Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Tramway de Québec: des bouleversements en vue pendant la construction

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 11 décembre 2019 13 commentaires

Stéphanie Martin
Taëb Moalla
Journal de Québec

Avec la construction du tramway, Québec subira de nombreux changements. La Ville de Québec a présenté mardi les impacts environnementaux, recensés dans une brique de 1200 pages par la firme Aecom. On prévoit des soucis dans la circulation pendant la construction, mais des bénéfices à long.

Quelque 358 acquisitions de terrains ou de parties de terrains sont prévues pour la réalisation du tramway. De ce nombre, 19 propriétés (14 terrains construits et 5 terrains vacants) vont disparaître du paysage. La Ville de Québec reconnaît que ces acquisitions «constituent un des grands enjeux du projet». La municipalité dit privilégier l’approche d’acquisitions de gré à gré, mais n’exclut pas de recourir à l’arme de l’expropriation. La loi récente adoptée par le gouvernement du Québec autorise la Ville à procéder sans possibilité de contestation judiciaire. La Ville de Québec demeure discrète quant à l’emplacement précis des 19 propriétés visées. Elle dit vouloir d’abord rencontrer les propriétaires touchés au début de 2020.

La Ville de Québec pense rentabiliser son investissement de 300 millions $ pour la construction du réseau structurant de transport d’ici 25 à 30 ans. À cet horizon-là, les taxes foncières générées par les nouvelles constructions permettraient d’éponger l’investissement municipal initial, calcule-t-on. Le mégaprojet coûtera 3,3 milliards $, dont 300 millions $ à la charge de la Ville. Aussi, la municipalité évalue que les bâtiments résidentiels et commerciaux, situés dans une zone de 800 mètres du réseau, enregistreront une hausse relative de valeur comprise entre 3 % et 5 % «au-delà de la valeur moyenne sans la présence du réseau structurant».

Dans le cas où on choisirait de construire un nouveau pont sur la rivière Saint-Charles au lieu d’emprunter le pont Drouin, l’impact serait majeur, a noté la firme Aecom. On devrait alors empiéter sur le parc des Naissances et sur le jardin communautaire Sainte-Odile. On évaluera la possibilité de déplacer les arbres du parc et le jardin.

Le secteur du parc Jean-Paul-L’Allier changera complètement d’allure avec la sortie du tunnel, qui sera située tout près. On verra donc apparaître deux voies de tramway qui s’engouffreront dans un tunnel, ainsi qu’une station disposée de chaque côté.

Les citoyens ressentiront les impacts les plus importants dans la circulation lors de la période de construction. Même le transport collectif sera perturbé, surtout sur les parcours 800 et 801 qui suivent le tracé du tramway.

Le secteur du boulevard René-Lévesque est étroit et sensible et pourrait subir des impacts visuels importants en raison de la coupe d’arbres matures, qui sera inévitable. La Ville promet de limiter l’abattage et de replanter plus d’arbres qu’elle en aura coupé.

Selon les prévisions, la construction débutera en 2022 et le tramway entrera en fonction en 2026. D’après le scénario évoqué au cours des derniers mois, le chantier évoluera d’ouest en est, puisque le garage principal est situé dans le secteur Mendel. Mais hier, le maire a nuancé, précisant que le calendrier des travaux n’est pas fixé à ce stade-ci. Le consortium doit bénéficier d’une marge de manœuvre, sinon les coûts pourraient grimper, dit Régis Labeaume.

Actuellement dominé par l’asphalte, le boulevard Laurier sera réaménagé. On ajoutera de la végétation et des aménagements paysagers. Le tramway circulera au centre. On devra exproprier du côté nord et on empiétera du côté sud sur le petit boulevard Laurier pour permettre son insertion.

La suite

Voir aussi : Projet - Tramway.


13 commentaires

  1. Sam

    11 décembre 2019 à 09 h 07

    Passer sur Hochelaga via Université Laval au lieu de Laurier me semble plus logique, moins cher et avec moins d’impact négatif sur le traffic en général, Ou encore mieux à travers les stationnements des 3 centres d’achats, à côté du Canadian Tire, entre les Ibervilles jusqu’au phare…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • «Le» lecteur assidu

      11 décembre 2019 à 10 h 02

      @ « Sam »

      « Malheureusement », c’est impossible.

      Trop simple, trop logique, pas assez cher !

      P.S. Sans limiter ce qui précède, le maire Labeaume a déclaré hier, à la « tivi », qu’il était parlable si tant est que… Je vous souhaite qu’il vous lise ce matin .

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Jeff M

      11 décembre 2019 à 15 h 40

      Ouais et après les gens du CHU vont écrire une lettre ouverte à leur tour trouvant insensé qu’on ne passe pas chez eux et du côté des devantures et de la densité du boul Laurier. Parce que tsé, Hochelaga, ça reste Hochelaga. Ensuite les gens qui cherchent les bibites vont récupérer ça pour dire que le projet et mal foutu.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Dany Lo.

        11 décembre 2019 à 20 h 09

        Absolument, le transport le plus lourd doit absolument passer sur le boulevard laurier, et doit aussi absolument passer sous le Phare. Je sais que certains ne sont pas d’accord avec le projet, mais pour moi, c’est l’occasion d’installer 163 étages de travailleurs, d’habitants et de commerçants sur une station de transport en commun souterraine qui pourra les mener partout où ils voudront sans mettre le pied dehors pour embarquer. Pour moi, la plus grosse erreur de la ville est d’avoir annuler le Trambus jusqu’à la station du Phare. Imaginer quelqu’un venant de Lévis et voulant se rendre à une destination sur le tracé du Trambus. Il devra prendre l’autobus à Lévis, embarquer dans le tramway sous le Phare, puis embarquer dans le Trambus au pôle de l’université, ça devient vite compliquer. Pourquoi ne pas avoir fait passer le Trambus sur Hochelaga, ils refont le boulevard de toute façon?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  2. Che

    11 décembre 2019 à 09 h 44

    Dans l’article, la photo qui illustre l’abattage d’arbres montre un secteur du boul. René-Levesque dans lequel le tramway va circuler en souterrain !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Insider

    12 décembre 2019 à 08 h 54

    C’est amusant de voir le groupuscule invoquer qu’il n’y aura pas ce genre d’impact avec le métro.

    Ce qui veut dire qu’il faudra faire des travaux sur Laurier, après Hochelaga ( comme mesure de mitigation pendant les travaux sur Laurier ). Et doit-on supposer qu’un ne voudra faire des travaux sur Mendel afin de désenclaver ce secteur en développement?

    Ne pas inclure ces coûts dans le cas où nous aurions choisi le métro et présumer que nous aurions rien fait sur Hochelaga, Laurier et Mendel ( pour désenclaver ce secteur en développement ) ce n’est « pas prendre le monde pour des caves »?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • jeand Utilisateur de Québec Urbain

      12 décembre 2019 à 12 h 34

      Selon le maire les caves c’est CD Howe, le maire et vous(plus Remy Normand) avez la particularité d’être méprisant envers tout ceux dont l’opinion est différente des vôtres.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        12 décembre 2019 à 16 h 27

        Si vous appuyiez vos prétentions avec quelque chose de plus solide comme des faits vous n’auriez pas besoin de lire du mépris de ma part là où il n’y en a pas. Si seulement vous mettiez autant d’effort pour lire des études, questionner les membres du milieu académique et les experts d’un domaine que vous en investissez pour analyser mon style nous aurions peut-être fait des progrès dans le débat.

        Il ya a long temps que mes attentes pour ce qui vous concerne ne sont plus bien hautes car à la longue on perd espoir. ;-)

        PS rigolo que vous vous soyez senti visé. lol

        Signaler ce commentaire

         ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *