Québec Urbain

L’Urbanisme de la ville de Québec en version carnet…


Un projet pour l’Îlot Charlevoix

Par Envoyer un courriel à l’auteur le 17 septembre 2018 19 commentaires

Crédit pour les illustrations: Ville de Québec

Québec, le 17 septembre 2018 – La Ville de Québec est fière de dévoiler le projet de revitalisation de l’Îlot Charlevoix. Situé à l’intersection de la rue Charlevoix et de la côte du Palais, ce terrain du Vieux-Québec laissé vacant depuis plusieurs années accueillera un projet unique et de qualité afin de revitaliser les lieux.

Un appel public de propositions a été lancé en mars 2018. Le concept du promoteur Capwood Construction inc a été retenu, avec la collaboration de la firme URBAM/ABCP. L’immeuble mixte est un bâtiment de cinq étages. Le rez-de-chaussée et la mezzanine seront occupés par des halles alimentaires, tandis que les étages supérieurs seront résidentiels.

« Je suis convaincu que la qualité architecturale et urbaine de cette proposition contribuera positivement au développement du quartier, souligne le maire de Québec, M. Régis Labeaume. Le souhait de la Ville était de voir naître un projet offrant des logements afin d’attirer de nouveaux résidants permanents dans le Vieux-Québec et aussi de renforcer la vitalité commerciale du quartier. »

« Le Vieux-Québec, à titre de site du patrimoine mondial de l’UNESCO, fait partie intégrante de la Vision du patrimoine 2027 dont l’un des axes est de préserver et mettre en valeur un Vieux-Québec vivant et habité, capable de répondre aux besoins de la population qui y réside, mentionne Mme Marie-Josée Savard, vice-présidente du comité exécutif et présidente de la Table de concertation du Vieux-Québec. Tout en contribuant positivement au développement du secteur, le projet immobilier respecte les critères de mise en valeur architecturale de la Commission d’urbanisme et de conservation de Québec. »

Les résidants, touristes et travailleurs pourront profiter des halles, tout en admirant la richesse patrimoniale du quartier. La percée visuelle de la côte du Palais vers l’Église des Augustine-de-l’Hôtel-Dieu-de-Québec permet de mettre en valeur toute la beauté de cet héritage. L’espace ouvert est lumineux et invitant, alors que la toiture est rythmée par des alcôves largement fenestrées revêtues de cuivre, formant un rappel des lucarnes du Vieux-Québec.

Voir aussi : Arrondissement La Cité-Limoilou.


19 commentaires

  1. jean Duez

    17 septembre 2018 à 12 h 52

    C’est loin d’être le seul terrain à l’abandon dans ce secteur.

    Autour de la rue De saint-Vallier on dirait Bagdad après le passage de l’U.S Air force.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  2. Simon Bastien

    17 septembre 2018 à 13 h 31

    Une bonne nouvelle pour le secteur, qui en a bien besoin. Mais pour l’architecture passe-partout très banale, il me semble qu’on aurait pu faire mieux dans le Vieux-Québec.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  3. "Le" lecteur assidu

    17 septembre 2018 à 17 h 28

    * Monsieur le maire, malgré toute la considération que j’ai pour vous, je vous prie de reconsidérer ce projet, vu notamment et sommairement ce qui suit.

    D’accord avec le concept d’unités de logements ainsi que des Halles.
    Là n’est pas le problème.

    Il est ailleurs, à sa face même; il nous saute aux yeux !

    L’enveloppe  » moderne  » du bâtiment, en plein Vieux-Québec, me rappelle l’erreur d’il y a quelques décennies lorsque l’Hôtel-Dieu de Québec a construit  » SA VERRUE  » de plusieurs étages !

    Ai-je besoin de développer mon argumentaire davantage ?

    J’ose croire que non !

    De grâce, monsieur le Maire, mettez tout votre poids politique possible auprès de qui de droit afin que soit conçu de nouveau l’enveloppe extérieure de ce projet pour qu’il s’intègre architecturalement dans cette « zone « .

    Enfin, puissiez-vous ainsi contribuer par la même occasion que l’histoire se rappelle plus tard que votre participation a su éviter la répétition de  » l’erreur d’à côté « , ……et non le contraire !

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  4. Jean François Côté

    17 septembre 2018 à 19 h 44

    La comparaison avec la tour de l’hôtel Dieu ne tient pas la route. J’aime bien la grande fenestration de la façade ainsi que le halle d’entré.

    Et je n’ai aucun problème à ce que le moderne côtoie le plus vieux .

    Depuis des années c’est un terrain vacant et avant c’était Tilden ou Hertz et dans les années 70 le cercle électrique et encore plus loin une écurie pour des chevaux.

    Donc c’est un plus pour le vieux Québec.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  5. franks Utilisateur de Québec Urbain

    17 septembre 2018 à 20 h 44

    Je suis d’accord avec Jean-François, un bâtiment moderne peut tout à fait côtoyer les bâtiments anciens si il bien conçu et fait avec goût ce qui semble être le cas ici ! Plusieurs villes Européennes le font avec brio, alors pourquoi pas nous ! De plus, ça va apporter un peu plus de variété architecturale dans le secteur tout en respectant les bâtiments existants de grande valeur situés autour.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  6. urbanoïd

    18 septembre 2018 à 08 h 06

    Enfin! Après 12 ans sans épicerie dans le Vieux-Québec. C’est un pas dans la bonne direction, mais il reste beaucoup à faire. Je retire mon commentaire corrosif sur le maire dans un billet précédent concernant le manque d’épiceries dans le VQ.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  7. AndreGil

    18 septembre 2018 à 09 h 01

    Enfin, on bouche un trou dans le vieux, c’est en soi une bonne nouvelle.
    Cette architecture avec de grosses briques grises et les cadres de fenêtre en noir est une tendance dans le secteur, je pense ici à la rénovation de l’édifice Chauveau et au nouvel édifice sur la rue des Jardins abritant le café Maison Smith. J’aime bien. Sauf…pour le plaqué genre bois d’érable dont je ne vois pas à quoi cela fait référence dans ce quartier de pierres, de briques et de fer forgé.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  8. Carl

    18 septembre 2018 à 15 h 38

    Je m’ennuie de l’époque où les architectes devaient pas gratter leurs cennes pour concevoir les façades des bâtiments. Le modernisme simpliste passe rarement l’épreuve du temps. Le souci du détail et du travail par contre fascine pendant des siècles. #MakeStuccoGreatAgain 😂

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  9. michel desjardins

    18 septembre 2018 à 21 h 40

    Le promoteur prévoit une ouverture pour 2021. Il n’y aura donc rien dans le quartier pendant environ 2 ans… Mais bon, mieux vaut tard que jamais. Et les esquisses du projet sont très belles.

    Espérons que le port va tenir sa promesse et aménager lui aussi des halles au bassin Louise. L’espace consacré aux halles de l’îlot Charlevoix va être très restreint. Et le marché satellite de place de Paris (qui va surtout, pour ne pas dire uniquement, attirer des touristes) aussi.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • Léonce Naud

      19 septembre 2018 à 15 h 23

      Les Lettres Patentes du Port ne lui permettent pas de se lancer dans des projets d’urbanisme. Le mandat légal d’un port Fédéral au Canada est parfaitement clair : s’occuper du TRANSPORT de marchandises ou bien de passagers. Point final.

      Signaler ce commentaire

       ou annuler
      • Jean François Côté

        19 septembre 2018 à 16 h 32

        Le port a déjà un projet de condos ou d’appartements et même d’hôtel le long du quai St André et ou le stationnement de gravier à son extrémité.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
      • Léonce Naud

        19 septembre 2018 à 21 h 14

        Effectivement, le Port a de vastes ambitions immobilières pour le secteur du bassin Louise. Reste à voir s’il obtiendra du gouvernement d’Ottawa la permission de se transformer en développeur immobilier, donnant ainsi un fort mauvais exemple aux autres ports Fédéraux du Canada possiblement tentés de faire la même chose. À Ottawa, on regarde avec suspicion ce genre d’initiatives, aberrantes en regard des fonctions portuaires normales, légales et…constitutionnelles.

        Signaler ce commentaire

         ou annuler
  10. Marc Guy

    19 septembre 2018 à 09 h 46

    une mort annoncé avec le départ de l’hotel dieu on a un risque de retour des fenêtres placardé des travailleur sur 24 heure comme un hopital ne peuve etre remplacé par des travailleur de bureaux les commerce vont survivre comme ceux de place quebec

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  11. Léonce Naud

    19 septembre 2018 à 15 h 42

    Si, par un coup de baguette magique, toute l’architecture du Vieux-Québec était de la même farine que celle du bâtiment projeté, l’industrie touristique de Québec tomberait à zéro, entraînant la disparition de 30 000 emplois et la perte de $ 1.5 milliards de dollars de retombées économiques. En fait, le voeu secret de bon nombre d’architectes est de raser l’ensemble du bâti ancien pour être en mesure de s’illustrer à sa place par leurs propres constructions.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  12. Claude Laurent

    20 septembre 2018 à 07 h 48

    Peut on choisir une architecture qui se fond mieux au vieux Québec. C’est avec ce genre d’architecture que l’on détruit l’image de la vieille ville. Il y a plein d’endroit dans la ville pour créer ce genre d’architecture. Imaginez que cet architecte aurait été responsable de la construction du Chateau Frontenac quelle désolation ce serait. Des erreurs comme celle du complexe H (le calorifère de la Grande Allée) il ne faut plus que cela se reproduise surtout dans le vieux Québec.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
  13. Claude Laurent

    20 septembre 2018 à 07 h 51

    Et surtout ne donnez pas le nom Charlevoix à cette monstruosité.. Je viens de Charlevoix et on y préserve la nature et la beauté des sites.

    Signaler ce commentaire

     ou annuler
    • "Le" lecteur assidu

      20 septembre 2018 à 09 h 52

      Enfin un nouvel apport  » d’oxygène « .

      La question qui tue:

      – Hormis le site de Québec Urbain, où peut-on retrouver un semblant de remise en question de l’enveloppe extérieure de cette  » œuvre architecturale  » qui va  » certainement  » constituer un projet d’appel touristique pour le Vieux-Québec ? ! ! !

       » Hé vairé beaudé his slipin ire ?  »

       » Ièsse, I iam hein qui ètte  » !

      Signaler ce commentaire

       ou annuler

Poster un commentaire

ou

Répondez à la question *