Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Message d’intérêt public »

Vision d’aménagement pour le pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne : consultation en ligne et atelier participatif

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 13 février 2019 6 commentaires

Québec, le 13 février 2019 – La Ville de Québec lance une démarche visant à déterminer sa nouvelle vision d’aménagement pour le pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne.

La Ville souhaite ainsi soutenir le développement de ce secteur d’importance en raison de sa localisation stratégique à proximité du centre-ville. Elle tient à profiter de la mise en place du réseau structurant de transport en commun, d’infrastructures municipales d’importance en plus des projets émergents de promoteurs privés afin de se doter d’une vision lui permettant de mieux encadrer le réaménagement de ce secteur.

« Nous voulons que le secteur Wilfrid-Hamel–Laurentienne devienne un pôle porteur et complémentaire au centre-ville. Nous souhaitons valoriser l’image de l’entrée de la ville, a mentionné le maire de Québec, M. Régis Labeaume. Le réseau structurant de transport en commun permettra non seulement d’améliorer considérablement la mobilité à Québec, mais son implantation est une occasion de revitaliser certains secteurs de la ville ayant un potentiel de développement. »

Démarche consultative : questionnaire en ligne et atelier participatif

« Nous lançons dès aujourd’hui le processus d’élaboration de cette vision à laquelle les citoyens et les principaux propriétaires fonciers du secteur seront appelés à contribuer, a ajouté Mme Marie-Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif responsable de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. Tous les citoyens qui habitent, travaillent ou fréquentent le secteur peuvent participer à la démarche en partageant leur connaissance du milieu, nous permettant ainsi de réfléchir à une vision d’aménagement qui répondra aux besoins de la population. »

Les personnes intéressées à s’exprimer sont invitées à répondre dès maintenant au questionnaire en ligne. Elles ont jusqu’au 10 mars 2019 pour se prononcer.

Une consultation publique, sous forme d’un atelier participatif, aura lieu le jeudi 28 février, à 19 h, au centre communautaire Fernand-Dufour (222, avenue Ducharme).

Tous les détails concernant le sondage en ligne et l’atelier participatif sont accessibles ici.

Objectifs préliminaires

L’élaboration d’une vision d’aménagement permettra, entre autres, de :
· valoriser et transformer ce secteur peu convivial en réel pôle urbain;
· assurer une meilleure connexion de ce secteur au centre-ville;
· faciliter les déplacements des résidants des quartiers voisins vers ce secteur;
· orienter le développement immobilier, notamment en favorisant le réaménagement des terrains non occupés à leur plein potentiel;
· soutenir l’implantation du nouveau réseau structurant de transport en commun.

Secteur d’intervention

La zone prioritaire d’intervention englobe, entre autres, la zone commerciale Soumiande, les abords du boulevard Wilfrid-Hamel, le secteur de la rue Bourdages, la zone industrielle du Colisée et la portion ouest du Vieux-Limoilou (Stadacona). Les aménagements situés de part et d’autre de l’autoroute Laurentienne, au sud de l’avenue Soumande, feront partie de l’analyse, ce pourquoi le secteur d’entrée de ville de Saint-Roch est inclus (voir la carte du secteur en annexe).

Situation actuelle

Les activités du pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne sont diversifiées. Plusieurs propriétés sont sous-utilisées en raison d’une faible occupation au sol et de la présence de plusieurs parcs de stationnement. De plus, certaines fonctions, comme le commerce de grande surface, sont en pleine transformation et une réflexion doit porter sur leur avenir.

Coupé en deux par l’autoroute Laurentienne, le secteur est peu invitant, bien qu’il soit stratégiquement localisé à proximité du centre-ville. Les distances à parcourir entre les bâtiments ainsi que d’une rue à l’autre sont très grandes, contrairement aux quartiers voisins qui sont mieux adaptés à la marche (trame de rue quadrillée des quartiers Vieux-Limoilou, Saint-Roch et Vieux-Vanier). Dominé par les infrastructures dédiées à l’automobile (bretelles d’accès, stationnements de surface, etc.), le secteur est caractérisé par des aménagements peu conviviaux pour les piétons et les cyclistes. Enfin, les arbres sont en quantité insuffisante, ce qui favorise la formation d’îlots de chaleur.

Principales étapes

Les principales étapes prévues pour cet exercice de planification sont présentées ci-dessous :

2018

Analyse préliminaire

Hiver 2019

Phase 1 – Consultation publique en amont
Consultation en ligne (13 février au 10 mars)
Groupes de discussion avec les principaux acteurs du milieu
Atelier participatif ouvert à tous (28 février)

Printemps et été 2019

Élaboration du projet de la vision d’aménagement

Automne 2019

Phase 2 – Consultation publique
Présentation du projet de la vision d’aménagement

Hiver 2020
Adoption du projet de la vision d’aménagement

Pour en savoir plus au sujet de la vision pour le pôle urbain Wilfrid-Hamel–Laurentienne, les citoyens sont invités à consulter Pôle urbain Wilfrid-Hamel-Laurentienne

Un billet précédent sur une nouvelle vision de l’autoroute Laurentienne

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Message d'intérêt public.

Consultation publique sur la largeur minimale de lot

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 12 février 2019 2 commentaires

Une révision du zonage pour plusieurs zones où l’on retrouve des immeubles de 3 logements ou moins a été entreprise dans plusieurs zones de l’arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge.

La principale modification apportée dans toutes les zones concernées est l’ajout d’une largeur minimale de lot.

D’autres modifications apportées dans certaines zones concernent la typologie des bâtiments (isolé, jumelé, en rangé), le logement supplémentaire associé à un logement, les normes d’implantation, la hauteur et les dispositions relatives à la gestion des droits acquis.

Les citoyens des zones visées par ces modifications sont invités à participer à la consultation publique tenue par leur conseil de quartier :

Conseil de quartier de Sillery
Mardi 12 février, 19 h
Centre communautaire Noël-Brulart
1229, avenue du Chanoine-Morel

Pour connaître les modifications proposées pour les 26 zones situées dans ce quartier : Les informations

Conseil de quartier de Saint-Louis
Mercredi 13 février, 19 h
Centre sportif de Sainte-Foy, porte B (salle 115)
930 avenue Rolland Beaudin

Pour connaître les modifications proposées pour les 10 zones situées dans ce quartier : Les informations

Conseil de quartier de la Cité-Universitaire
Mercredi 20 février, 19 h
Centre de loisirs Saint-Thomas d’Aquin
895, avenue Myrand

Pour connaître les modifications proposées pour les 5 zones situées dans ce quartier : Les informations

* Merci à un fidèle lecteur

Voir aussi : Arrondissement Ste-Foy / Sillery / Cap-Rouge, Message d'intérêt public.

Consultation publique à Charlesbourg

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 12 février 2019 Aucun commentaire

CONSULTATION PUBLIQUE
Mercredi 13 février 2019, à 19 h

Centre communautaire du Plateau 8815, avenue Jean-Paquin Salle RC10-RC11

Le conseil d’arrondissement de Charlesbourg vous invite à la consultation publique concernant les modifications réglementaires nécessaires au développement du projet Chartwell.

Ces modifications réglementaires visent à permettre la réalisation d’un projet de résidence pour aînés sur le site d’un ancien centre de jardinage situé au 1255, boulevard Louis-XIV (carte au verso).
L’outil réglementaire proposé pour autoriser la réalisation de ce projet est le plan de construction qui se compose de 2 projets de règlements :

 Le premier règlement (R.C.A.4V.Q. 156) identifie un territoire sur lequel un plan de construction pourrait être autorisé et définit des critères à respecter par un futur projet de construction.
 Le second règlement (R.C.A.4V.Q. 157) approuve le plan de construction.

Toutes les informations

* Merci à un fidèle lecteur

Voir aussi : Arrondissement Charlesbourg, Message d'intérêt public.

Appel à projets pour l’aménagement de jardins partagés

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er février 2019 1 commentaire

Québec, le 1er février 2019 – À partir du 4 février, la Ville de Québec lancera un appel à projets pour l’aménagement en 2019 de jardins partagés, collectifs ou communautaires. Elle invite donc les organismes et les regroupements de citoyens qui désirent aménager un jardin partagé à présenter un projet afin de profiter du financement du Programme de subvention pour l’aménagement de jardins partagés sur des propriétés non municipales.

« Répondant aux besoins des citoyens, cet appel de projets pour l’aménagement de jardins partagés complète l’offre de services de jardins communautaires de la Ville, a mentionné Mme Émilie Villeneuve, membre du comité exécutif responsable du développement social et de l’habitation. Il permettra à plus de citoyens de profiter d’un jardin ainsi que d’améliorer la sécurité alimentaire, l’accès aux aliments sains et les conditions de vie des personnes en situation de pauvreté et d’isolement social. »

L’aide financière demandée à la Ville pour un projet ne peut excéder 60 % du coût total des dépenses admissibles. Le montant maximal pouvant être attribué à un même projet est de 20 000 $. Les propositions retenues pourront également se prévaloir de services-conseils pour aider au démarrage de leur jardin.

Dépôt de projets
Les regroupements de citoyens ou les organisations désirant déposer une demande devront présenter un projet au plus tard le 15 mars 2019, à 16 h. Celui-ci doit respecter le cadre de référence disponible au ville.quebec.qc.ca dans l’onglet À propos – Programmes et subventions – Sports, loisirs et vie communautaire.

Voir aussi : Message d'intérêt public.

La Ville autorise les potagers en cour avant

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 1er février 2019 7 commentaires

Québec, le 1er février 2019 – La Ville de Québec annonce la modification de la règlementation concernant les potagers en cour avant afin de favoriser l’agriculture urbaine. Ce changement au Schéma d’aménagement et de développement (SAD) autorise désormais l’agriculture partout à l’intérieur du périmètre d’urbanisation. La modification au Règlement d’harmonisation sur l’urbanisme et les règlements d’arrondissement sur l’urbanisme (R.V.Q. 2752) entrera en vigueur le 9 mars, en prévision de la planification estivale des potagers.

« Par la modification de ce règlement, la Ville souhaite favoriser les initiatives visant à pratiquer l’agriculture en milieu urbain, affirme Mme Marie-Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif responsable de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. Ainsi, nous répondons à des besoins exprimés par les citoyens. Plusieurs projets pourront être réalisés en cour avant, là où il y a parfois plus d’espace et de soleil. »

Cette modification au règlement coïncide avec le lancement de l’appel de projets pour le programme de subvention à l’aménagement de jardins partagés sur des propriétés non municipales.

Nouvelles dispositions proposées
Pour être autorisé, un potager en cour avant devra respecter certaines conditions notamment être à une distance minimale de 0,5 mètre d’un trottoir, d’une bordure de rue, d’une piste cyclable ou d’une ligne latérale de lot.

La superficie autorisée des potagers est établie en fonction de la surface de la cour avant.

· Plus de 300 m2 : la superficie du potager est limitée à 50 %;

· De 100 m2 à 300 m2 : la superficie du potager est limitée à 75 %;

· Moins de 100 m2 : aucune limite de superficie.

Les structures amovibles (tuteurs) pour soutenir les végétaux seront également autorisées du 1er mai au 1er novembre de la même année. La hauteur de ces structures et des plantations ne devra pas excéder 1 mètre sur une distance de 2 mètres mesurée à partir d’un trottoir, d’une bordure de rue ou d’une piste cyclable.

Dans les cas où les potagers seraient en mauvais état ou laissés à l’abandon, la Ville pourra appliquer le Règlement sur les nuisances (R.A.V.Q. 122).

Voir aussi : Message d'intérêt public.

Le centre sportif du Cégep Garneau

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 janvier 2019 5 commentaires

 

Architectes : CCM2

Voir aussi : Message d'intérêt public.

Y a-t-il vraiment plus de kilomètres d’autoroute à Québec qu’ailleurs?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 27 décembre 2018 2 commentaires

Jonathan Lavoie
Radio-Canada

Pour contester certains projets routiers, dont celui du troisième lien, l’argument que Québec est la région qui compte le plus de kilomètres d’autoroute par habitant au pays est souvent mis de l’avant. Cette affirmation était peut-être vraie à une certaine époque, mais elle ne l’est plus aujourd’hui.

Le ratio de kilomètre d’autoroute par habitant est calculé environ tous les cinq ans dans l’Enquête sur les indicateurs de transports urbains de l’Association des transports du Canada (ACT).

Selon la dernière étude publiée en 2016, parmi les grandes régions métropolitaines, Calgary est désormais la championne canadienne. Québec n’est toutefois pas loin derrière et arrive en deuxième place.

Les kilomètres d’autoroute par habitant ont été calculés en fonction du nombre de voies de chaque tronçon.

La suite

Voir aussi : Message d'intérêt public.

Budget d’investissement 2019-2020-2021 : 1 900,1 M$ en infrastructures et services pour les citoyens et les générations futures

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 10 décembre 2018 7 commentaires

Québec, le 10 décembre 2018 – La Ville de Québec a présenté aujourd’hui son budget d’investissement 2019, le plus élevé depuis 10 ans, en progression de 12,5 %. Le programme triennal d’immobilisations (PTI) 2019-2020-2021 atteint 1 900,1 M$ en incluant le Réseau de transport de la Capitale. Près du deux tiers, soit 63 % des projets d’investissement, seront payés comptant ou financés par les gouvernements et des programmes de subvention. Seulement 37% des investissements seront financés par le biais d’emprunts. Il prévoit le développement des infrastructures pour 1 159,7 M$, et le maintien de la pérennité des infrastructures publiques existantes pour 740,5 M$.

La Ville a choisi d’investir dans de grands projets, comme le réseau structurant de transport en commun, le centre de biométhanisation, le centre de glaces et la bibliothèque Gabrielle-Roy, et de profiter pleinement des programmes gouvernementaux d’aide financière destinés aux infrastructures. Le budget d’investissement assure également la continuité des travaux de réfection d’infrastructures amorcés depuis plusieurs années, notamment la mise à niveau et la réparation des chaussées et des réseaux d’aqueduc et d’égout.

« Le paiement comptant d’immobilisations que nous priorisons depuis plusieurs années se montre aujourd’hui payant, nous permettant d’avoir une marge de manœuvre pour investir massivement dans des projets d’avenir, tout en contrôlant la dette qui est en baisse, a déclaré le maire de Québec, M. Régis Labeaume. Les programmes de subvention gouvernementaux offrent à la Ville une occasion qu’elle ne peut laisser passer, en priorisant la mise en œuvre de projets d’infrastructures importants, tout en diminuant les coûts à long terme pour la population de Québec. Ce budget d’investissement poursuit notre engagement de maintenir des services durables et de qualité, tout en laissant aux générations futures des équipements performants. »

Les investissements projetés au PTI 2019-2020-2021, totalisant 1 900,1 M$ (incluant le RTC), se répartissent comme suit :
– 609,7 M$ en 2019;
– 722,2 M$ en 2020;
– 568,3 M$ en 2021.

Les priorités
Les choix d’investissement de la Ville visent à fournir des services municipaux de qualité et à maintenir les équipements et les infrastructures publics en bon état.

Plusieurs projets majeurs incontournables seront achevés ou lancés dans les trois prochaines années, notamment :
§ 281,8 M$ | Maintien et développement du Réseau de transport de la Capitale

§ 215 M$ | Construction du réseau structurant de transport en commun

§ 105 M$ | Construction du Centre de biométhanisation de l’agglomération de Québec

§ 83,2 M$ | Réhabilitation et réfection des chaussées et réaménagement de la route de l’Église

§ 82,4 M$ | Construction d’un centre de glaces (anneau de glace couvert et deux patinoires), travaux au Centre sportif de Sainte-Foy, et réaménagement de la base de plein air de Sainte-Foy

§ 77,1 M$ | Travaux liés au traitement des eaux

§ 57,5 M$ | Projets liés à l’entente de développement culturel liant le ministère de la Culture et des Communications et la Ville

§ 56,7 M$ | Construction et réfection de bâtiments municipaux

§ 44,8 M$ | Développement des écoquartiers D’Estimauville et de la Pointe-aux-Lièvres, incluant une passerelle cyclopiétonne en bois (rivière Saint-Charles)

§ 32,7 M$ | Bibliothèque Gabrielle-Roy

§ 27 M$ | Travaux en lien avec le Plan des rivières (17 M$) et travaux correctifs de la rivière Lorette (10 M$)

§ 24,9 M$ | Développement du logement social et programme Rénovation Québec

§ 21,8 M$ | Nouveau système de radiocommunication

§ 19 M$ | Réfection et entretien des ouvrages d’art

§ 17,8 M$ | Marché public de Québec, Espace public de la Place de la famille, Promenade Samuel-de-Champlain

§ 17,1 M$ | Construction et réfection de centres communautaires (Saint-Roch, des Chutes et Bardy)

§ 15 M$ | Travaux à l’incinérateur afin d’améliorer sa performance

§ 14,5 M$ | Mise en œuvre de la vision des déplacements à vélo, incluant la passerelle Dalhousie

§ 12,3 M$ | Réalisation du plan d’aménagement lié au programme particulier d’urbanisme (PPU) du plateau centre de Sainte-Foy

§ 9,3 M$ | Acquisition de véhicules au Service de protection contre l’incendie, selon le nouveau schéma de couverture de risques en incendies

§ 685,4 M$ | Autres investissements

Les détails concernant le budget d’investissement (programme triennal d’immobilisations (PTI) 2019-2020-2021 sont accessibles sur le site internet de la Ville de Québec

Les informations sur le budget 2019 188 pages (Allez voir Québec en quelques chiffres à la page 32)

Le budget en bref 20 pages

Voir aussi : Message d'intérêt public, Québec La cité.

Le projet pilote de Taxi Coop reconduit et élargi

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 8 décembre 2018 1 commentaire

Patricia Cloutier
Le Soleil

Le temps d’attente avant d’obtenir un taxi devrait être moins long à Québec à la sortie d’un spectacle ou en descendant de l’avion.

Le ministre des Transports François Bonnardel a rendu public jeudi soir un nouveau projet pilote, valide jusqu’à la fin de l’année 2019, qui permettra aux taxis de la grande région de Québec de mieux concurrencer Uber. Les taxis auront dorénavant l’autorisation de se rendre en groupe à certains points chauds de la ville, et ainsi répondre plus rapidement à la demande.

Ce projet pilote permet à tous les taxis de la ville de Québec d’aller chercher des clients à l’aéroport de Québec, au terminal de croisière du Vieux-Port, à la gare fluviale Québec-Lévis, aux gares du Palais et de Sainte-Foy, de même qu’au Centre Vidéotron.

«C’est là une grande avancée. Enfin, lorsqu’il y aura une demande forte et spontanée, tous les taxis de Québec pourront venir et collaborer pour répondre aux besoins des clients. Ça fait des années qu’on demande ça», réagit Abdallah Homsy, porte-parole du Regroupement des intermédiaires de taxi de Québec (RITQ).

À Lévis, le gouvernement permet à tous les taxis de se rendre à la gare fluviale ou à la gare de Charny lorsque l’achalandage le réclame.

Ce projet pilote indique également que les territoires des taxis ne s’appliquent plus à Québec lorsqu’un client demande un taxi par l’intermédiaire d’une application mobile. Le ministère des Transports crée un nouveau registre des applications mobiles qui seront autorisées.

Cette ouverture aux applications est «un soulagement» pour le RITQ, qui a développé ces derniers temps l’«app Taxi Coop» au coût de 500 000$.

Cette application disponible sur téléphone cellulaire est utilisée par plus de 15 000 personnes chaque mois.

M. Bonnardel croit important d’aider les taxis à être plus efficaces. «J’avais avisé l’industrie du taxi quand je les ai rencontrés voilà un mois déjà qu’on allait aller de l’avant, les supporter et trouver de quelle manière on pouvait moderniser l’industrie et travailler avec eux.»

Fusionner les territoires

M. Homsy salue le projet pilote du gouvernement caquiste, qu’il qualifie d’«audacieux» et décoche du même coup une flèche à l’ancien gouvernement libéral. «Pendant les quatre années précédentes, on avait l’impression que le gouvernement faisait exprès de créer une concurrence déloyale, en donnant des avantages aux autres et en maintenant des règles archaïques pour les taxis.»

Le RITQ espère maintenant que la prochaine étape sera la fusion totale et complète de tous les territoires de taxi à Québec. «Ça a pas de bon sens, qu’en pleine tempête ou lorsqu’il y a de la congestion, on n’ait pas le droit d’aller chercher des clients dans tel ou tel secteur. On a des taxis qui roulent à vide pour retourner dans leur territoire et ça, c’est pas bon pour l’environnement», commente M. Homsy.

À Québec, l’industrie du taxi est toujours divisée en territoires qui correspondent aux limites des anciennes ville avant les fusions municipales. La coop de taxi de Sainte-Foy et Taxi Laurier sont toutefois opposées à une fusion de tous les territoires de la ville, craignant de perdre de la clientèle.

Pas de Uber à Lévis

Il y a quelques semaines, le ministre Bonnardel a également reconduit les projets pilote qui concernent la compagnie Uber au Québec et Téo Taxi à Montréal.

Bien que la CAQ se soit engagée lors de la dernière campagne électorale à permettre à Uber de faire des affaires à Lévis, ce n’est pas demain la veille que ça se produira. «On va pas plus loin pour Uber», a soutenu le ministre Bonnardel en mêlée de presse, avant d’ajouter «pas pour le moment».

La ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, a par la suite précisé que son gouvernement tiendrait son engagement, mais que les choses doivent se faire «dans l’ordre».

C’est que le ministre Bonnardel doit se pencher prochainement sur une solution à plus long terme pour régulariser l’industrie du transport de personnes au Québec et faire en sorte que la concurrence soit saine entre les taxis, qui doivent respecter de nombreuses règles, et les nouvelles entreprises qui s’installent.

La suite

Voir aussi : Message d'intérêt public.