un rapport annuel il y a toujours bien une limite à ne pas dépasser.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  4. Insider

    21 décembre 2017 à 07 h 42

    « Avant d’investir des centaines de millions de dollars dans un nouveau système de transport en commun il faut préserver le transport actuel et investir sur des améliorations afin de desservir adéquatement les milliers d’usagers qui le fréquentent. En effet après plusieurs années de restructuration et de brasse camarade, le réseau de transport en commun desservant la grande région de Québec est enfin stabilisé et connaît une hausse importante de sa clientèle. »

    On fait la leçon et par la suite on écrit de tel âneries?

    Vous confondez plein de concepts. À part vous ridiculiser vous n’avez pas accompli grand chose.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • nietnietniet

      21 décembre 2017 à 16 h 19

      @Insider

      Est-il possible d’être un peu moins méprisant envers les gens qui interviennent ici ?

      Merci.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        21 décembre 2017 à 18 h 24

        Pas de problème si l’auteur ne fait pas de même en écrivant quelque chose comme ceci:

        « Aveu d’incompétence

        Le directeur général du réseau de transport de la capitale Alain Mercier avoue son incompétence »

        Si vous exigez autant de M. Boily, pas de problème. Selon vous, l’incompétent a combien de dizaines d’année dans le domaine du TEC?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        21 décembre 2017 à 18 h 26

        … a combien de dizaines d’années d’expérience dans le domaine du TEC?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        25 décembre 2017 à 10 h 08

        En passant, M. Boily sur son blogue fait la démonstration que le concept de droits d’auteur peut être violé à répétition. S’il est vraiment ingénieur, sa formation pour respecter son code déontologique devrait lui avoir fait comprendre que ce n’est pas une bonne idée d’agir de la sorte.

        Il devait donc faire preuve de retenue envers quelqu’un qui obtient la reconnaissance d’un grand nombre de ses pairs dans son milieu professionnel.

        Quand on utilise son titre d’ingénieur pour commenter publiquement il faut peut-être s’attendre à avoir des nouvelles de l’Ordre si on étire l’élastique un peu trop légalement parlant.

        10 + 1 = 11

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  5. jeand Utilisateur de Québec Urbain

    21 décembre 2017 à 10 h 04

    Tout ce que je lis ici et ailleurs depuis des années me confirme que la seule vraie solution structurante à long terme(très long terme même) est un métro.
    On commence par une grande ligne ouest-est qui partirait autour du ministère du revenu jusqu’à la colline parlementaire et qui pourrait se prolonger jusqu’à Beauport.Une ligne nord-sud et oui Lévis doit être connectée.

    Des dizaines de milliards sont investis à Montréal(Turcot, Pont Champlain,REM,ligne rose, ligne bleue et j’en passe), il serait temps que Québec ait sa part et à long terme.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Sebastien

      21 décembre 2017 à 12 h 21

      J’ajouterais même que, la ligne de la Confédération à Ottawa qui sera inaugurée en 2018 traverse le centre-ville en souterrain, soit sur une longueur de 2,75km. Cette distance à Québec permettrait de traversée Moncalm et La Colline Parlementaire en sous-terrain…. Donc, trop cher pour NOUS, mais on paie celui des AUTRES? C’est un non-sens total!

      Pour ce qui est de la connexion jusqu’au Ministère du Revenu, qui s’avèrerait être une station morte à l’exception de l’arriver et du départ des fonctionnaires, j’opterais pour bifurquer vers le Nord via l’emprise d’hydro d’une largeur de 90m jusqu’au secteur IKA afin de capter les automobilistes qui arrivent de l’Ouest (stationnement incitatif), en plus de faire de ce secteur un véritable TOD, au lieu d’un no-man land. Le ministère du Revenu pourra instaurer un système de navettes (distance de 1km) durant les heures d’arrivées et de départs de ses employés.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Luc

        21 décembre 2017 à 21 h 30

        Je vous lis et j’ai tellement l’impression que nos idées se rejoignent.

        Ma proposition que vous trouverez a ce lien:

        http://forum.skyscraperpage.com/showthread.php?t=230663

        passe justement par le secteur Ikéa et le revenu.

        L’épine dorsale je la voie comme un métro de la colline parlementaire jusqu’au phare.

        Et oui, Lévis fait partie de l’équation. Si vous aimez ma proposition sur le lien plus haut, faites du bruit.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Carl

        21 décembre 2017 à 21 h 50

        Personne ne dit qu’enfouir un ligne de train léger entre Des Érables / Cartier / Salaberry et le pied de la Côte d’Abraham (mettons) serait trop cher, parce que personne en position d’autorité – et certainement pas Badabeaume Premier – n’a jamais voulu considérer que ça pourrait faire partie d’une solution. Alors personne n’a aucune idée de combien cela peut coûter. Mais à priori il n’y a strictement rien qui puisse laisser penser que Québec, encore une fois convaincue de son statut très unique et particulier, ne recevrait pas sa part des investissements des gouvernements supérieurs voués aux infrastructures de transport collectif.

        Quant à construire un métro à Québec… cela ne fait aucun sens à sa face même, mais ça permet de se poser en défenseur acharné des TEC tout en proposant des solutions parfaitement irréalistes et farfelues.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Luc

        22 décembre 2017 à 07 h 39

        Ouf vous êtes dur envers le transport en commun pour Québec.

        L’épine dorsale mérite qu’on s’y arrête.

        Ce corridor qui représente l’axe le plus important de déplacement est déjà saturé. SI on y ajoute un moyen de transport efficace et confortable, l’achalandage va augmenter. de plus, l’axe Laurier n’en n’est encore qu’à ses début en terme de développement. Imaginez que le projet le phare c’est l’équivalent d’une fois et demi la taille du complexe Desjardins de Montréal.

        Faut il vraiment attendre que ce projet et d’autres créer un enfer sur cette artère?

        Non je vous le dis, le temps qu’on mette en place ce réseau, le boul. Laurier aura déjà changé et il ne faudrait pas attendre trop longtemps. Il est temps qu’on offre de belles alternatives modernes et qu’on s’ouvre aussi sur l’intermodalité.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • sebastien

        22 décembre 2017 à 12 h 26

        Luc,

        Est-ce bien le plan de Ozzy?

        Pour ce qui est de la desserte de Lévis. Pour ma part, pour les décennies à venir.
        Étape 1, bonifier les parcours Lévisiens, qui sont encore à l’étape de développement (on brûlait des étapes avec le SRB), et connexion à un pôle d’échange du TLR de Québec, côté Québec, afin d’éviter de créer une brisure dans la ligne principale de Québec.
        Étape 2, un train de banlieue qui utilise le corridor de la 20 pour desservir les banlieues de Lévis, soit de St-Apollinaire (voir Laurier Station) à la Route Lallemand.
        Étape 3, ouverture d’un lien routier à L’Est et conversion du pont de Québec en pont exclusif au transport ferroviaire, collectif (Lévisien et trains de banlieue) et actif. Rallongeant ainsi la durée de vie du pont de Québec de plusieurs années. Note importante, ce lien routier à l’Est peut être pensable uniquement si l’Est de la Ville de Québec est desservi adéquatement par un transport collectif structurant, soit un train de banlieue jusqu’à Beaupré, et un extasions du TLR de Qc jusqu’aux terres des Sœurs de la Charité (TOD), captant du fait même les automobilistes de l’A-40 avant qu’ils rentrent en ville (stationnement incitatif à la sortie d’autoroute). Le tout dans le but de donner une alternative de déplacement, outre l’A-44, l’A-440 et le Boul St-Anne, dans un secteur excessivement vulnérable actuellement (donc ne pouvant recevoir le flux de circulation d’un lien routier additionnel).

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Luc

        23 décembre 2017 à 21 h 41

        Oui il s’agit bien du plan de Ozzy. Plus je le regarde, plus il est sensé.

        Pour votre point 1, je suis tout à fait en accord. En 2011, ce plan avait été élaboré afin de rendre le Lévisien plus efficace. Et vous savez quoi? Je crois que la STLévis vise droit dans le mille. On y va progressivement mais surement, pendant que Guillaume Couture se densifie progressivement.

        Au risque de me répéter, le succès du transfert vers le transport structurant ne se fera que si les déplacements sont plus rapides et que c’est plus efficace. Le plan de 2011 remplira parfaitement cette mission sur la rive sud.

        Pour votre point 2, je n’y avait pas pensé. Toutefois, je ne crois pas qu’il remplirait totalement sa mission. La plupart des déplacements provenant de l’ouest et du sud le sont en direction nord. Seul le tiers se dirige vers l’est.
        Ce serait fort couteux. Toutefois peut être que votre plan serait intéressant dans une vingtaine d’année.

        Pour votre point 3, tout à fait d’accord. Ça rétablirait, l’équilibre est-ouest. Le pont de Québec serait alors réservé au transport en commun. Demeure que l’est de Lévis demeure loin des points centraux de Québec de cette façon par le transport en commun. Un troisième lien au centre par Taniata/Robert Bourrassa, vient solutionner ce problème. Rapide et efficace.

        Voilà pourquoi j’aime le plan de Ozzy

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  6. Nathan Utilisateur de Québec Urbain

    21 décembre 2017 à 15 h 14

    Bonjour
    Le transport structurant m’interpelle et je suis écœuré de voir Montréal qui font pas grand chose et sa pleut milliard. Il est temps que Québec ait sa juste part.

    Un Tramway qui dessert les point suivant: Aéroport, Le phare (ste-foy) jusqu’à la pointe. Lac st-charle et dans le fin fond de beauport et charlesbourg!
    Voilà ce qui ferait consensus!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. Mart9 Utilisateur de Québec Urbain

    21 décembre 2017 à 23 h 51

    sans oublier un arrêt sur l’île d’Orléans!

    Pour un métro, ça prend de la densité sur un petit territoire. Ce n’est pas Québec.

    J’aime bien le SRB ou tranway sur Charest ce qui enlèverait beaucoup de traffic sur René-Lévesque.

    Est-ce quelqu’un sait si on pourrait implanter un SRB puis, quelques années plus tard (+/- 20 ans), utiliser les mêmes corridors pour un tramway? Et utiliser les équipements du SRB pour développer de nouvelles lignes.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Luc

      22 décembre 2017 à 07 h 43

      Je ne partage pas votre oppinion, l’épine dorsale dela haute ville possède une densité importante qui pourrait se bonifier avec un transport moderne.

      L’idée de l’Ile d’Orléans avec le transport, il faut oublier ça. Trop excentirque et si ça prend trop de temps pour le transport, les gens ne l’utiliseront pas.

      Il est temps de densifier et pour se faire, se concentrer sur les zones à fort potentiel de densification. Puis, utiliser des parcours secondaires pour rabattre le trafique sur les liens les plus prometteurs pour la densification et la requalification.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Nathan Utilisateur de Québec Urbain

        22 décembre 2017 à 08 h 35

        Voilà pourquoi le phare! il y en aura d’autre projet de même!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • frlag

        22 décembre 2017 à 15 h 27

        Petite question pour vous :

        Lors de l’étude pour le SRB, est-ce que le potentiel de densification ne faisait pas pencher la balance pour le tracé sur Charest?
        Quelle est le potentielle de densification sur l’axe René-Lévesque-ULaval-Ste-Foy?
        Je me souviens d’avoir lu un commentaire du Régis à ce sujet et qui justifiait son opposition au tracé en haute-ville. Il ne voulait pas que des immeubles de 20-30 étages se construisent dans Montcalm.

        Je me trompe peut-être, mais il me semble que même le maire l’allier était contre un tramway ULaval-Colline par la haute ville non?

        https://www.lesoleil.com/archives/tramway-a-quebec-un-lourd-passe-detudes-oubliees-67792147f55f85e2d51386b99e0a5483

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Luc

        23 décembre 2017 à 21 h 13

        Bien vrai. Toutefois, allons y d’une simple logique mathématique. Afin de relier deux points, la ligne droite est le chemin le plus court.

        Un des critères qui fera en sorte qu’il y aura acceptation d’un mode de transport alternatif, c’est la vitesse. Puis l’efficacité et le confort. Toute autre tentative amènera les gens à conserver voire même transférer vers l’automobile. Aussi simple que ca.

        Si on est sérieux un peu, on n’aura pas le choix de densifier. Le boulevard Laurier, c’est déjà très bien commencé. Pourquoi nier ce qui est une évidence…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        24 décembre 2017 à 10 h 49

        « Si on est sérieux un peu, on n’aura pas le choix de densifier. Le boulevard Laurier, c’est déjà très bien commencé. Pourquoi nier ce qui est une évidence… »

        Pour ce qui est de la densité, j’ai démontré dans une autre enfilade qu’il faut se méfier un peu. La densité varie grandement à l’intérieur d’un arrondissement. Encore plus s’il s’agit de plusieurs arrondissements.

        Certains spécialistes suggèrent d’éviter les projets qui reposent sur la spéculation immobilière, car ce qui est tendance peut ne plus l’être rapidement. C’est selon moi l’argument le plus fort pour votre option.

        « Afin de relier deux points, la ligne droite est le chemin le plus court. »

        Dans l’état actuel des choses parfois deux lignes droites qui sont en parallèles n’ont pas forcément un résultat identique en vitesse. Un petit détour, pas trop long j’en conviens, peut parfois être un investissement rentable au final.

        8 + 1 = 9

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Luc

        25 décembre 2017 à 08 h 51

        « Certains spécialistes suggèrent d’éviter les projets qui reposent sur la spéculation immobilière, car ce qui est tendance peut ne plus l’être rapidement. C’est selon moi l’argument le plus fort pour votre option. »

        Ceci est un autre sujet mais j’en convient. Je pense quand même qu’un urbanisme bien planifié reposant sur des PPU prévoyant une densité acceptable reposant sur des axes de transport en commun rentables sont des conditions gagnantes. je reviendrai d’ailleurs souvent sur « les conditions gagnantes » lors de mes argumentaires. Il faut éviter les éléphants blancs.

        « Dans l’état actuel des choses parfois deux lignes droites qui sont en parallèles n’ont pas forcément un résultat identique en vitesse ».

        Vrai. c’est pour celà que la bifurcation de Laurier à René Levesque me semble essentielle. Il faut aller là ou le volume se situe.

        En terme de ligne parallèle, je crois qu’il faut aussi investir dans la ligne de la basse ville mais ne pas mélanger les deux. Chaque choses en son temps, question de logique. Dans le temps, ces deux doivent se rejoindre par des liens perpendiculaires et créer une vraie ceinture autour du centre de la ville (colline parlentaire – Laurier)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        25 décembre 2017 à 09 h 46

        « En terme de ligne parallèle, je crois qu’il faut aussi investir dans la ligne de la basse ville mais ne pas mélanger les deux. Chaque choses en son temps, question de logique. Dans le temps, ces deux doivent se rejoindre par des liens perpendiculaires et créer une vraie ceinture autour du centre de la ville (colline parlementaire – Laurier) »

        Dans le plan pour le futur du réseau, le RTC semble avoir pris la résolution des mesures graduelles et évolutives. Je crois donc que peu importe quel sera le trajet choisi, le RTC va en plus des liens perpendiculaires, prendre d’autres mesures pour des parcours qui pourront en parallèle, sans exclure que les parallèles puissent se rejoindre à un pôle d’échange. C’est mon « feeling », peut-être que je suis dans le champ?

        L’essentiel sera d’avoir une bonne vitesse, moins d’arrêts, voie réservée, préemption aux feux de circulation, abribus plus confortables afin de compenser une distance de marche plus longue. Afin de rendre l’expérience du TEC plus agréable.

        Le projet structurant devra avoir un avantage additionnel selon moi c.-à-d. le confort.

        9 + 1 = 10

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Luc

        28 décembre 2017 à 10 h 02

        Le confort oui.

        Mais la vitesse d’abord. Sinon c’est l’automobile qui sera privilégié. Quoi que l’un n’empêche pas l’autre. Et comme Québec est une ville nordique, le confort est essentiel aussi. C’est ce qui fait le succès du transport a Montréal. Tout est relié par tunnel

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • Insider

      22 décembre 2017 à 08 h 45

      « Est-ce quelqu’un sait si on pourrait implanter un SRB puis, quelques années plus tard (+/- 20 ans), utiliser les mêmes corridors pour un tramway? Et utiliser les équipements du SRB pour développer de nouvelles lignes. »

      Je présume que oui si le SRB est en site propre. Certains spécialistes préfèrent l’Option SRB pour sa flexibilité, par contre je crois qu’ils demandent que ce soit plus que simplement peinturer des lignes pour une voie réservée.

      L’île d’Orléans c’est peut-être du sarcasme pour illustrer l’importance du facteur densité? ;-)

      Un facteur que l’on sous-estime peut-être trop c’est l’aspect confort. J’ai vécu quelque chose avec des personnes qui voyagent en voiture solo pour se rendre au travail. Les mêmes personnes qui se plaignent d’avoir un problème à stationner au travail. Stationnement qui est facturé aux employés considérablement en dessous des coûts réels!

      Et oui, certaines entreprises en viennent au constat que ce serait moins coûteux de subventionner fortement l’abonnement au TEC au lieu d’engouffrer l’argent dans l’infrastructure du stationnement et les services nécessaires à son fonctionnement.

      Après une expérience dans un véhicule hybride, la principale critique de celles et ceux qui voyagent en voiture solo était l’inconfort causé par le bruit. Si J’avais été sarcastique, j’aurais argumenté que la pub des radios poubelles à un volume trop haut c’est vachement plus désagréable. J’ai préféré ne pas froisser leur susceptibilité.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *