Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


La place Jacques-Cartier: le diamant perdu de la basse-ville

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 septembre 2019 1 commentaire

Louis Bélanger
Point de vue
Le Soleil

POINT DE VUE / L’agrandissement de la bibliothèque Gabrielle-Roy qui débutera dans les prochains jours réduira encore l’espace public de la place Jacques-Cartier. Le journal Le Soleil croyait pourtant que c’était impossible (10 décembre 2017). Pourra-t-on encore parler d’une «place publique», tant l’espace y sera restreint?

Il y a tout juste cinq ans, la construction de la tour Fresk avait réduit comme peau de chagrin ce lieu public qui représentait le cœur du quartier Saint-Roch, sinon de la ville. Un repère important de Québec disparaissait ainsi. Déjà, plus personne ne pouvait se douter qu’il y avait eu là un monument de Jacques Cartier et une vaste place publique qui avait servi de lieu de rencontre et de ralliement de nombreuses fois dans l’histoire. Faudra-t-il mettre une plaque commémorative rappelant l’existence de cette place et de son monument?

Lors de perte patrimoniale, on déplore souvent l’action des promoteurs, mais dans le cas de la Place Jacques-Cartier, c’est la Ville elle-même qui a failli à son devoir de conservation. La tour pouvait être érigée tout à côté de la place et permettre, en face de la principale bibliothèque de la ville, l’aménagement d’une place digne de ce nom.

En fait, la chose peut-être la plus étonnante dans l’élimination de cette place historique est la faible protestation qu’elle a suscitée. Pourquoi tant d’habituels défenseurs du patrimoine sont-ils demeurés muets? Serait-ce que la place Jacques-Cartier, comme on le disait autrefois de la rivière Saint-Charles, a le défaut d’être située à la basse-ville? Se peut-il que la Ville ait misé pour sa triste besogne sur le manque d’intérêt des Québécois pour la basse-ville?

Jean-Paul L’Allier, s’étonnait que Saint-Roch ait été négligé depuis longtemps. Il voyait la beauté architecturale de ce quartier, son potentiel, son caractère à la fois urbain et humain. Il se désolait que le centre-ville ait été vidé pendant 30 ans au profit de la banlieue, ce qu’il estimait contraire à l’intérêt public.

Aujourd’hui, des intérêts privés préparent ce qu’ils appellent eux-mêmes un «nouveau centre-ville des affaires» à près de 8 km de l’actuel. Et le maire approuve… Au fond, le souhait de Jean-Paul L’Allier pour Saint-Roch et la basse-ville était peut-être de susciter un nouvel intérêt, une fierté des Québécois envers cette partie du centre-ville. La faible opposition à l’élimination de la place Jacques-Cartier montre que ce message a encore besoin d’être entendu.

La suite

Un billet précédent en 2016

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Histoire, Patrimoine et lieux historiques.


Un commentaire

  1. paradiso Utilisateur de Québec Urbain

    7 septembre 2019 à 13 h 38

    La place Jacques-Cartier a été supplantée par le Jardin Jean-Paul-L’Allier comme lieu de détente.

    Cet emplacement demeure tout de même stratégique pour le centre-ville. J’ai hâte que le chantier de la bibliothèque soit complété, question d’avoir une placette refaite à neuf d’ici 2022.

    Entre Saint-Vallier et de la Couronne, la rue St-Joseph a l’air d’un dépotoir. Malgré la vitalité des commerces, les infrastructures sont en fin de vie utile, la saleté omniprésente, le déneigement aléatoire. Ça fait vraiment pitié à voir. Il est temps que ça bouge.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *