Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Un immeuble du fédéral dans St-Roch est démoli

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 25 juin 2017 8 commentaires

L’immeuble qui était à l’arrière de la Croix-Rouge dans tout près de Pointe-aux-Lièvres a été réduit à l’état de gravats. De l’autre immeuble, il ne reste que l’enveloppe. On rappelle que cet endroit est destiné à recevoir un pôle d’échange du RTC, SRB ou non.

La fin approche pour les immeubles du fédéral à Pointe-aux-Lièvres.

Voir aussi : Arrondissement La Cité - St-Roch.


8 commentaires

  1. PPD

    26 juin 2017 à 09 h 46

    Avec, en plus, les démolitions futures du poste de police et de la passerelle Pouliot, c’est la reconfiguration de toute la portion sud de Laurentienne qui se dessine. J’ai bien hâte de savoir précisément où la ville, le MTQ et la RTC s’en vont avec ça.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Marc Guy

    26 juin 2017 à 19 h 24

    Avec le poste de police l’édifice du fedéral plusieur bon emplois avec de bon salaire qui disparaisse du quartier st Roch c’est pas tres bon pour les commerce et resto du quartier . Heureusement pour les policiers il y a de bon resto et commerce prospère dans Lebourneuf et les employers du fedéral eux vont aider le quartier Maizerets a etre plus dynamique.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      26 juin 2017 à 20 h 22

      « les commerce et resto du quartier »

      Les commerces et restaurants – s’ils veulent survivre à long terme – ont tout intérêt à miser sur une clientèle de résidents qui sont fidèles et qui consomment aussi en soirée. Plusieurs restaurants dans Saint-Roch et Limoilou sont assez achalandés pour qu’il faille réserver si on ne souhaite pas une commande »take-out ».

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  3. dominic

    27 juin 2017 à 22 h 06

    Un parent qui habite le quartier m’a confirmé que les jours suivant la démolition, des odeurs de moisissures empestaient les alentours. On sait tous, les gens du coins qui habitent à côté, que la toiture de ces bâtiments débordaient d’eau les jours de grosses pluies. L’entretien des toitures étaient déficient. Voilà pour le dossier « pérennité des bâtiments  » démolie juste pour le SRB… (et celui de la Croix rouge est le prochain sur la liste… il doit être le pire des trois).

    Deuxièmement, pour avoir habité moi même la rue de la pointe aux lièvres, je peux vous dire que bien des travailleurs « bien payé » de ces bâtiments fédéraux arrivaient des banlieues lointaines le matin et venait garer leurs voitures le long de la rue (jusqu’au parc de la pointe). À défaut de restos de proximité (il n’y en a pas dans ce désert alimentaire), ces gens restaient à l’intérieur sur l’heure du diner pour manger leurs lunchs préparés à la maison.

    Je ne vous dis pas qu’une légère proportion allait diner sur de la Couronne, mais pas assez pour y faire vivre les quelques restos de la place.

    Non, c’est bel et bien des résidents qu’il nous faut dans ce secteur, ou bien des gens en transitions (pôle d’échange du RTC). La réalité va vite changer avec tous ces bâtiments en cours de finition. Je l’espère.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Insider

      29 juin 2017 à 09 h 00

      J’ai quelqu’un dans mon entourage qui a travaillé sur la démolition. Le portrait de l’état qu’il m’en a fait n’était pas aussi sombre. Par contre il m’a dit qu’il y avait de l’amiante ce qui rend les rénovations ou même des travaux mineurs beaucoup plus complexes et coûteux, ça met en perspective la prétention de certains qu’il y aurait eu une « pérennité des bâtiments ».

      De plus avant de démolir, un service de la Ville aurait utilisé le(s) immeuble(s) pour faire un exercice de formation avant que la démolition ne soit effectuée, donc au moins on s’est servi de l’opportunité pour rentabiliser un peu l’opération.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Pier Luc

        29 juin 2017 à 19 h 04

        La personne de votre entourage qui a travaillé à la démolition a dû vous dire qu’ils ont tout de même enlevé toute l’amiante à la main avant de démolir la structure.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Insider

        30 juin 2017 à 09 h 21

        Il a participé vers la fin, donc après que ce fut fait. De mémoire, il me semble qu’il a déjà fait un mandat sur le campus de l’UL impliquant de l’amiante. Les normes et la réglementation avait été suivie de façon très rigoureuse. Dans ce cas-ci, désolé je ne peux lui poser la question car il n’a pas la réponse.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  4. PPD

    28 juin 2017 à 14 h 52

    Dans ma publication précédente, j’ai oublié de parler des entrepôts de la rue Lee et les bâtiments commerciaux de la rue de la Pointe-aux-lièvres qui sont sur du temps emprunté. Il y a aussi la Rothmans dont l’avenir semble incertain. Si on traverse la rivière au nord, il y a également le bâtiment de la CNESST qui disparaîtra plus tôt que tard.

    Également, j’ai omis d’évoquer l’éventuelle reconfiguration de la courbe de l’autoroute qui la ferait passer plus près du stade, ce qui libèrera encore un peu plus de terrains exploitables.

    Comme vous dominic, je pense que secteur, bordé par le superbe parc Victoria, doit se développer avec du résidentiel. Si on veut que les familles choisissent la ville, qu’ils y travaillent et qu’ils y consomment, il faut dédier les espaces d’une telle qualité pour le résidentiel et tout faire pour limiter les effets négatifs du passage des véhicules sur Laurentienne. Mais ça c’est une autre question.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *