Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Laurentienne Sud: une solution au dézonage des terres des Soeurs de la Charité

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 6 septembre 2018 15 commentaires

Crédit pour les illustrations: Accès Transports Viables

Stéphanie Martin
Journal de Québec

Nul besoin de dézoner les terres des Sœurs de la Charité, estiment plusieurs organismes, qui plaident plutôt pour le développement des terrains le long de Laurentienne Sud qui doit selon eux être reconvertie en boulevard urbain.

Cinq organismes environnementaux et plusieurs conseils de quartier ont participé à une action jeudi en faveur de la création d’un boulevard urbain entre l’autoroute Félix-Leclerc et la rue Prince-Édouard. Car pour eux, une autoroute en milieu urbain en 2018 est une aberration.

Ils ont déployé une banderole sur une passerelle à la hauteur de la rue du Cardinal-Roy, invitant les gens à visiter le site Réinventer Laurentienwww.RéinventerLaurentienne.org.

«Il y a un potentiel d’au moins 6000 logements le long de Laurentienne», a fait valoir le directeur général d’Accès Transports viables, Étienne Grandmont, jeudi matin. C’est justement le nombre de logements dont la Ville de Québec veut permettre l’implantation chez les Sœurs de la Charité, à Beauport, et qui nécessitent le dézonage de terres agricoles. Les 200 hectares ont été vendus au développeur Michel Dallaire qui veut y construire 6500 portes.

«Il y a un grand potentiel qui peut pallier au besoin qu’on exprime du côté de l’agglomération de Québec pour les terres des Sœurs de la Charité», a soutenu M. Grandmont.

«On parle de 32 logements à l’hectare là-bas. Alors qu’ici on est dans du 40. C’est comparable en terme de superficie et de densité», a indiqué Étienne Grandmont, qui fait valoir que contrairement aux futures familles qui s’installeraient à Beauport, celles qui choisiraient de s’établir dans un quartier à proximité du centre-ville pourraient choisir des modes de transports durables comme le transport actif ou collectif plutôt que de contribuer à la congestion avec l’auto.

Les organismes ont interpellé les caucus des différents partis politiques en campagne électorale et souhaitent que les partis s’engagent à transformer la partie sud de Laurentienne. C’est le ministère des Transports qui est responsable de l’artère.

La suite

Une pétition pour le boulevard Laurentien

Un billet précédent en 2011 ainsi qu’un autre en 2010 sur le même sujet. Des propositions très intéressantes également.

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou, Étalement urbain, Densification, Nouvel urbanisme, Transport.


15 commentaires

  1. "Le" lecteur assidu

    6 septembre 2018 à 12 h 57

    Si  » on  » veut privilégier le retour des familles, à quand une politique prônant des unités avec au moins 3 chambres ?

    Et ce sans oublier de vrais balcons pour pouvoir en jouir comme une véritable extension du domicile !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Jeff M

    6 septembre 2018 à 13 h 07

    N’y a-t-il pas un projet de GM dévloppement qui est sensé sortir de terre au coin de Hamel et Laurentien? Au fait, qu’est ce qu’il arrive avec ça?

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. Simon Bastien

    6 septembre 2018 à 15 h 28

    Excellente idée de récupérer le maximum de terrains à deux pas de la ville. Mais je crois que le but de vouloir dézoner les champs de soeurs de la charité, c’est de pouvoir aussi bâtir de l’unifamilial neuf, chose de plus en plus rare sur le territoire de la ville de Québec. Malheureusement, dans le secteur de Laurentienne sud, les terrains sont beaucoup trop dispendieux pour de la faible densité et ne palliera que très partiellement à ce besoin précis.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Marc Guy

    7 septembre 2018 à 08 h 25

    peut importe ou on develope l’important est de reduire le transport, si on dévelope du logement il faut déveloper les entreprises au meme endroit . Developer des residence sur les terres des soeurs et travailler dans les bureaux du boul Lebourneuf ou au parc Armand Viau une majorité de gens vont utilisé l’auto et agraver les problemes de transport. Déveloper du travaille va rendre désirable des résidences dans un secteur.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. urbanoïd

    7 septembre 2018 à 08 h 45

    Quel projet formidable. NON AU DÉZONAGE.

    Alors que plusieurs villes investissent dans le retour de l’agriculture urbaine; le maire Labeaume et Cominar veulent sacrifier cette terre inestimable pour construire de vulgaires bungalows; 32 habitations à l’hectare. Un crime!

    Il faut impérativement utiliser l’espace existant ou sous-utilisé pour bonifier, améliorer, densifier. Bravo aux organismes qui ont travaillé sur ce projet. Ils ont une lucidité remarquable.

    Disgrâce pour le maire.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. Jean-François Gosselin Utilisateur de Québec Urbain

    7 septembre 2018 à 10 h 11

    Depuis que ce projet est sorti, il y a quelques mois, je le trouve toujours aussi inspirant! Le timing est parfait à mon avis, avec les fermetures à Fleur de Lys et l’éventuelle construction du réseau structurant (on se croise toujours les doigts…). Un véritable quartier entre Limoilou, St-Roch et St-Sauveur consoliderait vraiment la trame du centre-ville de Québec. J’ai toutefois une questions : qu’en est-il de l’IRDPQ? Est-ce qu’on planifie de la déménager? Je comprends l’idée derrière ce bâtiment, mais j’ai toujours trouvé que c’était un gigantesque obstacle au développement de ce secteur de la ville.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • michel desjardins

      7 septembre 2018 à 18 h 54

      Le demenagement de l’IRDPQ degagerait en effet beaucoup d’espace. L’Hotel-Dieu dans le Vieux-Quebec se cherche une nouvelle vocation… Serait-ce possible d’y amenager les services de l’Institut dans celui-ci?

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  7. Joe B.

    7 septembre 2018 à 19 h 10

    Accès Transports Viables 🤦🏻‍♂️

    On aime donner de l’attention à des groupuscules ridicules qui représentent « la noble cause ». J’ai un bel exemple pour la politique provinciale également.

    Mon commentaire n’est pas pour ou contre le dézonage en passant, pour les petits rapides sur le clavier.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. jeand Utilisateur de Québec Urbain

    8 septembre 2018 à 10 h 33

    Beau projet étudiant, faudrait m’expliquer comment il font pour faire de si beaux dessin étudiants et nous arriver avec des gros blocs de condos tous pareils une fois diplômé. Ah la réalité!

    Accès transport viable et Équiterre qui s’unissent… Ces deux là discréditent tout projet, tout contre l’auto tout le temps, impossible de faire un projet sans tout faire pour nuire aux autos. Même Labeaume a compris avec son projet de Tramway que la seule façon de faire accepter le projet par la population était de ne pas nuire intentionnellement à l’automobile. Un peu comme QS qui vient d’annoncer 39 nouvelles stations de métro,une nouvelle ligne et 2 prolongements pour Montréal= 10 milliards Ça fait pas sérieux quand on sait que le prolongement de la ligne bleue est à presque 4 milliards.

    Pour ce qui est du terrain des sœurs de la « charité » je suis d’accord que des bungalows, ça a pas de sens de un, et que tout projet de cette ampleur doit être relié totalement au TEC

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  9. alexk7 Utilisateur de Québec Urbain

    8 septembre 2018 à 13 h 40

    J’adore ce projet mais j’ai l’impression qu’on met encore en opposition des propositions qui n’ont pas besoin de l’être (après le débat 3e lien/tramway). Je suis pour la transformation de ce secteur mais je suis également pour le développement des terres des Soeurs de la Charité. Les deux sont à un endroit stratégique qui permet un développement efficace du transport en commun. Les deux projets bouchent les trous dans la ville et réduisent l’étalement urbain. Il faut être réaliste et voir comment ces terres sont présentement utilisées.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • michel desjardins

      8 septembre 2018 à 16 h 31

      Une terre agricole d’excellente qualite en milieu urbain comme celle a Beauport n’est qu’un trou bon a etre bouche? On pourrait peut-etre aussi faire de meme avec le lac Saint-Charles, tant qu’a y etre. L’eau et la nourriture, on peut toujours aller ailleurs pour se les procurer. Il ne reste que 2% du territoire quebecois qui est constitue de bonnes terres agricoles. Lorsqu’on va les avoir toutes dezonnees pour faire place a des condos et des maisons unifamiliales, on pourra toujours se tourner vers les States et le ROC pour se nourrir.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
  10. Matrix

    8 septembre 2018 à 14 h 50

    Très bonne idée et beau projet

    Signaler ce commentaire

     ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *