Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Archives pour la catégorie « Arrondissement La Cité-Limoilou »

Appel aux gens de Québec Urbain

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 3 août 2022 1 commentaire

Bonjour les gens de Québec-Urbain. Est-ce qu’il y a parmi vous quelqu’un qui sait ce qui se passe avec le chantier de Boxotel au coin de Charest et du Pont? Ils semblent reboucher le trou qu’ils creusent depuis 2 mois. 🤷

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou.

Transformation de Place Fleur de Lys: état des lieux

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 24 juillet 2022 Aucun commentaire

Place Fleur de Lys

La phase démolition du Centre d’achat Place Fleur de Lys est bien entamé, comme le mentionnait un article récent du journal Le Soleil. Québec Urbain y est retourné du haut des airs pour collecter plus d’images de l’état des lieux. Il s’agit d’un chantier majeur qui transformera le quartier et nous le revisiterons dans le futur.

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Commercial.

Une partie de place Fleur-de-Lys démolie

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 20 juillet 2022 2 commentaires

Photo: Patrice Laroche (Le Soleil)

Source : Emilie Pelletier, Le Soleil, le 20 juillet 2022

Les travaux vont bon train sur le chantier du centre commercial Fleur de Lys, largement éventré pour faire place à une transformation majeure.
Depuis le lancement de la déconstruction du mythique centre commercial, début juin, la transformation de Fleur de Lys s’accélère.

Du haut des airs, le photographe du Soleil Patrice Laroche a croqué lundi l’état du bâtiment du quartier Vanier en pleine mutation. Le coup d’œil est particulièrement frappant sur la façade du côté de l’autoroute Laurentienne, là où une immense partie de l’édifice est tombée sous le pic des démolisseurs au cours des dernières semaines. Des débris jonchent le sol sur le grand terrain encerclé de machinerie.

Le centre commercial Fleur de Lys, dont les portes avaient ouvert en 1962, ne sera pour ainsi dire plus jamais le même. Ce vaste chantier n’est que la pointe, son visage continuera à changer au cours des prochaines années.

la suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Commercial.

Un projet immobilier de 20 M$ dans D’Estimauville

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 juillet 2022 Aucun commentaire

Diane Tremblay
Journal de Québec

Un nouveau développement immobilier de 20 M$ voit le jour aux abords du tracé du tramway dans le quartier D’Estimauville, à Québec, ce qui ajoute un avantage au projet, selon le promoteur.

« On pense que le tiers des résidents n’auront pas d’automobile. J’ai fait d’autres projets dans le secteur et c’est ce que nous avons constaté. Déjà avec les parcours du Métrobus et la proximité des lieux de travail, on avait plus ou moins 20 % des gens qui n’avaient pas de voiture. Avec le réseau structurant de transport en commun, ça peut monter encore d’un 10 à 15 % », anticipe Gilles Pelletier, promoteur de Pellimo Développement immobilier.

M. Pelletier construira un immeuble de 77 logements.

« Nous avons choisi D’Estimauville parce que c’est un quartier qui est en “redéveloppement” de manière accélérée. Le fait que le tramway passera maintenant par là, c’est une bonne nouvelle. J’étais déjà impliqué dans l’achat du terrain avant, mais c’est un bonus », affirme l’homme d’affaires.

Le tramway, un bonus

Comme son nom l’indique, Place Courtemanche sera située sur la rue De Courtemanche, à l’angle du boulevard Sainte-Anne où on prévoit l’aménagement d’une station pour le tramway.

« D’Estimauville possède une situation géographique extraordinaire. C’est près de la ville avec des voies d’accès faciles. Il y a des pistes cyclables. C’est près de Limoilou et du parc Maizerets qui est juste à côté. Il y a plusieurs façons de se déplacer. Même sans tramway, c’est un secteur qui est intéressant. Le tramway, c’est la cerise sur le sundae. »

Les travaux ont été lancés le printemps dernier. Le promoteur estime que les unités seront prêtes pour mai 2023. Le projet adhère au nouveau programme de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, APH Select, pour offrir des logements plus accessibles.

Le promoteur a opté pour une formule « sans souci », ce qui veut dire que chaque unité en location comprend beaucoup d’inclusions. « On est allé vers quelque chose de moderne tout en restant sobre », a poursuivi M. Pelletier.

Avec la hausse des taux d’intérêt, plusieurs acheteurs devront renoncer à leur projet d’acquisition pour se tourner vers le marché locatif, entrevoit le promoteur.

L’article

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Écoquartier, Logement locatif ou social.

L’expropriation de l’îlot Saint-Vincent-de-Paul au point mort

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 juillet 2022 Aucun commentaire

Baptiste Ricard-Châtelain
Le Soleil

Vous souvenez-vous de la saga de l’îlot Saint-Vincent-de-Paul ? Vous savez, ce terrain avantageusement situé au sommet de la côte d’Abraham, au bord de la falaise avec vue sur les montagnes au loin. Celui qui est cœur d’une chicane entre les Immeubles Jacques Robitaille et la Ville de Québec.

Ce sera bientôt le 25e anniversaire de son acquisition par l’hôtelier-promoteur immobilier. Et le 5e anniversaire du lancement de la procédure d’expropriation par la mairie de la capitale. Voici une belle occasion de prendre des nouvelles de ce lot valant autour de 5 millions $, mais toujours à l’abandon !

+

DES OUVRIERS CREUSENT

Vendredi dernier, la collègue chroniqueuse Mylène Moisan nous a contactés pour savoir si nous nous intéressions au dossier de l’îlot Saint-Vincent-de-Paul. Surtout pour nous dire qu’il y a du mouvement sur le site : «Je suis passée ce matin et des camions étaient à l’œuvre.» Aussi, des opérateurs de pelleteuses creusaient.

Voilà qui tombe bien. Nous étions justement en train d’amasser des informations récentes dans ce dossier.

C’est qu’un citoyen engagé, Gérald Gobeil, nous a récemment écrit au sujet du terrain vague. Lui voulait savoir pourquoi l’expropriation du lot par la Ville de Québec s’éternise.

Œuvre d’art

M. Gobeil voulait également savoir si des éléments de l’ancienne façade de l’église ont vraiment été conservés afin de créer une œuvre d’art commémorative qui serait éventuellement installée sur place, devant un bâtiment ou dans un parc. C’était, rappelle-t-il, une condition posée par le ministère de la Culture avant d’autoriser la phase finale de la démolition du lieu de culte survenue en 2010.

Voilà de belles pistes à explorer, de belles questions à relayer à la Ville et au ministère de la Culture du Québec.

La suite

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire, Patrimoine et lieux historiques.