Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Une arche urbaine à l’entrée du sentier pédestre du parc Chauveau

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 15 juin 2019 Aucun commentaire

Québec, le 11 juin 2019 – La Ville de Québec et le gouvernement du Québec ont inauguré l’œuvre d’art Entre les lignes, située à l’entrée du parc Chauveau. La création de l’artiste Luca Fortin permet une zone transition entre les espaces urbains et naturels qui bordent la rivière Saint-Charles.

« Cette arche se dresse à merveille à l’entrée du sentier pédestre : comme si soudain, la nature nous attendait derrière un passage secret, a mentionné Mme Dominique Tanguay, conseillère municipale du district Les Saules et présidente de l’arrondissement des Rivières. L’œuvre a été réalisée grâce à la bourse de mentorat en art public de Première Ovation. Ce programme permet de soutenir les artistes de la relève en leur faisant une place dans notre paysage culturel. »

« L’art public permet non seulement de rapprocher la création artistique de la nature et de l’environnement urbain, mais de la mettre directement en relation avec le citoyen. L’œuvre inaugurée aujourd’hui nous permet de découvrir un jeune artiste, elle embellit un quartier, et elle s’inscrit dans une démarche de votre gouvernement de rendre l’art accessible à tous », a souligné M. Mario Asselin, député de Vanier-Les Rivières et vice-président de la Commission de la culture et de l’éducation.

Entre les lignes accueille les marcheurs au début et à la fin de leur promenade. Pour s’avancer sur le sentier pédestre du parc Chauveau, les marcheurs doivent traverser l’œuvre, attirés par la vue de la forêt à travers le portail. Le sentier étant linéaire, ils doivent revenir sur leurs pas pour regagner la sortie, nous laissant entrevoir l’arche, tel un passage vers le monde urbain.

L’œuvre d’art est composée de deux monolithes de béton de 4 mètres de haut par 8 mètres de long. Coulés dans un coffrage fait de planches de bois récupéré, les murs portent les empreintes de leurs moules d’origine. Des colorations diffuses, des stries linéaires et des textures organiques issues des différentes essences de bois surgissent à la surface de l’installation, sortes d’écritures abstraites qui s’offrent à l’imaginaire des marcheurs. Au fil des saisons, la neige, le gel, la pluie, le soleil et les feuilles, entre autres, imprimeront d’autres patines sur le béton.

Cette œuvre a été réalisée dans le cadre de la Bourse de mentorat en art public de Première Ovation au coût de 35 000 $, dont 20 000 $ provient de l’Entente de développement culturel entre le gouvernement du Québec et la Ville de Québec et 15 000 $ provient du Conseil des arts et des lettres du Québec.

La suite

Voir aussi : Arrondissement Les Rivières, Art urbain.

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *