Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Tramway: nouvelles munitions contre le tracé de Marly

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 19 juin 2019 9 commentaires

Jean-François Néron
Le Soleil

Autobus quasiment vides aux heures de pointe, importance de desservir la station Sainte-Foy–McCartney et même… un risque de déraillement. La Ville de Québec a fourbi de nouvelles armes, mardi, pour justifier son choix de tracé derrière les résidences du boulevard Pie-XII plutôt que d’emprunter du Versant-Nord jusqu’au ministère du Revenu, rue de Marly.
Plus de 350 personnes ont assisté, mardi soir, à la dernière de trois rencontres d’information sur le projet de tramway, cette fois pour les citoyens du secteur ouest, pour la portion comprise entre l’Université Laval et l’avenue Le Gendre. Sans surprise, c’est le passage du tram derrière les résidences du boulevard Pie-XII qui a retenu l’attention.

Les résidants et les travailleurs du siège social de Revenu Québec tentent de convaincre la Ville de faire passer le tracé par les boulevards de Versant-Nord et des Quatre-Bourgeois, jusqu’à de Marly.

Le président du Réseau de transport de la Capitale (RTC) et porteur du projet, le conseiller Rémy Normand, avait déjà indiqué que ce détour de 1,3 kilomètre coûterait entre 100 et 120 millions $ supplémentaires, argent actuellement non disponible. De plus, il évoquait notamment un temps de parcours prolongé de quatre à six minutes et le fait qu’on ne pouvait approcher une station à moins de 500 mètres de l’édifice du Revenu.

Mardi, le directeur de conception du tramway, Benoît Carrier, en a rajouté une couche. Il est allé jusqu’à parler de risque de déraillement si le tramway devait emprunter la courbe prononcée, et en pente, du boulevard du Versant-Nord.

Autre point majeur, selon le directeur, le passage du tramway, derrière les résidences de Pie-XII, permet de relier la future station de chemin Sainte-Foy–avenue McCartney, considéré comme un pôle de desserte majeur.

Actuellement, 2000 usagers y prennent chaque jour le transport en commun. De plus, indique-t-il, le noyau Saint-Benoît et Le Campanile comprend 8000 résidants, 1300 emplois et 1500 étudiants.

Comme si ce n’était pas suffisant, le RTC a dévoilé l’achalandage des autobus aux heures de pointe qui se rendent à la station de Marly. Les chiffres démontrent, selon les circuits, que le taux d’occupation des sièges varie d’aussi peu que 3 % à 27 %.

La suite

Voir aussi : Projet - Tramway.


9 commentaires

  1. Che

    19 juin 2019 à 15 h 04

    Je verrais bien un « Y » du parcours au niveau de QB / Pie-XII, avec le parcours actuel vers Cap-Rouge + une nouvelle antenne qui continue sur QB qui se termine à Marly. Les résidents sur Pie-XII vont avoir moins de tramways qui vont passer dans leur voisinage, le secteur Marly serait désservi et il n’y aurait pas de détour et de virages complexes. De plus, ça va probablement coûter moins cher que 120 millions.

    Est-ce que c’est un bon compromis ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Carl

      19 juin 2019 à 16 h 04

      Je pensais exactement la même chose, avec une légère modification à ce que vous suggérez:

      Il y aurait un Y complet à l’intersection Pie XII-Quatre Bourgeois, avec une antenne se prolongeant jusqu’aux environs de l’édifice Marly. Mais ce ne serait pas tous les services qui s’y rendraient; peut-être un train sur deux, ou même un train sur trois, en provenance du terminus Charlesbourg, se rendrait jusqu’à Marly, changerait de direction, puis repartirait vers le terminus Le Gendre.

      Tous les trains au départ de Le Gendre se dirigeraient vers Charlesbourg; pour les quelques individus qui monteraient aux deux premières stations qui souhaiteraient aller à Marly, ils n’auraient qu’à descendre à Pie-XII et à attendre un train allant dans l’autre direction. Ainsi, tout le monde est satisfait (à part les proprios de résidences situées du côté ouest de Pie-XII :-D )

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Dede Utilisateur de Québec Urbain

        19 juin 2019 à 16 h 35

        L’idée est bonne !

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        20 juin 2019 à 08 h 08

        L’avenir est tellement bon pour le TEC à l’agence du revenu que l’employeur s’est retiré du programme « L’abonne BUS » travailleur. Une personne sur deux au pseudo sondage scientifique avouait candidement ne pas utiliser le TEC mais promettant de l’utiliser si c’est le tramway/SLR.

        Quel montant supplémentaire pour une service qui ne sera pratiquement pas utilisé en dehors des heures de pointe et la fin de semaine?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        20 juin 2019 à 08 h 11

        « Il y aurait un Y complet à l’intersection Pie XII-Quatre Bourgeois, avec une antenne se prolongeant jusqu’aux environs de l’édifice Marly. Mais ce ne serait pas tous les services qui s’y rendraient; peut-être un train sur deux, ou même un train sur trois, en provenance du terminus Charlesbourg, se rendrait jusqu’à Marly, changerait de direction, puis repartirait vers le terminus Le Gendre. »

        Je vous laisse deviner ce que pense Jarett Walker d’ajouter ce genre de complexité. Il est assez clair à ce sujet dans son livre « Human Transit ».

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Carl

        20 juin 2019 à 10 h 19

        D’une part je suis un fan de Walker et je connais bien ses opinions. D’autre part, des lignes de trams / trains légers / métro qui ont plus qu’un itinéraire, ça existe dans des douzaines de villes de part le monde, et ça semble fonctionner relativement bien. Lorsque j’habitais à Stockholm, la station de métro de mon quartier était située sur une des deux branches nord de la ligne rouge, et aussi surprenant que cela puisse l’être, je ne me trompais jamais de train lorsque je prenais le métro pour rentrer chez moi, parce que je sais lire…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. Carl Pilon

    20 juin 2019 à 10 h 19

    D’une part je suis un fan de Walker et je connais bien ses opinions. D’autre part, des lignes de trams / trains légers / métro qui ont plus qu’un itinéraire, ça existe dans des douzaines de villes de part le monde, et ça semble fonctionner relativement bien. Lorsque j’habitais à Stockholm, la station de métro de mon quartier sur une des deux branches nord de la ligne rouge, et aussi surprenant que cela puisse l’être, je ne me trompais jamais de train lorsque je prenais le métro pour rentrer chez moi, parce que je sais lire…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. PPDaoust

    20 juin 2019 à 11 h 12

    Aux heures de pointe sur Quatre-Bourgeois, entre Pie XII et Revenu Québec, c’est pas les autos-solos qui manqueront, même après le tramway.

    Que les travailleurs de Marly covoiturent (avec leurs collègues de surcroit) sur le 1.2 km qui manque.

    À moins que notre civilisation ne soit pas prête à cette intense contorsion culturelle.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      20 juin 2019 à 21 h 11

      @ Carl
      Relisez les chapitre 4 et 6 de son livre.

      Je ne prétend pas que ça ne se fait pas. Par contre je présume qu’à Stockholm on a pas ajouté cette complexité et ses coûts additionnels
      seulement pour une clientèle de travailleurs aux heures de pointes du lundi au vendredi seulement. Si l’alternative vers Marly desservait deux quartiers nous pourrions avoir une autre discussion sur le sujet.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *