Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Le rapport du BAPE dévastateur pour le projet de tramway

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 9 novembre 2020 79 commentaires

Source : Taïeb Moalla, Journal de Québec, le 9 novembre 2020

Dans un rapport très critique rendu public lundi matin, le BAPE estime que le futur tramway de Québec ne répond pas «de façon optimale» aux besoins de la région de la Capitale-Nationale. Il suggère à la Ville de Québec d’examiner d’autres options pour un réseau de transport structurant. «La commission considère qu’il est nécessaire que l’initiateur procède à une nouvelle analyse des options permettant, le cas échéant, de développer un projet qui réponde davantage aux défis de mobilité sur le territoire, dans une perspective régionale, en mobilisant, notamment, certaines des études réalisées ces dernières années», concluent les commissaires du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) dans leur rapport de 441 pages.

D’après eux, «même si le projet de tramway proposé constitue incontestablement une amélioration du réseau de transport collectif de la ville sur le plan de l’offre de service, sa capacité à répondre de manière optimale aux défis de mobilité de la ville, et plus largement à ceux de la Communauté métropolitaine de Québec, n’est pas démontrée. Cela est d’autant plus préoccupant lorsque l’on considère le montant des fonds publics engagés et les importantes répercussions du projet sur le milieu».

la suite

Le rapport intégral

La réponse de la Ville de Québec:

Publication du rapport du BAPE sur le tramway : un rapport tronqué, biaisé et incohérent juge la Ville de Québec

Québec, le 9 novembre 2020 — La Ville de Québec a réagi à la publication, ce matin, du rapport du BAPE portant sur le projet de construction d’un tramway à Québec. Contre toute attente, la Ville y a trouvé peu de propositions ou d’orientations qui lui permettraient de faire progresser le volet tramway de son réseau structurant de transport en commun. La Ville a plutôt relevé une série d’affirmations erronées et contradictoires. Elle en vient ainsi à la conclusion qu’il ne s’agit pas d’un rapport d’analyse, mais plutôt d’un rapport de consultation tronqué, biaisé et rempli d’incohérences.

« Je suis renversé, s’est exprimé M. Régis Labeaume, maire de Québec. Après des travaux de seulement quatre mois, avec une équipe réduite d’analystes, la commission prétend que le projet n’est pas optimal pour la ville de Québec, tant du point de vue de la planification du transport en commun que de celui de l’aménagement du territoire. La commission n’a pas tenu compte des efforts rigoureux de planification réalisés depuis maintenant 10 ans. Ces efforts sont imbriqués dans nos planifications territoriales en termes d’aménagement et de transport et découlent de l’expertise de haut niveau de nos équipes. Plusieurs itérations et propositions ont vu le jour avant d’en arriver au projet de réseau structurant de transport en commun proposé par la Ville. Tous ces exercices ont considéré le tramway comme mode privilégié, puisqu’il répond à la fois aux contraintes géographiques de Québec et à la demande en transport en commun. »

« De plus, le rapport de la commission tronque complètement les bénéfices positifs permanents, qui sont explicitement démontrés dans l’étude d’impact sur l’environnement. Ce sont plus de 1000 pages, ainsi que plusieurs études sectorielles, qui ont été déposées auprès du MELCC, a ajouté M. Labeaume. Ces documents ont d’ailleurs été jugés recevables par le MELCC, et ce, avec la perspective de l’ensemble des ministères impliqués. À ce titre, depuis des mois, la Ville collabore avec plusieurs ministères et organismes du gouvernement du Québec, qui l’ont accompagnée stratégiquement dans la planification et la conception du projet et qui ont endossé les différentes étapes franchies. Elle a également compté sur l’apport de nombreux spécialistes internationaux. »

« Les conclusions du rapport discréditent également complètement les appuis gouvernementaux déjà reçus. Tant les gouvernements libéral et caquiste au niveau provincial que le gouvernement fédéral ont déjà consenti à financer le réseau structurant, rappelle M. Labeaume. La Ville a également reçu l’appui des organismes en développement durable du Québec et de la région, de la communauté d’affaires et des organisations jeunesse. Ce sont 126 mémoires favorables au projet qui ont été déposés dans le cadre de l’audience publique, soit 68 % de tous les mémoires reçus, une majorité claire. Certains des avis contenus dans le rapport se retrouvent également en complète contradiction avec le projet de loi n°66 qui vise à accélérer la réalisation de grands projets d’infrastructures publiques, essentiels à notre relance économique. »

Des incohérences et des faussetés

À la lecture du rapport de plus de 400 pages et des 14 pages composant son sommaire et sa conclusion, plusieurs éléments soulevés par la commission méritent d’être précisés ou rectifiés, notamment en regard du cadre budgétaire, de la portée régionale du projet ainsi que de l’arrimage avec le Tunnel Québec-Lévis, de l’aménagement du territoire et du développement de la ville, des prémisses à considérer pour la configuration d’un réseau de transport en commun, du choix du mode de transport, du tracé retenu ainsi que de la consultation citoyenne.

À ce titre, et ce, malgré les insinuations de la commission, la réalisation du projet du Tunnel Québec-Lévis n’a jamais été une condition du gouvernement provincial pour que la Ville de Québec réalise son projet. Le tramway et le réseau structurant ont toute leur raison d’être, avec ou sans cette infrastructure. De même, les 22 km du tracé du tramway visent à desservir les axes où l’on retrouve la plus forte concentration d’activités et de déplacements. Il s’agit de la colonne vertébrale sur laquelle les services en périphérie, incluant ceux des MRC limitrophes et de la Rive-Sud, se grefferont. Le mandat de la commission était de mener une audience publique concernant la construction d’un tramway sur le territoire de la ville de Québec. Il est ainsi surprenant que la portée de ses conclusions s’effectue à l’échelle du territoire de la Communauté métropolitaine de Québec. Il importe également de rappeler que le réseau structurant est inscrit au Schéma d’aménagement et de développement révisé de l’agglomération qui a d’ailleurs été approuvé par le gouvernement du Québec. Finalement, le rapport laisse croire que la Ville s’astreint à un budget de 3,3 milliards de dollars, alors que le respect du budget est plutôt un impératif fixé par le gouvernement du Québec. Ce dernier a répété à de multiples reprises qu’il financerait le projet à hauteur maximale du 1,8 milliard de dollars.

Une commission qui déborde de son mandat

La Ville de Québec considère que la commission a élargi le mandat qui lui a été confié par le ministre. Rappelons que le mandat reçu par le BAPE consistait à :

[…] tenir une audience publique concernant le projet de construction d’un tramway sur le territoire de la ville de Québec dans le cadre du projet de réseau structurant de transport en commun par la Ville de Québec et de […] faire rapport de ses constatations ainsi que de l’analyse qu’il en aura faite. En effet, les enjeux que soulève le projet, notamment en lien avec le choix du tracé, la circulation, les nuisances potentielles associées au chantier et l’acceptabilité sociale, justifient la tenue d’une audience publique […]

La commission a plutôt choisi d’analyser le projet de réseau structurant dans son ensemble, dans lequel s’inscrit le tramway, ce qui dépassait déjà la portée de son mandat. En aucun cas, celui-ci ne consistait à revoir le mode de transport en tant que tel, mais bien plutôt à analyser les enjeux soulevés par le projet de tramway proposé. La commission s’est également attardée à plusieurs autres aspects qui excédait le cadre de son mandat, dont la tarification sociale, l’incidence du projet sur les femmes ainsi que l’aménagement du territoire sur lequel elle met une emphase démesurée.

Prochaines étapes

La Ville rappelle qu’elle a demandé elle-même de se présenter en audience publique auprès du BAPE, dans le cadre du processus d’évaluation environnementale. Elle s’attendait à un exercice du BAPE constructif qui lui aurait permis d’améliorer le projet. La Ville estime que toutes les questions relatives à la pertinence du tramway comme mode de transport, à la complexité de son insertion dans la trame urbaine et au choix des secteurs desservis ont été traitées dans le cadre de l’étude d’impact sur l’environnement, de l’audience publique de même que dans les réponses fournies aux 422 questions reçues, dont 253 questions du MELCC et 169 questions de la commission. À ce titre, elle a fait preuve d’une grande collaboration en répondant à toutes les questions de la commission d’enquête, autant lors de l’audience publique que dans ses demandes ponctuelles postérieures. La Ville considère qu’elle a agi avec transparence et diligence tout au long du processus.

« La Ville ne reviendra pas à l’étape de l’analyse des options, a conclu M. Labeaume. À vouloir suranalyser, nous paralysons notre société. Il est maintenant temps d’agir. Faire autrement se résumerait à pénaliser les citoyens de Québec, d’aujourd’hui et de demain, qui méritent un réseau structurant de transport en commun. L’étude d’impact sur l’environnement, jugée recevable par le MELCC, démontre clairement les bénéfices importants, positifs et permanents pour Québec et ses citoyens. Le tramway et son réseau répondent aux besoins de mobilité et aux défis de notre territoire. Les citoyens de la merveilleuse ville de Québec, mais également de toute la grande région, bénéficieront d’un service attrayant ainsi que d’une intégration urbaine de qualité et sensible aux quartiers traversés. La Ville de Québec poursuit son travail, sous le signe de la collaboration avec le gouvernement et les parties prenantes impliquées, et continuera à faire preuve d’ouverture et de transparence. »

Le communiqué

Le communiqué du REM suite à leur rapport du BAPE avec annotations ajoutées par la Ville de Québec. A lire.

Réaction des Jeunes de Québec pour la mobilité durable au depôt du rapport du BAPE

La job de bras du BAPE François Bourque (Le Soleil)

La CAQ rejette l’actuel projet de tramway Jean-François Néron (Le Soleil). Un extrait: Le ministre des Transports a tranché. Son gouvernement n’appuie pas le projet de tramway si la Ville n’y apporte aucune amélioration pour desservir les banlieues. François Bonnardel a confirmé les intentions de la CAQ mardi matin au lendemain du dépôt d’un rapport dévastateur du Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE), déconseillant le gouvernement d’y donner son aval. «Ce projet ne sera pas appuyé par le gouvernement s’il n’y a pas d’améliorations, de bonifications pour les banlieues de Québec», a déclaré le ministre.

La réaction d’Anne Guérette au rapport du BAPE lors d’une entrevue à Radio-Canada

Labeaume a raison : ce rapport est une honte François Cardinal, éditorialiste, La Presse. Un extrait: Le maire Labeaume a raison : ce rapport est une « honte ». Il rappelle en ce sens le rapport du BAPE de 2017 sur le Réseau express métropolitain (REM). Un rapport qui démolissait le projet de train électrique comme s’il s’agissait d’une usine de liquéfaction de gaz naturel (on est d’ailleurs impatient de lire le rapport sur GNL Québec après ces deux rapports…). Le problème du REM : il n’était pas parfait et ne réglait pas tous les problèmes. Le problème du tramway de Québec : même chose. Il « ne permet pas à lui seul d’atteindre tous les objectifs de mobilité durable », selon les commissaires, donc sa contribution s’avère « incertaine, voire limitée » ! Manifestement, on oublie que la perfection n’est pas de ce monde. Et que le mieux est l’ennemi du bien. Le tramway de Québec, comme le REM à Montréal, a ses défauts. Mais les deux projets ont le mérite de desservir des milieux denses où le potentiel de transfert de l’auto au transport collectif est fort. Ils font également le lien avec le réseau routier et les parcours existants de bus, de métro ou de métrobus. Mais de ça, les commissaires ne font rien. Comme s’ils n’avaient pas plus d’intérêt pour la partie « environnement » de leur mandat que pour celle portant sur les « audiences publiques ».

Voir aussi : Tramway à Québec, Transport, Transport en commun.


79 commentaires

  1. Insider

    9 novembre 2020 à 09 h 44

    Le BAPE va-t-il être aussi critique pour les projets qui incarnent des promesses électorales de la CAQ?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Che

      9 novembre 2020 à 10 h 17

      Peut-être qu’il sera aussi critique. Mais je vous garantit que, si le projet (3e lien) a l’appui de la population et du gouvernement, l’avis du BAPE va être promptement ignoré dans ce cas.

      Des fois il faut reconnaître les réalités politiques : Le BAPE n’est qu’un accessoire. La volonté politique prime.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Jeff M

      9 novembre 2020 à 18 h 34

      Sérieux, plus je lis ce rapport, plus je vois que c’est un torchon.
      Ils ont clairement fait un tri des avis reçus en audience.
      Sur le métro – même léger, sur la pandémie, ils se sont faire dire le contraire que ce qu’ils laissent entendre.
      Et de conclure que pas sûr si ça doit aller à Legendre (la seule foutue place où on est capable d’insérer le garage d’entretien sans raser un quadrilatère complet) et de demander pourquoi ça ne se rend pas à l’aéroport… WTF. Ils virent ça de tout les côtés pour faire mal paraître le projet.
      C’est surprenant d’en arriver là, et triste pour la réputation de cette institution, qui visiblement n’est qu’un instrument au service d’un agenda politique. Parlez-en à ceux qui s’intéresse à GNL Québec.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  2. Che

    9 novembre 2020 à 10 h 15

    La CAQ voulais une excuse pour tuer le projet. La voici. En espérant que la prochaine mouture (la 3e ? 4e ? j’ai perdu le fil) va être la bonne.

    On vient de repousser l’échéance d’un bon 5-10 ans.

    J’ai hâte de voir les alternatives qui seront proposés.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      9 novembre 2020 à 11 h 01

      « J’ai hâte de voir les alternatives qui seront proposés. »

      Espérons qu’à Montréal nous auront leur collaboration sinon on va devoir attendre notre tour pour les millirads en attendant les modficiations des règles de financement du TEC.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • PPDaoust

      9 novembre 2020 à 11 h 18

      En même temps Che, il y a des aspects du projet qui n’ont pas de sens. L’antenne Le Gendre par exemple. L’aspect non-struturant du tracé en est un autre, sans oublier que le tramway, c’est beaucoup plus un « upgrade » du la ligne 801 qu’une révolution totale d’un réseau.

      La vraie révolution, c’est reconfiguration du réseau qui se poursuit. Les pôles d’échange vont de se construire pareil. Par exemple, moins d’autobus vont monter en haute ville, ce qui aura un effet positif sur le service. En gros, l’aspect le plus important du réseau structurant tient toujours.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        9 novembre 2020 à 13 h 34

        Le centre d’entretien vous l’auriez situé où?

        N’oubliez pas qu’il y a probalement un enjeu redondance en alimenation électrique et on a appris avec la crise du verglas que c’est un détail important. ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  3. urbanoïd

    9 novembre 2020 à 10 h 22

    POP! Champagne pour tous.
    Nous pourrons enfin analyser toutes les solutions de transport en commun et faire un débat qui n’a jamais eu lieu.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. PPDaoust

    9 novembre 2020 à 10 h 52

    Je suis un peu sous le choc mais pas tant surpris. J’ai passé en revue les portions qui parlent du tracé. Je vais approfondir ma lecture à la maison ce soir…

    Depuis le début nous beaucoup à voir ce Tramway comme n’étant qu’un beau jouet remplaçant les Métrobus alors que partout dans le monde, le Tramway est choisi avant tout pour son aspect structurant. Or, en haute-ville, il n’y a plus rien à structurer.

    Extrait :  » De l’avis même de l’initiateur, et contrairement au projet antérieur de service rapide par bus, le réseau a été conçu dans le but d’offrir une desserte des principaux générateurs d’emplois et d’activités plutôt que de
    participer à des objectifs de requalification urbaine. »

    Les pôles d’échange, spécialement celui de St-Roch, c’est véritablement la clé pour la Haute-ville. Heureusement que cette partie va se faire. Ça va réduire le nombre d’autobus en haute ville. Je répète, les Métrobus (pourquoi pas électriques) en haute ville sur voies dédiés, c’est suffisant, moins coûteux, moins dérangeant et aussi rapide.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      9 novembre 2020 à 10 h 59

      « Je répète, les Métrobus (pourquoi pas électriques) en haute ville sur voies dédiés, c’est suffisant, moins coûteux, moins dérangeant et aussi rapide. »

      Se peut-il qu’en haute-ville le métorubus ait atteint ses limites à l’heure de pointe? Quand il y a 3 métrobus l’un derrière l’autre sur la Colinne parlementaire on a un bon indice à ce sujet. On a beau prétendre que les pôles d’emplois ne sont pas là et miser plus sur la requalification on va perdre des clients qui ont une alternative. J’évite le métrobus au Centre-Ville depuis de nombresues années à cause des piètres condifions côté confort.

      Et là on se bat pour reporter à nouveau le projet et en faire une xième refonte. Et qui dit qu’il ne faudra pas retourner à nouveau se battre pour obtenir des milliards qui sont prévus pour Montréal.

      Ce fameux mystère Québec! Misère…

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPDaoust

        9 novembre 2020 à 11 h 25

        Pour avoir habité 7 ans sur René-Lévesque face au complexe G, je sais de quoi vous parlez. La situation est effectivement ridicule aux heures de pointe.

        Je vous dirais que le problème, ce n’est pas tant les Métrobus que l’agglutination des express à moitié vides. Avec le pôle d’échange St-Roch, leur nombre va baisser drastiquement.

        Parlant des Métrobus, on pourrait peut-être les remplacer par des véhicules de plus grande capacité. Des Trambus peut-être? On jase…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        9 novembre 2020 à 11 h 35

        « Je vous dirais que le problème, ce n’est pas tant les Métrobus que l’agglutination des express à moitié vides. Avec le pôle d’échange St-Roch, leur nombre va baisser drastiquement. »

        C’est en partie ça et en partie le fait que ça devient une « run » de lait, trop de personnes qui embarquent et sortes aux arrêts et la difficulté de le faire avec trop de personnes debouts qui rednre la circulation difficile à l’intérieur ( ce que certains appellent à la blague l’étau-bus ). Dans ce contexte même en enlevant les express ça ne sera pas résolu totalement.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  5. Jeff M

    9 novembre 2020 à 11 h 26

    Le métro léger a été taillé en pièce lors des audiences. C’est pas sérieux de les voir remettre ça.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Che

    9 novembre 2020 à 11 h 27

    « Les pôles d’échange, spécialement celui de St-Roch, c’est véritablement la clé pour la Haute-ville. Heureusement que cette partie va se faire. »

    Je ne suis pas certain de la faisabilité (ni de l’efficacité) de faire arrêter les express au pôle St-Roch, puis de transférer par des Métrobus. Je ne crois pas que les Métrobus aient la capacité nécessaire pour suffir à la demande. De plus, ils ne permettent pas tellement de gain d’efficacité pour l’utilisateur.

    L’idée de tranformer le réseau point à point en réseau basé sur les pôles d’échange dépend de l’implantation d’une colonne vertébrale efficace.

    D’après moi, on s’enligne plutôt pour avoir des améliorations incrémentales jusqu’à ce que le « nouveau projet » soit réalisé.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. Francis L

    9 novembre 2020 à 11 h 30

    Le BAPE ne semble pas considérer qu’à trop vouloir la perfection, c’est l’immobilisme qui gagnera. La descertes des banlieues ne va pas s’améliorer si celle du centre-ville reste la même. D’ailleurs, même au centre-ville, la motorisation de la population est très élevés.

    En produisant ce rapport avec que des objections et aucune solution, le BAPE fait des fleurs aux pro-tout-à-l’auto. Pourtant, quand le projet est situé à Montréal, là le BAPE n’a pas le même discours.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      9 novembre 2020 à 11 h 38

      « Pourtant, quand le projet est situé à Montréal, là le BAPE n’a pas le même discours. »

      Comme si cet orgamisme faisait de la politique et que les […] de citoyens de Québec étaient heureux de se faire […] !

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Francis L

        9 novembre 2020 à 17 h 28

        En fait, je vais devoir me rétracter : le BAPE avait aussi soumis un avis défavorable par rapport au REM. Ça avait permis d’améliorer un peu le projet, qui est maintenant en construction. Faisons pareil à Québec : bonifions le projet actuel, mais sans en retarder l’échéancier.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        9 novembre 2020 à 17 h 46

        Dans le cas du REM à Montréal le BAPE a vu la grande majorité de ses recommendations reléguées à la filière 13.

        Quand tu as comme mandat principalement de te concentrer sur l’mpact environnemental et que tant pour le REM à Montréal et le projet de réseau structurant à Québec le lobby écologique te critique, à mon humble avis il est temps de faire un constat.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  8. Che

    9 novembre 2020 à 11 h 35

    Les véritables gagnants, c’est ceux qui ne croient pas en la pertinence d’un investissement majeur en TEC. C’est certainement l’avis de la majorité de la population de la région, ainsi que de la CAQ.

    Désolé, mais oubliez tout projet majeur de TEC dans la Capitale pour encore 10-20 ans. Le « bus rapide » a été rejeté, le tramway aussi. Le métro (léger ou pas) coûte plus cher et dessert encore moins les banlieues. Qu’est-ce qui reste ?

    Comme je l’ai mentionné dans un autre thread, on va se ramasser avec une bonification des express, des parc-o-bus, quelques voies réservées et une optimisation du réseau. Honnêtement, j’aime mieux ça que le « sur-place » actuel.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      9 novembre 2020 à 11 h 41

      Si notre entrepreneur en zoothérapie ne prend pas le pouvoir on peut espérer avoir mieux que l’utilisation des minibus et obtenir de nouvelles lignes métrobus. J’en connais un qui sera satisfait. ;-)

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • PPDaoust

      9 novembre 2020 à 12 h 10

      Le transport sur roues a encore beaucoup de potentiel. C’est flexible, ce qui est fort intéressant en ville.

      Je vous invite à lire Janet Sadik-Khan à ce sujet. Cette ancienne commissaire au transport à New York a fait un travail unanimement acclamé. Un de ses legs c’est la création de lignes de bus rapide à titre de colonne du réseau en surface.

      Je comprend votre goût pour le Tramway. C’est moderne et confortable, mais les avantages s’arrêtent là lorsqu’il est implanté dans des zones déjà fortement densifiés.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        9 novembre 2020 à 13 h 01

        « Je comprend votre goût pour le Tramway. C’est moderne et confortable, mais les avantages s’arrêtent là lorsqu’il est implanté dans des zones déjà fortement densifiés. »

        Si tout le trajet du tramway/SLR est fortement densifié allez-vous nous sacrer patience avec les immeubles de plus de 10 étages au nom de la sacro-sainte densification dans les secteurs de la ville concernés? ;-)

        P.S. Pour avoir eu l’opportunité d’échanger avec d’autres personnes reconnus par le milieu des initiés, je ne peux m’empêcher de soupconner que Janet Sadik-Khan serait plus nuancée dans ses propos.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Che

        9 novembre 2020 à 13 h 01

        « Je vous invite à lire Janet Sadik-Khan à ce sujet.  »

        Merci pour la référence, je vais aller voir ses présentations.

        « Je comprend votre goût pour le Tramway.  »

        Je crois que vous avez mal compris ma position. Je n’ai pas le goût uniquement pour le Tramway. J’ai le goût qu’on rende les TEC plus attirants pour le 21e siècle. Le Tramway était l’occasion de donner un grand coup en ce sens, mais les autres moyens sont bons, tant qu’ils amènent une réelle amélioration, et quant qu’ils sont RÉALISABLES.

        Comme j’ai dis dans mon post précédent, j’aime mieux avoir des améliorations majeures au réseau (peu importe le mode) dans les prochains 5 ans, plutôt qu’un projet qui ne se matérialisera pas à court moyen (metro). Si le tramway n’est pas le bon moyen, d’accord, mais je veux avoir l’équivalent de 3.3 milliards d’améliorations au réseau pour 2026. Ça peut être des autobus, un monorail, un TRAM, une catapulte, peut importe.

        Si un politicien veut vendre et s’engager à livrer en ce sens, je vais être le premier à appuyer.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Che

        9 novembre 2020 à 13 h 06

        « Le transport sur roues a encore beaucoup de potentiel. C’est flexible, ce qui est fort intéressant en ville. »

        Effectivement, les autobus sont flexibles. Les voies réservées le sont aussi. Ça permet à toute administration future de les enlever afin de gagner des votes auprès des automobilistes (qui vont rester majoritaires). Go flexibilité !

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        9 novembre 2020 à 13 h 16

        À Che

        +1. Merci pour votre précision.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        9 novembre 2020 à 13 h 16

        « Je crois que vous avez mal compris ma position. Je n’ai pas le goût uniquement pour le Tramway. J’ai le goût qu’on rende les TEC plus attirants pour le 21e siècle. Le Tramway était l’occasion de donner un grand coup en ce sens, mais les autres moyens sont bons, tant qu’ils amènent une réelle amélioration, et quant qu’ils sont RÉALISABLES. »

        +++1

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  9. Insider

    9 novembre 2020 à 13 h 08

    Combien de mois auront été nécessaires pour critiquer de façon si cinglante un travail fait sur plusieurs années par des spécialistes reconnus dans le domaine?

    Au lieu de s’étendre au-delà du mandat que le BAPE a, les commissaires auraient eu avantage à s’entourer de personnes compétentes sur le sujet.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      9 novembre 2020 à 15 h 52

      Moi je peux vous dire qu’au bureau de projet du MTQ, beaucoup de gens formés préféraient de loin le premier projet de SRB. Ce dernier a d’ailleurs été cogité beaucoup plus longtemps que celui du Tramway.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  10. Guibert

    9 novembre 2020 à 13 h 47

    Ce que je trouve frustrant et qu’on reproche une desserte insuffisante des banlieues tout en disant que le métro léger aurait dû être considéré. C’est totalement incohérent dans le sens où tout mode p’us lourd réduit la portée géographique potentielle du projet. Le tramway est pourtant un compromis qui agit comme un métro léger en tronçon souterrain et comme un mode de surface en périphérie.
    Bref, de la critique sans solutions et sans considérer les compromis nécessaires. Triste jour.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      9 novembre 2020 à 14 h 13

      « Ce que je trouve frustrant et qu’on reproche une desserte insuffisante des banlieues tout en disant que le métro léger aurait dû être considéré. C’est totalement incohérent dans le sens où tout mode p’us lourd réduit la portée géographique potentielle du projet. Le tramway est pourtant un compromis qui agit comme un métro léger en tronçon souterrain et comme un mode de surface en périphérie. »

      Vous vous attendiez à quoi étant donné les compétences des commissaires, le manque évident de volonté de s’entourer de personnes compétentes en TEC et ce tout en faisant preuve d’une souplesse incroyable pour redéfinir la mission du BAPE?

      Ce qui devait arriver s’est avéré.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • Carl

      9 novembre 2020 à 14 h 40

      Exactement: comment peut-on à la fois vouloir une meilleure desserte des secteurs plus éloignés, avec une solution technologique différente? Si on va vers une capacité moindre (pourquoi ferait-on ce choix?), on retourne vers les autobus. Si on demande une capacité plus élevée (train léger en surface, train léger enfoui, train à grand gabarit enfoui), on multiplie les coûts ou on raccourcit le réseau. Ce sont des intentions contradictoires.

      Et de quoi parle-t-on, exactement, quand on parle de banlieues, compte tenu que la ville de Québec s’étend des limites ouest des anciennes villes de Cap-Rouge et Sainte-Foy jusqu’à la rivière Montmorency, et du fleuve jusqu’au Laurentides? Lévis? Cette même ville de Lévis qui a refusé toute collaboration avec la ville de Québec jusqu’à maintenant, mettant tous ses œufs dans le panier du troisième lien?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  11. Antoine

    9 novembre 2020 à 14 h 10

    Et le troisième lien …. ?
    Et l’élargissement des autoroutes ???

    Évidemment le BAPE ne soulève pas l’aspect environnemental de ses projets

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      9 novembre 2020 à 16 h 07

      Ce mandat du BAPE portait sur la construction d’un Tramway, rien d’autre.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        11 novembre 2020 à 21 h 39

        « Ce mandat du BAPE portait sur la construction d’un Tramway, rien d’autre. »

        Insinuez-vous que le BAPE a exclut le dossier de la construction de la x-ième version du projet de 3e lien? Dans ce dossier du 3e lien, la CAQ, le MTQ et le maire de Lévis incarnent l’éléphant dans la pièce qui a réduit la contribution du privé. Devrait-on faire semblant que ça n’a pas eu d’influence sur le rapport du BAPE?

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  12. Insider

    9 novembre 2020 à 14 h 15

    « Évidemment le BAPE ne soulève pas l’aspect environnemental de ses projets. »

    Au fait, le BAPE s’est-il vraiment attardé sur l’aspect environemental du projet de réseau structurant? Avec son mandat, on pourrait s’attendre à ce qu’une grande partie du rapport porte sur ce sujet.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  13. Carl

    9 novembre 2020 à 14 h 24

    Donc le BAPE désire que le réseau soit plus structurant, desserve mieux les banlieues, et ne pense pas pour l’instant que la technologie retenue soit la meilleure.

    Donc, en gros, le BAPE désire encore plus d’autobus.

    Et, en reprenant la logique employée par le BAPE pour le projet de Québec, le métro de Montréal n’aurait jamais vu le jour, car les 26 stations et les lignes du réseau initial n’auraient pas été considérées comme ‘structurantes’ (traversant les secteurs déjà les plus denses, bien desservis, et ‘structurés’ de l’île de Montréal), et ne rejoignant aucune banlieue (le réseau initial, conçu et payé par la Ville de Montréal, n’était situé que sur son territoire, la station Atwater étant tout juste à la frontière avec Westmount.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      9 novembre 2020 à 15 h 27

      Peut-on qualifié le rapport du BAPE de travail « d’amateurs »?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • PPDaoust

      9 novembre 2020 à 16 h 02

       » car les 26 stations et les lignes du réseau initial n’auraient pas été considérées comme ‘structurantes’ (traversant les secteurs déjà les plus denses, bien desservis, et ‘structurés’ de l’île de Montréal) ».

      Oups, non Carl. Je crois que vous faites fausse route. Le métro de Montréal a été construit car le réseau en surface ne suffisait plus. Et on ne construit jamais un métro pour son aspect structurant.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Carl

        9 novembre 2020 à 16 h 17

        Je ne suis pas certain de suivre votre argument – ou celui du BAPE. On cherche présentement à remplacer à Québec un réseau qui ne suffit plus, ce que le métro a accompli à Montréal. Remplacer des autobus par d’autres autobus n’accomplira pas cela. Indiquer que le projet présenté n’a pas une capacité suffisante exige donc que l’on augmente la séparation physique et le gabarit des véhicules et qu’on allonge les rames – tous des facteurs qui augmenteront les coûts. Mais on demande aussi de mieux desservir les banlieues.

        Et arguer qu’on ne construit jamais un réseau pour son aspect structurant… pardon??

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        9 novembre 2020 à 17 h 02

        Montréal et Québec n’est pas une seconde comparable, encore plus lorsqu’on le fait dans le spectre des conclusions du rapport de BAPE. À Montréal, le Métro correspond à un besoin plus qu’évident. 1,36 millions de passage par jour. Et le REM qui s’en vient…

        Là-bas, pas le temps de niaiser comme ici. Ils n’ont pas ce luxe dont nous bénéficions.

        Québec, de par sa densité moindre et sa configuration générale, rend beaucoup moins évident l’opportunité d’un système très capacitaire comme le Tramway. Le BAPE s’en inquiète, nous constatons.

        Moi je pense que le BAPE vient de nous dire que le SRB était un meilleur projet. Donc oui ça veut dire remplacer des autobus par d’autres autobus, plus gros. Mais ça veut aussi dire utiliser la stratégie de rabattement, part intégrale du nouveau réseau à venir. La commissions semble d’ailleurs considérer cette stratégie moins négativement que le Tramway proprement dit.

        Encore une fois, je trouve qu’on capote beaucoup sur le Tramway. C’était la colonne vertébrale du réseau, certes, mais ça ne veut pas dire qu’on va continuer à s’enliser dans merde. De toute façon l’avons-nous déjà été? En retard, oui, dans la merde, non.

        « Et arguer qu’on ne construit jamais un réseau pour son aspect structurant… pardon?? »

        Métro. J’ai écris métro. Un métro, il s’en fait si peu. Pourquoi? Parce c’est fait d’abord pour transporter bein du monde sur de longues distances. C’est utilitaire. Voilà!

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        9 novembre 2020 à 17 h 06

        « Moi je pense que le BAPE vient de nous dire que le SRB était un meilleur projet. Donc oui ça veut dire remplacer des autobus par d’autres autobus, plus gros. Mais ça veut aussi dire utiliser la stratégie de rabattement, part intégrale du nouveau réseau à venir. La commissions semble d’ailleurs considérer cette stratégie moins négativement que le Tramway proprement dit. »

        Moi je pense que ce n’est que l’interprétation que vous en faites. Je ne suis vraiment pas convaincu que c’est le BAPE a dit.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        9 novembre 2020 à 17 h 16

        […] Je ne suis vraiment pas convaincu que c’est ce que le BAPE a dit.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        9 novembre 2020 à 18 h 14

        J’ai traité l’info de la section 5.3.4.

        Lorsque la commission exclut le SLR et le Métro, et qu’elle juge tronquée l’analyse des options technologiques pertinentes (qui semble se résumer pas mal au SRB), et qu’elle est contre la construction d’un Tramway, je déduis que leur préférence est le SRB.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        9 novembre 2020 à 18 h 49

        Avec le discours pour le moins étourdi que tient la commission j’hésite à exclure autre chose. ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • SimonG Utilisateur de Québec Urbain

        10 novembre 2020 à 14 h 43

        « Moi je pense que le BAPE vient de nous dire que le SRB était un meilleur projet. »

        J’ajouterais également cette prédiction en considérant le contexte actuel (trop long pour le résumer!) : La Ville se dotera au final d’un SRB. Le projet de Tramway ne lève toujours pas et Labeaume ne sera pas en mesure de renverser la vapeur d’ici l’élection. La Radio a coulé une première fois le SRB, la Radio a coulé le Tramway, mais cette même Radio sera moins hostile à un nouveau SRB, un compromis après que la Ville est passée près de se doter d’un Tramway.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  14. Jean François Côté

    9 novembre 2020 à 15 h 36

    J’ai toujours cru que la mission première du BAPE était l’environnement et non la gestion de transport en commun.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  15. Insider

    9 novembre 2020 à 15 h 40

    Oh boy! Le popcorn est bon en mautadine. Le BAPE en a pour son argent présentement en onde à RDI. Ça y est il a été dit que le BAPE fait de la politique… lol

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  16. Insider

    9 novembre 2020 à 17 h 13

    Lorsque Marc Roussin s’est fait demander ce qu’il avait à suggérer comme alternative il a répondu quelque chose du genre « Je n’ai pas les compétences pour opérer un système de transport en commun. »

    Si J’ai bien compris, il prétend être assez intelligent pour allumer le feu sans l’être suffisamment pour l’éteindre. Il est l’incarnation parfaite du « Monday Morning Quarterback »!

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  17. michel

    9 novembre 2020 à 17 h 58

    Bye bye tramway.
    Rebonjour SRB.
    Je l’ai écris ici-même sur ce blog il y a quelques semaines.

    Ceci dit, la réplique du maire au rapport du BAPE n’est pas surprenante. En un mot, elle est pathétique!

    Reste maintenant à patienter quelque peu pour avoir la réplique qui compte le plus, c’est-à-dire celle de la CAQ.

    En prenant pour acquis que celle-ci va accréditer la principale conclusion du rapport à l’effet que le tramway n’est pas optimal pour Québec, je me permets de réitérer à nouveau la nécessité de mettre sur pied un comité RÉGIONAL pour la planification et la mise en oeuvre de cet important chantier pour la mobilité RÉGIONALE.

    Il serait vraiment regrettable de ne pas faire aboutir le RSTC comme prévu en 2026. Surtout si c’est pour être un « Rebonjour SRB ».

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  18. Insider

    9 novembre 2020 à 18 h 20

    « Ceci dit, la réplique du maire au rapport du BAPE n’est pas surprenante. En un mot, elle est pathétique! »

    Mais encore.

    « Il serait vraiment regrettable de ne pas faire aboutir le RSTC comme prévu en 2026. Surtout si c’est pour être un « Rebonjour SRB ». »

    Et pourtant on s’acharne pour que ça n’aboutisse pas en 2026! Pour moi, il n’y a rien de réjouissant dans l’idée de rétropédaler une fois de plus.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  19. Chrid

    9 novembre 2020 à 19 h 50

    Moi qui pensait que Québec était entrain de passer au 21ie siècle avec son projet de tramway. Ça va être une joke pendant combien de temps encore cette ville? Sérieux? Si le BAPE discrédite un projet comme le tramway pour des raisons aussi obscures, clairement c’est parce qu’il y a anguille sous roche. Le métro de Montréal tel qu’il est ajd ne s’est pas construit en un seul projet, et il n’est pas parfait. Faut commencer quelque part et bonifier par la suite avec d’autres enveloppes budgétaires. Une vraie de vraie joke. Jusqu’à maintenant, la CAQ avait mon vote. Mais si c’est leur excuse pour faire couler le projet y vont me perdre pour de bon.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      10 novembre 2020 à 09 h 56

      « Jusqu’à maintenant, la CAQ avait mon vote. »

      Avec ce que le ministre Bonardel a dit tout à l’heure si la CAQ obtient mon vote dans le futur c’est que ce sera de la fraude car je serai décédé. ;-P

      Méchant vote de confiance du ministre pour les employés du MTQ qui travaillent sur le réseau structurant au bureau de projet!

      Lâchez-pas à ce rythme le 3e lien pourrait être mis en servcie avant le réseau structurant! J’espère que le PM finira par mettre ses pantalons de grand garçon un jour dans ce dossier. Misère.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  20. JpDuval

    9 novembre 2020 à 20 h 21

    Aux risque de faire le rabat-joie je trouve que la ville n’a qu’a s’en prendre à elles-même pour ce refus.

    Dès le départ le projet fut mal présenté.
    1- La ville est arrivée en présentant des estimations de hausse d’achalandage de 39%.
    2- La ville n’a pas répondu à la question des couts d’opérations, entretient et déneigement requis. C’est bien beau se faire payer le tramway mais encore faut-il savoir si on a les moyens de l’entretenir
    3- Absence de réponse concernant les conséquences des intersections bloqués ainsi que des artères qui deviendrait sens unique. Ce projet charcute une bonne partie de la ville….Penser un peu aux conséquences que cela va causer est important car on ne pourra plus retourner en arrière.

    Les réponses à ces questions sont importantes…..Le silence radio de la ville ne peut que semer une certaine interrogation…..Soit qu’elle connait les réponses mais ne veut pas les rendre publique….Soit qu’elle n’a pas encore de réponse car elle n’a pas étudié la question.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  21. Insider

    9 novembre 2020 à 20 h 34

    « Aux risque de faire le rabat-joie je trouve que la ville n’a qu’a s’en prendre à elles-même pour ce refus. » (sic)

    Le BAPE n’a pas le pouvoir de refuser. Regardez des projets qui impliquait Hydro-Québec et vous constaterez rapidement que prétendre qu’ils ont autre chose que le pouvoir de suggérer dans un rapport relève de la fabulation.

    Pour le reste sans commentaire… Misère.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  22. PPDaoust

    10 novembre 2020 à 10 h 09

    Après avoir lu le rapport et les réactions qui ont suivi, je me suis fait une tête. Ma réaction est succincte. Je vais utiliser 2 citations du texte de François Bourque pour l’exprimer;

    « Le BAPE préfère donner écho aux perceptions ou doutes de citoyens qui n’ont pas d’expertise particulière, comme si ces inquiétudes avaient le même poids voire préséance sur les avis d’experts. »

    Et celle-là, tout à fait vraie également;

    « Ce qui étonne,…, c’est le peu de poids qu’il accorde aux promesses d’amélioration du transport en commun par le tramway : meilleures fréquences, meilleure desserte des banlieues, vitesse accrue, plus grande fiabilité, meilleur confort, etc. »

    Le BAPE, je crois, a fait un travail qui reflète notre temps, soit un qui tend à sublimer l’opinion aux détriment des faits documentés. Ici, quelques personnes se sont permis mettre ces dernières en doute, voire de les juger insuffisantes et sans l’autorité morale pour ce faire.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • PPDaoust

      10 novembre 2020 à 10 h 40

      Pour éviter qu’on me reproche de parler des 2 côtés de la bouche, j’ajouterais que je suis toujours aussi sceptique quant au passage du Tramway en haute-ville, l’antenne Le Gendre et l’absence de service aux pôles d’échange, entre autres. Toutefois, connaissant que je ne suis pas à l’abri de l’effet Dunning-Kruger, je préfère demeurer dans la vallée de l’humilité.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Insider

        10 novembre 2020 à 10 h 51

        Je fais une nouvelle tentative.

        « Le centre d’entretien vous l’auriez situé où?

        N’oubliez pas qu’il y a probalement un enjeu redondance en alimenation électrique et on a appris avec la crise du verglas que c’est un détail important. ;-) »

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • PPDaoust

        10 novembre 2020 à 11 h 41

        Je pense surtout qu’à l’arrière du centre de quille Duvanier (à l’angle sud-ouest de l’intersection Laurentienne/Aut de la capitale), ça aurait été super. On aurait pu construire le centre d’exploitation, et un immense stationnement pour capter la clientèle automobiliste. Le Tramway, je l’aurais fait commencer là puisque l’emplacement est collé sur un grand parc industriel. Les gens ne travaillent pas tous au centre-ville et à STF.
        Donc départ à cet endroit. On traverse Laurentien via un viaduc, on utilise l’emprise d’hydro-Québec au sud de la 41e (pas cher tout en stimulant la requalification de la bande) et on tourne vers la 1re avenue.
        Pour ce qui est de l’autre extrémité, j’aurais arrêté à Marly.
        Encore une fois, ne me lancez pas la pierre. Ce n’est qu’une opinion et je suis conscient de sa valeur. :)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        10 novembre 2020 à 13 h 19

        Merci pour la réponse!

        « Encore une fois, ne me lancez pas la pierre. Ce n’est qu’une opinion et je suis conscient de sa valeur. :) »

        Je n’ai pas la prétention d’avoir des réponses précises, je laisse au BAPE la prétention de faire rapidement ( sur le coin d’une table en utlisant une napkin ) ce que deux bureaux de projet ont pu faire comme travail sur plusieurs années.

        Je fais juste amener quelques contraintes qui me sont suggérées par des personnes que j’ai fréquentées dans des mandats infra TEC ou lors de ma vie étudiante. ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Dédé

        10 novembre 2020 à 17 h 31

        @ PPDaoust

        « Pour ce qui est de l’autre extrémité, j’aurais arrêté à Marly.»

        Le problème à mon sens est que passer par Marly, je présume que vous parlez de l’édifice du revenu par Versant Nord, c’est contourner une bonne partie de la pointe de Sainte-foy plutôt populeuse dans le coin de Grand-Jean, Gingras ect. Mon humble avis.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        11 novembre 2020 à 09 h 16

        Pour faire du pouce sur ce que Dédé a écrit j’ajouetrais qu’actuellement le Revenu est desservi par 3 parcours Métrobus et l’adhésiuon des employés est tellement gue la dircetion a aboli le programme Abonnebus employeur! On va présumer qu’avec un tramway/SLR ça va changer pour la majorité des employés. ;-)

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  23. michel

    10 novembre 2020 à 11 h 59

    La réplique du ministre Bonnardel étant maintenant connue, je me permets (à nouveau!, c’est plus fort que moi…) d’y aller d’une nouvelle série de spéculations sur les tracés à venir :

    1) Une ligne est-ouest pour le tramway tel qu’elle nous avait été proposée il y a une dizaine d’années. Départ : D’Estimauville. Arrivée : Boulevard des Hôtels. Secteurs desservis : le nouveau complexe hospitalier de l’Enfant-Jésus, la Gare du Palais, le boulevard Charest ouest, l’université Laval. On devait déjà savoir à l’époque où serait installé le centre d’entretien… Le rabattement des bus de Lévis se ferait par conséquent près des ponts plutôt que sur la route de l’Église…

    2) Ils vont proposer une nouvelle ligne de trambus. Départ : zoo de Charlesbourg. Arrivée : Legendre. Secteurs desservis : la 1re Avenue, Expo-Cité, la colline parlementaire, l’université Laval, le ministère du Revenu. Le trambus franchirait la falaise en utilisant le tunnel Québec-Lévis, ce qui permettrait d’éliminer les problèmes liés à la congestion sur Côte-d’Abraham.

    3) Ils vont réactualiser toutes les « infrastructures dédiées » qui avaient été abandonnées en même temps que le trambus.

    Espérons qu’ils vont aussi nous trouver autre chose qu’une plateforme surélevée sur laquelle faire circuler leur tramway, parce qu’autrement, ça va être merdique pour bien des gens à Québec (automobilistes, véhicules d’urgence, cyclistes, etc.)…

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Che

      10 novembre 2020 à 13 h 51

      Par rapport à votre proposition, je n’ai aucun problème avec. Honnêtement, j’aime mieux votre choix de tracés. Mais je crois que ça représente plus de km (surtout que vous ajoutez une 2e ligne en mode trambus). Pensez-vous être en mesure de faire entrer ça dans la même enveloppe budgétaire ? Si oui, comment ?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • PPDaoust

        10 novembre 2020 à 14 h 05

        Le tracé original du SRB ne requérait pas de tunnel, aucune expropriation (du moins pas autant que le long de R-L et de la 1re avenue), moins de déplacement d’infrastructures souterraines, peu ou pas de dédommagement aux commerces affectés, moins de poursuites, moins de frais d’ingénérie. En somme, tout est plus simple.

        Je pense que comme ça, tu va chercher quelques centaines de millions à mettre ailleurs.

        Avec 1G, je me rappelle qu’on faisait 44 km de SRB. Disons que c’est le double si on implante un Tramway à la place, hypothétiquement, il resterait 1,3 G pour des lignes de Trambus.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • michel

        10 novembre 2020 à 14 h 47

        Combien va coûter le tunnel de 2,1-2,5 km pour que le tramway puisse accéder à la colline parlementaire? Aux dernières nouvelles, entre 600 et 800 M$. Le maire nous a même prévenu que cela pourrait coûter plus cher lorsqu’il avait dit, qu’au besoin, il réduirait le tracé dans Charlesbourg pour respecter son enveloppe budgétaire.

        En faisant plutôt circuler son tramway sur Charest ouest, il se dégagerait une marge de manoeuvre suffisante pour ravoir ce qui était prévu au départ, à savoir son trambus de 15 km et ses infrastructures dédiées.

        La ligne de trambus que j’évoque et qui partirait du zoo pour aller jusqu’à Legendre serait bien sûr plus longue, donc plus chère; sauf que le tracé est-ouest du tramway d’il y a une dizaine d’années serait pour sa part moins long que l’actuel tracé. Et il faut comprendre qu’il n’est pas tellement important de fiabiliser les tracés du trambus et des infrastructures dédiées puisque les bus peuvent facilement et rapidement contourner un obstacle.

        Ceci dit, je tiens à préciser ne suis pas d’accord avec le ministre à propos du tramway. Non seulement les rails et les fils électriques ne sont pas et ne seront jamais ma tasse de thé, le tramway, lui, se doit absolument d’être fiabilisé. Combien de millions de dollars de plus au kilomètre cela représentera-t-il? Peut-être assez pour s’offrir une autre ligne de trambus qui pourrait desservir des secteurs comme Lebourgneuf et les zones industrielles du boulevard Pierre-Bertrand. Qui plus est, le maire lui-même avait dit lorsqu’il défendait son SRB que l’évolution des technologies pourrait faire en sorte qu’on n’aurait pas besoin d’un tramway. Les bus pourraient en effet en venir un jour à offrir autant de capacité…

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Che

        10 novembre 2020 à 16 h 00

        Merci de vos précisions @michel et @PPDaoust.

        Pour ce qui est du trambus vs tramway, je n’ai jamais fait l’expérience d’un trambus en toute honnêteté. Ça l’air mieux qu’un métrobus, mais je ne suis pas convaincu de l’efficacité par rapport au volume de déplacements. Un tramway c’est vraiment plus efficace et plus confortable qu’un autobus (mais moins rapide qu’un métro).

        J’aime bien le fait d’éviter de faire circuler le tramway sur les axes qui coûteraient moins cher et le trambus ailleurs. C’est peut-être un bon juste milieu.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
    • PPDaoust

      10 novembre 2020 à 13 h 55

      Votre proposition 1 est celle dont plusieurs adhèrent à l’interne au bureau de projet du MTQ. Un gars que je connais qui y travaille me l’a confié. Un lobby officieux aurait été fait en ce sens, mais le maire aurait fermé la porte. C’est du pure ouï-dire je sais. J’ai aucune preuve autre.

      Quand à la plate-forme surélevée, le parcours que vous proposez, je crois causerait moins de casse-tête qu’en haut, vu qu’il ne traverse pas 3 km zones résidentielles en continu.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • michel

        10 novembre 2020 à 14 h 54

        Je n’étais pas au courant pour votre premier paragraphe. Tant mieux si tel est le cas. Il serait aberrant d’avoir deux tunnels entre Saint-Roch et place d’Youville…

        Quant à la plate-forme surélevée, cette option serait-elle toujours nécessaire si le tramway ne passait pas par la colline parlementaire et la portion sud de la 1re Avenue? J’en doute,

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  24. Che

    10 novembre 2020 à 14 h 08

    Je retire quand même quelque chose de positif de tout ça.

    Je m’explique.

    Je suis pas mal d’accord avec la position de François Bourque, même que je vais plus loin : le rapport du BAPE est un ramassis de chialage et de doléances des opposants au projet (sans solution concrètes)

    Soit. Maintenant, il apparaît évident à tous (même aux opposants) qu’on a fait le tour de la question.

    Maintenant, tout ce beau monde, incluant Quebec21, la CAQ et les opposants, doivent passer en mode solution.

    PS : Vous allez voir que c’est la partie difficile ;)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  25. michel

    10 novembre 2020 à 17 h 44

    Quelqu’un connait la technologie du « trackless tram »? Cette technologie a été analysée comme option pour Québec?

    https://theconversation.com/why-trackless-trams-are-ready-to-replace-light-rail-103690

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  26. Antoine

    11 novembre 2020 à 07 h 50

    Quand le BAPE recommande d’étudier le monorail pour une ville comme Québec on peut se questionner sur la pertinence des responsables du rapport.
    J’imagine que le BAPE dirait oui à un troisième lien, de nouvelles autoroutes, l’expension des banlieues…

    Back in the 70’s ! Bravo

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  27. Insider

    11 novembre 2020 à 08 h 35

    Un métro est exclut. Un nouveau trajet qui dessert mieux la banlieue est imposé. Se plaindre de Le Gendre au nom de prévenir l.étalement urbain est totalement en contradiction des propos du ministre.

    Pour le reste, toutes les spéculations sont possibles en considérant que l’enveloppe budgétaire est fermée.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  28. Che

    11 novembre 2020 à 09 h 48

    La CAQ semble avoir fait une priorité de mieux desservir la banlieue. Le reste des remarques du rapport (je parle vraiment de remarques car ça ne se qualifie pas comme des recommandations) sont rejetés.

    Je suis toujours d’accord pour améliorer le projet. Par contre, pourquoi le ministre a-t-il attendu le rapport du BAPE s’il avait déjà son opinion sur le projet ?

    Il est clair que c’est une manoeuvre politique très efficace pour faire plier le maire. Mais au final, ça va retarder le projet. La ville et le gouvernement du Québec ne semblent pas être sur la même longueur d’onde dans ce projet et c’est le public qui va perdre au change.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      11 novembre 2020 à 09 h 53

      « Il est clair que c’est une *** manoeuvre politique très efficace *** pour faire plier le maire. Mais au final, ça va retarder le projet. La ville et le gouvernement du Québec ne semblent pas être sur la même longueur d’onde dans ce projet et *** c’est le public qui va perdre au change ***. »

      +++ 1

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
    • PPDaoust

      11 novembre 2020 à 11 h 08

      C’est quand même drôle de voir la carte électorale de Québec.
      Quel hasard que la plus grande part du trajet du Tramway passe dans Taschereau (QS), Jean-Lesage (QS) et Jean-Talon (traditionnellement libéral).

      Quand au retards, Bonnardel voudra-t-il donner une plus grande part de Tram aux banlieues? J’espère que non. J’ose croire qu’une grande part de l’intervention consiste en une stratégie pour s’assurer de flatter sa masse électorale. Espérons que ce soit cela, question que les changements ne se résument qu’à des petits bonbons pour que les citoyens-électeurs de la périphérie se sentent écoutés.

      Comme l’a dit hier un des partis de l’opposition. La CAQ n’est jusqu’à maintenant qu’un gouvernement de communication.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  29. Insider

    11 novembre 2020 à 13 h 28

    « C’est quand même drôle de voir la carte électorale de Québec.
    Quel hasard que la plus grande part du trajet du Tramway passe dans Tashereau (QS), Jean-Lesage (QS) et Jean-Talon (traditionnellement libéral). »

    Croyez-moi c’est du pur hasard! Ironiquement si le parcours est raccourci les principaux bénéficiaires seront peut-être les 2 députés QS. ;-)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  30. Insider

    11 novembre 2020 à 16 h 58

    @ PPDaoust

    Daniel Genest vient de répondre en bonne partie pour Legendre. Ce que me rapportent certains spécialistes qui sont des initiés dans le domaine du TEC et de ses infrastructures c’est qu’il ya aurait d’autres raisons d’ordre stratégique qui sont jugés sensibles.

    Je vous laisse le plaisir de contredire M. Genest. ;-)

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *