Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Où sont passés les enfants dans le Vieux-Québec ?

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 2 mars 2019 Aucun commentaire

QUÉBEC

À la recherche d’une rare jeunesse

Où sont passés les enfants dans le Vieux-Québec ? Leur nombre n’a jamais été aussi bas dans l’histoire moderne. Pourtant, des familles vivent toujours derrière les vieux murs de la capitale, entre calèches, touristes et Airbnb. La Presse est allée à la rencontre de ceux qui font battre le cœur de la vieille ville.

GABRIEL BÉLAND
LA PRESSE +

QUÉBEC — C’est un matin de janvier froid et sec. Simone met son manteau, chausse ses bottes, enfile sa tuque fluo. La fille de 9 ans se prépare pour l’école. « N’oublie pas tes patins », lui lance Mireille, sa mère. Simone passe la vieille porte de bois de sa maison de pierres. Dehors, juste devant elle, à quelques mètres, se trouvent les plaines d’Abraham remplies de neige.

Pour les résidants de Québec, les Plaines évoquent plusieurs choses : le Festival d’été, la Saint-Jean-Baptiste, l’endroit pour aller courir, promener son chien… Pour Simone, les Plaines, c’est sa cour. C’est là qu’est enterré son lézard.

L’été, Simone court les spectacles des artistes de rue. Elle se faufile entre les touristes pour mieux les entendre jouer. Elle connaît leur horaire par cœur. C’est une « enfant du Vieux ».
Des enfants du Vieux, il y en a de moins en moins. Les berceaux se font rares dans le berceau de l’Amérique française.

Les recensements sont clairs, la population baisse dans le Vieux-Québec. Et avec elle, le nombre de familles. En 1956, 681 enfants de 14 ans et moins vivaient entre les vieux murs. Ce chiffre a depuis fondu jusqu’à atteindre 110 enfants intra-muros au recensement de 2016, un nombre jamais vu dans l’histoire récente. « Quand je rencontre une autre famille qui habite dans le Vieux-Québec, je suis surprise. Ce n’est pas normal ! », s’exclame Sonia Plourde, mère de trois enfants et enceinte d’un quatrième.
« Les familles se découragent. Ou des jeunes décident de déménager pour fonder leur famille ailleurs, avant même d’avoir des enfants, déplore cette créatrice de mode. C’est l’âme qui s’effrite peu à peu du Vieux-Québec. »

Inscrit à la liste du patrimoine mondial en 1985, le Vieux-Québec a été protégé et restauré au point d’attirer des touristes du monde entier. Sa conservation est un succès reconnu mondialement.
La préservation de cet ancien quartier grouillant en tant que milieu de vie, par contre, semble de plus en plus avoir été un échec.

« Entre 2006 et 2011, c’est 10 % de la population qui est partie. On continue de perdre du monde, mais la saignée est moins pire. » — Étienne Berthold, géographe à l’Université Laval et résidant du quartier.

Au fil des ans, avec le déclin de la population, les services sont partis. L’école primaire publique est fermée depuis des lustres dans le Vieux. La seule vraie épicerie du quartier a plié bagage en 2005, la dernière succursale de la SAQ a suivi en 2012. Desjardins a fermé sa caisse du Vieux-Québec en janvier.

« ÇA A CHANGÉ MAINTENANT »

La popularité grandissante des plateformes d’hébergement en ligne, comme Airbnb, a réduit le parc immobilier disponible pour les résidants du quartier. « Le tiers du logement dans le Vieux, c’est de l’hébergement hôtelier illégal, estime le conseiller municipal du district Cap-aux-Diamants, Jean Rousseau. Je l’ai constaté dans mon porte-à-porte aux dernières élections. C’est un cancer. »

Ronan Bonnette, 40 ans, se rappelle bien son enfance entre les vieux murs. Il se souvient des heures qui suivaient la sortie de l’école, des enfants qui roulaient à vélo. « Ça a changé maintenant », constate le père de Simone. « Je peux peut-être nommer trois enfants qui habitent dans le quartier à part ma fille », dit-il. Au fil des ans, il a vu « des blocs complets être aménagés » en hébergement de courte durée. « D’un coup, tu viens de perdre plein de logements pour des habitants. »

La popularité de l’hébergement de courte durée n’est bien sûr pas l’unique coupable. Les résidants citent la cherté des logements, la difficulté de se stationner, l’omniprésence des événements dans le Vieux…
Les jours de Grand Prix cycliste, « pas moyen de se faire livrer une pizza », rigole Sonia Plourde. Elle raconte qu’un jour de course cycliste, son frigo a brisé. Le réparateur ne pouvait tout simplement pas se rendre chez elle. « Les événements, ça ne me dérange pas. On vit au cœur de la ville, c’est normal. Par contre, il y a des inconvénients et je me demande si quelque chose pourrait être fait pour les résidants, comme réserver des gradins, par exemple, dit-elle. Une façon de dire : on sait qu’il y a des inconvénients, on le sait, voici un petit quelque chose. »

Le logement reste toutefois le principal frein aux familles. Habiter le Vieux-Québec coûte cher, très cher même, et plusieurs couples font le choix de partir au moment d’avoir des enfants.
« L’autre jour, on a vu un logement de trois chambres à 500 000 $. On n’a pas les moyens d’acheter un condo à 500 000 $, relate Sonia Plourde, qui attend son quatrième enfant. On aime rester au centre-ville. On fait tout à pied et on trouve ça écologique comme mode de vie. Mais si ça devient impossible de rester ici, on devra partir. »

« Mais mes enfants, tout ce qu’ils connaissent, c’est le Vieux-Québec. Les calèches, les touristes, c’est leur environnement », dit-elle.

PEUT-ON STOPPER L’HÉMORRAGIE ?

Québec a un programme d’accès à la propriété pour les familles. Il subventionne les constructions neuves sur des terrains vacants, une mesure incitative directe à l’étalement urbain. « Le problème, c’est que les lots vacants ne courent pas les rues dans le Vieux », lance le conseiller Jean Rousseau, unique élu de Démocratie Québec, deuxième opposition.

Le cabinet du maire se dit conscient de l’enjeu démographique du quartier. Régis Labeaume a souvent réitéré sa volonté de ramener 500 personnes dans le Vieux-Québec. La Ville doit dévoiler cet hiver sa politique très attendue pour encadrer l’hébergement de courte durée.

« Quand Jean Rousseau était au comité citoyen, il disait qu’il y avait trop d’événements, que c’était difficile d’élever des enfants. C’est comme s’il avait fallu qu’on ferme le Vieux pour que ça devienne la campagne », relate l’attaché de presse du maire Labeaume, Paul-Christian Nolin. « Mais si on décide de vivre dans le Vieux, il faut s’attendre à avoir des événements. C’est comme ça partout dans le monde, c’est comme ça à Paris, à Barcelone… C’est un équilibre », dit M. Nolin.

Louis Germain et Louise Richard ont élevé leurs quatre enfants dans le quartier. M. Germain a cofondé le Comité des citoyens du Vieux-Québec en 1975. Cet amoureux du quartier historique se demande aujourd’hui jusqu’à quel point le départ des familles est un phénomène réversible.

« Quand on a un maire dont l’idée de développement d’une ville est avant tout basée sur le festif… En tout cas, pendant des années, ç’a été ça. On va faire des événements, on va amener du monde, on va avoir du fun, ça va être fou, fou, fou ! », caricature M. Germain. « Mais pendant ce temps-là, tu ne t’occupes pas de la qualité de vie des gens. »

Il y a 10 ans, pour le 400e anniversaire de la ville, un collectif a publié un livre coup-de-poing intitulé Québec, ville dépressionniste. À contre-pied des célébrations, il dénonçait notamment la métamorphose du Vieux-Québec « de centre vivant à cadavre de pierre ».

« Cadavre de pierre. » La formule est grosse, caricaturale même. Ceux qui choisissent de vivre dans le quartier et d’y élever leurs enfants sont la preuve que la vie foisonne encore ici. Mais la question mérite d’être posée : pour combien de temps encore ?

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou.

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *